Le Retour de l'Autre (pv Scarlett & Zack)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Messages : 610

Localisation : dans tes cauchemars
Côté coeur : difficile de trouver l'amour lorsqu'on est une illusion

Activité/Profession (du personnage) : rock star à l'insue de son corps défendant/ fondateur d' A.U.R.I.S. & associés
avatar
Gabriel Laymann
Asarien, 2e Génération
MessageSujet: Le Retour de l'Autre (pv Scarlett & Zack)   Sam 8 Avr - 23:56

HRP:
 

Quelques jours avant l'opération Catacombes

Quelques semaines, quelques mois ? Le temps et sa relativité était une notion qui m'était familière, mais quelque fût le temps qu'avait duré mon absence, j'avais le sentiment de refaire surface après des années. Tout était silencieux dans la Suite désertée. Chaque objet à la même place que lorsque je l'avais quittée, semblait indiquer que Scarlett n'y passait guère de temps ou qu'elle prenait un soin maniaque à ne pas modifier les lieux depuis mon départ. Lorsque j'avais demandé au réceptionniste, surpris de me voir en face de lui, si elle était dans la Suite, il avait hoché négativement la tête, un peu gêné. J'avais poussé mes questions jusqu'à en savoir plus sur ses allées et venues mais les réponses que j'avais obtenues étaient encore plus embarrassées.

- Monsieur, vous l'aviez autorisée à avoir un pass all access. Elle pouvait entrer et sortir sans passer par la réception, pour nous rendre sa carte ou la récupérer. Elle pouvait passer par les entrées annexes. Bien entendu on peut visionner les archives des caméras de chaque entrée, si vous le désirez.


J'avais secoué la tête négativement. Je m'étais bien douté que Scarlett ne passerait pas ses journées enfermée dans ces vastes pièces désertes, aussi confortables fussent-elles. Elle était le contraire de moi, sur bien des plans, et sa sociabilité en faisait partie. Elle avait besoin de contact humain alors que j'essayais de m'en préserver le plus possible. A peine l'avais-je engagée qu'elle se sauvait déjà malgré mes recommandations pour aller dans le Bidonville, retourner à ses origines. Il m'avait fallu changer d'apparence pour lui faire peur afin de lui en faire passer l'envie. Et je n'étais absolument pas certain d'y être parvenu. Ma nature, mon mode de vie, tout la poussait à fuir et j'étais bien conscient que seules la précarité de sa situation et la peur de la solitude la contraignaient à rester auprès de moi. Je lui avais offert sa liberté tout en continuant à l'entretenir mais elle avait refusé, sans doute trop effrayée d'affronter la vie dans la Cité sans un visage familier à ses côtés. Depuis, elle pouvait avoir fait de nombreuses connaissances devenues familières. Je m'étais retenu de venir dans la Suite, bien que l'envie de la contempler dans son sommeil m'aie poussé à la limite de me téléporter, de même que je m'étais interdit de trainer autour du Light of Diamond pour y apercevoir Jessica Warner ou chercher à savoir si elle avait honoré son engagement concernant Scarlett. Mon retour devait rester secret le plus longtemps possible et je n'étais sorti d'A.U.R.I.S. que pour me rendre dans le cratère où j'avais affronté Kylian Wright.

Un duel entre deux monstres duquel je sortais momentanément vainqueur. L'effet de la surprise ayant joué en ma faveur, j'avais expédié Wright dans une autre dimension. Ce fat ne pensait sans doute pas que les pouvoirs du gamin qu'il avait croisé jadis dans la villa de la Grande Conseillère avaient pris autant d'ampleur et il s'était laisser surprendre. Mais je ne doutais pas qu'il trouverait tôt ou tard le moyen de revenir dans notre dimension. Plutôt tard que tôt m'arrangerait d'ailleurs, pour ce que je projetais de faire. Il était dangereux d'entrer en affaires avec un Black Hat tel que moi lorsqu'on faisait gérer sa société par un artefact, un double holographique et numérique. Cette entité n'était qu'une somme complexe et élaborée par un génie de programmations numériques, de combinaisons binaires. C'était probablement une forteresse dont les sécurités devaient être dignes des plus fameux pièges dont étaient remplies les fameuses pyramides d'Egypte. Cela tombait bien, j'avais du sang égyptien, j'étais capable de patienter et de travailler des nuits entières pour craquer ce système et prendre le contrôle de Wright Corporation... Du temps, il me fallait juste un peu de temps, mais pas trop car les victimes de la décadence des Anciens n'en avait plus guère eux. Tôt ou tard, ils se révolteraient à nouveau, comme ils l'avaient fait juste avant la Pluie de Feu et cette fois-ci, le conflit signerait notre arrêt de mort à tous. L'extinction de toute vie. Et de cela, Asaria n'en voulait pas. Elle voulait être cette terre d'asile offerte comme une seconde chance. Wright voulait que je lui livre mes proches en gage de ma dévotion au Gouvernement et à lui. Il m'avait tendu cette liste obscène et sa lecture m'avait proprement fait disjoncter. Je l'avais entrainé dans le vortex sans garantie d'en revenir moi-même tant je n'avais pas calculé la destination où je l'emportais.

Pourtant j'étais de retour et je me souvenais très bien de cette liste de trahison que voulait m'imposer Wright. Scarlett y figurait, preuve qu'il avait épié chacun des événements importants de ma vie depuis un moment. Chacun de ces noms jalonnait un bout de mon parcours et figurait aussi parmi les êtres que j'espérais sauver du naufrage de la Cité. Wright, des années après, continuait à planer au dessus de ma vie et à obscurcir mes projets. Il n'avait fait que nuire aux êtres que j'aimais où à ceux dont je me souciais sans même les connaître. Il s'en était même pris à une enfant, l'avait soumise à des expériences pour percer les secrets de sa nature particulière... L'Hybride ... Ainsi la nommait le Gouvernement. Pour moi, elle était l'enfant que Mara avait eu, avec un autre certes, mais son enfant avant tout. La protéger, la mettre en sécurité était pour moi une évidence, avant même de considérer ce qu'elle symbolisait. Elle était la fille de mon premier amour, une part d'elle. Une innocence que Wright voulait sacrifier pour ses expériences, tout comme il était prêt à sacrifier les êtres figurant sur cette liste, dans le seul but de tester mon âme. Il avait voulu voir ce qui s'y tapissait. Il avait vu. Quelque chose de bien plus ancien, féroce et viscéral que lui avait bondi pour lui sauter à la gorge et l'entrainer dans le néant. A présent rien ne m'arrêterait. Si j'avais pu écarter Wright sans l'ombre d'un scrupule, tous ceux qui viendraient se dresser sur ma route devraient le payer de leur vie ou me l'ôter. La question de l'employé me ramena à la réalité et je répondis après une seconde d'hésitation.  

- Non, ce ne sera pas utile. Pourriez-vous simplement me dire à quand remonte son dernier passage à l'Hôtel ?


Je voulais me persuader moi-même que je n'étais mu que par une inquiétude innocente au sujet de Scarlett, mais il fallait bien avouer que je ne me trouvais pas crédible.

- Tout de suite Patron. Je demande au service de surveillance vidéo.

Le réceptionniste avait composé un numéro interne et pris la parole d'un ton pressé.

- Phil peux-tu remonter les prises du couloir 40 A ? Oui oui, celui de la Suite Champagne... Tu remontes jusqu'au moment le plus récent où sa locataire, Scarlett Clane a été vue en sortant... Oui tout de suite, c'est pour le Patron ... Hein ??? Oui, il est là devant moi. Rappelle-moi dès que tu as l'extrait.

Puis il se tourna vers moi

- Avez-vous des bagages à faire monter, Monsieur, ou souhaitez-vous qu'on vous apporte une collation dans le salon d'accueil juste en face ?

- Non, vous êtes bien aimable Gus,
avais-je répondu à l'employé surpris de ma mémoire. Je vais monter. Faites moi envoyer des entrées froides et le dessert du jour. Avec une bouteille de blanc et une de rouge. Et passez moi Phil quand il aura retrouvé ce que je veux.

J'étais monté par l'ascenseur, comme un automate, perdu dans mes pensées et c'est sans m'en rendre compte que je m'étais retrouvé devant la porte de ma Suite et y avait glissé la clé magnétique. Les souvenirs me sautèrent au visage sitôt le seuil franchi. La première nuit où j'avais ramené Scarlett, puis la suivante après le concert, ses airs intimidés devant les tenues. Cette grande fatigue, cette tristesse qui m’étreignaient alors, égayées de ce seul amusement que Scarlett me procurait. Une petite étincelle de lumière dans mes ténèbres. Les pièces étaient plongées dans la pénombre et j'hésitais à allumer, comme si cela risquait de chasser les images que j'avais d'elle dans ce décor. Ma vision asarienne n'avait nul besoin de l'électricité pour y voir clair. Je me laissai tomber dans ce grand fauteuil qui avait ma préférence et dans lequel elle aimait s'asseoir pour lire. Je tournais le dos à la porte et fixais la vue panoramique de nuit, les lumières des gratte-ciels asariens. J'avais vécu tant de choses en si peu de temps ... depuis ces souvenirs. L'After s'était achevé dans une confusion douce amère qui n'avait dû lui laisser aucune illusion sur l'homme aux côtés du quel elle passait ses nuits. Je l'avais totalement abandonnée et confiée à Zack pour finir mon rendez-vous avec Sélène Warren apparemment de la façon dont je l'avais envisagé depuis le début. Pour la plupart des convives il était sans doute évident que je m'étais envoyé cette femme venimeuse dans l'alcôve privée où je l'avais conviée. La vérité était bien plus complexe, mais cela avait sans doute parachevé ma réputation notamment aux yeux de Zack et Scarlett. Les deux seuls innocents dans ce nid de serpents.

Je fermai les yeux et soupirai, dépliant douloureusement mes deux ailes pour les détendre. De cela aussi, le mythe populaire se gardait bien de parler. Dissimuler ses ailes dans les activités courantes de la journée induisait des crampes assez désagréables et il était nécessaire de les déployer de temps à autre si on voulait éviter la déchirure musculaire en cas d'envol précipité. Non pas sur les ailes, qui n'étaient pas pourvues de muscles au sens que les humains connaissent, mais sur ceux du dos et des épaules sur lesquels elles se développaient à chaque transformation.  Quelle ironie ... Jouer les séducteurs, les collectionneurs, les tentateurs aux yeux de tous, était à présent devenu le camouflage le plus parfait pour ce que j'étais vraiment... Un déclic dans la serrure magnétique de la porte m'alerta. Instinctivement, je mis en panne le système électrique  en faisant basculer le disjoncteur à distance, pour que l'appartement reste dans l'obscurité. La lumière de la lune traçait un chemin laiteux à travers le salon. Dissimulé dans le fauteuil au large et haut dossier, je n'étais trahi que par le sommet de mes deux "attributs" qui en dépassaient, conférant une étrange silhouette à ce dernier. Mon cœur avait accéléré ses battements car je savais très bien que le garçon d'étage aurait frappé à la porte et ne se serait pas permis d'entrer sans mon autorisation. C'était donc quelqu'un d'autre ... Tardivement, trop tardivement, mes ailes se replièrent pour disparaitre dans un froissement soyeux. Je retenais mon souffle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 36

Côté coeur : Une jeune femme

Activité/Profession (du personnage) : Guitariste de Scarecrow
avatar
Zack Vandroiy
Humain Indépendant
MessageSujet: Re: Le Retour de l'Autre (pv Scarlett & Zack)   Sam 15 Avr - 11:36

C’était un soir comme ceux où Scarlett était de repos et qu’elle ne travaillait pas au night-club. Depuis toutes ces semaines où elle avait accepté de partager l’appartement de Zack, la jeune femme n’avait pas eu le temps de récupérer toutes ses affaires entièrement. Ils avaient décidé que ce serait aujourd’hui : Tout prendre dans la suite de Gabriel qui demeurait vide et silencieuse avec des questions et pas de réponses à leur apporter à tous les deux. Zack s’était fait à l’idée de ne plus jamais avoir des nouvelles de cet homme qui lui avait tendu la main pour se sortir de sa misère, de cet homme qu’il admirait pour son génie créatif, sa musique, ses idées, cet homme qui était devenu son ami, un complice de scène. Zack avait appris à connaitre le caractère particulier de Gabriel, à la fois arrogant, joueur, maniaque du contrôle. Pendant longtemps, le guitariste l’avait observé sans rien dire dans ses réactions et ses comportements tantôt trop perfectionnistes, tantôt trop délurés. Il n’oubliait pas que Gabriel lui avait aussi offert la protection. Le pouvoir de l’Asarien dissimulait la véritable nature de Zack aux yeux des autres et il devenait un vrai Asarien à son tour. Ce tour de magie lui avait donné cette possibilité de vivre dans une tour résidentielle au milieu d’autres Asariens. Zack avait choisi la résidence la plus simple et la plus tranquille. Il ne se voyait pas côtoyer des Grands pontes de la société et devoir être toujours à l’affut de ses gestes et maintenant que Scarlett vivait avec lui, il se félicitait de ce choix.

Il attendait Scarlett qu’elle termine de se préparer. Lui, il faisait les cent pas devant la porte de l’appartement. Le Rubis Etoilé réveillait trop de souvenirs et des émotions contradictoires. Le musicien ne voulait rien montrer de tout cela à la jeune femme qui partageait son quotidien, cela devait être tout aussi douloureux pour elle. Il n’avait jamais été naïf sur la relation qu’elle entretenait avec Gabriel. Il soupira quand elle apparut vêtue de son manteau. Elle était de plus en plus belle, plus sereine, plus épanouie. Il lui sourit avec cette façon très pudique que Zack avait avec elle. Elle le déstabilisait encore même s’il avait fait des efforts pour mettre sa timidité au fond de sa poche. Cela dépendait de l’état d’esprit de Zack. S’il était concentré sur quelque chose, sur ses idées, il ne rougissait plus comme un béta devant elle. Dès que c’était elle qui posait ses yeux sur lui et qu’elle le prenait par surprise, il n’arrivait plus à aligner deux mots à la suite. « Je … Tu … es prête ? On peut y aller ? »

Ils sortirent ensemble de l’appartement, rejoignirent la voiture de Zack et partirent en direction du dôme Commercial. Asaria vivait aussi bien le jour que la nuit. Deux  sociétés qui ne se fréquentaient jamais. L’une laissant la place à la seconde suivant les heures. Cela apportait une circulation dense à cette heure de la soirée. Une main sur le volant, l’autre sur le boitier de vitesse, Zack roulait à vitesse raisonnable. « On peut trouver un petit snack après, pour diner ? »

Ils ne mettaient pas les pieds dans des grands restaurants, ils se feraient vite repérés par les Asariens, mais il y avait des petits snacks et brasseries qui leur foutaient la paix tant que Zack payait la commande. Ils passèrent enfin le second dôme et ils se retrouvèrent assez vite devant la grande façade de haut standing du Rubis Etoilé. Il était aussi nerveux qu’elle. Il descendit en premier de la voiture et lui ouvrit la porte en lui présentant sa main. C’était maintenant à Scarlett de faire le reste. Elle le conduisit par les entrées annexes en évitant la réception et son personnel. « Tu n’as pas oublié ta clef magnétique ? »

La réponse arriva aussitôt quand Scarlett glissa la carte dans la serrure  de la porte de la Suite Champagne pour débloquer celle-ci et l’ouvrir. « Tu me diras où je dois mettre les mains pour t’aider. Deux sacs doivent faire l’affaire, non ? La première fois, tu avais pris mal de vêtements avec toi.»

Le guitariste la laissa entrer et il sentit sa jeune amie chercher l’interrupteur qui ne voulait pas fonctionner. « Le personnel aurait pu quand même se rendre compte que les lampes étaient grillées… »

Le salon était plongé dans la pénombre et seules les lumières de dehors et les rayons de la lune éclairaient par légers jeu d’ombres la pièce. Zack attrapa soudainement le bras de Scarlett pour la stopper dans son avancée vers sa chambre. Quelque chose clochait. « Il y a quelqu’un !! »

L’homme timide laissa place à l’homme protecteur. Dans ce salon, ils  pouvaient tous les deux distinguer un grand et haut fauteuil  et une présence... Les lueurs ne leur permettaient pas de voir bien plus à part ce fauteuil et ce détail bizarre qui en dépassait. Qu'est ce que c'était ? Qui était-là ?   « Scarlett plus un pas ! Vous êtes qui ?! Parlez ! Où je fais monter la sécurité ! »

Il plaça sa jeune amie derrière lui et le musicien fronça les sourcils. Il essayait d’apercevoir un mouvement une silhouette, un détail qui lui révélerait qui était cet intrus. Mais la nuit ne jouait pas en sa faveur même avec les halos de lumière. Cette personne avait trouvé la bonne place pour rester dans la pénombre, dos à la porte et silencieuse.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 146

Côté coeur : Enchaînée

Activité/Profession (du personnage) : Femme de chambre - Esclave
avatar
Scarlett Rose Clane
Humaine Esclave
MessageSujet: Re: Le Retour de l'Autre (pv Scarlett & Zack)   Sam 15 Avr - 23:49

Dernière fois … dernière fois, n'avais-je cessé de me répéter, le cœur un peu plus lourd à chaque fois. Dernière fois que j'entrerai dans ce grand bâtiment, dernière fois que je verrais les garçons d'hôtel se précipiter pour venir prendre les lourdes valises des clients sur leurs grands chariots dorés. Dernière fois que je foulerai la moquette soyeuse du corridor, dernière fois que je m'enferme dans ces luxueux ascenseurs. Dernière fois que je franchis le seuil de ce que je peine à ne plus appeler maison. Ca se noue dans ma gorge alors que je garde tout de même contenance pour répondre à Zack. Il avait été si bienveillant, si prévenant ces dernières semaines, depuis que je m'étais installée chez lui. Et même si sa présence était devenue réellement rassurante, même si la vie semblait tendre à reprendre un cours plutôt normal, la peine restait là, présente, à venir se rappeler à moi quand les ténèbres grondent durant mes nuits d'insomnie.

-Je vais récupérer mes livres, et des vêtements supplémentaires … je dois aussi retrouver un bijoux. Je l'ai pas trouvé la dernière fois …

Ce bijou … un vieux camé, cadeau inattendu d'une vieille dame des bidonvilles. Égaré. Et j'espérais de tout cœur ne pas l'avoir perdu à l'extérieur. A tâtons je cherche l'interrupteur, mais malgré mes quelques tentatives, rien ne se passe. Ou du moins pas ce que j'attendais. J'allais tenter de me diriger du mieux que je pouvais vers la pièce voisine … vérifier si il s'agissait d'une panne locale ou plus généralisée à l'ensemble de la suite. Mais Zack me retient, et son empressement, cette tension soudaine, me fait sursauter. Il ne m'en faut pas plus pour prendre peur et déjà imaginer le pire. Ca y est, la milice est au courant, me dis-je. Elle sait que deux humains font des allers et venus dans cette suite, deux humains sans réelle protection. Deux humains qui n'ont rien à faire là. Deux bonnes raisons à rafler et à réduire en esclavage … au mieux. Mon cœur s'emballe, une sueur froide réveille sur ma peau un frisson des plus désagréable et mes doigts se crispent dans le dos de Zack. Etait-ce parce que Zack en avait fait la mention, est-ce que je distingue réellement une présence sur ce fauteuil dont je ne vois que le dos ? Le sang pulse dans mes tempes et m'empêche de me concentrer, rendant mon souffle plus court.

Le temps semble se figer un instant … jusqu'à ce qu'on frappe à la porte. Ce qui me fait une nouvelle fois sursauter.

-Monsieur Laymann, votre commande. Annonce le garçon d'hôtel de l'autre côté de la porte.

Cette fois, mon cœur s'arrête. Je blêmis. Non, c'est forcément une erreur. Oui, c'est certainement ça. Pourtant, je n'ose toujours pas bouger. Et mon regard ne quitte pas le dossier de ce fauteuil. Mes yeux s'étant légèrement accommodé de l'obscurité, je distingue un peu mieux les formes, mais rien. Toujours rien qui pourrait me renseigner sur l'identité de cette personne. Rien à part ce nom lancé par le garçon d'hôtel. Un nom qui résonne dans ma tête alors qu'entre mes lèvres, c'est son prénom qui est soufflé.

-Gabriel …

Mais puis-je seulement y croire ? Je devais en avoir le cœur net. Les mains tremblantes, je me détache de Zack et entreprends de le contourner, lentement, mal assurée. Le cœur en suspens.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 610

Localisation : dans tes cauchemars
Côté coeur : difficile de trouver l'amour lorsqu'on est une illusion

Activité/Profession (du personnage) : rock star à l'insue de son corps défendant/ fondateur d' A.U.R.I.S. & associés
avatar
Gabriel Laymann
Asarien, 2e Génération
MessageSujet: Re: Le Retour de l'Autre (pv Scarlett & Zack)   Lun 24 Avr - 13:24

Mon ouïe asarienne m'avait permis de reconnaître les voix qui échangeaient entre elles derrière la porte mais mon cœur ne pouvait y croire. Deux personnes chères, bien plus que je l'aurais admis, venaient de franchir le seuil de la Suite. La panne de courant, qu'il était pratique de pouvoir rematérialiser sa main à un autre endroit, ne m'offrit qu'un sursis très court. Je souris dans la pénombre en entendant la voix grave et douce de Zack s'élever pour mettre en garde Scarlett. Ce côté protecteur des plus fragiles, il l'avait toujours eu. Sa timidité le faisait rester en retrait alors que j'étais certain qu'il était quelqu'un de courageux. Il lui avait fallu du courage pour se lever chaque matin, aller travailler, pour rêver, faire de la musique dans le bourbier où il vivait. Bien plus qu'à moi qui avait grandi dans le luxe et l’opulence, entouré d'instruments hors de prix, baigné dans l'art et la culture, avec les meilleurs professeurs pour éveiller mes talents. Le Bidonville révélait ce qui sommeillait en chaque homme ou femme. La plupart du temps c'était la violence, la cupidité, le vice. Chez Zack, ce qui avait émergé, c'était le courage, la tolérance, la bienveillance, la gentillesse et le talent musical. Tout ce qui faisait cet homme remarquable avait été bonifié par ces conditions défavorables, là où d'autres devenaient aigris, rancuniers, envieux. Je n'avais jamais entendu Zack dire quelque chose de méchant envers une personne, même s'il désapprouvait en silence le fonctionnement de cette société dans laquelle nous vivions. Zack parlait peu mais chacun de ses mots était plein d'un bon sens que j'avais du mal à écouter.

Une fois encore, il avait raison de s'inquiéter. J'étais effectivement un danger pour eux. Pourquoi étais-je revenu ? Je m'apprêtais à disparaître à nouveau. Cela m'était si facile de me désintégrer à volonté, mais la voix de Scarlett anéantit toute ma détermination. Je n'aurais jamais cru que l'entendre à nouveau prononcer mon prénom me ferait aussi mal. Et cette fois ce fut cette escapade à la fête foraine qui me revint en mémoire. Ce précieux moment de complicité que nous avions partagé après qu'elle m'eut suivi en cachette jusqu'à l'Hôpital. Derrière la porte, le serveur s'impatientait.

- Mr Laymann ? Vous êtes là ? Tout va bien ?

Ma voix s'éleva, dénuée d'émotions:

- Merci, tout va bien. Posez le plateau devant la porte, je le prendrai. J'ai besoin de repos. Qu'on ne me dérange pas...

- Très bien Monsieur, je mets la petite pancarte... Bonne soirée.

Je me levai doucement, me retournai et demeurai immobile dans la pénombre. Ma silhouette au long manteau se découpait en contre jour sur la baie vitrée qui laissait filtrer les lumières d'Asaria et de la Lune. Sous l'ample vêtement, les ailes s'étaient totalement rétractées. J'étais redevenu Gabriel Laymann, mais avec quelque chose de différent, d'indéfinissable. Quel caprice du Destin avait voulu que Scarlett et Zack fassent précisément irruption dans ma Suite, le soir où j'y revenais après de longues semaines d'absence ? Plus rien ne pouvait m'étonner depuis le soir où j'avais été vaporisé au plafond de la chambre de Jessica Warner. J'avais compris depuis ce jour-là que je n'étais qu'un pion parmi d'autres dans une trame bien plus vaste que celle que j'écrivais moi-même. Que si j'avais cru être maître de mon Destin un jour, je m'étais bien leurré. Je pouvais certes en contrôler certains aspects, mais visiblement pas les plus spectaculaires. J'avais été choisi pour ce que j'étais, pour qui j'étais, et pour ce que je pouvais devenir.

J'étais là, planté, debout à côté du fauteuil, muet et incapable de faire un mouvement. Je sentais la tension qui émanait de Zack. J'imaginais toutes les questions, les reproches qui pouvaient se bousculer en lui. Je percevais l'émotion et l'incrédulité dans la voix de Scarlett. Je les avais abandonnés, tous les deux, sans la moindre explication. Pourtant il me faudrait en trouver une à leur donner ...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 36

Côté coeur : Une jeune femme

Activité/Profession (du personnage) : Guitariste de Scarecrow
avatar
Zack Vandroiy
Humain Indépendant
MessageSujet: Re: Le Retour de l'Autre (pv Scarlett & Zack)   Jeu 27 Avr - 19:04

Les yeux de Zack essayait de percevoir autre chose que ce dossier du fauteuil  et cette ombre qui en dépasser. Les jeux de lumières de la cité d‘Asaria by night laissaient filtrer des ombres sur le sol, contre les murs et les meubles, mais pas assez pour les aider. Il y avait bien quelqu’un assit dans ce fauteuil et qui leur tournait le dos. Le cerveau du guitariste ne voulait pas enclencher le mécanisme de réflexions et il ne voulait pas non plus entendre la petite voix dans sa tête qui lui disait qu’une seule personne avait pu arriver dans cette suite sans rencontrer d’obstacles. Ce n’était pas possible pour Zack, pas après toutes ces semaines. Il sentait les doigts de la jeune femme se crisper dans son dos. Il avait attiré Scarlett derrière lui dès que cet interrupteur avait décidé de ne pas s’allumer, pas dans une telle suite. Quelque chose se passait devant leurs yeux sans que ni l’un ni l’autre ne puisse comprendre la portée de tout cela. La voix du garçon d’hôtel fit sursauter les deux humains et si Zack avait encore ce besoin de réfuter toutes les données qui convergeaient vers une seule et même finalité, Scarlett l’avait devancé et ce fut elle qui prononça le prénom qui leur était connu à tous les deux.

L’échange entre l’employé du Rubis et celui qui se dissimulait dans la noirceur de la pièce n’était plus à mettre sur le compte d’une illusion, ou de l’imagination.  Sa voix était la sienne, reconnaissable et familière. Gabriel était bien là, de retour. Zack retenait son souffle et il s’était figé. Seule sa respiration saccadée et nerveuse résonnait à ses oreilles. Le musicien fixait cette ombre qui bougeait et qui demeurait à une certaine distance de Scarlett et de lui. Gabriel s’était levé, mais il n’avait tenté aucune approche, aucun pas vers  les deux humains. Il entendit un mouvement derrière la porte fermée de la suite Champagne. Le garçon d’hôtel avait déposé le plateau sur une chaise et il avait glissé la pancarte sur la poignée qui indiquait que le client ne voulait pas être dérangé. Lorsque le calme revint, il fut pesant et occulte. Il leva son bras et sa main vers l’interrupteur.  Il répéta le même geste que Scarlett, mais toujours pas de lumière. Ainsi donc, les retrouvailles se passeraient dans la pénombre. Quelqu’un devait briser ce silence qui n’avait que duré.

L’humain du bidonville aura toujours cette reconnaissance du cœur, de cette main tendue, cette chance que Gabriel lui avait offerte, un jour de pouvoir sortir de sa pauvreté, sa mère et lui. Tout ce qu’il vivait depuis, le confort d’une vie moins miséreuse, moins pénible, de pouvoir jouer devant des centaines de fans sa musique, cette sécurité d’être protégé par un pouvoir qu’il ne comprenait pas le fonctionnement, une aura qui le faisait passer pour un Asarien en toute tranquillité. Une aura qui avait continué à fonctionner  même en l’absence de celui qui était responsable de son état. Tout cela, il ne l’oublierait jamais. Il serait incapable de rembourser cette dette. Sa passion pour la musique était ce qu’il exprimait dans sa gratitude envers son sauveur, son protecteur, son ami. Si tout cela était aussi simple que ce son cœur lui dictait. Il ne rentrerait pas en opposition avec la tristesse de cet abandon et l’incompréhension du comportement de Gabriel qui avait fini par lui échapper depuis que Scarlett était entrée dans sa vie. Dans leurs vies.

Comment réagir alors ? Il avait discerné la sincérité et toute l’inquiétude dans la voix de Scarlett pour cet homme qui l’avait prise comme femme de chambre ? Zack était réaliste depuis le début, la jeune femme n’était pas que cela. Il s’était tenu à l’écart au début pour ne pas compromettre son statut au sein du groupe, mais les réactions de Gabriel avaient fini par le ronger et devenir intolérable pour le guitariste. Ce n’était pas la présence de Scarlett qui allait le rendre hésitant. « Tu t’es lassé de ta dernière maitresse. Tu es revenu pour nous passer le bonjour et voir comment on a essayé de gérer ton absence ? »

Zack était incapable de cacher le ton de reproche qui sifflait dans sa voix. Tous les gars de Scarecrow avaient donné le change aux fans sur la disparition momentanée de Gabriel. Tous s’était mis d’accord sur une même version : le chanteur avait besoin de repos pour revenir en forme alors qu’ils ne faisaient que pallier à l’inconnue. « Ça ferait plaisir aux gars de te voir. Tu te souviens encore du studio ? Des séances de dédicaces où tu devais être présent toi aussi ? Nous faire passer un message, appeler l’un d’entre nous, c’est trop … ennuyeux ? Une perte de temps pour toi ? »

Ses mots étaient blessants et l’ironie et le sarcasme indiquaient la douleur latente de Zack et tout ce que cet homme représentait à ses yeux.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 146

Côté coeur : Enchaînée

Activité/Profession (du personnage) : Femme de chambre - Esclave
avatar
Scarlett Rose Clane
Humaine Esclave
MessageSujet: Re: Le Retour de l'Autre (pv Scarlett & Zack)   Lun 1 Mai - 11:16

Gabriel … J'avais presque atteint le dossier du fauteuil quand sa voix résonna suite à la seconde interpellation de l'employé de l'hôtel et mon cœur … mon cœur qui m'avait semblé s'arrêter repartit à vive allure, cognant dans ma poitrine, presque douloureusement tellement il s'était mis à battre fort. Saleté obscurité … Je ne vois rien, et les lumières de la ville n'aident en rien … Au contraire, ça semble même pire. Lorsqu'il se lève de son fauteuil, je me fige, mes doigts se crispant autour du dossier. Le fait-il exprès ? Se placer ainsi, jouer avec les lumières d'Asaria pour qu'on ne puisse toujours pas distinguer ses traits ? Mais cette fois j'en suis certaine, c'est bien lui. J'avais reconnu sa voix, ce timbre que, même si il était paru assez monocorde, je savais ô combien mélodique. Combien de fois m'étais-je reposé sur cette voix ?
Pourquoi est-ce qu'il ne dit rien ? Le silence s'installe et me pèse, comme un poids oppressant ma poitrine. Mes lèvres s'entrouvrent, mon corps prêt à se mettre à nouveau en mouvement, j'allais contourner ce fauteuil quand le ton empli de reproche de Zack me fige sur place. Lorsque je m'étais installée chez lui, que je lui avais appris pour la disparition de Gabriel, j'avais pu sentir sa colère, son amertume, ses blessures …

J'observais la scène, impuissante … et peinée. J'avais donné à Zack la version que je connaissais, celle que Jessica m'avait donné. Il avait disparu, son pouvoir étant devenu incontrôlable. C'est la version que j'ai eu et c'est celle que je crois, aussi surréaliste, mystérieux et incroyable que cela puisse être. Jamais je n'ai pu croire que c'était un abandon véritable, et désiré. Non, je ne pouvais pas croire à ça. Il ne m'aurait pas fait ça. Il ne nous aurait pas fait ça … Je sens ma gorge qui se serre, cette tristesse qui enfle peu à peu et qui fait légèrement trembler mes mains, me sentant comme souvent incapable de contenir ces émotions. Trop de tensions ces derniers jours, une tension que j'avais fini par oublier … même si elle restait présente au fond de moi. Aujourd'hui, ce soir, voilà que tout refait violemment surface. Pour tout le monde.

-Zack … prononçais-je d'une voix cassée par l'émotion.

Trop de tensions, de mauvaises ondes que je ne savais supporter. Pourquoi est-il si convaincu par cet abandon tandis que moi je me cantonne à cette histoire de pouvoir dévorant. Qui croire ? C'était le moment ou jamais pour le savoir.

-C'...c'est plus compliqué que ça … n'est-ce pas ? Demandais-je, un mélange d'incertitude et d'espoir dans la voix.

Parce que non, je ne pouvais pas envisager qu'il nous ait effectivement abandonné, qu'il se soit absenté de longues semaines à cause d'une femme, sans rien nous dire. Sans rien me dire. Il ne m'aurait pas laissé m'inquiéter … croire à sa mort. Si ? Plus que jamais j'avais besoin de réponses.
Encore une fois, j'avance vers la silhouette dont je connaissais désormais l'identité. Car plus je m'approchais et plus je pouvais distinguer ses traits. Et même les yeux fermés, son parfum restait reconnaissable. Inoubliable. Un peu hésitante, presque timide, je lève un bras vers le sien et mes doigts agrippent la manche de son manteau.

-Dis moi … dis nous où tu étais passé … soufflais-je, le regard levé sur Gabriel, sur le visage de cet homme que j'avais cru perdre, cet homme qui continue de me toucher comme personne ne l'avait jamais fait …
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Le Retour de l'Autre (pv Scarlett & Zack)   

Revenir en haut Aller en bas

Le Retour de l'Autre (pv Scarlett & Zack)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Retour de l'Autre Monde [Faudar Adroared, Libre] [TERMINE]
» La forteresse du Val sans Retour
» Retour aux bercailles [Qui veut]
» L'homme est de retour ...
» UN AUTRE CAS D'USAGE DE FAUX ! SENBLE JUDE CELESTIN PA INGENIEUR VRE !

Asaria : Le monde de la Prophétie ::  :: Hôtels & Palaces :: » Le Rubis Etoilé :: • Suite Champagne de G. Laymann-