[Intrigue : Dome Maudit] La chasse est ouverte ! || Jessica Warner - Edouard Ravenwood

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Messages : 235

Côté coeur : Veuf

Activité/Profession (du personnage) : Ministre du Développement Sanitaire et PDG d'Aquanet Technologies
avatar
Elijah Huyana
Ancien ; Longue-Vie
MessageSujet: [Intrigue : Dome Maudit] La chasse est ouverte ! || Jessica Warner - Edouard Ravenwood   Jeu 8 Sep - 16:56

L’emploi du temps de Huyana était bien considéré et remplit à la manière d’un ministre qui possédait aussi le statut de PDG de sa propre société. Depuis la réunion du Conseil et l’interrogatoire du scientifique, toute l’énergie et le temps d’Elijah étaient tournés vers les nouveaux résultats sur les nappes phréatiques. Il avait harcelé son personnel qui bossait 24 heures sur 24 h sans repos depuis des jours. Si cela n’avait tenu qu’à lui, il les aurait obligé à dormir sur place, à vivre au milieu des laboratoires pour activer les conclusions qu’il avait demandées.

Huyana devait effacer l’affront qu’on lui avait fait, ce Williams et ce type de l’ombre. Son échange avec le Général Van Brënner avait apporté quelques éclaircissements, mais tout paraissait encore plus confus qu’au départ, comme si chaque pas pour avancer dans ce brouillard, le faisait automatique reculer de trois longueurs. C’était à ne plus rien y comprendre. Il gardait aussi un œil sur la fouille qui avait été lancée sur la vie du Docteur Aaron Williams. Ses parents seraient une carte à jouer si le gouvernement en avait besoin. Des hommes avaient été mis sur l’affaire, à la recherche d’une femme ou de maitresse. Les scientifiques étaient pour Huyana, définis en deux catégories : ceux avec des égos surdimensionnés dont le cerveau était aussi grand que leur bite, des beautés différentes dans leur lit toutes les nuits et ceux plus discrets, plus maniaques, plus insociables qui se destinaient à ne vivre qu’avec leurs éprouvettes et leurs équations et qui laissaient rarement une femme s’immiscer dans leur vie. Huyana avait classé Williams dans cette seconde catégorie. Tout homme même le plus sauvage avait des besoins et peut-être même que l’enquête mettrait la main sur une femme, l’unique, celle qui trouble toutes les lois d’un scientifique, d’un animal sauvage, celle qui bouleverse les règles d’un homme solitaire.

Quelques jours après, Eve fut trouvée par les enquêteurs  et c’est ce dossier qu’il lisait attentivement derrière son écran. Le scientifique avait très bon goût et ce rat de laboratoire avait attiré une bombe à lui. Jessica Warner était connue des médias comme la fille d’un Ancien et ministre qui avait péri dans l’explosion de son bureau, il y a des années. Elle était sublime et un corps à faire se damner un Saint. Un Démon y succomberait aussi. Il cliqua sur plusieurs articles et photos qu’il avait trouvés d’elle sur la toile. Elle était connue comme la propriétaire, avec son frère, du night-club : le Light of Diamond. Il zooma sur un cliché d’elle pris récemment. Sa robe de soirée traçait à la perfection ses formes sensuelles et pulpeuses. Williams ne devait pas s’emmerder ! Les pensées d’Huyana le transportaient déjà devant cette femme, aux prises à ses questions, à ses tortures. L’image de la belle Asarienne, son corps nu contre le sien, la faire crier et jouir devant Williams. Cette scène aurait raison du scientifique !

Il envoya le mail et les fichiers du rapport de l’enquête à l’Archiviste, Edouard Ravenwood. Il avait demandé à être présent si cette femme existée et était retrouvée. C’était chose faite. A partir de là, Elijah avait échangé plusieurs mails avec l’Ancien pour mettre sur pied leur plan et leur approche au night-club. Le plus intéressant était d’approcher Mademoiselle Warner sur son terrain, devant tous ses clients. Elle ne pourrait pas fuir ni provoquer de malaise devant tout ce monde. Elle devrait se soumettre. Un sourire carnassier se plaqua sur les lèvres de l’Amérindien. Avec l’Archiviste, ils avaient réussi tous les deux à se mettre d’accord sur une soirée.  Le scientifique les implorerait très bientôt.

####################################################################

La voiture du Ministre du Développement Sanitaire et PDG d'Aquanet Technologies stoppa devant l’entrée principale du Diamond. Un portier se présenta à lui quand il descendit de son véhicule. Edouard et lui avaient décidé de s’attendre avant d‘entrer ensemble dans l’établissement. Huyana était le premier à arriver sur les lieux. Il vérifia le nœud de sa cravate et la mise en place de son veston. Il se retourna au raclement de gorge qu’il perçut dans son dos. L’Archiviste était là. Il lui présenta sa main. « Ravenwood, je sens qu’on va bien s’amuser ce soir. Nous allons pouvoir entrer et faire tomber cette belle latine dans nos filets. Je vous en prie, après vous ! »

Deux agents de la sécurité du Diamond leur ouvrirent les portes de l’antre de la Belle et à l’intérieur une hôtesse se présenta à eux. « Bonsoir. Une table pour mon ami et moi, mademoiselle.  Est-ce que votre délicieuse patronne est là ce soir ?»

« Bonsoir Messieurs. Oui, Mademoiselle Warner est là. Suivez-moi, je vais vous conduire à votre table »

La jolie blonde passa devant eux et le ministre apprécia d’un œil de maitre le beau petit cul qui se mouvait devant eux.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 959

Localisation : Asaria
Côté coeur : Célibataire

avatar
Edouard Ravenwood
Ancien ; Longue-Vie
MessageSujet: Re: [Intrigue : Dome Maudit] La chasse est ouverte ! || Jessica Warner - Edouard Ravenwood   Mar 11 Oct - 23:51

Voilà des jours que je n'avais pas fermé l'oeil de la nuit. Je ne comptais plus mes heures passées devant mon bureau, cloîtrée dans mes archives à la recherche de plus ample information sur le phénomène qui avait eu lieux lors de l'interrogatoire d'Aaron Williams. Quelque chose s'était servi de son enveloppe charnelle pour délivrer un message. Quelqu'un ou quelque chose de bien plus grand que nous, de bien plus puissant. Depuis je n'avais eu de cesse que de chercher des réponses à mes questions. Mais plus le temps passait, plus ma frustration grandissait. En charge des archives d'Asaria depuis l'aube de sa création je n'avais jamais relaté la moindre histoire, la moindre légende sur quelque chose de semblable. Aurait il fallut que je pousses mes promenades hors du dôme plus en profondeur pour obtenir le début d'une réponse? Car désormais mon sang bouillonnait, mon esprit était totalement captivé sur cette chose. Tout mon être ne vivait que pour ça...

-Rien! Rien! RIEN! ET MERRRRRRRDDDDEEEE !!!

Frustré, je fis voler les affaires posées sur mon bureau d'un mouvement de bras énergique. Malgré tous mes dons, tous mon savoir je me retrouvais pieds et poings liés devant un mystère que je n'arrivais pas à comprendre. Je me sentais aussi impuissant et faible qu'un enfant. Ignorant de choses qui clairement me dépassaient complètement. Perturbé face à cette impuissance que je détestais j'appuyais ma tête contre mes mains, mes coudes posés sur la table fraîchement nettoyée. Combien de personnes devrais-je tuer pour que cette entité ce manifeste de nouveau. Qui devrais-je torturer pour obtenir des réponses? Manger, dormir...Pour moi c'était devenu tout simplement superflu, une perte de temps dans ma quête, dans mon désir de réponse. Rares étaient mes contactes avec le monde extérieur depuis ces derniers jours. Seul les mails échangés avec Huyana brisait de temps à autre l'avancée de mes tentatives infructueuse.

Ce dernier avait finalement réussi à mettre la main sur la belle détenant au creux de ses mains le coeur de celui n'étant plus que l'ombre de lui même maintenant. Miss Warner était  semble-t-il celle permettant au scientifique de former un tout. Son plus gros point faible, et en même temps sa plus grande force comme dirait certains. Cependant lorsque l'on voyait le corps de la miss il était aisé de comprendre qu'au départ ce n'est sûrement pas pour sa grande personnalité qu'Aaron ait succombé aux charmes de cette sirène. J'avoue avoir été amusé de voir que ces hommes aient mis autant de temps pour trouver ce genre d'informations pourtant si facilement récupérable. Moi même lors de l'interrogatoire aurait pu donner ce renseignement. Si j'avais mis eu lumière l'existence de Kantara, la louve si chère au coeur de l'Asarien vous vous doutez bien que connaître l'existence de la demoiselle était parfaitement logique. Par ailleurs, une petite visite dans l'esprit de ce dernier aurait largement pu nous faire gagner du temps...Mais bon, il faut bien justifier le salaire des employés me direz vous.

Toujours est-il que? de fils en aiguille? nous avions monté un plan. S'inviter sur le terrain professionnel de miss Warner pour entraver sa marche de manoeuvre. La déstabiliser en lui parlant d'Aaron. La faire venir de son plein grès serait un plus. Mais si cela devait empirer, ma foi, le Night club dont elle était l'heureuse propriétaire avec son frère ferait un magnifique champ de bataille. Mais oserait-elle mettre en danger la vie d'innocent? Seul l'avenir pourra nous le dire...


***

Les dés étaient lancés. C'est avec regret que je dû cesser mes recherches le temps d'une soirée, le temps d'une chasse. J'avais mis la bête de côté pour me consacrer à la belle ce soir. Et qui sais, dans mon imagination débordante je m'étais dit qu'en voyant Jessica cela ferait peut être réagir Aaron, voir même faire réapparaître cette voix... C'est avez cette pensée en tête que j'étais sorti de mon antre. Un passage dans ma villa fût obligatoire histoire de me raser de près et changer de vêtements. Je ne pouvais décemment pas sortir en boîte sans être propre sur moi. Je pouvais être sauvage et négligé, il y avait quand même des limites...

La soirée était bien avancée lorsqu'enfin je pénétrais dans ma voiture, indiquant le Light of Diamond comme destination au mon chauffeur avant d'activer la séparation pour me plonger dans mes pensées. Me servant un verre, j'avais besoin de me changer les idées, faire le vide pendant quelques heures et ne plus penser à tout ça. Ce soir nous repartirons avec un trophée, l'échec n'était pas une option. Mon regard se perdit dans les lumières de la ville. La fée électricité baignant la cité dans une explosion de couleurs lumineuses et clignotante. Rien n'était trop beau, voir parfois trop vulgaire pour attirer le noctambule. Comme l'insecte attiré par la lumière les Asariens de la nuit déambulaient sur les trottoirs de la cité. Soupirant un grand coup, je m'enfonçais un peu plus confortablement dans mon fauteuil, attendant d'arriver dans le Dôme des Vices et Plaisirs.

Quelques minutes plus tard, lorsque je sentis la voiture ralentir sa vitesse, j'eu le réflexe de jeter une nouvelle fois un rapide coup d'oeil par la fenêtre pour voir se dresser non loin de là, la dite boîte de nuit.


- Arrêtez vous là s'il vous plaît. Je vais finir à pied.

-Bien monsieur!


Un rapide mouvement de volant sur vers la gauche, l'ouverture de la porte et enfin j'étais dehors. Fermant les yeux un instant je ne pu m'empêcher de prendre une profonde inspiration avant de faire signe à mon chauffeur de poursuivre sans moi. Le Light of Diamond se trouvait à quelques mètres à pied. Aussi ce n'est qu'avec avoir replacé correctement le col de mon manteau que naturellement je pris la direction du night club. Le temps que j'arrive je vis une silhouette sortir d'une voiture venant tout juste de se garer devant l'édifice et c'est sans peine que je reconnu la silhouette de mon binôme pour la soirée. Elijah venait d'arriver. Le temps qu'il corrige sa tenue et je me retrouvais derrière lui, me contentant un raclement de gorge pour signaler ma présence. D'ailleurs il semblerait que ce fût suffisant puisque ce dernier se retourna immédiatement dans ma direction, me tendant sa main que je serrais à mon tour.

- Ma foi, la chasse est ouverte mon cher. Espérons qu'elle soit fructueuse et riche d'enseignements.

Le gratifiant d'un mouvement de tête lorsqu'il m'invita à pénétrer dans le night club nous ne tardâmes pas à nous retrouver en face d'une jeune hôtesse. Elijah s'exprima le premier puis sans un mot je suivis la demoiselle nous menant à notre table pour la soirée. Autour de nous la soirée battait son plein, la musique transportait les corps qui se mouvaient tantôt avec fluidité tantôt avec difficulté révélant les novices et les experts de ce genre d'endroit. La décoration était très sensuelle et invitait aux plaisirs de la dance sans pour autant faire vulgaire ou kitch. Il n'y a pas à dire elle était à l'image de sa propriétaire. Enfin pour ce que j'en avais vu sur les photos mises en pièces jointes. Prenant place à notre table. Je retirais mon manteau tout en laissant mes yeux virevolter ça et là dans la pièce.

- Merci mademoiselle. Pendant que j'y suis, pensez vous que la maîtresse des lieux nous fera l'honneur de passer de tables en tables ce soir?

- C'est un rituel que Mademoiselle Warner affectionne tout particulière messieurs. Aussi il est fort à parier que ce soir n'échappera pas à la règle.

- A la bonne heure alors. Je m'en voudrais de ne pouvoir la saluer ce soir.


Gratifiant la demoiselle d'un sourire charmeur, je pu observer une teinte rosée s'étendre sur son visage avant qu'elle ne prenne congé de nous, son travail la rappelant à l'ordre. Cette dernière ayant disparu de notre champ de vision, je me tournais vers le ministre tout en souriant.

- Que la partie commence!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 653

Localisation : Entre tes draps
Côté coeur : Mon Loup

Activité/Profession (du personnage) : Copropriétaire du Light Of Diamond
avatar
Jessica Warner
Asarienne, 2e Génération
MessageSujet: Re: [Intrigue : Dome Maudit] La chasse est ouverte ! || Jessica Warner - Edouard Ravenwood   Dim 16 Oct - 19:35

Mon bureau se trouvait au même niveau que la salle principale du night-club, ce qui me donnait grâce à un miroir sans  tain la possibilité d’avoir toujours un œil sur l’ambiance et l’arrivée des clients. Je n’étais pas parano … quoi que depuis cette dernière semaine, je pouvais l’être : Aaron avait été arrêté et on m’avait refusé le droit de lui rendre visite. J’avais donc enclenché le processus d’une demande d’avocat pour le défendre. J’avais rendez-vous avec cet homme dans les prochains jours pour discuter du dossier d’Aaron et comment faire entendre ses droits. Je trouvais que le temps passait beaucoup trop lentement. De plus, Gabriel Laymann, l’homme qui pouvait m’aider à libérer Aaron s’était volatilisé sous mes yeux en ne laissant qu’une marque étrange sur le plafond de ma chambre d’amis. J’avais l’impression d’être acculée, au pied du mur sans avoir aucune possibilité de m’enfuir d’un piège qui se refermait sur moi. Mais je n’étais pas femme à reculer ni à me laisser impressionner.

Je bouclais les dernières signatures pour les prochaines payes que mon personnel recevraient d‘ici une semaine ainsi que le groupe de danseurs/danseuses qui se produisaient sur la scène du Diamond. Gabriel aurait dû se produire lui aussi avec son groupe. Il m’avait approchée avec cette idée en tête même si le combat pour sauver Aaron en était la priorité. Aujourd’hui, je tentais de comprendre la puissance de ses pouvoirs. J’avais un nom, celui que Scarlett m’avait donné : le couple de scientifiques, les Lee.  Je n’allais pas leur demander un rendez-vous, ils prendraient peut-être peur. Seule ma présence inattendue pourrait les faire parler et me dévoiler un peu de leur connaissance sur Gabriel et ses dons.

Je basculai lentement contre le dossier de mon fauteuil, récupérant entre mes doigts, la feuille des clients qui avaient réservé pour ce soir. Beaucoup étaient des familiers du Diamond depuis des années, même lorsque que mon père était encore vivant. Je détaillai rapidement les noms pour avoir une idée de l’ambiance qu’il y aurait ce soir, en prenant compte aussi de celles et ceux qui viendraient s’ajouter à ces réservations pour passer une soirée dans mon antre. Il était temps pour moi d’aller, comme chaque soir où j’étais présente, saluer mes invités et faire le tour de chaque table ainsi que de voir auprès des hommes de la sécurité s tout se passait bien. J’irai aussi m’enquérir auprès du responsable du bar si rien ne manquait et au chef du personnel de salle, s’il n’y avait pas de souci de dernière minute. Mon frère ainé préférait s’attarder à faire des cocktails derrière le comptoir pour impressionner les jolies beautés. Moi, je supervisais tout le reste.








Je sortis de mon bureau au même moment au un rythme flamenco enflammait la salle. Ce soir, le thème se mariait parfaitement avec mes origines latines. J’avais opté pour une longue robe rouge qui rappelait aussi un pays de l’ancien monde. J’aimais ces mélodies qui avaient traversé la pluie de feu et qui avaient subsisté, pour garder leur mystère et leur ardeur, même au fil des siècles. Je commençai par rejoindre les hommes de la sécurité qui m’assurèrent du calme de la soirée, sans aucun comportement étrange ou violent. Puis, je lançai dans des échanges de mains pour saluer les premiers clients qui m’avaient reconnue, partageant quelques mots à chaque fois. Je m’avançai vers les premières tables, m’assurant que chacun ici avait bien leur commande tout comme je m’assurai que mes serveurs et mes serveuses ne soient pas dérangés par des clients un peu trop zélés.

Ce tour des tables dura un long moment, car je prenais mon temps. Je l’avais. Le Diamond fermait ses portes aux alentours de 3 heures du matin et j’essayais toujours de rester le plus tard possible. C’est en redressant les yeux après avoir quitté une autre table, que je perçus deux invités particuliers. Personne dans la cité ne pouvait prétendre ne pas connaitre leurs visages ni leurs noms tant ils étaient associés au gouvernement. Le premier était aussi un PDG redoutable. Il venait de temps en temps ici pour se prélasser, tandis que le second, il n’avait jamais mis les pieds ici. La première sensation qui me parvint était que leur présence pouvait avoir un lien avec Aaron, mais comment eux pourraient-ils savoir ma relation avec mon Amour ?  Ma louve se réveillait et elle commençait à réagi au creux de mon ventre. Elle m’alertait d’un danger présent. J’allais devoir jouer de façon très subtile.  Je m’approchai enfin de leur table, comme je le faisais avec les autres, avec ce même sourire et cette même allure féline. Rien ne devait changer dans mon comportement. Arrivée à leur niveau, je les saluai.

- Messieurs, je suis très honorée de voir deux figures importantes du gouvernement fouler les lieux du Diamond. J’espère que vous passez une bonne soirée ?

Leurs verres étaient vides et j’appelai d’un signe de la main une serveuse.

- Mademoiselle, veuillez resservir les consommations de ces Messieurs. C’est la maison qui offre.




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 235

Côté coeur : Veuf

Activité/Profession (du personnage) : Ministre du Développement Sanitaire et PDG d'Aquanet Technologies
avatar
Elijah Huyana
Ancien ; Longue-Vie
MessageSujet: Re: [Intrigue : Dome Maudit] La chasse est ouverte ! || Jessica Warner - Edouard Ravenwood   Mer 19 Oct - 18:54

L’Archiviste et le ministre avaient suivi la charmante hôtesse qui leur servit de guide jusqu’à une table de libre. Elijah contemplait ce lieu avec plaisir comme à chaque fois qu’il y venait même si c’était trop rarement à son goût. Il se délesta avec souplesse de sa veste qu’il accrocha posément au dossier de son fauteuil et s’installa en face de l’Ancien. Chacun avait une vue différente sur la salle, ses allées et venues et pour mieux observer la belle Asarienne. La musique aux notes latines se répandait dans le club. Elle paraissait avoir été écrite pour la propriétaire du lieu. Quel dommage qu’il fasse la torturer, la faire céder, la faire ployer pour qu’elle dévoile une relation fort discrète et très intéressante avec le scientifique.

Elijah se mit à l’aise à desserrant le nœud de sa cravate. Ils avaient commandaient chacun une boisson, la sienne très modeste, un verre de vin rouge. La silhouette sensuelle de la maitresse du Diamond se dévoila au loin. Elle portait une splendide robe de soirée rouge, rehaussée de noir et le tissu fluide et élégant moulé ses formes féminines qu’il convoiterait. Comment un scientifique timide et maladroit avait pu attirer à lui une telle beauté sauvage ? Aaron Williams devait bien cacher son jeu pour que la belle latine succombe à son charme et son caractère.

Il fit un signe à Édouard pour l’avertir que Jessica Warner était enfin entrée dans l’arène. Elle se déplaçait avec aisance, tigresse magnifique au milieu de ses clients. Elle parviendrait à eux et ils allaient devoir attendre un peu avant qu’elle daigne s’avancer jusqu’à leur table. Les avait-elle vus ? Peu il importait après tout, le jeu était en marche. Une partie d’échec entre eux et cette Damoiselle. Le ministre dardait son regard ténébreux sur l’Asarienne. Il aurait pu se montrer plus discret, moins impatient, mais elle définissait la grâce et quelque chose d’aussi mystérieux que Williams qu’il n’arrivait pas à déterminer. Il ne savait presque rien sur cette femme, à part qu’elle était la fille de feu l’Ancien et ministre James Warner, mort dans l’explosion de son bureau. Il avait légué à sa fille et son fils le soin de reprendre les rênes du Diamond. Elle l’avait fait avec justesse et le night-club avait perduré et même évolué avec les années. La fille de Warner était un beau parti et personne ne lui avait encore passé la bague au doigt. On la prétendait croqueuse d’hommes alors que derrière cette image de femme fatale se formait la femme d’un seul homme.

Elle arriva dans toute son élégance jusqu’à eux. Elijah n’avait pas perdu les bonnes manières. Il la laissa entamer la conversation et se leva de son siège.  Elle fut très rapide et appela une serveuse pour faire resservir leurs verres. Il déposa un délicat baisemain avant e s’exprimer. « Mademoiselle Warner, je  suis un très mauvais client. Je viens rarement dans votre antre et je constate combien cet endroit me fascine toujours autant quand je pose mes yeux ici … et sur vous. Je voudrai vous présenter un ami, l’Archiviste du gouvernement, Édouard Ravenwood. »

Son compagnon de soirée se présenta à son tour et lorsque les politesses furent terminées, Elijah invita la belle Asarienne : « Mademoiselle Warner, nous sommes là non pas pour le plaisir des yeux que vous nous offrez, mais pour une affaire très importante. »

Il laissa le doute s’immiscer en elle. Édouard ne manquerait pas d’ajouter son petit laïus à son tour pour la désarçonner petit à petit. « Nous sommes ici au nom du gouvernement et vous allez nous être très utile. Il serait fort dommage de vous rappeler les devoirs d’un bon citoyen. »


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 959

Localisation : Asaria
Côté coeur : Célibataire

avatar
Edouard Ravenwood
Ancien ; Longue-Vie
MessageSujet: Re: [Intrigue : Dome Maudit] La chasse est ouverte ! || Jessica Warner - Edouard Ravenwood   Lun 7 Nov - 22:07

A l'intérieur du Diamond la fête battait son plein. Tintements de verres, discussions bruyantes s'élevaient dans la salle au rythme d'une musique d'un autre temps et qui pourtant n'avait rien perdu de son énergie. Les notes chaudes et rapides venaient jusqu'à mes oreilles, m'offrant une mélodie du sud qui n'était pas sans me rappeler la vie avant la grande pluie de feu. Ils étaient donc des choses, mis à part l'humanité qui avait su traverser les âges... Mon partenaire semblait être un adapte de ce genre d'endroit car déjà très à l'aise, je l'observais du coin de l'oeil desserrer le noeud papillon qui ornait son cou pour la soirée. Il semblait déjà avoir pris ses marques dans le Night Club avec une aisance propre aux Anciens. Pourtant, malgré la bonne ambiance environnante je ne me sentais pas particulièrement à l'aise. Me retrouver aussi près de cette Asaria en pleine décomposition m'étais insupportable. Sociable, moi? Pas vraiment. Mais en même temps, je n'ai jamais dit que je l'étais. Préférant fixer les glaçons flottant à la surface de mon verre je n'avais qu'une hâte, que le jeu commence pour ainsi savourer les multiples expressions dont la jeune Asarienne que nous venions voir, nous ferait partager au fil de la conversation.

Un rapide signe de la part d'Elijah me sortie de mes pensées. Redressant la tête en direction de l'endroit désigner. Là, entre les tables, glissait une créature flamboyante et vaporeuse. Elle avançait avec grâce au rythme de la musique latine qui flottait dans le club. Sa tenue épousait parfaitement ses courbes avant de glisser de ses hanches en cascade. Tornade écarlate, elle était encore loin de notre table mais je sentais que nous allions bien nous amuser dans très peu de temps. J'avais naturellement jeter un coup d'oeil sur le ministre m'accompagnant pour constater que lui même commençait à s'impatienter. Prédateur en chasse, je n'ignorais pas que ce dernier était d'un tempérament des plus sanguin. Je ne comptais plus le nombre de fois où se dernier avait laisser éclater son mécontentement ou sa colère depuis les derniers jours. Cette rencontre promettait donc d'être haute en couleur. Comment ne pas être amusé à l'idée de voir la tournure des événements? En y pensant je ne pu refréner un sourire au coin de mes lèvres. Tellement hâte.

Reine de la nuit, maîtresse en son royaume nocturne, la belle Asarienne arriva enfin à notre table et avant même qu'elle n'eut le temps de nos adresser ses premiers mots nous nous étions levez de nos sièges pour saluer la jeune femme. Désormais à la portée de notre regard je remarquais l'imprimé léopard de sa tenue qui lui conférait une toute autre allure. Aaron avait bon goût, ça on ne pouvait le lui retirer. Souriante, elle joua son rôle d'hôtesse à la perfection, allant même jusqu'à nous offrir une nouvelle tournée de nos précédentes boissons. Sa générosité l'honorait... Elijah fût le premier à s'adresser à la jeune femme. Ses propos me confirmèrent que ce n'était pas la première fois qu'il venait dans le Night Club. Même si apparemment il l'avait déserté depuis un bon bout de temps. Mon introduction ne tarda pas à être faite par ses soins, et comme pour répondre à sa présentation je m'étais respectueusement incliné devant la co-gérante une main sur la poitrine, l'autre dans le dos. A chacun ses manières aurais-je envie de dire.


- Ma chère, je n'ai pas souvenir que nous nous soyons rencontré par le passé et j'avoue sans honte que je ne suis pas un adepte du monde de la nuit. Pourtant je dois admettre que votre établissement et des plus captivant et je peux aisément comprendre que la population de la cité souhaite y vienne pour se changer les idées.

Tous s'assirent enfin et ce n'est qu'une fois les nouvelles boissons posées sur notre table qu'Elijah fît entendre sa voix. Si j'avais eu mon verre en main à ce moment là et que j'étais en train de boire une gorgée j'aurais probablement manqué de m'étouffer en avalant de travers en entendant ce dernier rentrer aussi rapidement dans le vif du sujet. Adieux la subtilité et vive le rentre dedans. Bon bah il fallait donc s'adapter à la situation. Assise en face de nous mon petit jeu d'observation se mit en place. Pas de réelle réaction de l'Asarienne en ce début de parcours. Mais quoi de plus normal. Poser la carte du Gouvernement sur la table était bien joué, toutefois comment ne pas prendre la dernière phrase de l'Ancien comme une menace lorsqu'elle est présentée de la sorte. Intérieurement ne soupirait. D'abord la diplomatie et ensuite l'intimidation. Le BA BA d'un interrogatoire en devenir.

- Ce que le ministre Huyana essayait de dire à sa façon c'est que je suis persuadé que vous ferez de votre mieux pour nous venir en aide dans l'affaire qui nous amène.

J'adressais un sourire amicale à la demoiselle. Tant qu'elle n'essayera pas de nous mentir ou de dissimuler des informations nous n'auront pas de raison de nous montrer agressif à son encontre. Dans un sens, c'était dans son intérêt de ne rien nous cacher. Après c'est elle qui déciderait au fur et à mesure de ses réponses du chemin que nous allions empreinter.

- Cependant vous demander votre concours miss Warner sans même prendre la peine de vous expliquer la raison de notre venue risque de rapidement nous faire tourner en rond et nous ne voudrions pas abuser de votre temps.

Aussi sans plus attendre, je tirais de la poche de ma veste une photo que je ne tardais pas à faire glisser sur notre table en direction de la demoiselle pour qu'elle ait tout loisir de l'observer. Sur le cliché, un homme affaiblis, aux traits tirés et aux joues creusées par la faim et la fatigue. Adossé contre l'un des murs de sa "prison", le regard dans le vide, il n'était plus que l'ombre de lui même. Aaron n'était plus qu'un homme brisé attendant qu'un mette un terme à son supplice...

- Reconnaissez-vous cet homme par hasard?

Elijah avait donné le ton, aussi la finesse n'avait plus lieux d'être autours de cette table. Ce cliché, je l'avais pris moi même un peu avant ce soir. Car je savais qu'il pourrait nous être très utile... L'ambiance commençait lentement à se refroidir alors que le silence prenait place entre nous...


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 653

Localisation : Entre tes draps
Côté coeur : Mon Loup

Activité/Profession (du personnage) : Copropriétaire du Light Of Diamond
avatar
Jessica Warner
Asarienne, 2e Génération
MessageSujet: Re: [Intrigue : Dome Maudit] La chasse est ouverte ! || Jessica Warner - Edouard Ravenwood   Lun 14 Nov - 11:53




Devant moi se tenaient deux hommes et non des moindres. Ils faisaient partie tous les deux du gouvernement. Je n’étais pas dupe sur leur venue ici, ce qui me surpris le plus ce fut … Eux. Pourquoi l’Archiviste et le  Ministre du Développement Sanitaire ? Je m’attendais à d‘autres visages, mais pas aux leurs. J’allais devoir me montrer très astucieuse pour contrer ces deux Anciens. Il n’était pas question pour moi de baisser ma garde ni encore moins de changer de comportement avec eux. Ma louve était aux aguets. Elle grondait au creux de mon ventre et sa méfiance résonnait à mes oreilles. Mon avatar canidé s’était révélé être un allié sur lequel je pouvais compter et qui m’aidait à avancer dans ce labyrinthe où se dressaient amis et ennemis. Le ministre Huyana fut le premier à se redresser et à me saluer. Comme à chacun de mes clients, je lui offris un sourire enjôleur.

 - Vous devriez prendre un peu plus de bon temps, Monsieur le ministre. Chaque homme, chaque femme doit penser à son plaisir aussi.

L’Ancien se tourna vers l’homme qui l’accompagnait pour faire les présentations. L’Archiviste se leva et il déploya toute sa connaissance des us et coutumes pour me saluer. J’inclinai ma tête à mon tour.

 - Monsieur Ravenwood, merci pour le compliment au sujet de mon établissement. Le monde de la nuit est très … ensorcelant. Il n’ouvre ses portes qu’aux créatures énigmatiques.

Je marquais bien évidement mon étonnement devant leur présence au Diamond. Ils n’étaient pas de ces clients récurrents que je pouvais voir toutes les nuits dans mon night-club. Je fis un signe à l’une de mes serveuses pour qu’elle vienne resservir leurs consommations. Je  le faisais ainsi pour toutes les tables, une fois dans la soirée. Je ne pouvais pas occulter deux membres importants de notre société. Le ministre Huyana ne paraissait pas être très patient ni très enclin à décliner toute une conversation autour de la politesse et de sujets plus légers. Il jeta cartes sur table. Ils étaient donc là, tous les deux au nom du gouvernement. Je ne cillai même pas tout en prenant une posture naturelle et interrogative.

 - En quoi, Monsieur le ministre, une propriétaire d’un night-club peut-elle être utile au gouvernement ? Vous m’en voyez très stupéfaite. Je réponds au nom de tout mon personnel. Je suis très à cheval sur la sécurité et le professionnalisme.

J’attendis le retour de mon hôtesse avec les verres qu’elle posa sur la table, pour prendre place avec eux. Une coupe de champagne avait été servie pour moi et les petites bulles de ce nectar pétillant remontées lentement à la surface du cristal. Le ministre n’avait pas perdu de temps dans son entrée en jeu. Je pris ma flute que je faisais tourner entre mes doigts. S’il était impatient et neveux. J’avais appris à maitriser mes émotions. Ma louve m’avait montré le moyen nécessaire pour masquer tous mes sentiments et rester neutre. Mon regard coula vers l’Archiviste qui semblait être mal à l’aise devant le comportement empressé de son comparse. Sa tournure de phrase me fit sourire. Il me caressait dans le sens du poil pour que je sois toute ouïe et disposée à leur obéir.
On ne caresse malheureusement pas une louve … Ni on ne s’en approche quand on ne la connait pas … L’ambre de mes prunelles se modifièrent. Je sentais ce changement. Je l’avais si souvent vu chez Aaron quand son comportement se transformait, quand le jeune scientifique presque timide faisait place à l’homme plus sauvage.

 - Quelle est donc cette affaire ? Je vous en prie, expliquez-moi tout cela pour éviter, comme vous venez de le souligner, une perte de temps pour nous tous, ici. Je suis bien entendue prête à faire mon devoir … de bonne citoyenne.

J’avais repris exactement les mêmes mots qu’avait employés le ministre en soulignant la fin de ma phrase et me m’arrêtant sur chacune des syllabes. L’Archiviste sortit de la poche de sa veste une photo qu’il fit glisser jusqu’à moi. Elle était retournée, face contre le verre lisse de la table. Je savais déjà ce qu’elle contenait. Mon cœur tambourinait contre ma poitrine et j’appelais l’aide de ma louve pour m’apaiser. Ni Huyana, ni Ravenwood ne devaient entendre les battements e mon cœur qui éveilleraient leurs soupçons.  Tout doucement, je retournai cette photo. Je découvris Aaron, épuisé, à bout. Trop de temps s’était écoulé depuis son arrestation. J’avais perdu mon plus précieux allié : Gabriel Laymann. Je ne savais pas comment contacter les Pacificateurs et maintenant j’allais devoir déguiser mes émotions. Je pris un air outré. Une grande dame comme moi, fille héritière d’un Ancien ne pouvait qu’être choquée par une telle scène… Le masque s’étira sur mon visage gommant tout ce qui pourrait me trahir, tout ce que mon cœur souffrait à l’instant même devant la cruauté que l’on faisait subir à mon homme.

 - Quelle horreur ! Pourquoi me montrez-vous ce prisonnier ?

J’observai cette photo comme on me l’avait demandée, mais je ne voyais rien, fixant un point sur celle-ci sans m‘attarder sur le visage et le corps d’Aaron. Ma louve se battait à l’intérieur de moi pour me garder sereine. Elle exerçait une pression sur mes émotions, mais je n’étais pas certaine qu’elle y arrive encore longtemps.

 - Attendez un instant, on dirait le scientifique, le Docteur Williams. Il vient assez souvent ici pour se détendre, comme une très grande majorité de mes clients, Messieurs. J’ai discuté avec lui plusieurs fois. En quoi  mes conversations avec cet homme peuvent-elles aider le gouvernement ?




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 235

Côté coeur : Veuf

Activité/Profession (du personnage) : Ministre du Développement Sanitaire et PDG d'Aquanet Technologies
avatar
Elijah Huyana
Ancien ; Longue-Vie
MessageSujet: Re: [Intrigue : Dome Maudit] La chasse est ouverte ! || Jessica Warner - Edouard Ravenwood   Mar 15 Nov - 19:01

Le ministre s’était montré direct, sans aucune forme de stratégies pour dévoiler ses intentions. Sa société et son nom avaient été mis en déroute par ce scientifique et un allié qui s’était trouvé au même moment dans la tour gouvernementale, ce jour-là, lors de la réunion. Williams avait des alliés. Cette femme aux courbes sensuelles qui se mouvait devant lui et l’Archiviste, allait payer très cher ses relations. Il laissa Édouard rétablir une certaine politesse, plus finement menée. Cependant, il rageait de l’intérieur d’avoir à justifier de faux comptes rendus à la Dirigeante de la cité et à remettre à flot la confiance de ses pairs. «  Mademoiselle Warner. Nous recherchons des informations sur cet homme. Il s’agit bien du Docteur Aaron Williams. Il a été aperçu ici, dans vote club, à plusieurs reprises. Vous vous souciez de vos clients et nous avons pu le remarquer par nous-même, ce soir, que vous connaissez chaque visage. Vous avez un mot pour chacun. Nos visages étaient connus, mais j’admire cette facilité que vous avez à être aussi sociable, aussi  attentionnée. »

Elle prenait cet air ingénu qui lui donnait comme seul envie de poser ses mains autour de cette gorge délicate. «  Ne nous dites pas que vous n’avez fait que croiser le Docteur Williams. Je ne vous croirai pas Mademoiselle Warner. Mentir au gouvernement ne jouerait pas en votre faveur, ni pour lui. La ministre  cela justice et le ministre de la sécurité peuvent intervenir sur ordre écrit. Nous pouvons faire fouiller votre établissement ainsi que les appartements qui sont au-dessus si nous jugeons bon que votre comportement entrave  la bonne marche d’une enquête. Nous pouvons nous procurer toutes vos caméras de surveillance et analyser toutes ces vidéos. Je suis certain d’y trouver ce charmant Asarien en votre compagnie, quelque part sur une de ces banquettes confortables ou alors vous dirigez ensemble vers l’une de vos alcôves privées. »

Des éclats sombres soulignés le regard cruel de l’Ancien. Jessica Warner était une créature à couper le souffle, dotée d’un corps qui ne laissait aucun homme serein. Elle pourrait jouer de ses atouts. Il succomberait peut-être non sans lui avoir fait subir son jeu. «  Une autre équipe doit se déplacer chez les parents du Docteur Williams. Leur fils a trahi la cité. Il doit payer pour cela. Mais peut-être que la Grande Conseillère sera généreuse et que sa clémence viendra adouci le sort de votre … Comment dois-je l’appeler Miss Warner ? Votre amant ? Votre compagnon ? »

L’Amérindien glissa son bras sur la table et il empoigna durement la main douce et gracieuse de la Latine qui lui faisait face. Femme fatale au caractère bien trempée, elle ne se laisserait pas piégée aussi facilement et rapidement. «  Ne désirez-vous pas rendre son quotidien plus léger ? Il ne vous regardera plus de la même façon si la femme qu’il aime lui tourne le dos. Je pourrai demander une faveur à la Grande Conseillère, celle de rendre visite au Docteur Williams. »

Elijah accentua la pression de sa main sur celle de l’Asarienne. Le Docteur Williams avait piétiné son nom et sa société. Il n’avait pas cédé sous les tortures. Mais cette femme cracherait le morceau. Et si ce n’était pas elle, Williams pourrait céder plus facilement en voyant la tigresse se faire malmener par des soldats ou bien par lui. Ça c’était une idée qui le ravissait. Faire rompre un homme en molestant sa femme. « Que savez-vous sur ses projets de nuire à la cité, au gouvernement et … A moi !! ? Je veux des noms ! Il a dû vous donner des détails ! Un homme se confesse sur l'oreiller. Miss Warner, vous n’aimeriez pas savoir toutes les idées qui tournent dans ma tête en ce moment, vous concernant. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 959

Localisation : Asaria
Côté coeur : Célibataire

avatar
Edouard Ravenwood
Ancien ; Longue-Vie
MessageSujet: Re: [Intrigue : Dome Maudit] La chasse est ouverte ! || Jessica Warner - Edouard Ravenwood   Sam 17 Déc - 19:26

Les événements prenaient une tournures qui ne pouvaient que me plaire. Souriant, le laissais glisser mon majeur sur le bord de mon verre. Guettant la réaction de la jeune Asarienne face à cette photographie fraîchement présentée. Il avait été établi en amont qu'Aaron et elle étaient étroitement liés. Physiquement et psychologiquement, il y avait bien longtemps qu'ils n'avaient fait plus qu'un. Aussi la voir jouer la carte de la jeune femme de bonne famille choquée par le cliché était pour moi un véritable délice dont je me délectais sans honte. Comment aurait elle pu réagir autrement? C'était tellement prévisible. Pourtant j'aurais été tenté de l'applaudir devant son jeu d'actrice. Elle se voulait détachée, neutre dans cette situation dans laquelle elle était pourtant inévitablement impliquée. A sa guise, on ne pourra pas me dire que je ne lui ais pas donné sa chance.
Récupérant lentement la photo, je posais à mon tour mon regard sur cette dernière une dernière fois...


- Navré de vous avoir choqué miss Warner. La prochaine fois je ferai en sorte que le prisonnier soit présentable afin de ne pas heurter vos yeux...Enfin si il y a une prochaine fois pour lui...

Pas de menaces, juste une constatation. L'épuisement et la malnutrition avait progressivement eu raison du docteur. Sans l'accès aux avantages que lui avait prodigué le SEER, Williams était un homme comme les autres. La moindre fracture prendrait des semaines voir des mois à guérir. Ce n'était plus qu'une question de temps avant ce que dernier ne nous claque entre les doigts. Et ça, je ne pouvais le permettre. Aaron était la clé menant à une force qui nous dépasse complètement. Il ne pouvait disparaître. Cette option n'était pas envisageable. Approchant l'image de la bougie décorant le centre de notre table, c'est sans la moindre hésitation que je regardais les flammes naissantes lécher ses bords, faisant disparaître, petit à petit, la photo pour ne laisser d'elle que des cendres.

Perdu dans mes réflexions, la musique environnante n'était plus qu'un vrombissement. Les voix n'étaient plus distinctes et j'avais beau être à côté d'Elijah, je devais admettre que la sienne s'apparentait désormais à un fond sonore au loin. Et dans un sens ce n'était peut être pas plus mal car du coin de l'oeil je vis ce dernier se saisir de la main de miss Warner. Et lorsque l'on connait le personnage ce n'était certainement pas pour lui dire des mots d'amours. Depuis cette funeste réunion, le ministre n'était plus qu'une âme errante, recherchant à laver son nom. Son tempérament impulsif s'en était retrouvé décuplé et rien ne saurait résister à son désir de vengeance. Sa réputation était en jeu et ce n'était pas cette Asarienne qui se mettrait au travers de son chemin. Mais qui sais après tout...

En le voyant agir ainsi qui n'aurait pas été tenté de faire le parallèle avec les chasses aux sorcières des siècles passé? Je revins parmi eux lorsque l'amérindien resserra un peu plus sa poigne sur la main de la propriétaire des lieux. Sa façon de faire était vraiment trop brutale. Aussi pour éviter un quelconque scandale il fallait agir rapidement. Une pichenette dans mon verre et le bruit se répandit en écho dans tout le night club. Immédiatement la musique s'arrêta, les conversations se turent et les gens furent figés sur place. Statues suspendues dans le temps dont je venais d'arrêter le court. Si la situation devait prendre une malheureuse tournure autant que personnes ne s'en rende compte. Jetant un coup d'oeil aux alentours, je finis par soupirer en me levant de ma chaise. Déambulant mon verre à la main, je me mis à me promener sur la piste de danse, zigzagant entre les danseurs d'un soir.


- N'ont pas que je désapprouve vos méthodes Elijah, chacun ayant les siennes, mais ce n'est certainement pas de cette façon que miss Warner se montrera coopérative. A moins que ce soit justement ça que vous ne souhaitiez... Qu'elle résiste pour que vous puissiez vous amuser...

Ne voyant pas l'avenir je ne pouvais qu'émettre cette hypothèse qui, lorsque l'on connaissait mon acolyte de la soirée, pourrait s'avérer totalement plausible. Quel sadique n'aime pas que sa victime ne montre pas un peu de résistance?

Vraiment détaché dans cette histoire, j'étais pour le moment un simple observateur. Impatient de voir la suite de cette histoire. D'un pas tranquille je terminais ma promenade en me dirigeant vers le bar. C'était drôle de voir les positions des clients figés. Mais c'est le barman qui attira mon attention. Un cocktail suspendu entre deux récipients, il avait l'air tellement concentré et en même temps on pouvait lire dans ses yeux le plaisir qu'il prenait dans son travail. Et soudain un détail me revint en mémoire...


- On voit tout de suite que votre frère prend du plaisir dans son travail...

Contournant le bar pour me rapprocher de l'homme en question, je l'écartais lentement pour regarder les diverses bouteilles ornant les étagères. Trouvant mon bonheur je la saisi avant de m'en servir un verre. Et avant même d'entendre la moindre protestation je poursuivis...

- Pas de panique, je payerai cette consommation...


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 653

Localisation : Entre tes draps
Côté coeur : Mon Loup

Activité/Profession (du personnage) : Copropriétaire du Light Of Diamond
avatar
Jessica Warner
Asarienne, 2e Génération
MessageSujet: Re: [Intrigue : Dome Maudit] La chasse est ouverte ! || Jessica Warner - Edouard Ravenwood   Ven 23 Déc - 18:30





Je n’avais aucun plan en tête pour me défendre contre ces deux Anciens. J’avais émis beaucoup de scénarios comme celui d’approcher par tous les moyens les Pacificateurs, mais pas celui d’être la biche piégée par deux prédateurs. Je ne savais pas comment ces deux hommes avaient fait pour remonter jusqu’à moi et comment ils en étaient arrivés à la conclusion que j’entretenais une relation avec Aaron. Le ministre du Développement Sanitaire perdait son calme. Il avait besoin de mes réponses et je ne lui en fournirai aucune. Il tentait de me faire perdre mon calme, d’appuyer là où ça ferait le plus mal lorsqu’il parlait d’Aaron et de son sort, des vidéos du Diamond qu’il pourrait se procurer.

- Monsieur le Ministre, vos accusations sont très lourdes. Qu’avez-vous donc d’aussi précieux pour être aussi certain que le Docteur Williams et moi soyons des amis plus qu’intimes ? Comme dans tout établissement qui se trouve dans notre chère cité, vous allez devoir effectivement me montrer un ordre écrit pour que vous ayez accès aux vidéos de surveillance ou bien aux appartements privés. La loi est la même pour tout le monde.

Sa main attrapa tel un serpent la mienne. Je fus d’abord surprise par ce geste et je compris alors où il désirait en venir. Il exerçait une pression de plus en plus forte sur la mienne. Je ne céderai pas malgré la douleur qu’il m’infligeait pour me voir me soumettre à ses caprices. Mais quelque chose se passa, invisible aux yeux de l’Ancien et de l’Archiviste qui jouait comme un enfant à faire bruler la photo d’Aaron à la flamme de la bougie. Un détail stupéfiant que je ressentis, s’éveillant de mon poignet, de ce tatouage dissimulé par l’épais jonc qui l’ornait, un bracelet fait de pierres d’un bleu incomparable qui rappelait la clarté magnifique des yeux de l’homme que j’aimais. La douleur s’atténua lentement. La poigne du ministre se refermait toujours sur ma main, mais je n’avais plus aucune sensation de cette force cruelle qui m’enserrait. Je ne la percevais plus comme si j’étais protégée par cette Puissance dont j’avais été le témoin de sa présence avec Gabriel, cette nuit-là, chez moi. Mes yeux se posèrent sur nos mains un bref instant puis mes prunelles se relevèrent pour dévisager Elijah Huyana. Elles avaient changé. Je n’avais pas besoin de me regarder dans un miroir pour confirmer mes pensées. Aaron avait ce pouvoir de changer ses yeux dès que les émotions de son loup fusionnaient avec les siennes. C’était à présent une lueur ambrée au reflet sauvage que le ministre pouvait observer.

- Je peux vous donner la liste de mes amants, Monsieur le ministre. Beaucoup d’hommes se sont livrés sur mon oreiller, vous avez raison. Je connais de nombreux secrets … Mais je devrai alors en avertir immédiatement ces personnes et leur donner votre nom. Et là, bien que vous ayez dans votre entourage le ministre de la Justice et tous les membres du gouvernement pour vous appuyer dans votre quête de vérité, vous entrez de plein pieds dans la vie privée de ces personnes. Elles n’auront d’autres choix que de se défendre par des procès. Imaginez Monsieur le Ministre … Je me penchai vers lui, un sourire sensuel et animal se dessina sur mes lèvres gourmandes. … De nombreux procès à n’en plus finir, les médias sur vos pas à chaque heure. Vous pourriez même être destitué de votre place au sein du gouvernement en attendant de voir se terminer toutes ces affaires. Est-ce cela que vous cherchez vraiment ?

La partie de poker ne faisait que commencer. Je bluffais ou pas. Je ne céderai pas à cet Ancien aussi facilement. Je n’avais pas d’ailes luisantes qui ornaient mes épaules comme Gabriel, mais j’avais cette Puissance qui coulait dans mes veines et que je sentais s’infiltrer sous chaque pore de ma peau. J’avais malheureusement pour moi oublié que le ministre n’était pas venu tout seul au Club. L’Archiviste s’était montré discret durant mon échange avec son confrère. Il fit tinter son verre et un phénomène époustouflant se répandit dans tout le Diamond. Son pouvoir était fantastique. Chaque personne s’était arrêtée et s’était figée. La musique, les mouvements, tout était suspendu sous l’impulsion de l’Archiviste. Il se leva de son siège et commença à zigzaguer entre les clients et le personnel pour s’approcher du bar où se tenait Casey, en pleine démonstration d’une de ses préparations de cocktails. Mon frère était figé dans ses gestes, les bouteilles immobilisées dans les airs.

- Cela fait partie des passions de mon frère, de créer des cocktails. C’est bien dommage de l’avoir figé. Il vous aurait fait une de ses démonstrations. Que voulez-vous de plus Monsieur Ravenwood ? Vous voulez que je vous décrive mes orgasmes avec  chacun de mes amants ? Ho non, je ne pense pas que c’est cela que vous soyez venu chercher ici.

La femme venait de s’effacer au profit de la Louve, plus combattive, plus joueuse, plus dangereuse. C’était l’occasion de bousculer  l’attitude de ces deux Anciens. Je retirai d’un coup sec ma main prise au piège de celle du ministre Huyana.




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 235

Côté coeur : Veuf

Activité/Profession (du personnage) : Ministre du Développement Sanitaire et PDG d'Aquanet Technologies
avatar
Elijah Huyana
Ancien ; Longue-Vie
MessageSujet: Re: [Intrigue : Dome Maudit] La chasse est ouverte ! || Jessica Warner - Edouard Ravenwood   Ven 30 Déc - 0:06

« Ne jouez pas à être plus maligne que nous Mademoiselle Warner ! Vous avez peut-être oublié un détail ! Je vais vous rafraîchir la mémoire ! Vous vous êtes présentée à la Milice pour rendre visite au prisonnier, Aaron Williams, il y a peu. On vous a indiqué qu’il n’avait droit à aucune visite, comme à ses parents. Vous vous comportez toujours ainsi avec de simples clients ? Ou bien le docteur Williams entre dans une catégorie d’amants privilégiés ? »

L’Asarienne bien que magnifique aux attraits sauvages ne pouvait décemment pas gagner face au ministre Huyana et à son acolyte du moment, l’Archiviste Ravenwood. Cette femme cachait des secrets et très certainement elle en savait bien plus qu’elle ne l’avouait. Son amant, le fait était incontestable pour l’Ancien, n’était pas un simple individu lambda travaillant discrètement pour le Centre de Recherches. Un de ces petits employés propre sur lui qui passait ses jours et ses nuits devant ses équations.  Et sa maitresse payerait pour lui, pour l’outrage fait au gouvernement et à l’image de sa société. Elle jouait sur un terrain dangereux et malgré ce fait évident, la Latine se mua devant lui. Ses yeux déjà envoutant se transformèrent. Il en sentait les vibrations. Son pouvoir d’absorption de l’énergie vitale lui indiquait une modification fascinante chez sa semblable plus jeune que lui de plusieurs décennies. Même sa voix, son comportement, son corps, tout traduisait une métamorphose. « Les médias seront muselés par le ministre qui en a la charge. Toutes ces personnes se verront accusées de complicité et de traitrise au gouvernement. Je ne crois pas que vos connaissances aient le courage de me tenir tête très longtemps et de voir leurs noms traines dans la boue à cause de vous, Miss Warner !»

L’Archiviste avait une méthode différente de celle du Séminole. Huyana possédait des origines d’une lointaine civilisation, nommée autrefois : Les Indiens. Il en avait hérité un esprit affuté, un sens de l’observation incroyable et une détermination aussi gigantesque que celle du Général Van Brënner. Son comparse était très différent de lui. Il était plus en retrait, plus silencieux et plus malsain. Huyana étalait son jeu pour éviter une perte de temps. Edouard Ravenwood était plus raffiné et méticuleux. Le pouvoir de l’Archiviste déferla sur la salle du night-club et chaque personne se retrouva figée. Seuls les deux Anciens et la charmante créature avaient encore toute la liberté de leurs mouvements. « Je ne suis pas patient mon cher Édouard. C’est un temps trop précieux qu’on doit préserver. »

Il étudia la réponse de l’Asarienne à son comparse et lorsqu’elle se libéra vivement de l’étreinte de sa main, Huyana se leva de son siège et contourna lentement, comme un prédateur vers sa proie, la table qui la séparait d’elle. De toute sa hauteur, il se plaça dans son dos et ses grandes mains glissèrent sur les épaules dénudées et satinées de son futur gibier. Ses doigts caressaient indécemment cette peau douce que le Docteur Williams avait sans doute déjà gouté de nombreuses fois. Ils descendaient à la naissance  du bustier de sa robe rouge,  dissimulant les formes généreuses de la latine. Ses doigts remontèrent lentement à sa gorge, enserrant alors son cou. Il se pencha à son oreille. « Vous avez parlé d’orgasmes ? Je peux en en procurer ici même, Miss Warner. Vous seriez beaucoup plus détendue et nous pourrions reprendre une discussion plus sereine. Je suis persuadé d’être encore plus performant que le Docteur Williams entre vos cuisses. »

La pression de ses mains contre la gorge de la jeune femme se fit encore plus forte. « Si vous ne parlez pas, il le fera. Quel meilleur moyen de faire parler un homme si entêté et si rebelle que de lui montrer sa bienaimée se faire molester ? Pour éviter d’en arriver à cette limite, Miss Warner, dites-nous tout ce que vous savez. Votre amant aura peut-être un procès équitable. J’espère que vous connaissez un juriste compétent ? Il en aura besoin si le gouvernement lui accorde sa clémence.»

Il garda sa prise d’une main et de celle de libre il y glissa sa poigne dans sa longue chevelure. Il tira dessus et il la fit basculer en arrière. « Il avait un appui dans la tour gouvernementale, quel est son nom ? Sur quels projets travaillait-il ? Avec qui ? Pour qui ? Parlez … c’est ce que vous avez le mieux à faire ! »


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 959

Localisation : Asaria
Côté coeur : Célibataire

avatar
Edouard Ravenwood
Ancien ; Longue-Vie
MessageSujet: Re: [Intrigue : Dome Maudit] La chasse est ouverte ! || Jessica Warner - Edouard Ravenwood   Mar 3 Jan - 23:15

Ma petite escapade derrière le comptoir du bar c'était soldée par la récupération d'une bonne bouteille et qu'un verre à pied. Souriant à l'idée de déguster ce doux nectar vermeil, j'écoutais d'une oreille les propos que la co-propriétaire des lieu m'adressait.

- Mais je n'en doute pas un seul instant miss Warner. Il semble jongler avec les bouteilles comme d'autres jonglent avec les femmes. Mais peut être a-t-il ces deux cordes à son arc...

S'en suivi sa délicieuse proposition de me décrire en détails les divers orgasmes qu'elle aurait eut avec bon nombre d'amant. A cette offre je ne pu cette fois-ci retenir un rire sincère et amusé. Cette demoiselle avait de la répartie et un mordant qui ne pouvait que séduire. Elle n'était clairement pas femme à se laisser marcher sur les pieds et à donner gentiment des informations. A la bonne heure, cela n'en serait que plus distrayant. A sa verve je lui adressais de loin un signe de la tête tout en la gratifiant d'un levé de verre pour lui signifier mon intérêt. Mais ce jeu verbale bien que distrayant à mes yeux ne semblait pas convenir à ceux de ministre. Je vis ce dernier se lever, pour ne pas dire bondir, de son siège pour diriger ses pas derrière Jessica. L'impatience se lisait dans son regard ponctué de colère. Et sa réponse à mon encontre me conforta dans cette idée. Il voulait des réponses claires et nettes. Passer par quatre chemins pour y arriver ne l'intéressait pas. Haussant les épaules en guise de réponse, je revenais près d'eux, bouteille et verre à la main. Zigzaguant parmi les statues du moment, je finis par les rejoindre comme on aurait rejoint des amis. Ce n'était pas un dîner spectacle, mais ce que j'avais sous les yeux ferait parfaitement l'affaire pour l'heure.

Parce qu'elle ne se montrait pas aussi docile, Elijah s'était décidé à l'emploi de moyens plus "physique" diront nous. Saisissant la créature par ses longs cheveux, il exerçait sur eux une pression, qui ne devait pas être agréable pour l'Asarienne. Mais ce qui m'interpella d'avantage dans cette démonstration de violence gratuite, ce n'était pas le tableau que j'avais sous les yeux, mais la couleur ambrée pigmentant les prunelles de la demoiselle. Ce regard, je l'avais déjà vu chez une tierce personne et pas des moindre s'il vous plaît. Posant bouteille et verre sur la table, je m'étais rapproché tranquillement d'eux. Ne montrant pas la moindre désapprobation face aux manières d'Elijah qui continuait d' imposer sa force sur la gorge et la chevelure de la belle Latine...


- Ces yeux...Vous avez les même...Se pourrait-il que...Vous êtes aussi capable de vous changer en cette espèce si chère au coeur du docteur Williams... Voilà qui est très intéressant...

Esquissant un léger sourire sur le coin des lèvres je croisais les bras face à cette découverte. Ce regard ambré, je l'avais déjà observé chez notre prisonnier, il y a bien des semaines de cela. Lors d'une brève rencontre qui, je dois dire, m'avait laissé un goût amère dans la bouche. L'Asarien ne s'était pas révélé aussi divertissant que je l'avais espéré et j'avais rapidement mit fin à notre entretien. Revoir cette teinte dans un autre regard...C'était donc vrai. Avec l'âge on devient nostalgique.

- Mais il est vrai que tout loup se doit d'avoir une louve...

A ces mots je jetais un petit regard espiègle sur notre victime, enfin plutôt sur la victime d'Huyana pour être plus précis. Ce n'était pas mes doigts qui décoraient son délicat cou de cygne mais bien ceux de l'amérindien. Combien de temps réussirait elle à supporter ce "viril" interrogatoire? J'étais curieux de le savoir... Reprenant ma place sur mon siège, je pris une lente gorgée laissant le liquide me brûler délicieusement la gorge. Parler de louve me fit penser que je devais également m'occuper de Kentara. Cette dernière avait obtenu un sursis grâce à cette recherche de la douce moitié du docteur, mais désormais elle revenait au premier plan de ma chasse.

De nouveau j'écoutais mon partenaire prendre la parole. Le ton était donné. Les civilités avaient été mise de côté et ce n'était plus que la force brute qui saurait parler au travers de ses gestes. Contrairement à la plupart des Asariens, Elijah n'avait aucun scrupule à s'en prendre à une femme si ça pouvait servir ses desseins et lui permettre d'obtenir des informations. Voilà une chose sur laquelle nous nous rejoignons. Car après tout, un renseignement est un renseignement quelques soit le sexe et l'âge de la personne. Mais ce que je ne comprenais pas c'était cette façon de procéder. Le ministre a en sa possession des dons d'une puissance équivalente à son âge. Alors pourquoi ne pas les employer? Ne serait-il pas plus logique d'en user pour obtenir plus facilement que ce l'on souhaite?


- Pourquoi ne pas utiliser vos donc Elijah? Nous serions ainsi fixé plus rapidement puisque vous le dites vous même le temps est trop précieux et nous devons le préserver. Nous lui avons donné une chance de pouvoir nous dire ce qu'elle savait de son plein gré. Elle a choisi sa voie, à nous de le prendre en considération et d'agir en fonction. Et quand bien même saurait-elle quelque chose, vous et moi savons parfaitement qu'elle ne nous le dira pas. L'amour est une faiblesse qui rend les gens stupides. Le silence n'aidera en rien celui qui croupi dans sa cellule. Qu'elle fasse à sa guise. Personnellement, plus elle se mue dans le silence, plus cela m'amuse. Mais vous semblez pressé.

Je voulais la voir se débattre, tenter de résister à son interrogatoire. Chaque refus de sa part, chaque mensonges ne seraient que plaisir et friandise pour moi. Plus elle gardait le silence et plus j'attendais l'apothéose de cette rencontre. Cette confrontation qui pourrait me permettre s'assouvir mes pulsions sanguinaires. L'Asarienne n'était plus depuis un moment, tout son être s'était changé en une créature plus effrontée, plus maligne et plus joueuse. Le jeu pouvait commencer. Satisfait de la tournure que prenaient les événements je croisais les bras, attendant le prochain coup des participants. J'avais offert une proposition rapide à Elijah, allait il s'y attarder ou bien privilégier la force physique? Tic tac...monsieur Huyana...Tic tac...



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 653

Localisation : Entre tes draps
Côté coeur : Mon Loup

Activité/Profession (du personnage) : Copropriétaire du Light Of Diamond
avatar
Jessica Warner
Asarienne, 2e Génération
MessageSujet: Re: [Intrigue : Dome Maudit] La chasse est ouverte ! || Jessica Warner - Edouard Ravenwood   Lun 16 Jan - 21:31






Les deux Anciens agissaient différents. Chacun avait sa tactique propre pour me déstabiliser. Le ministre Huyana était très bien renseigné. J‘étais allée rendre visite à Aaron dès qu’il avait été arrêté, mais jamais on ne m’avait laissé le droit de le voir et de lui parler. J’avais croisé ses parents ce même jour et je m’étais présentée. A eux aussi on leur interdisait d’approcher leur seul fils. Ce souvenir me revint en mémoire.


Citation :

Flash Back

- Excusez-moi de vous déranger, mais j’ai entendu votre nom. Vous êtes les parents d’Aaron ?

- Vous c’est bien cela. Vous  vous le connaissez Mademoiselle ?

- Oui je le connais très bien, je suis Jessica Warner. Nous sommes … comment dire …

- Ho ! Aaron nous a parlé d’une jeune femme qu’il fréquentait souvent. C’est donc vous, la charmante sirène qui avait volé le cœur de mon fils ! Je suis très heureuse de vous voir ici même si ce ne sont pas dans de bonnes circonstances.



J’aurai dû me douter que tout était filmé dans les locaux de la Milice, mais pas au point de savoir que le ministre avait épluché les vidéos de surveillance. Peut-être aurais-je mieux fait de rester plus discrète et ne rien tenter. Mais me connaissant, je n’aurai pas pu rester passive sans essayer de lui parler, d’en connaitre davantage sur tout ce qui s’était passé à la tour gouvernementale cet après-midi-là. Je venais de me libérer vivement de la prise de sa main sur la mienne. J’avais ressenti une force couler dans mes veine et mon tatouage bien dissimulé sous mon bracelet, s’éveiller. Il palpitait dans mon sang. Ma louve ne supportait pas d’être touchée ainsi par un inconnu et moi non plus. Cette association très particulière de mon don d’animorphe et de cette marque me poussa à affronter l’homme du gouvernement. Mes prunelles s’étaient muées elles aussi reflétant mon avatar canidé.

- Très bien Monsieur le ministre. Vous avez raison. Le Docteur Aaron Williams est bien plus qu’un client, c’est aussi mon amant. Maintenant que je viens d’avouer un méfait dès plus inacceptable, vous allez m’arrêter ?   Parce que vous allez devoir agrandir les cellules de la prison, voir même devoir modifier le QG de la Milice, car la cité doit regorger en son sein de très nombreux amants. Je ne savais pas que d’avoir une relation sexuelle avec un homme était passible d’un emprisonnement ou d’un motif de trahison envers notre gouvernement !

Je me méfiais de ces deux hommes et si l’Archiviste s’était tenu à l’écart, distribuant ses pions lentement et avec précision comme dans une partie d’échec, il était aussi dangereux que le ministre du Développement Sanitaire et PDG d'Aquanet Technologies. Il n’en resterait pas là. C’était un prédateur et il n’aimait pas perdre. Il se redressa immédiatement de son siège et donna à ses gestes  une empreinte dangereuse, peut-être pour m’intimider. Je le sentis s’approcher dans mon dos et lorsque ses doigts caressèrent ma peau jusqu’à la naissance du corsage de ma robe de soirée, je ne pus contenir un rugissement rauque de dégoût. Damien Stark s’était amusé à cela avec moi et cette nuit-là j’avais été sa victime. Je n’étais pas encore consciente de mon pouvoir. Il s’était activé à ce moment-là. Depuis, Aaron m’avait appris à le contrôler, à écouter ma louve et à ne pas la retenir dans certains cas. J’étais maintenant capable de lui laisser toute la place et de rendre la femme plus passive. Son autre main agrippa mes longs cheveux. Je suivis le mouvement  qu’il  exigeait de moi en penchant ma tête en arrière et en dardant mes yeux ambrés et sauvage dans ceux du Longue-Vie. Un léger sourire malsain se dessina sur mes lèvres. Je pouvais de nouveau sentir la transformation s’opérer. Je passais doucement ma langue sur mes crocs pointus. La bête supplantait la femme.

- Faites attention à ne pas perdre votre virilité en essayant de vous glisser entre mes cuisses … Je mords … très facilement …

Sa main serrait ma gorge. J’aurai pu étouffer, mais je ne sentais aucunement la douleur.

- Je n’ai rien à dire sur le Docteur Aaron Williams, sur ses projets et ses appuis. J’ai autre chose de plus intéressant à faire avec lui quand il se trouve dans mon lit et entre mes jambes. Dois-je vous faire un dessin, Monsieur le Ministre ? Et ne me prenez pas pour une femme naïve. Un procès ? Vous êtes sérieux ? Si jamais le gouvernement se trompe de cible, vous serez tous trainés dans la boue … Et aux yeux de toute la cité, de toute la population, vous seriez alors tous discrédités. Ce n’est pas cela que vous voulez !

Je redressai un peu ma tête en écoutant les paroles de l’Archiviste qui s’était avancé devant moi, laissant sa bouteille et son verre sur le comptoir et mon frère par la même occasion.

- Vous avez raison Monsieur Ravenwood. Je suis moi aussi une animorphe. Mon avatar est le Loup comme le Docteur Williams. Vous avez de nouveau raison sur le fait que tout Loup trouve sa Louve … et toute Louve trouve son Loup. Par contre vous vous trompez sur l’amour. Vous n’êtes pas le seul à répéter que ce sentiment noble est une faiblesse pour quiconque le ressent. C’est faux ! C’est une force qui dépasse tout raisonnement. Quel dommage que vous ne l’avez jamais ressenti … ou peut-être est-ce trop loin dans votre mémoire.

Ravenwood poussait son confrère à utiliser ses pouvoirs sur moi pour m’arracher la vérité. Le ministre devait être doté d’un pouvoir psychique comme la télépathie.

- Faites ce qu’il vous dit ! Utilisez votre pouvoir sur moi et vous constaterez que je ne sais rien de plus ! Qu’attendez-vous ?!

Je jouais mes dernières cartes. Je ne savais rien sur les projets d’Aaron. Lui-même avait voulu me tenir éloignait de tout cela au cas où si un jour on viendrait à m’interroger. Mais malheureusement, je savais quelque chose sur lui. Son appartenance à un groupe. Je fermais mes yeux et je priais silencieusement pour que quelque chose d’imprévisible et de puissant me vienne en aide.




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 235

Côté coeur : Veuf

Activité/Profession (du personnage) : Ministre du Développement Sanitaire et PDG d'Aquanet Technologies
avatar
Elijah Huyana
Ancien ; Longue-Vie
MessageSujet: Re: [Intrigue : Dome Maudit] La chasse est ouverte ! || Jessica Warner - Edouard Ravenwood   Mar 17 Jan - 21:06

La main serrée dans les cheveux soyeux de la Latine. L’autre autour de sa gorge fine, ai contact de sa peau douce, le ministre Huyana était devenu un prédateur prêt à soumettre la belle victime. Son collègue, Edouard Ravenwood avait opté pour une diplomatie améliorée à sa façon. Elijah n’avait pas de temps à perdre à ce jeu. L’Asarienne finit par céder du terrain, mais quelque chose s’était passée en elle. Le pouvoir de l’Ancien sur l‘énergie vitale avait détecté un changement inhabituelle. La jeune femme au corps somptueux, copropriétaire du night-club et femme d’affaires redoutable s’était muée en une créature mystique. Il venait d’apercevoir ses yeux étranges et fascinants. Les mêmes que ceux du traitre lors de son interrogatoire. Des dents pointues attirèrent l’attention d’Elijah. Il n’avait jamais vu cela auparavant en dépit de son grand âge, cette femme lui prouvait qu’en tant qu’Ancien, il y avait encore des évènements que le surprenaient.  Il se canalisa non pas sur la provocation et la menace de Mademoiselle Warner, mais sur sa métamorphose. « Qui êtes-vous Miss Warner ? Vous venez de faire un pas en avant dans notre échange. Nous savions déjà votre lien intime avec le Docteur Williams. Vous nous offrez un renseignement inutile. Cessez de solliciter ma colère. Personne ne vous viendra en aide. Vous êtes une femme magnifique. Ça serait un véritable dommage de devoir  vous infliger les mêmes tortures qu’à votre amant ! »

Elle n’avait pas tort même s’il rageait au fond de lui de l’admettre Un procès pourrait s’avérer un bon coup de publicité pour le gouvernement. Montrer l’autorité et la puissance au peuple et à toute la société. Ce même procès pourrait faire chuter le gouvernement dans les flammes si l’opinion publique se mettait à voir Aaron Williams comme une victime du pouvoir et si ce dernier était défendu par un excellent avocat. Rien ne prédisait à Elijah qu’un tel procès serait favorable aux Anciens. Il tira encore plus sur la tignasse de l’Asarienne et s’abaissa pour lui chuchoter à son oreille. « Vous êtes ma digne fille de votre défunt père. J’aurai aimé avoir une fille telle que vous, qui sait défendre ses idées et n’y renonce pas. La mienne n’était qu’un détritus.  »

L’Archiviste qui s’était amusé à figer le temps et tous les clients du night-club, jouant avec le barman et accessoirement frère de l’Asarienne revint à leur table. Il avait observé ce même regard ambré et indomptable dans les yeux de la Latine. Malgré la force qu’il infligeait dans sa poigne en tirant sur ses longs cheveux, elle trouva la force de redresser sa tête. Elle admit qu’elle était comme Williams, une animorphe, se transformant en Louve.  Les deux amants étaient liés bien au-delà que du simple acte charnel et de l’attirance. Ils avaient une relation que même eux, les Anciens, ne savaient comprendre et expliquer. Ravenwood se complaisait dans cette situation et invita même Elijah à utiliser ses pouvoirs sur elle pour éviter, comme il l’avait présenté au début de cette conversation, de perdre du temps inutilement. Jessica Warner n’était pas contre. Elle insista. Etait-ce un bluffe de sa part ? Le ministre ne se laisserait pas aussi facilement manipuler par une femme aussi séduisante que dangereuse. « Je suis télépathe ma chère petite. Votre esprit n’aura plus aucun secret pour moi. Vous êtes si certaine de vous. N’est-ce pas de la prétention de votre part que de m’affronte sur mon terrain le plus puissant ? Edouard, puisque vous insistez autant que notre belle hôtesse, je ne ferai pas d’affronts de refuser !  »

Ses doigts autour de cette gorge délicate remontèrent sur ce visage fin et charmant. Ils courraient sur ces lèvres pulpeuses, cette joue gracieuse jusqu’à caresser cette tempe dont il sentait les veines battre à tout rompre. Le contact se fit alors. Son esprit entra dans celui de la jeune femme sans résistance. Sa télépathie s'infiltra dans les recoins de sa mémoire. Il y trouva des souvenirs intimes et le visage du traitre, Aaron Williams. Des images personnels de sa vie avec son frère, d’autres personnes, son quotidien. Son pouvoir insista, continua son chemin, persista, persévéra jusqu’à la rencontre avec un type inconnu. Une rencontre, un contrat, des confidences ici même dans une alcôve du Diamond. « Ouvrez votre esprit Miss Warner. Ne vous opposez pas à moi. Ne protégez personne. Vous n’y arrivera pas ! »


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 959

Localisation : Asaria
Côté coeur : Célibataire

avatar
Edouard Ravenwood
Ancien ; Longue-Vie
MessageSujet: Re: [Intrigue : Dome Maudit] La chasse est ouverte ! || Jessica Warner - Edouard Ravenwood   Ven 20 Jan - 0:53

Ma position personnelle face au concept qu'était l'amour ne tarda pas à m'apporter de la part de l'Asarienne cette douce leçon de morale que j'avais entendu bon nombre de fois par le passé. Chose amusante, elle-même avait déjà entendu mon plaidoyer sur cette faiblesse humaine. Face à ces propos un sourire sincère à la pointe de la nostalgie se dessina sur mon visage. Plongeant mon regard dans le verre devant mon visage exprima une mélancolie presque humaine. L'avoir ressenti... Pas une seule fois dans ma vie je n'avais cherché à laissé entrer ce sentiment nuisible dans ma vie. Mon âme à jamais marquée au fer rouge par ma vie humaine avait eu raison de mon coeur. "Les apparences...Rien n'avait plus d'importance que les apparences". Telles étaient les mots qui n'avaient eu de cesse de mettre répété au sein de ma vie passé...Ma vie de fils Ravenwood. Combien de fois avais-je essayer de gagner ne serait-ce qu'un regard de mon géniteur, lire dans ses yeux une quelconque affection. Temps d'années à retenir des leçons, des codes de bonnes conduites. Tout ça pour quoi? Être écarté du jour au lendemain d'un revers de la main pour une différence dont j'étais la victime et non le créateur. Et ce regard de dégoût et de pitié...Cette lueur vacillante dans le regard de ces fantômes du passé vivaient encore en moi. L'amour...Nan, les sentiments en général ne sont que des faiblesses qui faussent le jugement. Ils font naître l'espoir pour mieux le briser. Si telle était le cas alors j'avais fait mon choix...

L'amour? Ce n'est que pour les rêveurs, une simple réaction chimique qui donne de l'importance à un organisme vivant le temps de quelques décennies avant de pourrir dans la tombe. Combien de couples s'étaient promis un amour éternel et qui pourtant allaient de temps à autre voir si l'herbe n'étaient pas plus vertes ailleurs. Histoire dit-on de "pimenter" un peu le quotidien. Quelle magnifique message que voilà!!! Oui c'est sûr, l'amour dépasse tout raisonnement. A son contact on devient passablement idiot pour rester poli. L'amour est fugace, éphémère. On ne peut aimer toujours et il ne rend pas plus fort. Tout n'est qu'action/réaction. La preuve: si je m'amusais à lui montrer en live les souffrances qu'endurait ce cher Aaron, il serait alors très difficile à miss Warner de ne pas réagir à la vue d'un tel spectacle, voir même de tenter vainement d'appeler sa douce moitié dans l'amusant espoir qu'il l'entende... Ridicules et inutiles déploiement de bons sentiments que cela impliquerait. Elle mettrait ainsi en lumière cette faiblesse du "coeur" si facilement exploitable. Car la personne qui aime ne peut rester les bras croisés à ne rien faire et fonce tête baissée dans le plus simple des pièges... Le coeur à ses raisons que la raison ignore dit-on. Personnellement je préfère manipuler les sentiments des autres. C'est tellement plus divertissant...

Toujours ce sourire au coin, j'avais laissé mon index glisser sur le bord de mon verre qui ne tarda pas à émettre un son cristallin. J'aimais ce son aigu qui s'éleva dans la salle alors que miss Warner était toujours occupe avec ce cher ministre de la défense. Sa poigne sur la demoiselle n'avait pas changé. Et cette dernière divulguait par épisode des petits renseignements sur la personnes, confirmant des choses que nous savions déjà et faisant apparaître de nouvelles informations. Son regard ambré était dès plus fascinant. Et son audace imposait une certaine forme de respect. Un doigt glissant sur mon verre, une main sur laquelle s'était posé mon visage je continuais de regarder le contenu de mon verre...


- Ma chère, vous m'avez donné l'une des réponses que j'attendais de notre entretien. Aussi dois-je vous en remercier...

Mon regard changea brusquement de centre d'intérêt. Du verre j'étais passé au visage de la jeune femme. La facétie dansaient dans la prunelle de mes yeux. J'était comme un enfant à qui l'on venait de faire le plus merveilleux des cadeaux. A tel point que mon doigt avait cessé de glisser et que le son cristallin disparu, happé par le silence environnant. Par sa réponse, certes mièvre, nous savions qu'elle pourrait être un jouet avec lequel nous pourrions faire craquer le docteur Williams. Puisque "l'amour" vivait dans son coeur pour le prisonnier du Gouvernement. A la bonne heure...

- Donc à présent nous savons que vous avez bon nombre d'amants mais qu'Aaron possède une place particulière dans votre coeur. Tout comme lui vous avez un don d'animorphe. Que vous croyez en l'amour. Que vous savez montrer les dents. Et qu'un procès est une arme à double tranchant qui pourrait entacher la réputation du Gouvernement... En soit des informations tantôt banales, tantôt intéressantes. Ça manque de régularité tout ça dit donc mais nous avançons quand même. Lentement mais surement...

Ah, la réputation du Gouvernement...Mais qu'est ce que j'en avais à faire de sa réputation... Ce monde était gangrené depuis bien des années à présents et ne cessait de sombrer un peu plus chaque jours dans la folie. Mais concentré sur leur petit nombril égoïste les gens n'avaient que faire d'une Asaria à l'agonie. Masquer la vérité, prétendre que tout va bien dans le meilleur des mondes. Mais gratter la surface est la puanteur de la mort ne quittera jamais vos narines. Asaria n'était plus qu'une coquille vide. Les rêves placés en elle lors de sa création étaient mort voilà bien longtemps, lors de la course au pouvoir... Homme de l'ombre j'avais observé et retranscris chaque moments de son existence. Là ou le commun se contentaient de survoler son histoire, de vivre au jour le jour, j'avais vécu sa descente aux enfers jusqu'à notre heure... Cette observation n'avait fait qu'accentuer mon amertume envers l'espèce humaine au point que je m'en étais détaché. La vie humaines, qu'elle soit humaine ou asarienne, n'avait plus aucune valeur à mes yeux aussi ne trouvais-je de l'intérêt et des distractions que dans leur malheur. Alors voir le Gouvernement traîné dans la boue serait un spectacle tellement amusant...

Mais en parlant de spectacle. Ma proposition d'user des dons d'Elijah avait finalement fait son petit bonhomme de chemin en se frayant un chemin jusqu'à lui. Çà et le fait que nôtre hôtesse l'invite également à lire en elle comme dans un livre ouvert. Alleluhia, Saint Nicolas à reçu ma lettre. Le dîner spectacle allait continuer. M'installant confortable dans ma chaise comme on s'installe dans une salle de cinéma je regardais l'Ancien laisser glisser ses doigts le long du visage de Jessica jusqu'à atteindre ses tempes. Sans dire le moindre mot, je laissais mon index glisser dans l'air pour tracer des lettres invisibles au premier abord. Puis lentement, elles apparurent pour former un mot: PROJECTION...

Satisfait un léger mouvement du doigt dans la direction de la jeune femme fît obéir mes écrits qui vinrent se coller sur le front de la jeune femme. Fenêtre vers son subconscient des images commencèrent à être projetées au moment où Elijah entra en contact avec l'esprit de l'Asarienne. A chacun ses méthodes n'est ce pas? Ainsi je pu suivre en temps réel la balade psychique commencée par l'Ancien. Si les premières images n'apportaient aucun nouvel élément pertinent, faisant d'avantage passer la vie de miss Warner pour un navet de série Z, Elijah sembla finalement mettre le doigt sur des souvenirs qui suscitèrent d'avantages mon intérêt... Concentré, le sérieux avait fini par remplacer à cet instant précis mon habituel désinvolture...


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 95

Côté coeur : *

Activité/Profession (du personnage) : *
avatar
Compte PNJ
Un visage aux multiples facettes
MessageSujet: Re: [Intrigue : Dome Maudit] La chasse est ouverte ! || Jessica Warner - Edouard Ravenwood   Sam 21 Jan - 23:57

Disclaimer/HRP:
 




Voilà bien quelque chose auquel je n'étais pas encore préparé dans cette dimension d'Asaria. Prendre la forme de mon altérité et intervenir dans une situation qui pourrait infléchir les projets de la Terre d'Asaria. J'étais intervenu dans d'autres versions des nœuds du Temps. Bien entendu, j'avais souvent échoué à éviter le pire. Parfois j'avais pu l'adoucir, et de rares fois l'empêcher. Mais être dérangé pour sauver la mise à une simple entité organique était une première. Sans doute cette personne était-elle pour cette Cité une des Sept clefs de la Destinée ? Mon avatar humain souvent si méprisable et décadent avait immédiatement cédé à l'appel et m'avait permis de reprendre l'apparence de sa nature actuelle: celle d'un Ange. Il était satisfaisant de voler à nouveau sous cette forme et non celle ridicule de cet Asarien perverti doté de ces ailes noires ridicules qu'il avait choisies par provocation, témoignant ainsi d'un manque de respect à l'égard de sa mission. Cohabiter avec cet individu n'était pas sans me coûter quelques compromis, mais j'en avais connu de bien pires. Parfois, une étincelle de grâce s'échappait de ce corps corrompu et je pouvais imaginer pourquoi on me l'avait imposé comme hôte. D'ailleurs il ne put retenir une remarque qui, bien que superflue et très mal formulée, témoignait d'une survivance de raffinement et de beauté.

" Bien choisi, la zique pour faire notre entrée ! Au moins t'as pas des goûts de chiotte sur le plan musical, c'est déjà ça!"

La mission était de faire diversion pour tirer une certaine Jessica Warner d'une situation très périlleuse. Je volais depuis à peine une zeptoseconde que déjà mon symbiotique s'agitait, me faisant faire quelques embardées malheureuses. Je compris alors qu'il était à l'origine de cette mobilisation irrationnelle. Ainsi arrivait-il à provoquer mon intervention sans en référer à qui de droit ? Voilà qui était des plus contrariants ! Mais un être de ma nature se devait de rester neutre en toute circonstance. J'apparus donc au sortir du trou blanc affichant un visage parfaitement dénué de toute expression. Bien entendu, je devais contrôler mon hôte et accomplir cette mission puisqu'on m'avait autorisé à le faire. C'était tout de même assez fâcheux que cet olibrius, pardon, ce réceptacle, puisse avoir accès aux informations qui m'étaient normalement réservées. Je devrai malheureusement m’accommoder de cette situation inconfortable jusqu'à ce que son décès me libère et me permette d'autres perspectives que de cohabiter avec cet individu dépravé.  

J'apparus dans cette salle où toute vie était figée à l'exception de trois entités dont deux s'en prenaient à une troisième. Il était aisé de deviner laquelle je devais secourir, mais si jamais je n'en n'avais pas été capable, mon hôte me la désigna brutalement du doigt, enfin, de mon doigt. Deux Humains "rallongés" en menaçaient une troisième. Je détectai une divergence de sexe, cet attribut que les Humains jugent utile parce qu'il leur sert à se reproduire. Il me fut aisé alors de deviner les motivations de mon hôte à secourir la "victime". Il était attiré par le sexe opposé au sien bien davantage que par le sien, encore qu'il n'y soit pas entièrement insensible. Bien entendu je ne pouvais faire abstraction du fait que sous mon armure c'était le corps de cet obsédé qui palpitait et son cœur qui irriguait les muscles dont je me servais pour prendre forme et vie dans ce capharnaüm terrien. De toute évidence la créature étrange qui se faisait molester ne le laissait pas indifférent et mon poignet devenu incandescent en témoignait.

Le souffle de l'ouverture fit voler les tentures et nappes qui ornaient ces lieux dédiés à la débauche. Les deux mâles mortels étaient très concentrés sur leur victime mais le petit imberbe fut le premier à se retourner. Un enfançon en apparence seulement. Mes sens détectèrent un puissant arsenal spirituel dont il usait à ce moment même. Je dus apprécier sa maîtrise de ce que nous appelions les runes de confinement et de libération. Nul doute que ce petit malin les nommait autrement. De même que je portais différents noms suivant les peuples auxquels j'apparaissais. Il n'était plus temps d'empêcher ces deux-là de savoir ce qu'ils voulaient. Si Asaria avait voulu qu'ils sachent, il y avait une raison. Les images se projetaient, des images issues du psyché de la femelle. On y voyait entre autre apparaître le savant et aussi mon hôte. Il n'était pas surprenant que ce dernier soit mêlé à des complications mortelles. Il avait l'art de les attirer. C'était sans doute là ce qui motivait sa demande pressante pour que j'intervienne. Par Asaria ! Que ces méthodes m'étaient désagréables ! Se servir de ses fonctions diplomatiques pour sauver ses fesses ! Son esprit avait beau me seriner qu'il avait fricoté avec cette asarienne pour la bonne cause, je n'avais pas le temps de le vérifier, et je peinais à le croire sur parole... D'autant plus en considérant l'excroissance entre mes jambes.  

C'est quoi ça ?

Je n'eus comme réponse qu'un ricanement primaire et une pensée lubrique.

" Bienvenue dans ma peau Gaby !"

Je devais rester impassible en toute circonstance, mais cela était une épreuve avec un tel avatar.

Ne m'appelle pas ainsi ! Tu sais très bien les différents noms que je porte et celui-ci n'en fait pas partie !

Mais derrière nos échanges acerbes, j'avais perçu la véracité de ses mots et l'urgence de la situation. De toute façon s'il usait de mes pouvoirs à mauvais escient, il connaissait les conséquences. Et si j'étais floué ou manipulé, je serais au pire sévèrement réprimandé. Ce ne serait pas la première fois. Je n'étais pas précisément un modèle de discipline parmi les miens. Tant qu'il ne m'utilisait pas à des fins personnelles, je ne risquais pas grand chose. Tant que je ne trahissais pas la Grande Idée d'Asaria... Dans le cas contraire, je serais banni et lui mis à mort. Mais en quoi sauver cette femelle mortelle pouvait-il contrarier les plans de la Terre d'Asaria ? Rien n'indiquait qu'elle fût nocive. Dangereuse pour ces deux Asariens sans doute. Tout comme ils l'étaient pour elle. Mais pas pour Asaria, je le sentais. Tout ce qui se dégageait de cette scène, de cette capture de l'instant présent, indiquait simplement une destruction réciproque imminente des belligérants. Les deux bourreaux ne l'avaient probablement pas vu venir mais l'aura qui se dégageait de cette créature était tout aussi ancienne qu'eux, voire plus, et terriblement redoutable s'ils demeuraient sous leur forme actuelle. Quant à l'hypothèse où ils auraient eux aussi des pouvoirs de transformation, l'affrontement s'achèverait dans une boucherie sans nom. Bien entendu, mon rôle était d'empêcher les massacres quand ils pouvaient l'être. Parfois les mortels avaient, seuls, la main sur leur destin. Mais il en allait différemment pour ces trois là.  



Je pris une forme humanoïde plutôt familière pour leur apparaitre. En tout cas, elle le serait probablement pour la femelle au moins. Une forme censée être proche de mon hôte. Quelle dérision. J'étais bien plus ... bien plus "tout", par rapport à cet agité. Il n'était qu'une pâle copie de ma perfection. Mais il en avait toujours été ainsi. Nous prenions des traits proches de nos hôtes en les sublimant. Je levai la main gauche et dessinai la rune de déverrouillage, ce qui me valut, enfin, valut à mon hôte, une cuisante douleur au poignet.

"Ouaaah la vache! Ça fait un mal de chien ce ... ce truc !" 



L'onde se propagea autour de nous et dans la pièce puis au delà des murs pour se répercuter sur tout le territoire jusqu à l'océan. Sa puissance eut plusieurs effets, le premier et des plus appréciable étant de clouer le bec à celui dont j'occupais le corps.
Les autres effets furent néanmoins atténués par la puissance des sujets visés. Alors que le souffle du déverrouillage aurait désintégré les doigts du barbu qui emprisonnait les pensées de la femelle, cela ne produisit que quelques arcs électriques aux bout de ses serres prédatrices. "Un bon petit coup de jus quand même !" pensa mon hôte en s'esclaffant. Quant au magicien des runes fort habile, il fut le témoin d'un étrange combat entre ses hiéroglyphes très esthétiques et le O "dévé" qui les défaisait en quelques myriades étincelantes et diamantées. J'eus envie de me boucher les oreilles à l'exclamation de mon trublion de réceptacle qui ne put retenir un vulgaire " Dans ton cul Dorian Gray!". Quel vocabulaire ! Pourquoi donc avoir choisi cet individu pour me confier une mission aussi importante. Il portait cette marque au poignet et avait aussi souffert l'Inclusion. Ce qui est sans appel pour un mortel. On en meurt ou on y survit. Si on y survit, on devient hôte. Ce qui revient sensiblement au même. On meurt souvent en étant hôte. Finalement je devrais essayer d'avoir un peu de compassion pour ce mortel. Il y avait peu de chances qu'il survive à ce qui l'attendait.

Le troisième effet s'appliqua sur la femelle. Bien entendu, une rune de déverrouillage sert à déverrouiller ce qu'on retient. Et devinez ce qu'elle retenait encore un peu ? Je ressentis les échos de la libération de cette entité, vieille de plusieurs millénaires, dans les Terres Sauvages et dans sa cellule, l'autre, le savant, la ressentait aussi... Je l'entendis murmurer entre ses dents serrées "viens nous délivrer, petite mère ... "        
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 653

Localisation : Entre tes draps
Côté coeur : Mon Loup

Activité/Profession (du personnage) : Copropriétaire du Light Of Diamond
avatar
Jessica Warner
Asarienne, 2e Génération
MessageSujet: Re: [Intrigue : Dome Maudit] La chasse est ouverte ! || Jessica Warner - Edouard Ravenwood   Dim 5 Fév - 18:04

Il existe des forces qui nous dépassent. Ce n’était plus un doute ou une idée folle de ma part. J’en avais vu une petite partie de cette manifestation lorsque l’âme de la Cité, c’était ainsi que je l’avais nommée, nous avait parlé à Gabriel et à moi. Depuis, cette nuit-là, je possédais au creux de mon poignet un tatouage en forme de chiffre ancien pour ne pas oublier qu’Asaria vivait, qu’elle possédait une essence propre. Nous étions devenus « ses enfants » pour l’aider et la protéger d’un futur apocalyptique qui se dessinait de plus en plus. Dès l’instant où les deux Anciens étaient devenus un danger pour moi, j’avais ressenti la chaleur de ce symbole pénétrer  chacun de mes pores et provoquer en moi ma lente métamorphose en louve. La femme s’était retirée au profit de son avatar canidé, plus provocatrice, plus joueuse, plus audacieuse. Aaron m’avait expliqué que je ne devais pas avoir peur de lui laisser les rênes lorsqu’elle sentirait un piège tout près de moi. Et c’était ce que je venais de faire. Ni le ministre, ni l’Archiviste ne pouvait observer ce changement de personnalité, peut-être quelques détails seulement. Le corps de Jessica Warner était bien là devant eux, mais c’était ma Louve qui parlait à présent. Ses prunelles ambrées, l’exacte réplique d’Aaron, détaillaient les deux hommes qui cherchaient à impressionner et à faire capituler l’Asarienne.
 



Le pouvoir du ministre s’insinua tel un poison dans mon esprit. Je n’avais jamais subi le pouvoir d’un télépathe et ce que je vivais maintenant était presque indescriptible. C’était comme des lames qui déchiraient mes pensées pour atteindre mes secrets les plus personnels et les plus intimes. J’agrippai les accoudoirs de mon siège pour ne pas sombrer devant cette violation violente. La chaleur de mon tatouage s’intensifia au point de me faire aussi mal que la télépathie. Je résistais autant que je le pouvais. La femme s’était alliée à la Louve pour tenir tête à ce don bien trop puissant. L’Archiviste n’avait pas dit son dernier mot et il se servait de ses facultés obscures pour projeter mes pensées en images. Je pouvais voir mes souvenirs s’étaler comme un film. Je fermai les yeux et je me concentrai pour faire barrage à tout cela, mais j’échouai. Je devinais ce qu’ils voyaient, ce que le ministre arrivait à extirper de ma mémoire : ma rencontre avec Aaron, ici même, au Diamond. Notre première nuit  qui n’était pas seulement celle de deux âmes solitaires, mais celle de deux cœurs se trouvant. Notre dispute. Nos retrouvailles dans cette boutique et le soir où j’avais été attaquée et qu’il avait accouru à mon appartement. Je venais d’apprendre que j’étais une Louve   et lui un …

Je serrai les doigts sur ces accoudoirs. Ils ne devaient pas savoir … NON !!  Je laissai échapper un grondement  guttural  et j’ouvris les yeux, les dardant sur Ravenwood qui se tenait assis, nonchalant,  et satisfait du spectacle. Mes ongles avaient atteint leur transformation et des griffes rappaient le velours magnifique du fauteuil dans lequel j’étais installée. Le ministre Huyana se reprochait de la vérité et des informations qui desserviraient Aaron.

Je devais lutter.
Aaron me faisait confiance.
Gabriel m’avait fait confiance.
La cité croyait en moi.

Je luttais psychologiquement de toutes mes forces quand …

Une musique sortie de nulle part vibra de très loin. Était-ce encore un tour malsain de Ravenwood ? Un souffle prodigieux fit trembler la salle et soulever les nappes et les rideaux. Je tournai la tête, attirée par une lumière vive et une silhouette qui s’imposa devant nous. Je levai la tête, écarquillant les yeux devant cette apparence familière … Ma louve ronronna en appréciant l’homme qui était venu nous aider. Le ministre cria de douleur et je me redressai d’un mouvement vif sur mes jambes pour échapper à ce prédateur. La vitesse à laquelle je me déplaçais n’était plus celle d’une Asarienne. J’entendais des sons que même l’ouïe sensible d’un Ancien ne pouvait percevoir. Je discernai alors le hurlement lointain d’un loup et la voix … de mon Amour. Les deux Anciens surpris et pris de court par les phénomènes étranges qui se déroulaient dans la salle me donnèrent le temps nécessaire pour finaliser ma transformation. Avant de perdre la dernière lueur d’humanité que je possédais pour laisser place totalement à mon avatar … j’avais bien reconnu dans ce maelstrom de mirages … un visage … Celui de Gabriel. Mais ma Louve insistait pour reprendre le contrôle. J’offris un sourire à cet homme, cet ami qui était venu me libérer. J’avais toujours su qu’il n’avait pas pu disparaitre ainsi.

Je reculai des trois hommes qui se faisaient face je laissai ma Louve avoir la totale ascendance sur moi. Mes os craquèrent dans un bruit douloureux et excessif. Mon corps se courba sous les spasmes violents qui agitaient mon enveloppe de femme Asarienne, me laissant tomber à genoux sur le sol. Il se muait, se transformait, s’étirait. La robe de soirée se déchira au même moment où mon cri perça la salle principale du Diamond. Ma peau se recouvrait d’une fourrure de feu. Mon visage s’allongeait, ma longue crinière changeait, mes mains devinrent plus robustes et plus félins terminant ainsi l’évolution déjà commencée par les griffes. Ma voix humaine s’altéra en grognements et tout mon corps se modifia. Devant leurs yeux, la maitresse du night-club disparut et la louve apparut, retroussant ses babines pour y afficher des crocs pointus. Sur le dessus de sa patte droite luisait aussi le même symbole que je possédais au poignet.

Les deux Anciens avaient commis une terrible erreur : Réveiller bien plus qu’une Louve …


Spoiler:
 




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 235

Côté coeur : Veuf

Activité/Profession (du personnage) : Ministre du Développement Sanitaire et PDG d'Aquanet Technologies
avatar
Elijah Huyana
Ancien ; Longue-Vie
MessageSujet: Re: [Intrigue : Dome Maudit] La chasse est ouverte ! || Jessica Warner - Edouard Ravenwood   Ven 10 Fév - 18:48

L’esprit de l’Asarienne lui appartenait désormais. Il découvrirait ce qu’elle cachait avec autant de force. Sa télépathie se dispersa à travers les pensées de Jessica Warner sous l’aspect de filaments lumineux. Tous les secrets de cette femme étaient décortiqués. Il ne remonterait pas aussi loin dans le passé de la Latine. Il avait besoin de détails récents. Le visage du scientifique lui apparut et Huyana suivit la voie de cet évènement important dans la vie de cette femme. Les étapes de leur rencontre étaient troublés pas plusieurs éléments. Ils s’aimaient. Ils se repoussaient, se rencontraient, s’attiraient encore. Ces deux Etres tourmentés s’étaient trouvés et complétés. L’Amérindien ne croyait plus en l’amour et aux sentiments nobles, pourtant en contemplant l’histoire de la propriétaire du night-club, il admit que lui et Ravenwood avaient commis une terrible erreur : celle de prendre l’amour pour une faiblesse et non une force. Miss Warner était capable de tout pour protéger, aider et aimer le Docteur Williams. L’Archiviste s’était invité dans la partie et ses pouvoirs lui permettaient de voir en même tant qu’Huyana les images de l’esprit de l’Asarienne. Il n’y avait plus qu’un versant qui manquait pour comprendre bien au-delà de l’amour, ce qui liait cet homme et cette femme. Elle se crispait sous la rage de la télépathie qui violait son esprit et ses plus intimes images. Mais elle se battait telle une Louve, toutes griffes dehors. Elle refusait l’accès à Huyana d’une toute petite partie de son esprit et c’était là qu’il trouverait la faille de Williams. Il intensifia son pouvoir. Elle craquerait. Elle céderait !

Il était sur le point d’obtenir les réponses que les deux Anciens étaient venus chercher quand une musique inexplicable accompagnée d’un vent violent qui fit voler nappes et rideaux dans toute la grande salle du Diamond se répandit autour d’eux. Les autres clients étaient toujours figés par le don de Ravenwood, et on les dérangeait !  La forme sibylline prit des aspects plus humain et ce fut un homme qui leur apparut. Si la colère ne l’avait pas autant affecté, le ministre aurait pu se concentrer sur cet importun qui osait mettre fin à cet interrogatoire. Sa priorité était cette femme qui lui échappait, de sa main qui le brulait intensément et d’où des arcs électriques s’échappaient. Il serra son poignet de son autre main  qu’il garda contre lui. « Il est fâcheux de constater qu’on ne connait plus la politesse de nos jours !  Tu n’as pas été invité à cette fête !  Les gêneurs comme toi prennent soit la porte par eux-mêmes où bien je te l’indiquerai avec plaisir ! »

Elijah fronça les sourcils. Ce visage lui rappelait quelque chose, un évènement récent. Les hurlements sauvages le détournèrent de cette perception familière. L’Asarienne s’était reculée et une transformation s ‘opérait devant leurs yeux à tous. Son corps  se tordait de douleur. Il entendait le bruit désagréable des os qui se cassent et se reconstruisent. Elle se changeait. Il n’avait jamais vu un animorphe à l’œuvre. Elle tomba au sol et sa peau se recouvrit d’un pelage foncé. Ses mains n’avaient plus rien d’humain et ses longs cheveux avaient fini par devenir le prolongement de sa fourrure. Une Louve impressionnante leur faisait maintenant face et elle n’était pas contente. « Ravenwood ! Je vous pensais plus puissant dans votre magie ! »

Si ce type était un allié du scientifique et de l’Asarienne, il en payerait le même prix. Huyana déchaina son autre don sur la Louve : L’électrokinésie. Il était capable de maitriser leur amplitude et là, la louve ne supporterait pas autant de voltage prit de plein fouet. Le corps félin s’éleva dans les airs et d’un coup violent, il frappa le mur à une vitesse incroyable. Le sourire carnassier de ministre refit surface. « Pas assez rapide ton intervention. Avorton !  »

Il serra ensemble ses deux mains devant lui, prêt à révéler son dernier pouvoir. Ce fut à cette minute bien précise qu’il reconnut ce visage très proche d’un scanner récemment découvert en compagnie du Général Van Brënner. Perdre des secondes à réfléchir ne lui porterait que malchance. Il changea de cible et lança sur la louve son don qui lui permettait d’absorber l’énergie vitale. « Fais un pas. Fais un geste et elle mourra sous sa forme animale ! Je sens déjà sa vie au bout de mes doigts. Elle possède une énergie incroyable pour une jeune femme. C’est un délice de la savourer et de la sentir se fondre en moi ! »


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 959

Localisation : Asaria
Côté coeur : Célibataire

avatar
Edouard Ravenwood
Ancien ; Longue-Vie
MessageSujet: Re: [Intrigue : Dome Maudit] La chasse est ouverte ! || Jessica Warner - Edouard Ravenwood   Lun 27 Fév - 23:47

Confortablement installé au fond de mon fauteuil, mes pupilles suivaient avec intérêt les images projetées hors de l'esprit de miss Warner. "Projection" m'avait permis de rendre visible l'invisible en matérialisant les pensées tourbillonnantes à l'heure actuelle dans la tête de l'Asarienne. Des bribes de sa vie, des moments sélectionnés selon leur pertinence par le ministre Huyana et surtout ayant un rapport avec le sujet de notre visite "Aaron Williams". La vie de ces deux amants n'étaient pas dès plus faciles à bien y regarder. Affection, dispute, réconciliation, osmose étaient autant de moments qui me sautaient au visage lorsque je regardais sa mémoire. Et toujours derrière tout ça cet écoeurant sentiment qu'était l'Amour. Comment pouvait on se laisser berner par un excédant de phéromones? Laisser des émotions prendre le contrôle de son esprit au point de se fourvoyer à ce point? Malgré notre évolution en être dit supérieur il y avait pourtant des choses qui ne changeaient pas: Se besoin de forniquer. Dans ces moments là, Humains et Asariens ne valaient pas mieux les uns que les autres. Des morceaux de bidoches s'emboîtant tout en déchirant le silence de la nuit par des râles dits de plaisir tout en battant la mesure en rythme de claquement de peau... Tellement glamour que tout cela n'est il pas?

L'Amour est définitivement une faiblesse. Si elle peut rendre plus fort, il brouille le jugement et fait commettre de stupides erreurs à ceux qui se laissent submerger par ce concept. A quoi sert la force si l'esprit est perdu ? Prouvez moi le contraire. Montrez moi que j'ai tord et ensuite reverrai-je peut être mes positions sur le sujet. Mais pour l'heure voir toutes ces émotions dégoulinantes ne me donnais qu'une seule envie, m'arracher les yeux. Le spectacle restait supportable à la vue de Jessica tentant de garder fermer certaines parties de son esprit. Son visage aux traits si délicats se déformait sous la douleur de ce viol mentale. Ses ongles enfoncés dans les accoudoirs de son fauteuil avaient fini par traverser le cuir et si cela n'avait pas été aussi rapide j'aurais juré qu'ils s'étaient mués en griffes canines. Des grognements bestiaux s'échappaient d'entre ses lèvres, pourtant c'est son regard qui me captiva. Elle avait fini par ré-ouvrir les yeux pour d'adresser un regard des plus meurtrier. Nul doute que si cette dernière avait été en pleine possession de ses moyens elle aurait bondi par dessus la table pour me sauter à la gorge. Ma foi, ce scénario aurait pu être intéressant. Car après tout, cette situation aurait eu une raisonnance avec un événement de mon passé. Ah....La nostalgie d'une ancienne confrontation.

Jessica était une guerrière dans l'âme mais face à Elijah s'était peine perdu. Ce dernier satisfait de pouvoir pénétrer la gente demoiselle ne masquait pas son plaisir. Glissant son esprit dans celui de l'Asarienne il le maltraitait avec la sauvagerie du conquérant. Brisant de ses assauts répétés les fragiles barrières que Jessica cherchait vainement à placer entre elle et son assaillant. Et soudain, la lumière au bout du tunnel. Jaillissant d'entre les souvenirs confus le saint graal. Souriant devant la tournure que prenait la situation, j'avais abandonné le confort de mon dossier pour basculer vers l'avant. Tenu en haleine comme tout cinéphile l'aurait été devant un film à suspens, j'avais compris que nous touchions enfin au but. Qu'outre l'amour, quelque chose d'autre liai les amants maudits. Et c'est peut être cette trop grande absorption qui me fît détecter trop tard cette puissance spirituelle qui se rapprochait de nous.

Flottant jusqu'à mes oreilles, les premières notes d'une musiques se répandirent dans les murs du night-club. Pourtant ce n'est qu'au moment où je pris pleinement conscience de la menace en approche qu'un souffle d'une grande violence se mit à rugir dans la salle. Sur son passage les rideaux et autres nappes furent balayés. Si la plupart jonchaient désormais le sol, d'autres tombèrent sur les corps de certains clients toujours figé dans le temps. Quelques danseurs vacillèrent dangereusement mais finirent par se stabiliser de nouveau.


- Oh p.... Avais-je presque lâché lorsque le vent s'était engouffré dans la pièce. C'est qu'il aurait failli me faire retrouver mon véritable aspect en me surprenant de la sorte. D'instinct je m'étais redressé face à cette menace qui venait de pénétrer dans les lieux. Une forme éthérée s'était immobilisée devant nous. Brillante et chaleureuse elle dégageait une indéniable puissance. Cette puissance...J'en avais déjà ressenti en moindre quantité dernièrement, l'espace de quelques secondes. Mais bien que ressemblant, elle n'avait rien à voir avec celle qui se trouvait face à nous. La lumière primaire fini par s'estomper pour laisser apparaître la silhouette d'une créature à forme humanoïde. Un homme de prime abord dont le visage exprimait une grande sérénité...

Pas un mot ne s'échappa d'entre ses lèvres. Juste un geste, une main qui se lève pour tracer un signe dans l'air. Cette gestuelle. Je ne comptais plus le nombre de fois que je l'avais fait depuis la découverte de mon don sur les mots. Mais comment était-ce possible... A ma connaissance j'étais le seul dans la cité à posséder un tel don. Comme pour ma technique un forme fini par illuminer la zone tracée, mais ce n'était pas un mot, juste un symbole proche de la lettre "O" dont je n'avais jamais entendu parlé jusqu'à présent. Dans mon regard se lisait l'étonnement, pourtant je n'avais pas reculé, les pieds encré sur le sol je sentis une onde me traverser, signe que l'écrit avait été activé. Mon visage se tourna vers mon partenaire lorsque j'entendis sa voix retentir derrière moi. Il se tenait la main comme si quelque chose lui était arrivé. Cependant je n'étais pas au bout de mes surprises. Sur le front de l'Asarienne mes lettres tentaient tant bien que mal de résister à la présence du symbole du nouvel arrivant. Comme des serpents prêt à attaquer, chaque lettre cherchaient à se battre, enfin que nous puissions voir apparaître ce que miss Warner cherchait absolument à nous dissimuler. Mais cette bataille fût veine. Une à une je les vis se détacher du front de ma victime pour s'élever vers le ciel avant de s'évaporer... Comment avait-il pu contrer mes écrits? Par quel miracle avait-il réussi se tour de force? Seule une personne à la puissance supérieure à la mienne aurait pu en venir à bout... Se pourrait il alors ...

Mais déjà je devais retrouver ma concentration lorsque j'entendis le corps de l'Asarienne glisser sur le sol. Petit à petit cette dernière perdait tout aspect humain pour ne laisser place qu'à une bête énorme. Le spectacle n'était vraiment pas pour les âmes sensibles. Répondant à sa transformation, ses os se brisèrent pour changer de forme, son corps semblaient comme se démembrer pour mieux se reconstituer. Cette vision n'était pas sans me rappeler mon emprise sur la matière qui me permettait de me métamorphoser, bien que cela n'était jamais été aussi violent. Ses cheveux étaient devenus fourrures, sa bouche gueule, ses mains pattes. La Belle avait laissé place à la bête et avec elle une soif de sang que l'on pouvait aisément voir apparaître sous ses babines retroussées. La louve réclamait vengeance et il fallait réagir très vite. Désormais le chasseur allait être chassé. Amusant...

L'intervention d'Elijah à mon encontre me fît hausser les sourcils.


- Est mauvais tacticien celui qui révèle trop rapidement toutes ses cartes Huyana. Et puis un peu de piquant ça ne fait de mal à personne nan ?

Elijah me reprochait mon manque de puissance. Mais pouvait-il seulement sentir la puissance spirituelle émanant de l'être devant nous? Ce n'était pas une créature à prendre à la légère. Le monde des mots, des sorts et des contre-sorts sont un mystère pour le profane. Parler sans savoir c'est se condamner avant même que la partie ne commence. La subtilité, le sens d'un mot placé au bon moment peu faire toute la différence. La plume est toujours plus forte que l'épée n'en déplaise à certain.

Mais pour l'heure ce n'était pas moi qui avait réveillé la bête car je soupçonnais notre invité surprise d'avoir fait plus que libérer Jessica des entraves de son bourreau. Que pouvait donc bien signifier ce symbole? Deux contre deux, chacun de nous aurions de quoi nous amuser. Et si le ministre venait de lancer une attaque électrocinétique contre la louve, le nouvel arrivé était donc pour moi.  

Enfonçant les mains dans mes poches, un petit sourire au coin des lèvres, je tapais le sol de mon pied gauche. Aussitôt mon corps s'éleva en direction du plafond comme porté par la gravité. L'individu en face de moi possédait une incroyable puissance. Son aura en disait long. Mais ma curiosité naturelle m'obligeait à l'affronter. Je voulais comprendre et surtout savoir ce que j'avais en face de moi. Suspendu dans le ciel dans une position décontractée des bouteilles ne tardèrent pas à léviter en cercle autours de moi. Lentement leur forme initiale se mit à changer. De bouteilles elles étaient devenues lames et épées n'attendant qu'un seul ordre pour attaquer ou me défendre.


- Si je comprend bien c'est toi contre moi... Mais avant de commencer à qui ai-je l'honneur?

Toutefois je ne pu recevoir de réponse car Elijah venait de l'interpeller à son tour. Le corps de la louve s'était écrasé contre un mur et le ministre usait contre elle de son pouvoir le plus fascinant: l'absorption d'énergie vitale. La partie tournait en notre faveur. L'Ancien tenait l'animal à sa merci. Mais s'il venait de remporter la première manche rien ne lui assurait que la suite lui serait favorable.

C'est alors qu'en jetant un regard sur la bête, qui de seconde en seconde s'affaiblissait, j'aperçu un symbole luisant sur la patte de l'animal. Un symbole qui n'était pas s'en rappeler celui de...


- ELIJAH!!! m'écriais-je. Ne la tuez pas! Miss Warner ou quoi qu'elle puisse être à l'heure actuelle doit rester en vie!!!

La rotation des mes lames se mit à ralentir lorsque mon visage se tourna en direction de l'intrus. Je pointais du doigt le symbole que la bête avait sur la patte avant de poursuivre...

- C'est ça n'est ce pas ? C'est pour ça que tu es ici ? C'est l'une des sept ?


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 95

Côté coeur : *

Activité/Profession (du personnage) : *
avatar
Compte PNJ
Un visage aux multiples facettes
MessageSujet: Re: [Intrigue : Dome Maudit] La chasse est ouverte ! || Jessica Warner - Edouard Ravenwood   Dim 9 Avr - 23:11

La femelle que nous devions secourir était en train de rendre l'âme et son dernier soupir faisait un bruit d'Enfer. Des bouteilles changées en lames dansaient autour de ma tête alors que je les aurais bien toutes descendues. Un enfant se faisant passer pour un homme me défiait en s'étant porté à ma hauteur par un pet subconscient. Le barbu sadique semblait jouir d'une pénétration intellectuelle autant que s'il s'était farci dix vierges. Oooops! Quelle honte ! Mon esprit d'Arcanien supérieur venait de fusionner avec celui de mon hôte me prêtant ses commentaires primesautiers.

Il fallait reprendre depuis le début.

- Je suis le Messager Djibril ou encore bien d'autres noms que tu ne vivrais pas assez longtemps pour énumérer... Vous êtes tous les Enfants d'Asaria mais certains, par leur conduite et leurs choix feraient offense aux bêtes des Terres Sauvages en les côtoyant. Vous pouvez encore faire des choix qui vous épargneront le néant.


Puis je me tournai vers le tortionnaire qui la maintenait sous son emprise.

- Puisse l'Ancien que tu vas affronter avoir pitié de toi et de tes faiblesses charnelles.

Une clef et puis une autre. J'ouvris un portail dans lequel Elijah Huyana serait confronté à ses pires fantômes.

- Cela n'a que trop duré : Mortis spectrum mens, calibas aeternum proscritere !


Le patron d'Aquanet et sadique à ses heures se vit soulever dans une bulle de brume noire et bien qu'il fut encore présent parmi nous, il avait à présent, en plus d'une vue sur ce qui continuait à se dérouler dans cette pièce, un  combat très personnel à livrer. Je le rejoindrais bientôt dans cette bulle pour assister à ce combat, mais pour l'heure il n'était que le prisonnier de la haine qu'il avait lui-même lentement sécrétée.  Paralysé par sa propre fureur qui l'avait tétanisé. Devant lui flottaient à présent les doux visages de sa femme et de son enfant.

- Vos deux premiers sacrifices à la rage qui vous dévore ! Contemplez-les ! Elijah Huyana!  Et choisissez vos alliés et vos ennemis! Trouvez en votre âme la raison de votre vie, ce qui la fait précieuse. Qui vous a aimé, vous aime et vous aimera en Asaria ? Je vous condamne à voir ces visages vous hanter tour à tour et à vous y confronter très prochainement dans toute l'horreur que vous aurez déchainé. Tenez !

Je tendis alors une coupe vermeille au Ministre pétrifié.

- Bois ton propre sang ! Celui que tu as déjà versé et celui que tu verseras ! Elle a déjà saigné par ta faute !  Elle saignera encore par tes choix ! Bois son sang !

Puis je me dématérialisai aux yeux du Ministre pour revenir dans l'incarnation qui faisait face à l'Homme - Enfant. Je ricanai un rien sadique à mon tour et me tournai ensuite vers le jeune homme qui me jouait la danse des sabres.

- Alors ? A nous deux  Jeune homme ! Tu te fais le héraut de la fin de tout? Sous tes airs bonasses et inoffensifs tu prônes le nihilisme sur cette Terre déjà suppliciée ... Tu as honte de tes Ancêtres, honte des tiens. Tu aspires au chaos et à la fin de toute chose ... Regarde ton dessein en face. Contemple ton âme et affronte-toi. Regarde toi en face.  

Je projetai alors l'image de cet enfant pleurant seul devant le chaos et la destruction engendrés par la folie des Hommes. Un chaos qui le laissait seul et obligé à endosser des costumes trop grands pour lui. L'image se démultiplia dans un labyrinthe des miroirs à l'infini.

- Voilà ce que tu es... Et tu es aussi ton pire ennemi. Au lieu de l'accepter, tu en fais grief à la vie, à tout ce qui t'entoure. Alors que tu as cette force en toi, tu ne vois que ce que tu n'as pas et pas ce que tu as. Je te plains tellement ... Edouard Ravenwood... Toi qui te délectes de la destruction de toute chose ... Je te condamne à te contempler durant sept jours et sept nuits ! Aimes toi, sous toutes les formes et les apparences que tu prendras car tu es condamné durant ce temps à ne faire civilité qu'avec toi même et intimité de même !


Pendant ce temps, une bulle protectrice et lumineuse s'était élevée autour de Jessica Warner qui gisait inconsciente sur le sol du night club. Son corps magnifique et supplicié par la cruauté de ces deux monstres s'était retransformé pour laisser place à une jeune femme blessée, brisée.

Ma pauvre, chère et tendre amie... Que vous ont-ils fait ...
Mon hôte exprimait sa peine en se penchant, en me penchant sur le corps supplicié et cela me toucha après la fureur qu'il m'avait demandé de déployer, fureur qui lui coûtait les stigmates sur son corps à présent meurtri. Je lui fis savoir qu'il ne tiendrait pas longtemps à ce régime-là et j'obtins pour toute réponse un

- Ta gueule, sale volatile ! Aide-moi plutôt à l'emporter jusqu'à ses appartements pour qu'on puisse discuter avec ces deux-là pendant qu'elle récupère.


Je lui rendis son apparence tandis qu'il la soulevait pour l'emporter à l'étage. Nous devions encore nettoyer les dommages, effacer les traces de l'affrontement, et plus que tout brumatiser les souvenirs de ces deux sinistres individus. Des humains surhumains qui se prenaient pour des dieux. Que ce monde était pourri !

Brumatiser était un art que je maîtrisais et que je devrais enseigner à mon hôte que j'avais lui-même partiellement brumatisé. C'était un juste équilibre entre l'effacement totale des souvenirs et leur conservation. On ne savait pas si on avait rêvé ou pas mais le souvenir semblait bien plus réel qu'un rêve. Ce don m'était infiniment utile dans mon travail de messager. Il pouvait aussi s'avérer salutaire pour nos hôtes surtout quand ils avaient une vie de débauche telle que cet hôte-là. Je me chargerai donc de brumatiser et de malmener ces deux individus encore un peu pendant que Gabriel le vicieux aurait à ranimer la belle au bois dormant. En quoi était-il victime d'une malédiction ? J'aimerai qu'on me le rappelle ...

HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 653

Localisation : Entre tes draps
Côté coeur : Mon Loup

Activité/Profession (du personnage) : Copropriétaire du Light Of Diamond
avatar
Jessica Warner
Asarienne, 2e Génération
MessageSujet: Re: [Intrigue : Dome Maudit] La chasse est ouverte ! || Jessica Warner - Edouard Ravenwood   Mer 12 Avr - 14:16








J’étais encore très novice dans l’art de me transformer et de prendre l’apparence complète de ma Louve. Je n’avais que peu utiliser ce don et Aaron n’avait pas eu le temps de parfaire mon entrainement. Il m’avait surtout beaucoup parlé de notre seconde nature, ce lien qui nous unissait et qui nous liait. Notre autre personnalité avec laquelle il fallait faire qu’un dans certains cas, voir même lui laissait tout le loisir d’agir seule et d’apprendre à lui faire confiance. Je tâtonnais malheureusement ce pouvoir et ma métamorphose me couta beaucoup. La douleur était telle que j’avais hurlé en ressentant chaque partie de mon corps craquer, se tordre, s’allonger, se modifier devant la nouvelle apparence que je prenais. Je ne savais pas si un jour ce changement serait moins douloureux, mais pour le moment j’en payais le prix. Lorsque cette évolution se termina et que la femme avait totalement disparu, la Louve à la fourrure ambrée se trouva devant les deux Anciens qui avaient osé jouer avec elle … et devant cette apparition qui ressemblait tant à un ami cher au cœur de la femme qui s’était repliée, mais qui était toujours bien consciente de ce qui se passait autour d’elle.

La Louve sur ses pattes, montra ses crocs et un grondement hargneux et plein de rage se fit entendre dans la salle du Diamond. Cette visite qui n’avait pour but, au départ, que de me faire avouer ou bien de trouver le moyen, les informations nécessaire sur le fait que j’étais la maitresse, l’amante d’Aaron Williams, avait pris des proportions qui me dépassaient. Le ministre Huyana avait utilisé sa télépathie pour me rendre inoffensive, soumise à son esprit. L’intrusion dans mes pensées m’avait fait l’effet d’un viol ce qui avait déclenché encore plus la fureur de ma louve au creux de moi. L’arrivée de cet « Ami Bienfaiteur et Protecteur » m’avait aidée à sortir des griffes du ministre et à bout de force, j’avais laissé mon avatar canidé la place qu’elle méritait dans ce combat.

Le ministre Huyana aboyait des menaces et Ma louve bondit dans les airs en direction de son premier gibier, mais l’éclair bleuté la percuta, me percuta et un cri de souffrance vibra, un mélange de sons humain et animal. La puissance de l’électrokinésie Nous envoya telle un fétu de paille voler de l’autre côté, et le bruit sourd du corps brisé se fit entendre lorsqu’on heurta le mur. Je n’avais plus assez de force pour réagir et je percevais la blessure de ma Louve qui gémissait entre ses babines, allongée sur le flanc et incapable de bouger. A travers les yeux de mon autre moitié, je voyais toute la scène se jouer et les forces des adversaires se décupler. Je ne rêvais pas, IL était revenu pour m’aider, pour me protéger. J’avais tant espérer le revoir depuis sa disparition. Il se tenait face à ces deux sinistres Anciens et les pouvoirs qu’ils se dégageaient de lui étaient encore plus incroyables que cette nuit-là que nous avions partagée.

Reprendre une forme humaine me demanderait beaucoup trop d’énergie et je n’en étais plus capable. Mais je devais faire quelque chose. Rester passive dans de telles conditions, c’était signer ma mort. Alors que je réunissais mon courage pour bouger, le ministre n’avait pas terminé avec moi et un autre pouvoir se rependit dans tout mon Être. Plaquée au sol, ma vie m’échappait, mon souffle n’était plus qu’un murmure infime. Il absorbait mon énergie vitale … Ma fin était arrivée, je voyais le visage d’Aaron, je repensais à ses mots, sa voix, tous ces moments de passion que nous avions partagés. Impuissante, soumise à un don supérieur, les battements de mon cœur ralentirent … et mon ami, mon cher ami l’avait compris. Cette emprise sur moi s’effaça soudainement et  au-delà de cet espoir de voir disparaitre ces deux Etres malveillants, ma volonté de rester consciente s’étiolait peu à peu. Le corps de ma louve me paraissait si lourd que je n’arrivais plus à bouger une patte. Et ce fut là que je découvris une sensation apaisante,  une douce chaleur telle la caresse d’un Ange qui m’enveloppait et lentement, très lentement, je sentis mon corps se modifier. La douleur n’était plus là, comme anesthésiée par cette lumière qui m’entourait, un cocon protecteur qui me permettait de remodeler mon corps et reprendre ma forme originelle. J’entendais mes os se recomposer, se reconstituer. Le même processus, mais cette fois-ci dans le sens contraire et sans le supplice de mon animorphing.

La fraicheur  du carrelage contre ma peau presque nue éveilla une dernière fois ma lucidité. Ma robe de soirée n’était plus que haillons et bouts de tissus parsemés ici et là sur mon corps. Je bougeai avec grande difficulté pour me recroqueviller sur moi-même. C’était un effort inhumain pour moi que de changer de position. Chaque partie de mon corps hurlait de souffrance et d’épuisement  et  je me laissai aller dans cette fatigue, fermant mes  yeux lentement pour m’enfoncer dans un long sommeil.


******************
Dans l’appartement privé de Jessica

Mmmm … des flashs, des visions, un combat, un visage familier, tout ceci s’entrechoquaient dans mon esprit. Était-ce un mauvais rêve ? J’avais beaucoup de mal à me soustraire à toutes ces images. Elles m’ancraient dans le sommeil alors que je voulais m’en libérer. Le froid qui m‘avait étreint avant de perdre connaissance avait disparu. Mon corps était au chaud, entourait de douceur, mais il me faisait encore mal. Je bougeai, du moins c’était ce que je pensais faire, me défaire de cette protection que j’avais sur moi et qui n’était en réalité que le drap et ma couette qu’on avait placés sur moi avec bienveillance.

J’ouvris enfin les yeux sur un visage penché sur moi. Un visage que j’avais vu et reconnu dès l’instant où il s’était manifesté dans la salle principale du Diamond. Je passai ma main tremblante sur mon front pour discipliner mes mèches de cheveux et sans me détacher de celui qui se tenait près de moi. J’avais peur de rêver, de n’avoir fait qu’imaginer ce que j’espérais depuis tout ce temps. Et pour être certaine de cette vision, j’approchai ma main doucement de sa joue que je touchai du bout des doigts. Il était bien réel et mon sourire illumina mes lèvres. Des larmes coulèrent sur mes joues, expression sincère de mon bonheur. Cette sensation d’amitié matinée d’amour emballa mon cœur agité par toutes ces émotions.

- Vous êtes revenu … Vous êtes bien là … le Messager Djibrîl, c'est le nom que porte aussi l'Archange Gabriel ... C'est vous ...

Au-dessus de nos têtes, le symbole qu’il avait laissé avant de disparaitre, celui de la constellation du Phoenix gravée dans mon plafond que je fixais toutes les nuits, scintilla …




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 235

Côté coeur : Veuf

Activité/Profession (du personnage) : Ministre du Développement Sanitaire et PDG d'Aquanet Technologies
avatar
Elijah Huyana
Ancien ; Longue-Vie
MessageSujet: Re: [Intrigue : Dome Maudit] La chasse est ouverte ! || Jessica Warner - Edouard Ravenwood   Lun 17 Avr - 13:01

Un Etranger venu de nulle part s’était invité à la petite fête qui devait faire céder Jessica Warner. Elle devait leur servir à faire flancher Aaron Williams, à être l’outil qui leur servirait pour le faire parler et avouer. Elijah avait pu extraire les informations de l’esprit de la belle Asarienne, celles où il était question de son lien intime avec le scientifique. Le ministre avait obtenu ses réponses et la propriétaire du night-club allait payer le prix de sa relation avec ce traitre. Les deux Anciens l’avaient malmenée, un jeu savoureux, mais Elijah en avait perdu l’objectif principal : ne pas la tuer. Cette femme lui renvoyait l’image de sa fille. Camille Huyana fille héritière de toutes ses richesses, avait planté un couteau dans le dos de son père pour des raisons qu’il lui avait toujours échappées. Elle avait un poste en or dans la société de Wright et du jour au lendemain, elle s’était trouvée une âme avec des regrets et des remords ?  Jessica Warner incarnait la nouvelle génération comme sa fille l’avait incarnée aux yeux de ce père. Elle était une femme d’affaires accomplie et fille d’ancien ministre, mais derrière cette image, elle cachait un jeu qui lui rappelait trop Camille. Les femmes seraient-elles toutes des vipères à qui il fallait briser le cou ?

Elle s’était transformée en Louve et l’inconnu était là pour elle. L’esprit de l’Ancien trop obscurci par les souvenirs de sa fille, il avait attaqué la Louvre. Son électrokinésie avait fait mouche lorsque l’Asarienne sous sa forme canidé avait foncé sur lui et cette rage qui grondait en lui, le poussa à utiliser son troisième don. Il n’admettait pas encore une traitresse tout comme il n’admettait pas que cet homme vienne lui porter secours et l’aider à la protéger. Etait-il aussi un ami du scientifique ? L’Archiviste lui avait hurlé de ne pas la tuer.  Ce n’était pas son intention, mais sa haine prenait le dessus. Il avait entendu Ravenwood parlait des Sept, mais il ne comprenait pas à quoi il faisait allusion. La Louve arborait un symbole à sa patte, peut-être que cela correspondait à quelque chose que l’autre Ancien avait deviné.

L’inconnu se présenta enfin comme étant le messager que l’on nommait Djibril. Un nom qu’il ne connaissait, qui ne lui disait rien même en faisant appel à l’ancien monde. Elijah avait grandi dans l’esprit de la nation séminole, un peuple amérindien d'Amérique du Nord quand la Terre était encore accueillante et vivante. La religion n’était pas son domaine. Ce messager fut plus rapide et surtout pus dangereux qu’il ne l’aurait imaginé. La Louve était affaiblie et cet état augmenta les agissements de celui qui se faisait appeler : Djibril. Les menaces, Elijah vivait avec, mais elles ne ressemblaient en rien à ce qu’il allait vivre et affronter.

Un sortilège, des mots anciens et une bulle de brume noire l’entoura pour le soulever dans les airs. Le ministre se débattait pour en sortir, mais sa prison était exceptionnelle. Il se retrouva dans les airs, au milieu de la salle qu’il pouvait encore apercevoir de sa hauteur.  Sa rage s’amplifiait. Il était impuissant. Pire, il avait maintenant devant lui les doux visages de sa femme défunte et sa traitresse de fille … encore enfant, encore innocente. Il hurla. La tête entre ses mains. Huyana entendait les paroles de cet Homme qu’il le soumettait à sa haine, à cette rage qu’il n’avait cessé d’empirer depuis ces dernières années au point de devenir le second de Tomas Van Brënner dans son projet de purger Asaria de toute sa vermine. La voix de sa femme fit place à celle du Messager, douce et tellement chaleureuse. « Mon Amour, ta rancœur envers notre fille te pousse dans des limites sombres. Tu n’étais pas ainsi. Ce n’est pas l’homme que j’ai connu et que j’ai aimé. »

Elijah posa un genou dans cette bulle. Ses mains agrippaient sa tête, il ne voulait plus entendre la voix de son épouse. Elle n’était qu’amour et compassion pour leur enfant. C’était la nature d’une mère d’être comme cela. Pas lui !  Ses yeux injectés de sang et de colère scrutèrent la coupe vermeille que le Messager lui tendait. D’un geste violent, il donna un coup dans cette coupe et le sang se rependit dans cette bulle. « Jamais ! »

« Elijah, pense à notre enfant. Tu l’as vue naitre, grandir, devenir une femme. Tu ne peux pas la renier. »

«  Ne te mêle pas de ça ! Tu n’es pas elle ! C’est la magie de cet homme ! Sors de ma tête ! »

Le combat qu’il livrait était différent, épuisant psychologiquement.  Jessica Warner leur échappait. La carte maitresse pour faire courber Aaron Williams ne pouvait pas se volatiliser, mais Elijah n’était plus qu’un pantin devant ses fantômes …


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 959

Localisation : Asaria
Côté coeur : Célibataire

avatar
Edouard Ravenwood
Ancien ; Longue-Vie
MessageSujet: Re: [Intrigue : Dome Maudit] La chasse est ouverte ! || Jessica Warner - Edouard Ravenwood   Ven 28 Avr - 23:41

Djibril...Le prénom qu'il laissa sortir d'entre ses lèvres raisonna dans tout mon être. Il y avait dans ces quelques lettres réunies ensemble une puissance qui d'instinct? me fît reculer de celui qui les avait prononcé. Nulle part dans mes archives je n'avais répertorié une telle appellation et pourtant, rien que de l'entendre je pouvais sentir le froid monter le long de ma colonne vertébrale. Cette créature sortie de je ne sais où n'avait rien à voir avec les Asariens et Longue-vies que j'avais pu côtoyer tout au long de mes années d'existence. Face à nous c'était un être d'un tout autre niveau et nous n'allions pas tarder à nous en rendre compte. Dans ces propos, je retrouvais ceux qu'avais exprimé l'entité ayant pris possession du corps d'Aaron. Cette puissance pointait un doigt accusateur sur nos agissements. Notre jugement pour nos crimes et actions passés viendraient nous hanter, dévorer notre âme jusqu'à ce qu'il n'en reste plus rien. Asasia était notre patrie, notre terre. Mais dans la voix de Djibril, puisque tel était l'un de ses nombreux nom, elle semblait plus que cela.

Cependant, malgré nos fautes, la rédemption était une possibilité qui n'avait pas encore totalement disparu de nos vies. Derrière toute notre noirceur vibrait une lueur d'espoir. Faible, fragile, vacillante mais encore là. Il ne tenait qu'à nous de faire les bons choix. De se remettre en question. La surprise du moment fit place à un sentiment de dégoût. M'épargner le néant...Mais le monde n'avait de cesse de sombrer. Jour après jour, homme, femmes, enfants, vieillards, asariens comme humains avançaient inexorablement vers leur fins. Cette cité rongée par le vice et la corruption reflétait l'âme du peuple d'Asaria. Des êtres décadents, arrogants et bouffies de vanité. Se complaisant à regarder leur nombril. Le héros d'aujourd'hui finira par devenir le dictateur de demain. La jalousie et la soif de pouvoir finira par prendre le dessus sur les bons sentiments. Ne dit-on pas que l'Enfer et pavé de bonnes attentions? De rage je serais si fort mes poings qu'un filet de sang fini par se frayer un chemin le long de ma paume droite, alors que la première goutte de sang fini par s'écraser sur le sol.

Nan, moi-même je n'ai clairement pas l'âme d'un saint. Avec le temps J'ai fini par me détacher de mes contemporains. Humains ou asariens, quelle importance. Ils ne valaient par mieux les uns comme les autres, moi le premier. Leur existence n'était plus qu'une vague distraction que j'observais de tant à autre du haut de ma fenêtre. La bête qu'Elijah tenait sous sa coupe lorsque je tournais la tête dans sa direction n'était rien de plus qu'une source de renseignements. Voilà l'unique raison de mon intérêt à son sujet. Mais là où le ministre s'intéressait au lien qu'elle possédait avec Williams je m'attardais désormais sur cette marque gravée dans sa chair. Nous faisions cause commune mais par pour les mêmes raisons à l'heure actuelle...

Puis, sans crier gare, les événements prirent une tout autre tournure. Les chasseurs devenaient les proies. Et le premier à en faire les frais ne fût autre que mon collègue. Notre bourreau psalmodia dans un dialecte qui m'était étranger. Toutefois je ne mis pas longtemps pour voir les effets de son incantation prendre forme. Autours du ministre une bulle de brume noire se forma, le soulevant de terre. Dans les derniers instants ou je pu voir son visage, le regard de mon comparse brillait d'une lueur de rage. Animal mis en cage cela ne faisait qu'accroître sa colère et sa haine. Par cette action, notre adversaire venait non seulement d'isoler le ministre mais il venait également de libérer la louve de l'entrave de son bourreau. Dans un bruit lourd je vis le corps de la créature s'écraser contre le sol du club. Blessée, épuisée... Face à moi, le défenseur de la veuve et de l'orphelin ne bougeait plus, ne disait mot. Son regard semblait me traverser, chercher la faille dans mon être.

Par réflexe les épées se mirent à reprendre leur danse folle. Gravitant autours de moi comme pour me protéger contre la menace. Mon pouls s'était accéléré. Chaque battement de coeur se répercutant dans ma tête. Il ne bougeait plus...Pourquoi ne bougeait-il plus? Alors que je restais sur la défensive je sentis ma vision se brouiller l'espace d'une seconde. Une petite seconde pendant laquelle j'aurais juré avoir vu des éléments du décor figé se mouvoir. Une bouteille en l'air descendu de quelques centimètres. Un mouvement de doigt de la part d'une danseuse sur la piste de dance. Ou encore deux verres qui s'étaient rapprochés pour trinquer. Ma maîtrise sur le temps commençait à montrer dans signes de faiblesses... Je n'en avais pas usé outre mesure pourtant...

Ce moment d'inattention de ma part fût balayé par un rire sadique s'échappant des lèvres de mon précédent interlocuteur. Djibril reprenait vie, mais c'était loin d'être une si bonne chose pour moi. Pris par surprise j'en oubliai ma concentration et mes épées tombèrent les unes après les autres sur le sol. Il se dégageait de lui une douce puissance contre laquelle je ne pouvais lutter. J'étais comme paralysé et je savais qu'à présent c'était mon tour. Oui, il m'avait percé à jour. Mais rien de bien surprenant lorsque l'on me connaissait vraiment. Enfin seulement Alianka quoi...
Ce monde dans lequel nous vivions me révulsait et je n'avais qu'un seul rêve, y mettre un terme. Toutefois rien ne m'avait préparé à l'image que j'allais voir.

Pour la première fois depuis plus d'un siècle, la  terreur baignait mon visage. Face à moi, une vision d'Apocalypse . Tout n'était plus que que cendre et désolation. Le monde que nous connaissions avait cessé d'exister. Devant pareil spectacle toute personne aurait été choquée par cet avenir que je désirais si ardemment.  Toutefois, ce n'était pas cette vision de cauchemar qui me fit reculer. Mais la petite silhouette debout, au centre de la projection. Là, à la vue de tous, une image du vrai moi trônant dans un décor de chaos, les yeux gonflés par les larmes...C'était impossible...Comment pouvait-il connaître ma véritable apparence? Connaître ce qui se cachait derrière ce corps que j'avais créé pour vivre la vie que j'aurais dû avoir... Pire encore, l'image fini par se multiplier, me plongeant dans ce qui semblait être une labyrinthe sans fin.
Les pleurs du garçon finirent par raisonner dans ma tête, me vrillant le cerveau. Etais-je le seul à les entendre? Tremblant, mon corps s'était de lui même accroupi tandis que je me serrais avec force, mon regard était perdu dans le vide. Fermant les yeux, plaquant mes mains contre mes oreilles je cherchais à mettre un terme à ce bruit. Que je ne voulais plus l'entendre. Je me voulais plus me voir...


- NAN!!!!! CE N'EST PAS POSSIBLE!!!! Avais-je fini par hurler.

Quelle naïveté de croire qu'il suffisait de fermer les yeux pour que tout s'arrête. Une réaction tellement puérile. Je ne voulais pas me voir. Je pensais mettre fait à l'idée. Je pensais m'être accepté depuis tout ce temps...Mais tout n'était que mensonge, je n'avais fait que me voiler la face...Par son action, Djibril venait de démontrer une nouvelle fois que sa puissance était supérieure à la notre. Si nous étions des "sur-hommes" dans ce monde, alors lui? Qu'était-il donc???

Etrangement mes vêtements gagnèrent progressivement en ampleur. La peur submerga mon cerveau lorsque l'idée à laquelle je pensais me traversa l'esprit. Ouvrant subitement les yeux je constatais, pour mon plus grand malheur, que mes mains n'étaient plus celle d'un adulte mais d'un enfant perdues dans des vêtements trop grands pour lui. J'avais repris ma véritable apparence sans le vouloir... La stupeur de cette constatation me fit basculer en arrière. Ca et le fait que je m'étais pris les pieds dans mes vêtements lorsque j'avais tenté de me redresser. Ma couverture venait de voler en éclat... C'était un rêve, il ne pouvait s'agir que d'un rêve. Il ne pouvait en être autrement. Comment avions nous pu en arriver là? Et toujours ces pleurs qui me transpercent les tympans. Ou plutôt devrais-je dire, mes pleurs...

Pourtant où mon regard se posait je faisais face à cette image, à ce moi laissant les larmes graver leurs passages sur mes joues. Cherchant à me redresser, j'offrais un spectacle des plus pitoyable lorsque l'on vit l'enfant que j'étais tenir d'une main son pantalon devenu trop grand. Mes pas me menèrent vers l'image la plus proche. Ma main libre s'était alors posée sur sa surface, l'effleurant, caressant le décor qu'elle envoyait... La peur n'était plu. Elle avait rapidement fait place à la tristesse puis soudainement à la colère. Une colère bouillonnante qui explosa lorsque mon poing brisa l'image... Oui je savais qu'il était inutile d'agir de la sorte. Détruire cette image ne ferait pas disparaître les autres. Mais une fois encore ce n'était pas la projection dans sa globalité qui me faisait horreur, mais cette petite silhouette au centre que je vouloir voir disparaître...

Mes jambes se firent coton alors que je sentais mes genoux cogner le sol. Ma main droite me faisait mal, mais je n'en avais que faire. Martelant le sol je continuais de donner des coups.  La tête inclinée, mes yeux masqué par mes cheveux, deux larmes virent s'écraser sur le sol du Night-club. Nan je vous arrête tout de suite, rien à voir avec des larmes de tristesse ou de culpabilité. Mais des larmes de colère.  S'il était une personne que je pouvais m'empêcher de haïr dans toute la cité c'était bien moi-même. Je haïssais ce corps qui m'avait tout prix. Cette dégénérescence à cause de laquelle mon monde s'était écroulé.  Oui je haïssais l'espère humaine, mais pas autant que je me détestais...


- Djibril! Tu as raison sur une chose ...Je hais l'humanité. L'espèce humaine, qu'elle soit Asarienne ou non n'a pas sû prendre conscience de la chance qu'elle avait de vivre sur cette terre. Elle n'a pas sû retenir les leçons de son passé. Pire encore, elle les répète. Ce que tu me montres est inévitable...Alors pourquoi donner autant d'importance pour des êtres aussi imparfait? Pourquoi ne pas laisser Mère Nature reprendre tant bien que mal ses droits après ce que l'Homme lui a fait subir?

Oui je l'admet sans honte, j'ai plus de considération pour la faune et la flore que pour l'humanité. L'espère humaine n'est qu'un poison de passage sur cette terre alors pourquoi ne pas s'en débarrasser pour permettre à la Nature de panser ses plaies? Qu'est ce que l'Homme a de si spécial qu'il mérite d'être sauvé?

Je ne savais pas si le protecteur de Jessica m'avait entendu. Ni même s'il était toujours avec moi. Mais j'avais besoin de savoir. Besoin de comprendre...


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

[Intrigue : Dome Maudit] La chasse est ouverte ! || Jessica Warner - Edouard Ravenwood

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» [MISSION] Les rebelles de la forêt : La chasse est ouverte !
» La chasse est ouverte... YATA!!!!!! [PV Sybille]
» [capture de familier] La chasse est ouverte !
» [Rp combat] Damaz vs Jerenn; chat ailé vs fantôme armé... la chasse est ouverte !
» INTRIGUE 1 ☩ La chasse aux sorcières

Asaria : Le monde de la Prophétie ::  :: Light of Diamond . Night Club-