(Terminé) Last days on Paradise before the Storm (after) (pv Scarlett Rose, Damien, Sélène, Helena, Mickael, et autres fous volontaires )

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
Messages : 755

Localisation : Toujours à fouiner !
Côté coeur : En plein doutes

Activité/Profession (du personnage) : Journaliste/ Reporter de terrain au Times
avatar
Héléna Carter
Pacificatrice Asarienne
MessageSujet: Re: (Terminé) Last days on Paradise before the Storm (after) (pv Scarlett Rose, Damien, Sélène, Helena, Mickael, et autres fous volontaires )   Ven 22 Jan - 18:16

- Rhooo mais oui, je ne vais pas lui sauter dessus pour lui proposer une interview … quoi … que …

Je levai ma main de libre en mimant une moue  à la fois innocente et taquine. Je n’arrêtais pas d’entendre la voix de Liam dans ma tête et ses mots qui tournaient en boucle. Qu’est- ce qu’il pouvait être casse-bonbons quand il s’y mettait. Je devais me changer les idées et surtout ne plus penser à tout ce que nous avions découvert durant l’enquête au Centre de recherches. On avait fait en sorte de cacher au reste du groupe et à Mara certaines informations … Pas toutes, mais au moins cette vidéo avec ce Ghost dont on ne comprenait toujours pas d’où il sortait et ces dossiers étranges. Liam avait décrété après le mystérieux coup de téléphone que c’était Gabriel Laymann qui se cachait derrière tout cela. Une star derrière toute cette manipulation ?! Vous y croyez-vous ?  Holloway allait devoir descendre de son perchoir une fois pour toute !

Le « Scarecrow » était excellent et je me félicitai de l’avoir choisi comme boisson. Michael n’était pas aussi paisible qu’il le montrait. Certes, il était à l’aise dans ce genre de réception, bien plus que moi, même si entre mon ancienne vie d’épouse de ministre et celle de journaliste couvrant les plus grands galas et fêtes, je ne m’étais toujours pas faite à ces mondanités. J’étais là pour approcher mon idole, lui demander un autographe, un selfie et un rendez-vous pour un prochain article.  Mais pour le moment la foule des invités s’était précipitée autour de lui dès qu’il avait fait son entrée. J’allais devoir m’armer de patience pour pouvoir lui parler.

Une troupe de comédiens/danseurs/chanteurs prit place au milieu de la salle pour nous offrir un spectacle tout en beauté et en nuances. Je fis un lien rapide entre le concert et le tableau que notre Hôte nous offrait en guise d’ouverture de l’after. Une thématique semblait être très prisée par le chanteur : les masques et les illusions. Il avait paré son show de sons et de lumières, d’effets spéciaux grandioses, des illusions à couper le souffle et là, ces acteurs et actrices masqués nous mettaient en garde sur ce qui pourrait nous entourer. A moins que mon esprit de journaliste s’imagine beaucoup trop de choses alors que ce n’était qu’une représentation et qu’il fallait simplement apprécier l’art et la beauté de la mise en scène.

Le grognement rauque de Mike me fit tourner la tête vers lui. Un majordome venait de se présenter et il lui demandait de le suivre auprès de Gabriel Laymann.  J’arquai un sourcil, amusée et intriguée par ce déploiement de politesse et de grand jeu, mais apparemment Michael n’était pas de ce même avis.  L’homme au service de Maître de cérémonie avait pour ordre de ne pas bouger d’un iota tant que Michael ne le suivrait pas et mon ami comprit qu’il allait devoir se plier à cette règle. Il me présenta son bras et nous suivîmes l’employé modèle vers une de ces alcôves où j’avais vu les membres du groupe se disperser un peu partout dès que la masse des invités s’étaient éclipsés pour s’attarder sur la comédie musicale.

- Toujours aussi charmant Mike, merci pour le compliment.

J’étais à la fois nerveuse et excitée de rencontrer mon idole. Quel fan n’aurait pas voulu être à ma place en cet instant ? J’aurai pu apprécier ce moment si je n’avais pas sans cesse les paroles de Liam qui me revenaient comme un leitmotiv inquiétant en tête. Je devais occulter cela et savourer ce moment. D’autres invités semblaient eux aussi être conviés à venir se diriger vers le chanteur. Un couple s’était présenté en premier et nous restâmes en retrait pour attendre notre tour. Ma pochette se mit à vibrer dans ma main de libre et je me détachai de Mike un instant. C’était mon téléphone. Si c’était Liam, il allait m’entendre !!  Discrètement, et en attendant notre tour, je pris mon portable et la surprise matinée d’inquiétude rongea mon cœur. J’avais un message crypté et je savais de qui cela provenait. Mon téléphone décoda la sécurité et je pus lire le SMS qui n’augurait rien de bon, un rassemblement au QG … le plus vite possible …  Je pianotais une réponse positive sans savoir quand nous pourrions nous libérer. Le message disparut quelques secondes après c’était le processus de sécurité pour éviter qu’on ne remonte jusqu’aux Pacificateurs. Je plongeai mon regard dans celui de Mike qui était resté silencieux.

- On a un souci au QG …. Tu as dû recevoir un message toi aussi. Murmurai-je à son  oreille.

Mais, nous ne pouvions pas nous échapper de l’invitation. C’était trop tard. Je remis mon téléphone dans ma pochette et Mike nous conduisit devant le show man qui était lui aussi accompagné d’une cavalière. Que pouvait- il bien se passer au Phoenix pour qu’ils déclenchent l’urgence en pleine nuit d’un rassemblement ? Ho que je n’aimais pas ça !! Je revins à l’instant présent. Mike venait de saluer Gabriel Laymann et il échangea avec lui quelques mots sur sa prestation avant de me laisser parler à mon tour.  J’étais en train de me dire qu’une puissance extérieure voulait à tout prix faire capoter ma rencontre avec la star !!
Il était là !! Et moi à quelques mètres de lui … C’était juste de la folie !!!

- Mon…sieur Lay…mann …

Oui … ça on savait tous comment il s’appelait. Je levai les yeux au ciel devant mon attitude merdique. Il serait grand temps que je trouve quelque chose de plus original à dire au lieu de bafouiller comme une enfant.

- J’ai adoré votre concert ! Je suis une de vos plus grande fan … Vous voulez bien me signer un autographe ?

Tu devrais aller t’enterrer rapidement Héléna, c’est certainement la meilleure idée que tu auras de toute la soirée. Puisque j’étais en mode «  fan embarrassée et maladroite » autant que je continue sur ma lancée avant d’aller me pendre dans un coin.

- En fait, je suis journaliste au Times … et devant votre show exceptionnel, je me demandais si vous m’accorderiez, un jour, une interview. J’aimerai beaucoup écrire un article sur vous.

Je sortis de ma pochette le fameux Saint Graal. Vous voulez vraiment savoir ce que c’est, pas vrai ? Je tendis gênée mon stylo … Sauf que voilà, je n’avais rien sur moi pour qu’il appose sa signature … Pfff … Allez ne fais pas ta timide Héléna, réfléchit !  Je lui présentai mon bras en retrouvant mon sourire espiègle et des étoiles plein les yeux.

- Si vous voulez bien …

Le Saint Graal ^^:
 





© Ponzu
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 610

Localisation : dans tes cauchemars
Côté coeur : difficile de trouver l'amour lorsqu'on est une illusion

Activité/Profession (du personnage) : rock star à l'insue de son corps défendant/ fondateur d' A.U.R.I.S. & associés
avatar
Gabriel Laymann
Asarien, 2e Génération
MessageSujet: Re: (Terminé) Last days on Paradise before the Storm (after) (pv Scarlett Rose, Damien, Sélène, Helena, Mickael, et autres fous volontaires )   Ven 22 Jan - 22:29




Au sujet de mes pères, j'en comptais trois désormais, je n'avais pas à ressentir de rancœur, ni d'aigreur, ni de colère. J'avais été aimé autant qu'il était possible à chacun d'eux. Mon père biologique avait longtemps ignoré mon existence, et quand il l'avait appris, il avait certainement honte de l'héritage qu'il avait transmis, à juste titre. Je ne lui en veux pas d'être resté un nom sans visage pour moi. Mon père officiel m'a toujours témoigné un intérêt que je pense, encore aujourd'hui, sincère. C'était un homme bon, autant que je puisse en juger par les témoignages de Leroy Mac Stone , avec les vices de sa caste certainement. Je n'ai que des souvenirs de bambin le concernant, et s'ils sont confus, j'ai le sentiment d'avoir ressenti cet amour bienveillant à mon égard. Il était probablement arrogant et imbu, sûr de sa supériorité. Mais je me souviens surtout d'un homme las et usé les dernières années, sur les genoux duquel je ne devais pas trop m'attarder pour ne pas le fatiguer. Ce dont je suis certain, c'est que je ne peux reprocher à Nicholson que son rang et sa nature. Il fût, toujours selon Leroy, un père aimant et présent, soucieux de la sensibilité étonnante de cet enfant inespéré et tardif dans sa vie. J'en gardais donc un souvenir clément même si je vouais à sa caste une haine inextinguible pour ce qu'elle m'avait fait subir. Jeko fut le troisième. Il me donna la vie une seconde fois, ce qui le place certainement sur un plan plus maternel que ma génitrice elle même, qui ne m'avait conçue -avec la participation inconsciente de son amant- que pour asseoir sa position sociale auprès d'un ancien prestigieux sur lequel elle prendrait appui pour accéder au pouvoir. Je n'étais qu'un marche pied, un escabeau. Elle avait utilisé les hommes, depuis toujours. Pourquoi aurais-je été épargné ?  Si j'avais été une fille, elle m'aurait dressé pour les abuser et m'en servir comme autant de marionnettes, comme elle le faisait. J'étais  un homme mais j'usais des femmes et des hommes pour arriver à mes fins. J'étais son digne héritier.

J'avais toutes les raisons de respecter et d'aimer mes pères, et toutes de haïr la seule mère que m'a donné cette vie. Devais-je pour autant haïr toutes les femmes qui sont le reflet imparfait de son image magnifique et si longtemps idolâtrée par le petit garçon que j'étais ?

Nombreuses ... Elles étaient nombreuses à se presser vers moi ce soir, et même depuis quelques temps, mois, années désormais... Devrais-je toutes les vouer à la même haine, aux mêmes tourments de mes jeux vengeurs ? Devrais-je leur interdire l'accès à mon cœur, à mon âme au motif qu'une seule a voulu détruire les deux... Et y est presque parvenue ? "Peut-être est-ce en effet plus raisonnable, Gabriel! Du moins pour le moment. N'oublie pas que tu es pour ainsi dire mort. Mort ... Mort... Mort... Mort ..."


J'étais pourtant averti de sa probable présence. Zack m'avait informé de l'arrivée d'une brune envoûtante qui s'était engouffrée dans la limousine de Stark à la sortie du concert. De même que les caméras ne mentaient que rarement et m'avaient très vite conforté dans mon soupçon lorsque j'avais piraté le système de surveillance du Multiplex pour lire les vidéos de la sortie du show. J'avais aussi pu voir qui était la cavalière de mon atout maître dans la phase 1 du PLAN A.U.R.I.S. et j'avais pesté que ce fût quelqu'un d'aussi ... curieux. Du moins si j'en croyais sa réputation. C'était une redoutable investigatrice dans le collimateur de laquelle il valait mieux ne pas figurer. Mais j'avais, fort heureusement, d'autres informations plus rassurantes à son sujet, même si je me méfiais de tout le monde, y compris des Pacificateurs. Même Scarlett pouvait être un plan élaboré par un de mes ennemis soucieux devant ma montée en puissance. Peut-être même pouvait-elle avoir été retournée après le concert, par des agents de ma mère. Qu'en savais-je ? Je n'étais pas télépathe et j'étais condamné à subir la morsure avant de prendre conscience du danger. Cet assujettissement me rendait toutefois très réceptif et ambivalent jusqu'à la dernière minute, ce qui faisait certainement mon charme. Marcher toujours en équilibre sur un fil, avec d'un côté du gouffre des "amis" prêts à me retenir et de l'autre, des ennemis embusqués rêvant de m'immoler.

Qu'importait ... Cette nuit, les hommes devaient apparemment être mes alliés et les femmes, ma perdition. Je serrai la main délicate de Scarlett dans la mienne tandis que les requins approchaient l'îlot que j'avais voulu éphémère. Je serrai peut-être la main de l'ennemi entre mes doigts, mais je le faisais sans illusion, et à la fois avec la candeur d'un enfant effrayé.

Je ne me levai cependant pas à l'approche de Damien et de son ... escorte. Et je retins Scarlett de le faire. Mon regard, s'il avait su être aimant, doux, compassé, charmeur, fascinant, n'était en cet instant que glace et arrogance. Avec toutefois une nuance entre Damien et sa cavalière. Il avait égayé mes années de jeune homme débutant dans la faune asarienne, avait fait figure de modèle et de cicérone. Elle m'avait tué, simplement mis à mort, abattu. Mis en joue et rayé de la carte des vivants. Devais-je la haïr pour cela ? Un gibier hait-il son chasseur ? Sans doute pas. Mais le chasseur se représente rarement devant une proie survivante. Sauf s'il veut l'abattre pour laver l'affront de l'échec. Je la toisai de mon regard qui savait être d'encre face à la noirceur. Elle avait vraiment ce soir, les atours de la mort à laquelle j'aspirais, MA MORT. Désirable et belle, dans son aura d'ombre et de maléfice, perverse à souhait et tenant sous son emprise tous les hommes alentour. Mon sourire en disait bien plus long que tous les mots au sujet de ce que je percevais d'elle. Elle était ombre, j'étais nuit. Elle était tempête, j'étais ouragan. Elle était feu et flammes, j'étais brasier infernal. Elle était la créatrice, j'étais son œuvre. En cette soirée, se dressait devant moi ma seconde mère, ou du moins l'emblème de ma mort et de ma renaissance, celle qui m'avait fait ce que j'étais désormais, un monstre, un être cynique et meurtrier, à son image. Si Jeko pouvait être vu comme un père pour moi, l'ange de la Mort, elle - son visage  à jamais gravé dans mon âme- était ma dernière mère, ou encore la femme faite mort, l'ultime étreinte que connut mon âme avant de céder au néant. Une étreinte douloureuse et brutale, sans aucune pitié, mortelle... Je la jaugeai, conscient que chacun de nos échange serait placé sous ce sceau infernal.

Je parlai en tout premier lieu à Damien en faisant tourner la bague à mon doigt.


- Monsieur Stark, l'honneur est grand pour moi de vous compter parmi mes fans et de vous accueillir pour cette soirée entre "amis". J'ai suivi de très près votre réussite dans le monde des affaires. Nous avons en commun de partir de rien et même, ce qui est pire, d'un héritage encombrant. Cependant, j'aime à croire que ma réussite se fait l'écho de la vôtre. Je suis persuadé que nous sommes là, tous deux, où nous voulions arriver et, que la bonne fortune, et notre intelligence, surtout notre intelligence , aidant, nous irons plus haut, beaucoup plus haut !

Un signe à peine perceptible de la tête, pour le saluer et je poursuivis, jouant à nouveau plus nerveusement avec ma chevalière.

- Vous voilà accompagné d'une charmante personne, une rose noire, au parfum mystérieux. Murmurai-je en prenant la main de la Mort et en y déposant un baiser avant de la relâcher aussi promptement qu'un gosse capricieux. A qui ai-je l'honneur ? Aux épines de qui exposai-je mon cœur sans défense ?  Mais, permettez-moi de vous présenter une fleur tout aussi admirable, Miss Scarlett Rose Clane, une très chère amie de ma famille ... Veuillez prendre place à nôtre droite mes amis ...

Les derniers mots de ma tirade étaient prononcés avec une arrogance affichée tandis que je plongeai dans le regard de la Tueuse. Mais oui, c'est bien ... Viens voir un peu l'envers du décor et mesure à quel point tu te trompes ... Toi qui te crois tellement supérieure, pauvre marionnette dévouée à ma mère ...

Les présentations n'étaient que poncifs et formalités d'usage et j'écoutai les réponses de mes premiers convives d'un air compassé, sans néanmoins en perde un mot et omettre de peser chacun des sens cachés de tous les mots prononcés. Mais très vite, ces deux convives désassortis - un que je revoyais avec plaisir et l'autre que je haïssais à plus d'un titre - comprirent que l'heure n'était pas encore venue aux conversations intimes et, répondant à mon injonction, prirent place à mes côtés. Ainsi me retrouvai-je avec ma Mort sise à mon côté droit. Elle-même encadrée par ma personne et son cavalier.

Mais déjà un de mes autres invités se présentait escorté par une ravissante apparition digne d'une princesse indoue. Je me levai cette fois ostensiblement pour accueillir le nouvel arrivant, comme pour le congratuler de son choix.


- Monsieur Hawkins, comment vous remercier d'avoir répondu à mon invitation ? Savez-vous à quel point nous partageons une passion pour les sciences et technologies d'avenir et les belles carrosseries ? J'ai cru comprendre que vous aviez des projets ambitieux pour la prospérité d'Asaria. Je pense que nous partageons les mêmes rêves... Et la même inclinaison pour la beauté, si j'en juge par la charmante cavalière qui s'accroche à votre bras.  Permettez-moi de vous présenter la mienne: Miss Scarlett Rose Clane, une amie très chère de ma famille ...


Le brillantissime homme d'affaires asarien qui ne démentait pas l'enquête que j'avais diligentée à son sujet s'effaça fort galamment pour laisser sa comparse s'exprimer et je souris avec plus de simplicité cette fois. Même si elle simulait, toutes les femmes le faisaient de temps à autres, face à nos exigences déraisonnables, pour avoir sa fameuse interview et rester l'une des journalistes les mieux payées d'Asaria, ainsi mon enquête l'avait-elle qualifiée, je sentais un fond de sincérité dans sa voix.

- Comment donc ? Une fan de Scarecrow ? Comment est-ce possible ? Ici ? Taquinais-je la fausse ingénue.

Mais surtout, je lui avais parlé plus ou moins indirectement bien plus tôt, sans qu'elle le sache, et je savais exactement quel bois constituait cette tête de mule de femelle... Qui ne laissait pas de me surprendre. Si la demande d'interview avait été prévue, la signature d'autographe également, le support me surprit pourtant tout autant que l'outil scripteur qu'elle me tendait. Un stylo portant mon prénom ... Où qu'elle que se le fût procuré, je trouvai la coïncidence étonnante. Je le pris en main avec détermination et souris.

- On dit que la signature d'une personne révèle sa personnalité bien plus que son empreinte digitale, Miss Carter. Tel est bien votre nom, n'est ce pas ? Héléna ? Je la fixai d'un regard pénétrant.  Vous aurez les deux, et pourrez ainsi vous faire une idée sur la question. Avec toute ma gratitude pour votre soutien.

La gratifiant d'un clin d’œil facétieux, je marquai son bras de ma signature nerveuse, ajoutant la dernière phrase que je venais de formuler puis, affichant un sourire énigmatique, l'agrémentai d'un dessein représentant une rose.

- Passez une bonne soirée Miss Carter. Concernant l'interview, nous fixerons cela dans la soirée. Il faut que je vous parle de toute façon ... J'ai besoin de vous pour promouvoir mon prochain projet ... Mais prenez place à ma gauche avec votre charmant cavalier.


Si la présence de cette femme au bras de Michaël Hawkins me facilitait grandement la tâche, le choix de Damien Stark s'affichant avec celle que je surnommais déjà Sélèneuse, une sorte de contracté de Sélène et venimeuse, ce qualificatif qu'elle portait aussi bien qu'une autre aurait porté une parure de diamants, rendrait difficile la discussion que je pensais engager avec lui ce soir...  A moins que ... Pourquoi ne pas faire d'un handicap un atout, d'un ennemi, un cheval de Troie ?


Ainsi, succédant à la mirifique mise en scène de la Mascarade précédente, mes invités pouvaient-ils apprécier une des vidéos du concert capturée par les nombreuses caméras mises en place pour immortaliser l'événement . Je souriais, assuré de passer une bonne, une excellente soirée, tandis que mon image en trois dimensions, projetée à travers l'immense salle entonnait Serpents in Paradise. Plus que jamais, cette chanson reflétait ce que je sentais  et ressentais au sujet de la société asarienne actuelle et de ce qu'elle infligeait aux vestige de notre Humanité.




Lyrics:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 146

Côté coeur : Enchaînée

Activité/Profession (du personnage) : Femme de chambre - Esclave
avatar
Scarlett Rose Clane
Humaine Esclave
MessageSujet: Re: (Terminé) Last days on Paradise before the Storm (after) (pv Scarlett Rose, Damien, Sélène, Helena, Mickael, et autres fous volontaires )   Lun 25 Jan - 23:29

Le bal commence pour de bon. Nous sommes tous entre ennemis ce soir, m'avait dit Gabriel un peu plus tôt. Intérieurement, je me regonfle, ça n'était pas le moment de se laisser démonter. Mais de là où je suis je peux sentir la nervosité du chanteur à l'approche du premier couple. Je ne loupe rien de l'anneau qui roule autour de son doigt, signe porteur d'un sens que seul nous deux connaissons. Je me calque à ses gestes, je le suis, je reste assise quand il ne bouge pas et me lève de la banquette pour accueillir le second couple. A chaque nouvelle arrivée, j'annonce un léger bonsoir accompagné du même sourire poli lorsque je suis présentée. Mais je n'en fais pas plus.

Bien que discrète, je reste attentive à ce qui se met en place autour de cette table. Je ne connais rien de chaque membre qui compose cette assemblée, mais je sais entrevoir ces regards échangés, je sais quand ils sont sincères ou quand ils sont forcés, bien qu'ignorant les raisons de ces faux semblants. Mentalement, je tâche de retenir chacun des noms prononcés. Je tente aussi d'entrevoir et de comprendre la manière dont Gabriel se comporte avec chacun d'eux et d'en dégager un sens. Tout cela reste tout de même très déstabilisant d'arriver là, au milieu d'un échange dont je n'ai que très peu de données, exceptées celles fournies par Gabriel plus tôt. Et je sais qu'énormément de choses m'échappent. Je n'ose m'attarder trop longtemps sur chacun d'entre eux, de peur de me montrer trop irrespectueuse, mais je ne perds rien de ma posture droite et avenante, soigneusement tenue. Naturellement, ma confiance se dirigerait davantage vers le couple assis à ma gauche, cette journaliste, visiblement une grande fan du chanteur – désormais porteuse de sa signature sur le bras – et celui qui l'accompagne. Mais je ne peux l'accorder à personne ici. Spectatrice, je continue d'étudier leurs faits et gestes, avide de ce nouveau monde, à l'image de celui qui me le fait découvrir, aussi angoissant qu'intriguant.

Je reste d'ailleurs centrée sur lui, sur celui que je dois désormais appeler Maître mais pour qui je suis, le temps d'un soir, une précieuse amie. Un rôle intéressant à interpréter, comme une gamine qui jouerait les princesses dans les talons de sa mère trop grands pour elle. Mais ma mère ne m'a jamais laissé jouer dans ses vêtements … Je dois donc aviser avec ces femmes qui se tiennent autour de moi.
En cet instant, on ne me regarde pas comme l'humaine que je suis et qui ne mérite pas d'être là. Ça n'est que le début et je ne sais pas trop encore comment agir, mais la tâche m'ait rendue beaucoup plus simple car aux yeux de tous je suis déjà une autre. Il n'y a que Gabriel qui sache qui je suis. Et encore … Il ne connaît que la pute des bidonvilles. Je suis une page blanche sur laquelle je peux écrire ce que je souhaite. Une inconnue à qui je peux donner l'identité que je souhaite. Mais laquelle ?

Mon oreille capte les paroles de la chanson qui se diffuse dans la vaste pièce et mon regard finit par passer sur la représentation numérisée du concert auquel je n'avais pas pu assister. Des serpents … Mon regard balaye à nouveau les convives de l'îlot et leur hôte, contenant un frisson d'effroi. Voilà que je les imagine comme ces reptiles à resserrer subtilement leurs anneaux autour de leur proie jusqu'à les faire suffoquer, à la fois lents dans leur manière de faire, mais pourtant … à peine vous rendez-vous compte que le danger vous frôle qu'il est déjà en train de vous enserrer la gorge, et vous aurez beau vous débattre … il est déjà trop tard. Lequel d'entre eux est le plus dangereux ? Qui est la proie ? Qui est le serpent ? Sans doute suis-je déjà prise au piège sans même le savoir …

Je commence à peine à entrevoir les enjeux de cette soirée.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 753

Localisation : Quelque part parmi les Ombres
Côté coeur : Dans les profondeurs damnées de ton âme

Activité/Profession (du personnage) : Assassin pour le gouvernement - Membre de l'Escadron d'Elite - PDG de la True Life
avatar
Sélène Warren
Asarienne, 2e Génération
MessageSujet: Re: (Terminé) Last days on Paradise before the Storm (after) (pv Scarlett Rose, Damien, Sélène, Helena, Mickael, et autres fous volontaires )   Mar 26 Jan - 12:18

Pour ceux qui veulent lire un FlashBack:
 

♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦

J’allais pouvoir enfin approcher celui qui n’avait eu de cesse de manipuler ses fans et ses VIP dans la loge. Je n’avais rien oublié de ce que mon esprit avait perçu quand il s’était faufilé dans la faille de son psychisme vers la fin de son concert. Il s’était affaibli par la multitude de ses illusions et j’avais saisi la brèche que j’avais ressentie.  J’avais découvert  des brides d’une mémoire et d’un secret lointain . Comment pouvait-il connaitre cette histoire et ses détails ? Ce n’était pas avec les yeux d’un témoin que j’avais pu voir ces flashs. Tout était bien trop net, trop dessiné à la perfection. Ce jour-là, les passants étaient peu nombreux dans cette allée et seuls les Miliciens pouvaient se souvenir de ce corps étendu sur le bitume. Un corps que j’avais pris soin de suivre jusqu’à la morgue, jusqu’à l’arrivée de la Grande Conseillère. Une mère froide et qui avait retenu ses larmes. Cela ne devait pas se passer ainsi, mais parfois le destin change ses cartes et on est obligé de suivre les nouvelles indications.

 Ce Maître de l’Illusion n’avait rien à voir avec un ancien Milicien … C’était toute autre chose. Ma raison me poussait à chasser les doutes dans ma tête, mais ma curiosité et mon instinct de Tueuse voyaient cet homme comme l’écho de mon passé.  Un fantôme qui avait attendu dix longues années pour se manifester … Pourquoi et comment cela était-il possible ? J’avais besoin de savoir et de certitude. Et je n’aurai de cesse de trouver et de chercher …
"Oui Scarecrow, entre encore une fois dans ma tête … Je t’attends. "

Je ne perdis rien de mon calme devant la mascarade de ce Roi lorsque Damien nous approcha de l’alcôve pour se présenter. L’hôte de cette soirée ne dédaigna pas se redresser et je n’en fus même pas surprise. Le comportement de son corps et ses réactions étaient bien plus révélateurs que ses mots qu’il distillait pour se rendre intéressant et arrogant. Son corps n’était que sévérité et vanité, et ses lèvres que froideur et aversion au contact de ma main.
" Viens, approche que je pose mes doigts autour de ta gorge. Tu as déjà terminé avec ton petit jeu de gamin insolent ? C’est tout ce que tu me proposes après ton splendide numéro sur scène ? "

Lorsqu’il redressa son visage, mes prunelles noires croisèrent les siennes et je lui offris mon sourire de Démone, à la fois dangereuse et séductrice. Il comprenait que je relevais son défi et que je ne me leurrai pas sur ses intentions. Mais je ne m’attardais pas à y lire un message particulier dans ses yeux. C’était son visage qui m’intéressait, mais le jeu des lumières tamisées ne m’aidaient pas à distinguer pour le moment une marque sur sa joue.  Cet instant qui ne dura en réalité que quelques secondes pour tous les invités autour de nous, dura une éternité entre Lui et Moi. Je pouvais voir les flammes de l’enfer se dessiner sous nos pieds et des volutes sombres tournoyer entre nos corps. Nos tenues de soirées se ressemblaient et se mariaient avec une exactitude qui me troubla.
"Tu es le Diable, je suis la Diablesse. Que ressens-tu en ce moment très précis ? Tu veux savoir mon envie ? Celui de te plaquer au mur et de te faire hurler … Mais tout vient à point à qui sait attendre, n’est-ce pas … Twisted Mind ? "

- Sélène Warren … Monsieur … Laymann. Seriez-vous craintif et douillet devant les épines d’une rose ? Je vous voyais plus … endurant …

Je ne me formalisai pas pour ce baise-main suffisant et je pris place à ses côtés. J’avais laissé Damien échanger quelques mots avec le Marionnettiste et je m’étais tenue silencieuse. Le tissu soyeux de ma robe effleura sa jambe lorsque je m’installai à côté de celui que je rêvais de torturer de plusieurs façons. Et je peux vous assurer qu’il existe différentes tortures …
"Tu me veux près de toi ? En quel honneur ? … Pour mieux m’avoir sous ton contrôle ? Montre-moi comme tu aimerais me soumettre… Je te montrerai comment ton corps cédera sous mes assauts …"

Mon esprit lui était bien plus indiscipliné et il ne perdait rien de chaque scène qui se déroulait devant moi.  Un détail retint mon attention : il avait touché sa chevalière à notre arrivée, mais il ne faisait plus ce geste devant ses autres invités.
"Nerveux petit épouvantail ? Tu perds ta belle contenance devant moi ? "

Un souvenir lointain, remontant à une dizaine d’années me percuta alors soudainement. Je me revoyais à une soirée de gala au bras de mon père et à cet instant où j’avais découvert ma proie … Je tournai légèrement mon visage vers l’Épouvantail à chapeau qui allait réceptionner un nouveau couple.
" Des pommettes saillantes, des lèvres fines, des yeux clairs … Tu as mes marques, mon sceau sur ta peau … immuablement…Ta joue et ton cœur … Je trouverai tout cela cette nuit, sois en certain ! Je tiens toujours mes promesses … "

Les autres invités s’installèrent de l’autre côté, près de l’humaine que Laymann avait annoncé comme son amie. Le spectacle donnait par la troupe de danseurs fut remplacé par une vidéo du concert, sur la chanson intitulée « Serpents in Paradise ».

- Dying for love, fighting for ages.
Raging with anger and pain for the cross.
Chantonnai-je tout doucement, mais peut-être l’avait-il perçu …

Je bougeai légèrement comme si je tenais à arranger les voilages de ma robe. Je me penchai imperceptiblement pour effleurer de mes lèvres ses cheveux et son oreille.

- La fatigue vous gagne Monsieur Laymann… après toute cette folie sur scène, vous devez être épuisé …



Passé, Présent, Futur, parfois les toiles se tisent et s'entremêlent



La Main du Diable:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 653

Localisation : non loin du pouvoir
Côté coeur : Célibataire & Dominateur

Activité/Profession (du personnage) : PDG de la Stark Entreprise
avatar
Damien A. Stark
Asarien, 2e Génération
MessageSujet: Re: (Terminé) Last days on Paradise before the Storm (after) (pv Scarlett Rose, Damien, Sélène, Helena, Mickael, et autres fous volontaires )   Jeu 28 Jan - 13:40

En compagnie de la Rose Noire qui s’était glissée à son bras, Damien s’avançait vers l’Hôte de cette réception.  Le chanteur avait pris place à l’intérieur d’une alcôve aménagée de façon confortable et il se présenta le premier quand le majordome se retira, après avoir fait correctement son office. La sincérité dans ses paroles était de mise. L’homme d’affaires avait affectionné la mise en scène de tout le show du chanteur et de son groupe. Ce qui l’étonna le plus dans ce tableau ce fut l’impolitesse de la star qui resta collée à sa banquette. Damien opta pour la meilleure façon d’agir, ne rien démontrer et rester indifférent. « Vous êtes bien au courant de mon parcours chaotique lors de mes débuts dans les affaires. Une vie privée qui ne l’est plus beaucoup avec tous les médias qui mettent leur nez dedans.  J’ai fait en sorte de rayer les ombres de mon géniteur et effacer la mauvaise image qu’il avait laissé sur son chemin. Je serai intéressé par votre histoire et suivre l’évolution de votre carrière. Vous connaissez la mienne. A moi de découvrir la vôtre Monsieur Laymann. »

L’histoire de Damien avait été étalée sur tous les tabloïds. Le jugement de son père et sa condamnation aussi. Il s’était opposé à cet homme qu’il ne considérait plus depuis longtemps comme un membre de sa famille. A l’opposé, il ne connaissait rien de Gabriel Laymann. Depuis qu’il avait reçu le carton d ‘invitation pour la loge VIP, il avait fait entreprendre de nombreuses recherches sur cet homme. Des recherches infructueuses. Les peu de détails tournaient autour de sa carrière, des membres de son groupe et de ses albums. Pour le reste, c’était une page blanche.  

Il laissa la place à sa cavalière de se présenter. La Rose Noire n’avait eu de cesse de piquer sa curiosité tout au long du concert. Là encore, quelque chose de surprenant et de fantastique se produisait. Une électricité malsaine teintée d’une fascination indescriptible dansait entre elle et le chanteur.  Deux aimants qui se repoussaient par la force de leur attraction et qui malgré cela revenaient sans cesse se percuter. Il ne perdit rien du bref échange, de ce baise-main arrogant, de la tenue princière de la Succube. Un défi se formait et Damien allait assister à un spectacle encore plus étonnant.

Sélène s’assit aux côtés de Gabriel Laymann et Damien près d’elle, dissimulant un sourire amusé et conquis par cet homme et cette femme qui masquaient un jeu dangereux.  D’autres couples s’avancèrent et Damien reconnut le PDG de la KA. CORP ainsi que l’épouse … du ministre des médias. Une journaliste qui avait été maintes fois célébrer par ses paires pour ses différents articles dans le Times.  Il ne connaissait que de visage et de nom Michael Hawkins. Il l’avait croisé dans de nombreuses réceptions, mais jamais il n’avait été présenté à lui. Son intérêt capta le comportement inégal du chanteur envers ce couple. Il s’était redressé et il s’était avancé pour les accueillir. Une conduite que Gabriel Laymann n’avait pas eue avec lui et sa partenaire. Il en fallait beaucoup pour le vexer et il continuait à penser que ce jeu entre Sélène Warren et le chanteur de Scarecrow serait nourrir ses attentes.

L’épouse du ministre Van Harper était ainsi une fan de ce chanteur qui n’hésita pas à signer un autographe à même la peau de la jeune femme.  Une belle Asarienne, une beauté très différente de la Rose Noire. Son sourire harmonieux et ses yeux qui pétillaient devant son idole étaient authentiques. Il aurait aimé discuter avec elle, mais déjà elle s'en allait prendre place de l’autre côté.

Après le tableau de la comédie musicale, une vidéo d’un moment du concert s’afficha. La chanson « Serpents in Paradise » résonna. Les serpents étaient de sortie, les vipères aussi. Il prit délicatement la main de sa cavalière et il y déposa un baise-main. « Vos épines sombres sont un vrai régal. J’avais oublié de vous préciser que vous étiez magnifique. » Damien s’inclina un peu pour chercher l’Auteur de cet after. « Pourriez-vous mourir par Amour, Monsieur Laymann ? Combattre l’Enfer ? »




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatarInvité
Invité
MessageSujet: Re: (Terminé) Last days on Paradise before the Storm (after) (pv Scarlett Rose, Damien, Sélène, Helena, Mickael, et autres fous volontaires )   Lun 1 Fév - 17:27


The Show must go on …

Le spectacle se devait de toujours continuer – contre vents et marées – mais la fin de ce concert me laissait tout de même une étrange impression. Un mélange d'excitation, de frustration et d'inquiétude qui, ajouté à la fatigue, m'avait poussé à ne pas insister lorsque Gabriel m'avait claqué la porte au nez avant de m'annoncer qu'il rentrerait seul à l'hôtel. Comme d'habitude en somme. Sauf que d'habitude, je n'étais pas à ce point inquiet pour lui, lui qui avait manqué de s'effondrer à la toute fin du show, livide et en sueur comme s'il était au bord de l'évanouissement. Difficile de ne pas se rendre compte qu'il avait un peu trop forcé ces derniers temps – ne ménageant ni ses efforts ni ses trop nombreux excès – et j'aurais préféré que cette fin de soirée s'achevât tranquillement à la place de s'ouvrir sur un after qui me mettait déjà mal à l'aise alors que je n'y avais pas encore posé un pied. Préférant m'offrir une très longue douche pour me détendre avant de rejoindre la Fosse aux Lions. Je n'étais pourtant plus un nouveau venu dans la vie de Scarecrow ni même dans cette société Asarienne clinquante, mais ça ne m'empêchait pas de ne pas vraiment apprécier cette mise en lumière constante. Préférant ainsi rester dans l'ombre d'un Gab' déployant des trésors de mise en scène pour toujours attirer l'attention sur lui. Et quelle mise en scène ! L'entrée du maître de cérémonie dans sa suite privée du Rubis Étoilé n'avait absolument rien de simple, et je ne pus m'empêcher de poser sur lui un regard lourdement réprobateur au vu de son état de fatigue que j'avais constaté moi-même un peu plus tôt dans la soirée. Me dirigeant déjà dans sa direction pour lui conseiller encore une fois de se ménager lorsque je fus intercepté vivement par une petite rouquine qui vint se pendre à mon bras comme si sa vie en dépendait.

« Zack ! Zaaaaaaaack ! Je peux avoir un autographe s'il te plaîîîîîîîît ?! Et un Selfie ! »

Pas le temps de lui répondre qu'elle se collait déjà tout contre moi tout en dégainant son téléphone portable, capturant ainsi mon sourire un peu étonné avant de se lancer dans une véritable collection de clichés en tout genre. Sa joue contre la mienne, ses lèvres trop près de mon cou, avec une superbe duckface ou alors en sautillant comme une hystérique. De mon côté, mon bras était venu entourer sa taille tandis que sa main tirait toujours davantage sur la mienne comme si je risquais de m'enfuir loin d'elle, et malgré mon léger malaise face à ces effusions normalement réservées à Gab', je me pliai tout naturellement à sa folie fanatique afin de lui faire plaisir. La suivant bientôt jusqu'au sofa d'une alcôve où j'étais à peine assis qu'elle se lovait déjà tout contre moi, ses deux bras entourant mon torse où elle avait posé sa joue dans un soupir de pure béatitude. Pile le genre d'attitude qui me déroutait, moi le gamin du Bidonville, mais que je n'avais jamais le cœur à repousser malgré les excès de certains et certaines fans. Après tout, si une photo, un autographe ou une courte étreinte pouvaient faire le bonheur de quelqu'un, j'aurais été bien égoïste de ne pas m'y plier. Tout comme j'aurais été bien hypocrite de prétendre que je ne goûtais pas chaque seconde de cette nouvelle vie avec passion et jouissance.

Je devais tellement à Gabriel que je ne pouvais finalement pas lui refuser grand chose, et ce même si cette soirée s'augurait déjà longue pour moi qui n'arrivait résolument pas à m'habituer à tout ce faste. Toute cette facilité. Tout ce luxe tapageur dont s'entourait le leader de Scarecrow comme pour mieux dissimuler ses défauts que je constatais chaque jour sans réussir réellement à lui en vouloir. Et quand on parlait du loup …

« Zaaaaack ! Dis, tu crois que tu pourrais m'avoir un autographe de Gabriel aussi ? S'il te plaît, s'il te plaît, s'il te plaît ! »

Si c'était moi qu'elle enlaçait depuis de longues minutes déjà, elle avait manifestement les yeux rivés sur Gab', mais cette désillusion n'en était nullement une pour moi. Avec le temps, j'avais appris à jouer complaisamment les faire-valoirs, et même si cette situation aurait sûrement dû me vexer, je m'en contentais pourtant sans réelle difficulté.

« Il a l'air occupé pour le moment, attends qu'il se soit posé avec ses invités et j'irai le voir. »

Un sourire comblé, un soupir satisfait, et elle retombait à nouveau sur mon torse tandis que j’accueillais mes ''propres invités'' moi aussi, serrant des mains et débitant des formules de politesse convenues mais que je tentais de rendre le plus sincères possibles grâce à mon sourire constant. Un exercice qui n'était d'ailleurs pas bien compliqué pour moi, parce que si je n'étais pas un grand amateur de ce genre de soirée, j'étais en revanche agréable par nature. Peut-être trop par moment d'ailleurs …

« Allez Zaaaaack, alleeeeeez ! »

Cinq minutes, elle n'avait même pas attendu cinq minutes qu'elle revenait déjà à la charge, se suspendant cette fois à mon cou jusqu'à me gêner dans ma position. Et tandis que je parlais au couple me faisant face, j'essayais tant bien que mal de la faire lâcher, frissonnant bientôt lorsqu'elle me souffla dans l'oreille pour mieux attirer mon attention.

« Mmmmh allez Zack, sois gentil … »

Après l'hystérie, elle était en train de minauder, et les invités en face de moi eurent soudainement l'air désolé pour moi devant cet assaut aussi insistant, raison qui expliqua sûrement que nul ne protestât lorsque je me levai en m'excusant afin de me diriger directement en direction de l'alcôve voisine où je me glissai furtivement en saluant les présents d'un léger signe de tête. À peine arrivé derrière l'imposant sofa que je m'accroupis comme pour ne pas gêner les conversations, mes bras se posant sur le dossier tandis que je tendis un morceaux de papier vierge au chanteur.

« Steuplait Gab', signe moi ça et délivre moi de cette hystérique. »

J'avais bien entendu murmurer ces mots à son oreille pour n'être entendu que de lui mais de son côté, la rouquine s'était redressée sur le confortable canapé afin de nous guetter, se fendant bientôt de larges saluts dans notre direction afin d'attirer l'attention de son idole sur elle. Mais dans le même temps, mon attention à moi fut aussitôt attirée par l'alcool déjà présent à table et dont Gabriel avait lui-même avoué avoir très largement abusé avant même le début du concert.

« Et tu devrais peut-être lever le pied, t'avais pas l'air en super forme tout à l'heure. »

Lever le pied sur l'alcool, sur les illusions, sur la fête et sur les femmes … Et tandis que je remuai légèrement à cause d'une crampe, mon coude vint heurter la cavalière du leader de Scarecrow, et mon visage se tourna aussitôt vers elle afin de m'excuser.

« … »

Elle était … indescriptible … juste indescriptible.
J'avais vu passer d’innombrables femmes – hommes également – au bras de Gabriel, toutes plus belles et séduisantes les unes que les autres, mais cette demoiselle-là était si différente. Elle avait l'air si fragile, si dépareillée dans cette soirée malgré sa beauté, si seule malgré le monde l'entourant. Elle avait l'air si vraie que j'en restai coi bien malgré moi, mon regard se noyant dans le sien tandis que je ne voyais pourtant même plus celle qui se tenait près de moi. Sa tenue, ses accessoires ou même la couleur de ses cheveux ? J'aurais bien été en peine de les mémoriser tant j'avais l'impression d'être aspiré par son regard de biche coincée dans le feu des phares. À moins que ce ne fûs moi, l'animal pétrifié devant une voiture ? Cette simple idée me sortit aussitôt de ma contemplation idiote tandis que je reculai aussitôt mon coude qui l'avait heurtée.

« Désolé … je ne t'ai pas fait mal ? »

Je ne savais pas si j'avais réellement pu la blesser dans ma maladresse, mais une chose était toutefois sûre : mon cœur en avait loupé un battement avant de se mettre à cogner frénétiquement dans sa cage.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatarInvité
Invité
MessageSujet: Re: (Terminé) Last days on Paradise before the Storm (after) (pv Scarlett Rose, Damien, Sélène, Helena, Mickael, et autres fous volontaires )   Ven 5 Fév - 22:13

Michael avait noté que le chanteur s'était levé pour l'accueillir lui et sa cavalière. Héléna resplendissait, et il était fière de l'avoir à son bras pour cette soirée. Mike put voir que Gabriel était apparemment très heureux de les accueillir, d'autant que d'après lui, ils partageaient des passions identiques. La technologie, les belles carrosseries, oui, Mike aimait cela, et il devait admettre qu'il avait effectivement pas mal de projets. Décidément, pour un chanteur, celui-là était fichtrement bien renseigné. Michael avait beau connaître pas mal de monde, et suivre avec attention chaque mouvement de chaque personnes qui se présentaient à lui ou qui évoluait non loin de lui, il n'avait jamais prêté cas au monde de la musique, enfin sauf pour quelques petites inventions pour quelques studios radios, mais jamais très loin. Il était vrai qu'à ce niveau là, la K.A. Corps n'était pas encore rentré dans les stalles, mais peu importait, chaque chose en son temps. Michael n'était pas un homme qui était du genre à brûler les étapes, et surtout pas quand elles concernaient son entreprise, aussi prenait-il le soin d'avancer doucement, mais sûrement. Il fallait aussi ajouter que Mike avait d'autres secteurs plus en vue, tel l'automobile, la téléphonie et l'informatique bien sûr, et dans tout ce qui pouvaient concerner des marques qui fournissaient des instruments du quotidien, tel des machines à laver, ou d'autres choses de ce genre. Partout, et petit à petit, la K.A. Corps s'étaient implantés, bien sûr, elle avait des secteurs privilégiés, et elle entrait à peine dans certains secteurs sur lesquelles d'autres entreprises avait encore une belle main mise. Un secteur tout récent de la K.A Corps était l'armement, aussi étrange que cela puisse paraître, l'entreprise de haute technologie s'était lancé en concurrence avec la société du ministre Wright, oh bien sûr tout cela n'était pas encore su, mais cela le serait peut-être un jour... Sans aucun doute. Pour l'heure Mike était là, a observer le chanteur griffonner une signature nerveuse sur le bras de sa partenaire. Il les invita ensuite à prendre place à sa gauche, ce que Mike ne tarda pas à faire, laissant Héléna s'installer tout près du chanteur.

Mike s'assit tranquillement alors que Héléna était clairement surexcitée, une véritable puce en manque d'espace chevelu bon sang! Certes la comparaison n'était guère gratifiante à l'égard de la jeune femme mais elle avait le mérité de décrire à merveille la situation. Finalement, Mike se mit à apprécier la soirée. Bon, il l’appréciait déjà, certes, mais là, il en profitait pleinement. La salle, l'ambiance, tout était présent pour vous faire penser que vous étiez dans un autre monde. La journaliste n'avait pas manqué d'attirer l'attention de Mike sur son téléphone, elle avait reçu un message et lui aussi apparemment. Il s'empara donc de son joli petit appareil, enfin petit est un bien grand mot, mais toujours est-il que Mike ne tarda pas à le sortir de sa poche pour l'allumer discrètement et regarder le message. Il provenait des pacificateurs. Il relava soudainement la tête inquiet, mais personne ne l'avait vu, il rangea son téléphone comme si de rien n'était... Mais non, ce n'est pas comme si rien n'était, au contraire!! Il y avait tout. Il était inquiet. A cette heure-ci... Une demande de ralliement, c'était pour le moins improbable... et inattendu, mais Mike espérait qu'il ne soit rien arrivé de grave. Finalement, il regarda Héléna et déclara un petit sourire au lèvre:

- Bon, ben tu l'as eu ton autographe au moins... Et ton interview aussi. Tu vois ma chère Héléna, tout vient à point qui sait attendre.

Il n'eut pas le temps d'en rajouter qu'il vit s'approcher un homme avec une dégaine un peu similaire au chanteur, mais aux cheveux plus sombre et à l'air fort sympathique. Respectueusement, il salua tout le monde d'un signe discret mais visible et finit par rejoindre le chanteur derrière le sofa pour lui parler calmement et tranquillement alors que défilait Serpent in The paradise à l'écran. Les images étaient belles, et le concert aussi. Michael ne savait pas trop ce qu'il devait penser... Ce type avait soit envie de divertir une nouvelle fois ces invités en leur montrant la splendeur du concert, soit il était fan de sa gloire bien que ça n'avait pas vraiment l'air de lui ressembler. Ou alors, comme tout à l'heure, il faisait passer un message. Mike était de l'avis du message... Les serpents étaient bien au paradis... Comme le dirait si bien Georges, les loups sont dans la bergerie. Finalement, Mike ne pût s'empêcher de se lever et chuchota à Héléna:

- Je vais aux toilettes je reviens.

Excuse bidon!!!! Mais ça fonctionnait. Mike s'excusa rapidement, et il ne tarda pas à aller vers les toilettes qui se trouvaient dans un couloir annexe. Mike dût donc sortir de la salle, il passa entre deux vigiles, leur fit signe qu'il allait aux toilettes, histoire de ne pas être intercepté pour rien. Michael finit par s'arrêter devant la porte, s'assura que c'était bien le toilette homme et rentra. Il ferma la porte et s'arrêta devant le miroir, regarda son reflet. Alors quoi? A quoi ressemblait-il là? Un homme riche qui profitait de la soirée? Un homme plutôt inquiet? Clairement, il était inquiet, et il fallait dire que les récents événements ne jouaient pas en sa faveur chez les pacificateurs. Le groupe était en effet confronté à quelques problème et ce n'était pas pour lui plaire, on s'en doutait. Michael se passa un coup d'eau sur le visage. Il n'arrêtait pas de penser à ce qui pouvait se passer, mais il préféra alors régler un problème qui lui faisait souci. Il sortit son téléphone une nouvelle fois, le déverrouilla et appela Georges. Le majordome ne tarda pas à répondre.

-Je tiens à m'excuser de te déranger Georges, mais je vais avoir besoin de toi... Il faut que tu me ramène un autre voiture.
- Bien Monsieur, laquelle?
- Je vais avoir besoin de rouler... Et vite. Amène-moi l'Audi A5.
- Bien, ce sera tout?
- Oui, merci. Tu prendras un taxi, je ramènes Héléna avant de rentrer.
- Bien Monsieur.


Mike raccrocha, voilà, au moins un problème de régler. Michael rangea son téléphone, chassa ses pensées pour se concentrer sur la soirée, adopta un air satisfait, puis, il sortit des toilettes. Les couloirs étaient déserts, Mike ne s'en formalisa pas, et il ne tarda guère à revenir dans la salle, les vigiles le laissant passer sans aucuns problèmes, ce qui était déjà pas mal. Finalement, il ne tarda guère à revenir se rasseoir près D'héléna comme un homme satisfait qui a rempli son devoir. Bon c'est certes un peu exagéré, mais c'était tout comme. Il s'assit rapidement et sans trop attirer l'attention avant de demander à sa partenaire de soirée:

- J'ai manqué quelque chose?
Revenir en haut Aller en bas
Messages : 755

Localisation : Toujours à fouiner !
Côté coeur : En plein doutes

Activité/Profession (du personnage) : Journaliste/ Reporter de terrain au Times
avatar
Héléna Carter
Pacificatrice Asarienne
MessageSujet: Re: (Terminé) Last days on Paradise before the Storm (after) (pv Scarlett Rose, Damien, Sélène, Helena, Mickael, et autres fous volontaires )   Dim 7 Fév - 17:24

Il fallait garder à tout prix une sorte contenance devant le message sécurisé du QG que je venais de recevoir. Qu’est ce qui pouvait se passer là-bas pour qu’à une heure aussi tardive on reçoive ce genre de missive ? Est-ce que Mara et les autres Pacificateurs avaient trouvé de nouvelles informations sur cette fissure ? Liam et moi, nous n’avions transféré que les clichés que Grant avait reçu avec en note que cela pouvait venir d’Aaron Williams, un autre Pace. Vous voyez le bordel ? Nan ? Attendez … vous n’êtes pas au bout de vos peines. Tout ce que mon binôme et moi avions découvert au Centre de Recherches et les évènements particuliers dans l’appartement d’Holloway avaient été laissés sous silence. Non, ne vous en faites pas, on ne bosse pas pour l’ennemi, mais toute cette histoire était tirée par les cheveux surtout avec ces fameux coups de téléphone et l’insistance de Liam sur le fait que l’interlocuteur était Lui.  Oui, LUI. Comment ça vous ne savez pas qui est Lui ? Ha bah vous ne suivez décidément  pas …

La solution la plus logique aurait été de saluer le maître de cérémonie, d’échanger quelques mots et de filer vers les terres sauvages parce que le voyage s’annonçait très long. Sauf qu’en tant que journaliste de terrain, je ne pouvais oublier les paroles de mon partenaire et si Gabriel Laymann était ce Ghost, ce « I'm Phoenix too », j’avais besoin d’en savoir davantage, de comprendre toute cette histoire avant de l’annoncer à mon groupe. Oui, ce n’était pas parce que j’étais  têtue que je ne l’écoutais pas comme il pouvait le penser très souvent. Grant m’avait dit reconnaitre le regard de la photo de ce type qui s’était affiché sur l’écran. Rhouuuu pourquoi ni Grant ni Liam étaient là quand j’ai besoin d’eux ??? !!  En attendant d’y voir plus clair - si un jour j’y arrivais – ni Mike ni moi ne devions nous éclipser aussi vite avec tous ces invités autour de nous. Et puis c’était trop tard parce que déjà La star de Scarecrow se levait de sa banquette pour nous saluer.

Je le voyais de très près … et c’était  Waouh … Vous pensez que j’étais en train de mouiller ma petite culotte ? Je vous en pose de telles questions, moi ? Non, bon donc je ne répondrais pas à celle-ci. Sérieux !! Qu’est-ce qu’il pouvait  être beau … très … et celui ou celle qui s’avise à dire le contraire, se prendra la pointe de mon talon entre les yeux !  Je bafouillais comme une adolescente et mon comportement était digne d’un oscar de la nullité, mais ce n’était pas ça qui allait me faire reculer. Je sortis mon stylo de ma pochette de soirée et j’étais très fière en moi de cet instant-là. Un produit dérivé du groupe qui portait le prénom du chanteur ! Un produit que tous les fans s’arracheraient parce qu’il était devenu aujourd’hui introuvable ! Je lui tendis mon bras ce qui eut pour réaction de le surprendre.

- C’est bien cela oui, Héléna Carter, mais vous le savez déjà …

J’étais à deux doigts de lui offrir mon décolleté ! Si c’était ce même type qui nous faisait tourner en bourrique depuis le Centre de recherches, il faisait cela avec brio. La question était de savoir pourquoi tous ces mystères et pourquoi une célébrité de la musique se trouvait empêtrée dans une telle situation ? Si c’était Lui, pourquoi il nous épiait et  suivait les déplacements des Pacificateurs au point de nous aider ?

- J’ai hâte de pouvoir m’entretenir en tête à tête avec vous, monsieur Laymann.  J’ai beaucoup de questions … Merci pour cette invitation.

Mes mots étaient à double sens et je me doutais qu’il avait perçu le ton de ma voix changé. J’effleurai du bout de mes doigts l’autographe avec la petite phrase et la rose qu’il venait de dessiner sur ma peau. Je suivis Michael et on s’installa à la gauche du chanteur et de son amie qu’il nous avait présenté dès notre arrivée. Je m’empressai de la saluer.

- Bonsoir Mademoiselle Clane.

Mike me fit sourire tandis que j’étais hypnotisée par l’autographe que je dévorais des yeux.

- Je suis très obstinée je te rappelle et que j’obtiens toujours ce que j’ai en tête.

Je lui offris un clin d’œil. Un des musiciens du groupe, que j’avais reconnu, s’approcha de l’alcôve où nous étions tous assis. Il nous salua poliment, mais quelque chose semblait l’embêter et il se déplaça derrière la banquette pour discuter avec Laymann. La scène de la mascarade avait laissé place à une vidéo tirée du concert et d’un titre qui ne manqua pas de faire de nouveau un lien entre mes découvertes au Centre et cet homme. Tandis que j’essayais d’analyser le message de la vidéo et tout ce j’avais pu réunir en informations, Mike me chuchotai quelques mots à l’oreille et se releva pour s’éloigner de l’alcôve. Le message des Pacificateurs devait le rendre aussi nerveux que moi. Je laissai la vidéo se terminer et je pris le temps d’observer les invités. J’avais déjà reconnu de dos le PDG de la Stark Entreprise, mais pas sa cavalière qui était placée à coté de Gabriel. Rhaaaa … pourquoi ce n’était pas moi à sa place ? Hein !! Mon cavalier revint s’installer comme si de rien n’était.

- Non, tu n’as rien manqué … sauf la fin de la vidéo. Qu’est-ce qui t’arrive ?  Dis-moi, tu connais la cavalière de Monsieur Stark ?





© Ponzu
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 610

Localisation : dans tes cauchemars
Côté coeur : difficile de trouver l'amour lorsqu'on est une illusion

Activité/Profession (du personnage) : rock star à l'insue de son corps défendant/ fondateur d' A.U.R.I.S. & associés
avatar
Gabriel Laymann
Asarien, 2e Génération
MessageSujet: Re: (Terminé) Last days on Paradise before the Storm (after) (pv Scarlett Rose, Damien, Sélène, Helena, Mickael, et autres fous volontaires )   Dim 7 Fév - 21:12

Brave petit soldat ! Je me trompais rarement sur les gens, même si je n'étais en rien télépathe et j'avais senti chez Scarlett Rose Clane le courage qui faisait parfois défaut aux personnes qui avaient grandi dans un excès de mollesse et de douceur. Quelque fût le destin qui l'avait placée sur mon chemin, elle avait ce cran qu'aucune trahison future ne pourrait lui ôter. Elle était peut-être mon ennemie mais elle se trouvait livrée en pâture aux fauves ce soir et j'imaginais sans peine la terreur qu'elle devait surmonter face à tous ces masques qui tournoyaient autour d'elle. Mais si, finalement, sa fragilité apparente n'était que feinte afin de mieux me berner. Peut-être était-elle un agent remarquablement formé par ma mère  ? Peut-être cette dernière m'avait-elle identifiée bien avant le concert. J'avais été très étonné qu'elle ait répondu présente à l'invitation d'une rock star telle que Gabriel Laymann. Mère était plutôt du style à aimer les musiques latines et le tango qui pouvait lui servir à séduire son cavalier. Rien de vraiment rock et frondeur. L'hirsutisme de mes compagnons de scène devait plutôt susciter un dégoût de la très sophistiquée et froide panthère de glace. Si elle avait répondu positivement à mon invitation c'était peut-être parce qu'elle m'avait identifié d'une façon ou d'une autre malgré toutes les précautions que je prenais. Elle était entourée d'une cour de mages et prédicateurs en tout genre, serpents et hyènes prêtes à remuer la boue pour lui complaire. Des êtres serviles qui mettaient leurs dons en tout genre à son service. La partie d'échecs était serrée et très dangereuse. Je n'avais jamais pensé que la victoire était acquise. Je ne le pensais toujours pas. La vaste mascarade qui se jouait depuis l'ouverture des portes du multiplex se poursuivait sans elle mais avec certains de ses alliés. Je ne doutais pas qu'ils étaient dans la place. J'avais reconnu la plus redoutable d'entre eux. Mais elle n'était certainement pas seule, même si je l'imaginais plutôt opérant en solitaire. Damien et même Scarlett pouvaient très bien être des lieutenants ou des taupes de ma mère. Mais ces deux -là n'avaient pas, encore, essayé de me tuer. Cela viendrait peut-être...

Quant à Hawkins et sa cavalière, Miss Carter, je connaissais leurs accointances. Ne leur en déplaise... Comment ? Pour la demoiselle, elle s'était elle-même trahie avec son photographe et son binôme en venant gratouiller au Centre de Recherches. Certes au début l'exploration ressemblait à du journalisme d'investigation mais cela ne collait pas quand on avait lu le contenu de l'envoi de Williams à Stevenson juste avant de remettre le pli à la secrétaire de l'accueil du Times. Si Williams dont je savais clairement à quel bord il appartenait, envoyait des documents aussi importants au photographe c'est qu'il le savait du même bord que lui. Soupçons confirmés lorsqu'ils s'étaient précipités au centre pour savoir ce qui s'y tramait. J'avais prévu cette réaction et je l'avais espérée. Cela m'ouvrait une porte, tellement attendue pour communiquer tout ce que je savais. Tout ce que j'avais appris grâce à mon double emploi pour le gouvernement. Sous une autre identité bien entendu... Les identités ... Elles n'étaient pour moi que des vêtements dans lesquels je me glissais...  Tout d'abord, agent de maintenance informatique, mes divers talents m'avaient permis de devenir le seul programmateur accrédité à l'entretien de l'Ordinateur Central du Centre de Recherches Scientifiques de l'Etat d' Asaria (O.C.C.R.S.E.A. pour les intimes).  Je l'avais poétiquement rebaptisé la mer d'Ocre ou  plus cyniquement ORCHESTRA (Organisme Rationnel de Chasse aux Humains et Subversifs Traîtres par Répression et Anéantissement). Ce que j'y avais trouvé en forçant les programmes par leur backdoor c'est à dire sans laisser de trace m'avait d'abord fait vomir au sens physique puis une envie de rire démente m'avait envahi, que j'avais eu du mal à repousser. J'avais tout copié sur le Terminal d'A.U.R.I.S. et pour assurer mes arrières, j'avais secoué la boite à info d'Asaria, enfin la partie que je savais désormais digne de confiance. J'avais balancé des miettes à Carter et Stevenson. Parce que dans le système du Centre, aller plus loin aurait été trop risqué pour eux et pour moi. Cela me permettait aussi de retracer l'organigramme du Phoenix. De le reconstituer par recoupements. Ce qui me serait utile en temps voulu. J'avais ensuite testé Carter et son binôme en leur donnant quelque chose de plus consistant à se mettre sous la dent. J'avais levé tous les dossiers du Centre mais je ne pouvais pas aller plus loin et j'avais perdu l'accès à ORCHESTRA  lorsque le Centre avait été placé sous scellées. Il me fallait donc un autre Terminal ultra puissant pour entamer la phase II  de mon plan. Et il me fallait divulguer à des personnes sûres et au compte goutte les dossiers que j'avais copiés sous l'appellation Ulysse et le Cyclope. Tout cela ne pourrait se faire sans négociations et certainement pas ce soir, mais j'avais la ferme intention de poser les premiers jalons de deux pans majeurs de mon projet ce soir-même.

La présence de la Tueuse m'obligerait à quelques aménagements au cours de la soirée. Il fallait que je soigne avec déférence chacun de mes invités et j'avais conscience de devoir me ressaisir auprès de Damien. Sa cavalière avait induit chez moi une réaction de défiance dont je devais me défaire à l'égard du P.D.G. de Stark Industries. Car il serait un acteur majeur de mon projet immobilier, du moins l'espérais-je. Mais un homme d'affaires tel que lui ne pouvait refuser un business plan aussi juteux, surtout quand, comme lui, on devait démontrer à quel point on se démarquait de la voie paternelle.

Après que mes premiers invités V.I.P. se fussent installés autour de moi, je saisis la main de ma chère cavalière et y déposai un baiser en hommage à son courage. Un clin d’œil ajouté devait la conforter dans l'idée qu'elle s'acquittait à merveille de son rôle jusqu'à présent. Tandis que la vidéo du concert se poursuivait, je glissai en réponse à ma venimeuse voisine de droite:

- Si vous m'espérez plus endurant, je me ferais un devoir de ne pas vous décevoir ! Que serait un hôte qui ne satisfait pas ses invités ? Soyez à 1h 30, accompagnée ou seule, dans l'alcôve obsidienne de cette salle et vous pourrez vous faire une idée par vous même...

Je saluais en souriant des invités de dernière minute qui gagnaient leur alcôve, guidés par un majordome et poursuivis entre mes dents, sans même un regard pour elle.

- Ahh au fait, mademoiselle Warren, n'essayez plus d'entrer dans mon esprit ce soir, sous peine de violents maux de tête. Vous êtes ici sur un de mes territoires, un de ceux que j'ouvre peu au public. Contrairement à la scène, j'y suis difficilement vulnérable, pas totalement inviolable mais c'est un challenge que je doute que vous soyez en mesure de relever, contrairement à votre employeur ...

Puis je saisis sa main posée sur l'accoudoir en velours carmin du fauteuil et la portai à mes lèvres une nouvelle fois pour y déposer un baiser tout en sensualité  au creux du poignet.

- Je crains d'avoir peu rendu hommage à votre féminité par mon précédent baiser, mais soyez certaine que cela sera réparé... Si vous avez l'audace d’honorer mon rendez-vous.
Je pressai ensuite fermement son poignet entre mon pouce et mon index tout en murmurant . Pensez-vous vraiment que je sois du genre à succomber à quelque suggestion mentale de votre part ? Me voyez-vous si fatigué par vos tentatives d'engourdissement ?  Je vous conjure de ne point poursuivre dans cette voie. Vous pourriez réussir et nous priver tous deux d'une bien grande extase. Raging for anger, ma chère ... Imaginez-un peu ...

Tout en laissant sa cavalière à ses réflexions, je me penchai vers Damien Stark et sortis du centre de la table basse, un whisky d'âge canonique que je débouchai pour le lui tendre tout en répondant à sa question surprenante.

- Je suis déjà mort d'amour, mon cher ... Croyez-vous que je ne sache pas de quoi je parle dans mes chansons ?  Le succès ne serait pas aussi franc si ce n'était le cas ... Je ne sais si vous êtes amateur, mais sentez moi cela ... Un verre vous tenterait-il ou préférez-vous le champagne ou le Scarecrow ? Le whisky a toujours eu le don d'aiguiser mon sens des affaires. La vodka l'émousse car elle est cette fille pure de la perdition. J'aime la consommer avec les femmes ... Mais ce pure malt n'attend que nous pour conclure l'affaire du siècle mon cher ami !

Je sortis deux verres larges en cristal et en remplis un en attendant sa réponse tout en constatant la nervosité de mes deux autres invités. Lorsque Michaël Hawkins se leva pour s'absenter, je sus que quelque chose d'impératif l'appelait à se retirer un moment. Je pouvais aisément deviner que ce n'était pas un souci d'affaires qu'il aurait clairement mentionné. Aucun asarien n'avait envie de pisser aussitôt dans une soirée où il venait d'arriver. Ce qui était embarrassant c'est que si je le devinais, les autres invités pouvaient aussi en déduire que Mr Hawkins mentait. Sauf que l'inquiétude de sa cavalière ne m'avait pas échappé non plus et que je savais bien que les Pacificateurs devaient être sur des charbons ardents ces dernières heures. Après tout, l'un des leurs devait manquer dans les rangs, et même si le gouvernement avait fait en sorte que rien ne fuite sur son arrestation, il devait manquer à l'appel dans bien des lieux. A commencer à son poste dans le service où travaillait ... Leana. Je repoussai d'un geste nerveux  la pensée dérangeante qui venait de ressurgir. Je ne devais surtout pas penser à certaines choses ce soir. Leana, Audrey et Mara en faisaient partie. J’obtempérai, sans rien laisser paraître de mes doutes, aux excuses du P.D.G. de la K.A. Corp.

- Ces dames voudront-elles du champagne pour continuer, ou bien du Scarecrow ? A ce sujet un jeu va bientôt commencer au sujet de sa composition ... Mais si elles souhaitent un autre cocktail ou une boisson plus forte, il suffit de demander, nos barmen peuvent absolument tout préparer ...


Je tapais dans mes mains et immédiatement deux jolies filles en tenue de Shéhérazade s'approchèrent avec des canapés aux crustacés, aux légumes, au fromage, et à la viande. Il y en avait pour tous les goûts. Elle s'agenouillèrent devant nous en tendant leurs offrandes sur des plateaux.

- Servez-vous ! Sustentez-vous ! L'alcool qui coule ici est traitre ! Prenez des forces, la soirée sera longue ... Puis me levant pour aller m'asseoir à droite du capitaine d'industrie, afin de n'être entendu que de lui seul, je murmurai mon cher Damien, il faudra que nous nous isolions dans ... environ une heure, pour discuter affaires. Non que je veuille vous priver des plaisirs de cette soirée mais je vous sais très pris et l'occasion est trop belle pour vous soumettre mon offre. Que diriez-vous de me rejoindre dans l'alcôve saphir vers 1 h accompagné ou pas... mais, et c'est une requête, sans votre cavalière que se trouverait être en concurrence sur le marché que j'ai à vous proposer. Vous comprendrez que je ne veuille offenser une si charmante demoiselle ...

Alors que je portais mon verre à mes lèvres, je sentis un mouvement derrière moi et la voix de Zack murmura à mes oreilles ... Une fan assez tenace réclamait un autographe. Je regardai dans la direction que suivait mon compagnon de scène et vis une jolie fille maquillée comme un camion qui me jetait des regards énamourés en faisant de grands signes. J'allais répondre à Zack avec bonne humeur mais son discours de nurse changea mon état d'esprit. Même si je le savais animé des meilleures intentions, il n'était jamais bon de rappeler à Ghost qu'il avait des moments de faiblesse merdique que personne ne devait soupçonner. Demain Zack se prendrait une volée de bois vert pour l'avoir évoqué en public et probablement que je me bourrerais la gueule ensuite pour oublier que je rejetais la seule main tendue et désintéressée qui s'offrait à moi.

- Lever le pied ? Quand je serai mort ... J'y réfléchirais  ... C'était un moment de fatigue passagère due à l'émotion du concert, rien de sérieux, allez rassure-toi ! Amuse-toi et viens donc nous rejoindre avec ton "invitée". Tu prendras la suite car je vais devoir m'absenter bientôt ... pour un court moment ... Je lui signerai son autographe sur le postérieur si elle veut et si tu as envie de conclure. Elle me semble bien disposée envers toi ou je me trompe ? Ramène-là !


Mais voilà qu'Hawkins revenait dans l'alcôve passablement nerveux même s'il le dissimulait très bien au commun des asariens. Je doutais toutefois que la vipère fût dupe. Je toussotais à l'attention de sa cavalière.

- Est ce que la journaliste que vous êtes serait intéressée pour voir des images d'archives d'avant la pluie de feu. Je fais souvent les brocantes et j'ai acheté dernièrement un lecteur de bande... ils nommaient cela VHS  et le film dessus relate l'évolution des textiles et de la mode du XXième ou XXI ième siècle. Le sujet peut être intéressant ou pas suivant les personnes qui le visionnent mais le support est clairement un vestige de l'information.

Je me tournai ensuite vers Hawkins.

- Il y a aussi un magazine sur les grosses cylindrées du XXIème siècle  et l'évolution vers la voiture informatisée et électrique. Seriez-vous volontaire pour vous joindre à nous, pendant que Monsieur Stark et sa cavalière discutent avec ... mes autres invités.


Je me levai pour accueillir un couple très élégant et jeune, habillé à la dernière mode asarienne.

- Mr et Mme Lee, je suis honoré que vous ayez répondu à mon invitation.

Je m'inclinai devant le couple d'asiatiques raffinés.

- Mr Huang Lee est Docteur en Physique Quantique et poursuit d'intéressantes recherches sur la matière et les ondes. Il a la plus efficace et charmante des collaboratrices en la personne de son épouse, Madame Liu Wang Lee.  Je ne doute pas que vous ayez d'innombrables sujets de conversation en matière d'application de ces recherches, mon cher Damien. Je dois en effet m'absenter quelques minutes pour parler presse et medias avec ce charmant couple que voilà. Je le leur ai promis. Mais nous reviendrons aussi vite que l'éclair! m'excusai-je en désignant Hawkins et sa cavalière.
Lee eut un sourire entendu qui trahissait très bien une connivence entre nous . De toute façon, même si mon comportement pouvait paraître étrange il pourrait être mis sur le compte de mon extravagance et surtout, Damien et sa cavalière ne pourraient se soustraire à mon ordonnancement  des choses sans blesser profondément les nouveaux arrivants.

Je me levai et tendis le stylo d'Héléna à Zack.

- Tu lui signeras tout le groupe sur la fesse droite et tu lui diras que je me réserve la fesse gauche. Prends soin d'elle et également de ma cavalière ... Je reviens... Les obligations de la promotion... Presse et informatique ... See what I mean ...


Je fis signe au P.D.G. de K.A. Corp et à sa cavalière de me suivre sans discuter. Ils pouvaient refuser ... C'était le risque. Tout comme Stark pouvait se lever vexé et prendre congé auprès de Zack qui serait bien emmerdé. Toute la soirée allait se dérouler comme une partie de poker monstrueuse. Poker menteur, strip-poker ... Mais je détenais nombre de Jokers ...

RP Plan:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 146

Côté coeur : Enchaînée

Activité/Profession (du personnage) : Femme de chambre - Esclave
avatar
Scarlett Rose Clane
Humaine Esclave
MessageSujet: Re: (Terminé) Last days on Paradise before the Storm (after) (pv Scarlett Rose, Damien, Sélène, Helena, Mickael, et autres fous volontaires )   Mar 9 Fév - 20:34

Je n'arrive décidément pas à me détendre totalement, malgré les encouragements muets de Gabriel. Au moins ma « prestation » lui convient. C'était déjà ça. Je tente de rester concentré à toutes les discussions, me faisant plus discrète lorsque celle-ci ne me concerne pas. Je sirotais mon champagne tout en laissant mon regard traîner sur chaque détail, sur les bijoux de ces mesdames, les montres de ces messieurs … Mauvaises habitudes. Je me surprends même à estimer le coût de chacun de ces bijoux. Rien qu'avec ce que je porte ce soir, je pourrais nourrir au moins une dizaine de famille des bidonvilles.

Ce qui m'intrigue le plus dans ce début de soirée, c'est la discussion entretenue entre Gabriel et sa voisine de droite qui semblait forte de sous entendus … Je ne parvenais pas à saisir le réel sens de cette tension. Mais qui suis-je donc pour m'en mêler. Le soucis, c'est qu'à part observer ce qui m'entoure, écouter, je ne peux pas faire grand chose d'autre. Du moins je ne me l'autorise pas contrairement à ce que Gabriel m'avait conseillé plus tôt. Je ne me vois pas ouvrir la conversation. Pour leur dire quoi .. ? J'allais pourtant bien devoir trouver quelque chose. Je ne pouvais pas juste être là à faire office de plante verte. Après tout, ici je ne suis pas l'esclave docile de la star du soir.

Quand j'observe les jeunes femmes courtement vêtue s'approcher chargées de victuailles et s'agenouiller devant nous, je ne peux m'empêcher de me tendre. Je n'aime pas ça. Pourquoi les inciter à un comportement aussi rabaissant ? Parce qu'elles sont humaines, tout comme toi, me souffle ma conscience. Comment pense tu que tu devras te comporter demain ? Tu n'es qu'une esclave, continue t-elle en ricanant sournoisement. Je fuis leur regard et lutte intérieurement pour me détendre et éviter que mes poings ne se resserrent sous la montée de colère et de dégoût. J'avale une gorgée d'alcool pour faire passer la pilule et repose mon verre sur la table.

Ca s'agite encore autour de nous quand un homme se glisse dans le dos de Gabriel. Vu la proximité je ne peux m'empêcher de capter le sujet de leur conversation et de lancer un regard dans la direction de cette fan hystérique. Je ne peux m'empêcher de sourire en coin, sincèrement amusée … Entre cette foule d'admirateurs qui avait salué son entrée, la journaliste à ma gauche et cette bimbo, il n'y avait pas de doute à avoir, je vivais vraiment coupé du monde pour ne pas m'être rendu compte la veille à qui j'avais à faire à la sortie du multiplex. J'observais la fan hystérique quand je reçois un coup de coude du dénommé Zack. C'était donc lui au téléphone avec le chanteur quelques minutes auparavant. Il semblait comme … figé l'espace de quelques secondes, à me regarder sans rien dire et je lui souris avec une certaine gêne face à ce regard aussi soutenu. Je ne peux manquer de remarquer quelque chose de différent chez le musicien, quant à savoir quoi … Il paraît juste plus … humain.

-Non, non … ne vous inquiétez pas.

Je ne sais pas à qui j'ai à faire. Mais au lieu de risquer de paraître irrespectueuse, je prends le parti de vouvoyer chaque personne ici présente.

Nouvelle montée de stress lorsque Gabriel se lève. Il comptait me laisser seule ? J'eus ma réponse lorsqu'il indiqua à Zack de s'occuper de moi … Je lève le regard vers le chanteur, Non, je suis pas d'accord, avais-je envie de lui dire. Je me lève presque aussitôt, davantage comme marque de respect que par désir de le suivre ou l'empêcher de passer. Je fais quoi moi au milieu de toutes ces personnes que je ne connais pas, ces personnes en particulier dont il fallait que je me méfie comme il l'avait savamment indiqué ? Mon regard passe sur eux, affichant un sourire de courtoisie, de même pour le couple récemment arrivé. Mon cœur s'est emballé sous la panique. Respire Rosie, respire. Une souris au milieu du nid de serpent … Ce sentiment est de plus en plus fort. Je tente de capter une dernière fois le regard de mon Maître, histoire d'avoir quelque chose auquel me raccrocher. Un encouragement, un dernier conseil avant de grand plongeon … Je vais même jusqu'à venir presser sa main dans la mienne quand il passe face à moi, autant pour un geste qui pourrait paraître naturel aux yeux de tous, autant pour me rassurer moi même, le tout agrémenté d'un sourire joyeux et amical, dissimulant avec brillo la trouille immense qui m'habite. Je finis par me réinstaller sur mon fauteuil, observant les réactions de chacun face à ce remue ménage, glissant la première chose qui me vient l'esprit à l'intention des personnes restantes.

-J'ose espérer que cette soirée est à votre goût à chacun. Le spectacle d'ouverture était réellement sublime, mais j'imagine que le concert devait l'être encore plus.

Je ne sais même pas comment j'ai fait pour débiter autant de mot aussi naturellement. Ces quelques mots me mirent en confiance, m'encourageant à retrouver un nouveau calme.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 753

Localisation : Quelque part parmi les Ombres
Côté coeur : Dans les profondeurs damnées de ton âme

Activité/Profession (du personnage) : Assassin pour le gouvernement - Membre de l'Escadron d'Elite - PDG de la True Life
avatar
Sélène Warren
Asarienne, 2e Génération
MessageSujet: Re: (Terminé) Last days on Paradise before the Storm (after) (pv Scarlett Rose, Damien, Sélène, Helena, Mickael, et autres fous volontaires )   Jeu 11 Fév - 10:49

Les derniers invités se dispersaient dans les alcôves qui leur étaient attitrées, guidés par des majordomes très ordonnés et obéissants tandis que la vidéo du concert se poursuivait pour distraire la foule.  Si les fans, du grand Maître de l’Illusion, retrouvaient là un moyen de se replonger dans le vaste spectacle qu’il avait donné au Multiplex quelques heures plus tôt, mon esprit était concentré sur Lui et ses gestes. Je savais étudier et déduire tout ce qui pouvait passer inaperçu à une personne lambda. J’ai été entraînée pour cela, pour voir les détails que les autres ne verraient pas. Mon instinct de Tueuse et mes capacités de Prédatrice revenaient à la surface avec une rapidité impressionnante. Mon intérêt se focalisait non plus sur tout ce qui m’entourait, sur les ronds de jambes et les politesses trop mièvres à mon goût, mais sur ce qu’il était en train de faire. Chacun des mouvements de son corps, de sa raideur, de ses faux sourires ou pas, de ses mots qui glissaient tel du poison sur ses lèvres charmeuses, tout cela était bien plus attrayant. Un jeu du chat et de la souris. Qui allait se faire croquer le premier ? C’était là tout le piquant de cette soirée.
Mon cavalier me détourna de mon analyse et je lui souris devant sa façon très gentleman qu'il le définissait :

- Damien, merci pour vos mots. Certains hommes sont plus tentés par des chiots que par des épines.

Puis, mon attention se porta sur la star de la soirée. Les quelques mots que j’avais susurrés à l’oreille de mon voisin de droite venaient enfin de le rendre  plus … intéressant. Il retrouva l’arrogance qui le définissait et avec laquelle je me régalais comme une enfant devant un désert exquis. Au chocolat, de préférence, peut-être avec un peu de chantilly … Mmm oui … de la chantilly …
L’image de son corps nu m’apparut, alangui entre des coussins aux reflets d’onyx. Ma langue qui le léchait lentement, ses soupirs qui me parvenaient, ses doigts qui empoignaient mes cheveux …


Le défi qu’il me lança - masqué par l’invitation pleine de promesses et de sous-entendus  - me tira de ma rêverie et  un sourire taquin ourla mes lèvres.  Je me penchai toute en sensualité pour lui répondre même si nos positions nous donnaient déjà ce rapprochement intime entre nos deux corps. C’était le meilleur moyen de profiter de chaque trait de sa personne et de son parfum.

- Soyez à la hauteur de votre défi, Monsieur Laymann. Les paroles sont une chose, les actes sont tout autres. Je suis de nature très curieuse et endurante. Je verrai bien si vous êtes un hôte à la hauteur de votre exubérance. Je serai à ce rendez-vous à 1h30 dans cette alcôve obsidienne. Ne vous fatiguez pas durant tout ce temps, il va vous en falloir de l’énergie … bien plus que sur votre scène.

Mes prunelles d’encre nocturne se posèrent immédiatement sur l’un des invités qui s’était avancé avec sa cavalière dans cette même alcôve. Je l’avais reconnu  pour traiter avec lui depuis plusieurs semaines. C’était le PDG de la KA. CORP., Michael Hawkins que je saluai d’un hochement de tête et d’un doux sourire. Sans même un nouveau regard vers lui, je l’entendis grincer presque des dents et sa menace me rendit encore plus joueuse. Le dos droit, le sourire mutin et des éclats mordorés dans les yeux, je lissai la dentelle de ma robe.  Les présentations n’étaient plus à faire. Nous n’étions plus Gabriel Laymann et son invitée. Nous étions bien plus que cela et mes doutes sur sa véritable identité n’avaient plus lieu d’être.
" Petit pantin qui trouva la mort et qui se releva de ses blessures. Tu viens hanter les vivants pour assouvir ta vengeance ?  J’ai hâte d’entendre ton récit.  "

- Je relève tous les challenges qui me sont proposés. Vous devez savoir que dix années c’est très long au point de changer et de s’endurer. N’essayer plus de jouer le Manipulateur avec vos tours de passe-passe. Je n’ai fait qu’utiliser un tiers de ma télépathie quand vous étiez sur scène… Que je sois sur votre terrain ne changera en rien m’a façon de me protéger. Vous avez vos ténèbres, vous m’avez laissé les approcher. Vous n’avez pas encore gouté aux miennes … N’abattez pas toutes vos cartes en même temps … ça serait vraiment … vraiment dommage pour la suite de notre tête-à-tête.

La Succube et la Diablesse venaient de faire place à la femme-enfant, espiègle et dangereuse, elle aussi. J’aimais changer mon attitude tout  comme lui, il changeait de costumes et de masques. Il saisit ma main, surprise de son revirement soudain,  et il y déposa un baiser au creux de mon poignet. Mes prunelles d’ébène le dévisagèrent, insistant sur le mouvement divin de ses lèvres contre ma peau. Son petit manège s’effaça bien trop vite au profit de la pression de ses doigts contre mon poignet. J’avançai alors les miens sur sa joue gauche. Le maquillage dissimulait une trace que je trouverais bien tôt au tard. J’effleurai sa peau de la pulpe de mon index, cherchant ma marque dans une caresse presque trop captivante.

- Pensez-vous me soumettre en un claquement de doigts ? Allons, allons, reprenez vos esprits. Pourquoi devrai-je vous épuiser avec mes pouvoirs ? Vous le faites assez bien tout seul.  Vous faites bien des promesses depuis quelques minutes, je serai presque à me demander si tout cela n’est pas une autre mascarade.  Malgré tout, je vous ai promis que je vous rejoindrai dans cette alcôve et je découvrirai à quel point vous êtes endurant ou pas. J’ai de quoi vous torturer délicieusement et pour un long moment. Vous crierez le premier.

Je fis un mouvement circulaire avec mon poignet pour me libérer de son étreinte et son attention se porta sur mon cavalier. Il lui offrit un verre de whisky  et ordonna l’arrivée de petits fours et autres alcools pour commencer cette soirée. Des jeunes femmes accoutrées de tenues sorties des mille et une nuits, nous proposaient leurs plateaux d’offrandes. L’une d’elle s’occupa à remplir nos verres.

- Je vais continuer avec un Scarecrow … Un cocktail énigmatique pour une soirée aussi sibylline.

Un dernier couple s'approcha et il nous présenta l'homme comme l'une des éminents chercheurs de notre génération, accompagné par son épouse. Rien ne m’échappait de toute cette conversation très particulière tout comme l'allée et le retour de Hawkins qui paraissait nerveux. Je me redressai un peu pour voir le visage de la journaliste que j'avais reconnue, épouse aussi du ministres des médias. En parlant de Van harper, il avait laissé sa femme seule au bras d'un beau brun. Intéressant ... Un des musiciens du groupe venait de s’immiscer au milieu des invités et je pris grand plaisir à écouter la conversation, faisant mine de discuter avec le couple de scientifiques.
" Pas en super forme ... Tiens ... On veut me cacher cela ..."




Passé, Présent, Futur, parfois les toiles se tisent et s'entremêlent



La Main du Diable:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 653

Localisation : non loin du pouvoir
Côté coeur : Célibataire & Dominateur

Activité/Profession (du personnage) : PDG de la Stark Entreprise
avatar
Damien A. Stark
Asarien, 2e Génération
MessageSujet: Re: (Terminé) Last days on Paradise before the Storm (after) (pv Scarlett Rose, Damien, Sélène, Helena, Mickael, et autres fous volontaires )   Jeu 11 Fév - 18:40

Sa cavalière avait dit une vérité qui pouvait être en partie la sienne. Il aimait soumettre. C’était un jeu comme un autre qui pouvait perdre son attrait. Alors, il préférait aussi la diversité d’avoir une femme aussi indomptable à ses côtés. Un fantasme de la guerrière faite femme qui pouvait vous émasculer entre ses mains ou bien répondre à vos plus grands fantasmes. Il lui sourit et entraîna la conversation avec le Maitre de cérémonie qui réceptionnait ses derniers invités. Gabriel Laymann était sur tous les fronts : il conversait avec la sublime rose noire qui se situait entre eux deux, il avait signé un autographe à  … l’épouse du ministre des médias qu’il avait reconnu au premier coup d’œil, sans son mari, mais elle était accompagnée par un homme très important et influent, un PDG comme lui. Il se demandait pourquoi Van Harper n’avait pas tenu à saluer l’un des artistes les plus en vogue du moment.  Néanmoins, l’Asarien avait d’autres priorités que de s’occuper de la vie privée des gens du gouvernement. «  Quelle Nymphe a pu vous briser le cœur ?  »

Il étira son bras jusqu’à prendre la bonne bouteille de whisky non sans lancer un clin d’œil tendre à sa cavalière qui s’était reculée pour leur laisser le temps de partager quelques mots ensemble.  Il huma l’odeur exceptionnelle de la liqueur dorée et la remit de nouveau entre les mains de son propriétaire.  « L’expérience est le terrain le plus bénéfique au succès. La mort, l’amour, la vengeance, l’amitié, le sacrifice, beaucoup de thèmes que vous appréciez. Je ne refuserai pas un bon verre de ce malt. Le champagne, je ne le consomme qu’en élégante compagnie. J’apprécie moins la vodka. Je serai tenté de la remplacer par une eau de vie.  Quelle est donc cette affaire du siècle ? Vous rendez mes nerfs à vifs mon cher Gabriel.»

Il se repositionna dans son fauteuil et il admira les belles fées apporter leurs plateaux de victuailles devant tous les invités. Tout le monde fit son choix à propos des boissons et des petits fours. Là aussi le goût de la mise en scène était la patte de Laymann. Damien déplaça son regard et suivi l’approche de leur hôte qui s’installa à ses côtés. Il tourna légèrement son dos par rapport à Sélène. « L’homme d’affaires que je suis se fera un plaisir de discuter contrat et partenariat vers 1h dans votre l’alcôve saphir. Je viendrai sans ma cavalière. Le plaisir et les affaires ne doivent pas se mélanger. »

L’un des membres du groupe s’était glissé dans le dos des banquettes et des fauteuils pour approcher Laymann. Une fan hystérique que se dandinait à quelques mètres des invités, espérait un autographe. Damien savoura la gorgée de son whisky et se dit qu’il avait mieux apprécié la passion de Madame Van Harper pour son idole que cette espèce de poisson globuleux tacheté de couleurs fluorescentes. Par politesse, il laissa Laymann échanger avec son musicien et demanda à l’une des belles fleurs de venir avec son plateau de toasts. Mais son ouïe entendait la conversation. Il reconnaissait la manière de faire tout un tapage d’une situation pour s’en écarter de la vérité. Il avait bien vu et assisté à la fatigue du chanteur sur scène. Il ne s’était pas remis entièrement de sa prestation. Le PDG de la KA. CORP qui avait disparu un peu plus tôt revint auprès de sa cavalière et Laymann se retira pour aller adresser quelques mots à la journaliste qui incarnait une sensualité très exotique dans cette robe couleur orangée. Un autre couple de dernière minute se présenta, mais ce qui intriguait Damien c’était la manière de distribuer des rendez-vous à chacun des invités. Il pourrait se sentir offenser en voyant le couple insolite formé par Monsieur Hawkins et Madame Van Harper se lever et suivre le maitre de cérémonie. «  Je vais patienter mon cher Gabriel … mais pas trop longtemps. Les affaires sont comme les femmes, il y a des heures à laquelle il ne vaut mieux pas les agacer. Je serai là vers 1h comme convenu. »

Damien se leva de son fauteuil et salua le Docteur Lee et son épouse  à qui il donna un baise-main. « Madame Lee, je ne connais rien en la physique quantique comme semble le souligner trop hâtivement Monsieur Laymann. Ma branche est très différente, mais si vous m’expliquez vos recherches, je serai ravi de parfaire ma culture auprès de vous. Laissez-moi vous présenter mon amie et ma cavalière pour cette soirée, Mademoiselle Warren. »




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatarInvité
Invité
MessageSujet: Re: (Terminé) Last days on Paradise before the Storm (after) (pv Scarlett Rose, Damien, Sélène, Helena, Mickael, et autres fous volontaires )   Ven 12 Fév - 16:09


Sans que ça ne m'étonnât vraiment, Gabriel avait eu tôt fait de nier sa fatigue comme pour mieux promettre de nouveaux excès, et je n'eus pas le temps d'insister que déjà il lâchait deux petites bombes sur ma tête : j'allais devoir m'occuper temporairement de ses invités … et avec sa fan hystérique en prime ! Une déclaration qui m'a tira aussitôt un air légèrement dépité, d'autant plus que non, je n'avais absolument aucune envie de ''conclure'' avec elle. Si je ne jugeais nullement mes camarades de Scarecrow, je n'avais en revanche jamais eu de relations avec des fans, justement pour ne pas profiter de ce fanatisme exacerbé qui poussait ces hommes et ces femmes à offrir leurs corps non pas à un homme, mais bien à un fantasme. Ou au faire-valoir d'un fantasme dans le cas de cette demoiselle qui continuait à s'agiter un peu plus loin, rêvant sans doute de s'offrir à moi pour mieux pouvoir atteindre le chanteur qu'elle adulait. À moins que ce ne fût ma conception des relations qui fût niaise et dépassée ? Quoi qu'il en fût, je ne comptais de toutes façons pas en changer, et ce fut donc en m’apprêtant à faire signe à ma ''cavalière'' que mon coude heurta celle de Gab' … me transformant à l'état d'idiot tandis que son sourire gêné me fit prendre conscience que je la mettais mal à l'aise à la fixer ainsi.

Mais monté sur du cent-mille volts comme il l'était en tout temps, Gabriel ne me laissa pas le temps de m'excuser pour mon insistance envers cette jeune femme qu'il s’éclipsait déjà, m'agitant son stylo sous les yeux quelques secondes avant que je ne le vis vraiment et le saisis.

« Hein ? Ah oui ça marche, pas de soucis ! »

Je m'en étais d'ailleurs relevé aussitôt, attendant son départ pour quitter l'arrière du sofa et venir serrer les mains de tous les présents afin de m'introduire plus poliment. Répétant ainsi plusieurs fois un « Zack Snake, le guitariste. » que je savais un peu minimaliste et sans doute pataud. Mais bon, il n'y avait guère plus à en dire, et si mon sourire était toujours aussi là et aussi franc, je n'étais toutefois pas assez joueur pour distribuer des baise-mains, ni assez gouailleur pour engager discussion juste après le leader de Scarecrow. Alors je … me contentai de m'asseoir à sa place quelques secondes plus tard, le tout en offrant à ma cavalière improvisée un petit signe de main pour l'inviter à nous rejoindre. Et quelle invitation ! Elle était si excitée qu'elle avait débarqué dans l'alcôve à toute allure, déboulant ainsi comme un chien fou et commençant aussitôt à taper la bise à tout le monde ! Autant dire que cette attitude sans gêne me tira un air sincèrement désolé tandis que je m'enfonçai dans l'assise du canapé, récupérant bientôt la demoiselle sur mes genoux lorsqu'elle eut fini son tour de piste.

« Alors alors, je vais avoir mon autographe ? Diiiis c'est vrai, je vais avoir mon autographe ?! »

À force de gesticuler dans tous les sens, elle allait finir par blesser quelqu'un, et elle ne pouvait pas non plus rester indéfiniment sur mes genoux toute la soirée …

« Il a dû s'occuper de quelque chose, mais il te le signera en revenant. Tu devrais plutôt t'asseoir correctement, parce que … »

Mais je n'eus – encore une fois – pas le temps de finir qu'elle se laissa purement et simplement glisser en arrière en rigolant, bousculant ainsi la jolie brune assise à ma droite sans même prendre la peine de s'excuser. Préférant se pencher afin de récupérer un nouveau verre d'alcool alors qu'il était manifeste qu'elle avait déjà trop bu, le tout en me reléguant à ses obligations de politesse tandis que je me tournai vers la femme ainsi importunée.

« Je suis vraiment désolé, excusez la. »

En réalité, j'étais plus que désolé, mais difficile d'en dire davantage vu que la demoiselle se redressa pour se vautrer contre l'assise moelleuse du fauteuil et ainsi se placer pile entre moi et la brune. Mais maintenant qu'elle sirotait son verre – appuyée tout contre moi – elle semblait être redevenue plus calme. Me permettant ainsi de reporter pleinement mon attention sur la cavalière de Gabriel qui n'avait pas semblé très à l'aise à l'idée qu'il quittât temporairement l'alcôve, et qui avait donc tenté de relancer la conversation comme elle pouvait. Et mon Dieu, elle était si belle qu'il me fallut un commentaire de ma propre cavalière – un impatient « Gabriel va bientôt revenir ? » auquel je ne répondis pas – pour me rendre compte que j'avais recommencé à la fixer bêtement. Me poussant aussitôt à détourner le regard comme un gosse pris en faute.

« Je … désolé de vous avoir tutoyée. En tout cas, j'ai cru comprendre que vous n'aviez pas assisté au concert, vous n'étiez pas intéressée ? »

Après tout, nombreuses étaient les maîtresses de Gabriel à être des fans, mais cette demoiselle-là n'en était manifestement pas si elle avait loupé le concert. Dommage … parce que ça m'ôtait de fait un sujet de conversation aussi pratique qu'anodin, pour moi qui ne savait pas trop quoi lui dire. J'étais pourtant assez loquace d'habitude, mais il fallait croire qu'elle faisait trop forte impression sur moi.

« Et comment vous appelez-vous ? Comment avez-vous connu Gabriel, si ce n'est pas trop indiscret ? »

Difficile de ne pas se douter que mes questions étaient effectivement indiscrètes, mais j'avais tellement envie de la connaître que toutes les idées me venant étaient du même genre. Le genre que j'étais : un grand dadais … avec un sourire idiot … et une attention rivée sur cette jeune femme même si j'essayai de détacher régulièrement mon regard d'elle pour parcourir les environs.
Revenir en haut Aller en bas
avatarInvité
Invité
MessageSujet: Re: (Terminé) Last days on Paradise before the Storm (after) (pv Scarlett Rose, Damien, Sélène, Helena, Mickael, et autres fous volontaires )   Ven 12 Fév - 18:18

Mike était à nouveau installé dans son fauteuil. Devant lui se mouvait une séduisante jeune femme qui devait sans doute être d'origine orientale. La fête, si l'on pouvait l'appeler ainsi, battait son plein, et après les amuses-gueules, voilà qu'arrivait de quoi manger bien mieux, des plats consistants qui allaient permettre aux invités de bien mieux se rassasier. On aurait pu décrire longuement la liste de plateaux qu'apportaient les serveuses. Des toasts au poisson, au saumon plus précisément pour certains, reposant sur un lit de moutarde, des toasts aux œufs de lump rouge et noir dont les couleurs vous attiraient facilement le regard, il ne fallait pas non plu négligé des toast aux fois gras pour certains, surmonté d'un petit cornichon rendant le tout un peu plus acide, des toast aux pâtés et à la viande qui rendait très diversifié les plateaux où ils s'entassaient.. Tout cela bien sûr dans de délicieuses sauces, poivrés, épicés pour certaines, d'autres plus simple, mais toutes aussi goûteuses. Michael n'était pas un spécialiste à proprement parler en matière de cuisine, mais à force d'organiser des réceptions et des offices il avait fini, en discutant avec les cuisiniers qu'il engageait, par apprendre comment bien accompagner les plats et chaque aliment, des légumes les plus fades aux viandes les plus goûteuses, et bien sûr, il avait appris l'art d'accueillir des invités, comme ici avec les toasts montés dans de beaux plateaux, idées qu'il devrait reprendre au niveau de l'organisation des plateaux. En revanche, là ou Mike excellait, sans nul doute, c'était le vin, et les alcools de table en général. Il savait quel vin était le meilleur pour accompagner le poisson et la viande par exemple et comment faire ressortir chaque saveur des délicieux liquides qui depuis plus de deux millénaires satisfaisaient les hommes et... Les asariens.

Au même moment, Le PDG entendit Héléna qui répondait à sa question. Il n'avait rien manqué, bon, sauf peut-être l'arrivée des serveuses et une progression plus nette dans la soirée, mais sinon, il n'avait rien manqué. La question que lui posa Héléna quand à sa propre personne, c'est à dire ce qui lui arrivait, il préféra l'éviter. Il lui expliquerait plus tard. Inutile de dire qu'il était rongé par l'inquiétude même s'il le cachait bien. Les pacificateurs étaient face à de nombreux problèmes, et autant dire que tout n'était pas en leur faveur, il y avait des questions, des incertitudes, et si le groupe était convoqué, ce n'était pas pour rien. Finalement, la jeune journaliste demanda si il connaissait la cavalière de monsieur Stark. Il tourna rapidement la tête pour la voir. Magnifique dans cette robe noire qui la ravissait, elle était élégante, et dangereuse... En effet, Mike l'avait rencontrée et connaissait la jeune femme, Sélène Warren, une jeune femme séduisante qui n'avait pas froid aux yeux et qui était sans doute capable de tout. La robe faîte de fine dentelle était remarquable il fallait bien le dire, et elle contrastait d'ailleurs avec celle de Héléna qui était plus colorée, plus exotique. Néanmoins, les deux femmes restaient en cette soirée très charmante. Finalement, après que Mike ait penser qu'il faudrait aller la saluer elle et son cavalier, il déclara finalement pour répondre à la question que Héléna lui avait posé:

- Il s'agit de mademoiselle Warren. La gérante de True Life. C'est une femme assez discrète... Bien qu'elle soit présente dans le monde des affaires, on en entend très peu parler.

Alors que Mike terminait sa réponse, il fût rapidement rejoint par le chanteur qui avait visiblement terminé sa conversation avec le couple à sa droite. Le chanteur proposa à héléna d'accéder à des images d'archives assez exceptionnelles. Le PDG sourit. Le chanteur aborda avec héléna un thème sur des images d'archives dont la source n'était autre qu'une bande VHS. Apparemment, le chanteur connaissait tout de même son domaine, celui des supports sur lesquels l'on pouvait mettre des vidéos, et du son. Bien sûr, la VHS était clairement dépassée aujourd'hui, mais cela prouvait que le chanteur avait connaissance des supports qui l'avait précédés et qui avaient sans doute été utile à ses prédécesseurs dans la chanson. Par la suite, le chanteur lui adressa directement la parole en l'invitant à lire un magasine traitant des grosses cylindrées du XXI° Siècle jusqu'à leur informatisation pour en arriver aux voitures d'aujourd'hui. Mike apprécia d'emblée le sujet proposé. Fan de voitures, sportives et luxueuses notamment, il était aussi plongé en permanence dans ce domaine puisqu'il travaillait étroitement avec de noombreuses marques automobiles. Il était d'ailleurs le fournisseur officiel ou officieux de nombreuses marques automobiles en termes de composants informatiques qui devenaient toujours plus complexes et plus élaboré. C'était d'ailleurs l'un des seuls marchés où la K.A. Corps. n'était que très peu concurrencé, pour ne pas dire pas du tout. Le PDG répondit finalement:

- Ce serait pour moi une joie de consulter ce magasine, d'autres parts, mais vous devez déjà le savoir, en ce qui concerne l'informatisation des véhicules, je crois ne pas me tromper en affirmant que je suis un très bon connaisseur puisque c'est mon entreprise qui participe à l'informatisation de bons nombres de véhicules. Ce sera avec plaisir monsieur Laymann.

Mike finit par voir arriver un nouveau couple dans la danse. Un couple asiatique assez raffiné, plus que bien habillé, et qui devait sans doute léviter dans les hautes sphères de la société asarienne, tout comme lui et Stark. Mike laissa le chanteur présenter les nouveaux venus au couple que formaient Stark et Warren. Pendant ce temps, il en profita pour manger un peu, se servit d'un plateau que lui tendit une jeune serveuse dont la tenue exotique attirait le regard avant d'apprécier les toasts, petits amuses-gueules croustillants sous ses dents. Il se servit des toasts au foies gras qu'il aurait décidément bien accompagné d'un bon vin blanc, mais il préféra s'abstenir d'alcool, notamment parce qu'il avait déjà bu, et parce qu'il risquait aussi de boire encore, c'était une évidence. Ces plats avaient été bichonnés, préparés correctement, il n'y avait rien à dire. Finalement, Laymann les invita à le suivre lui et Héléna. Mike se leva tranquillement, proposa son bras à sa cavalière et suivit le chanteur... Cette soirée promettait bien des surprises, nul doute que tout était loin d'être terminé.

HRP::
 
Revenir en haut Aller en bas
Messages : 755

Localisation : Toujours à fouiner !
Côté coeur : En plein doutes

Activité/Profession (du personnage) : Journaliste/ Reporter de terrain au Times
avatar
Héléna Carter
Pacificatrice Asarienne
MessageSujet: Re: (Terminé) Last days on Paradise before the Storm (after) (pv Scarlett Rose, Damien, Sélène, Helena, Mickael, et autres fous volontaires )   Ven 12 Fév - 22:08

Michael était encore plus nerveux que moi et sa subite disparition de l’alcôve ne passerait pas inaperçue. J’aurai dû lui donner quelques astuces pour garder un ton neutre et ne pas trop s’agiter au milieu de toute cette foule d’invités.  Combien de fois avions-nous, Liam et moi, sur diverses enquêtes, dû faire l’effort de travestir nos impressions pour ne pas dévoiler notre jeu ? Je ne les comptais plus. Je bavais toujours sur l’autographe que Gabriel venait de me signer, mais il ne m’avait pas rendu mon stylo et ça je ne comptais pas le laisser entre les mains d’inconnus. Je sentis contre ma cuisse, la vibration de ma petite pochette de soirée, de nouveau. Je savais déjà que le message venait encore du QG. Pour qu’ils insistent comme ça, ce n’était pas normal, mais là je ne pouvais pas vérifier mon téléphone devant tous ces yeux qui se seraient rivés sur moi. J’espérai qu’il n’y avait pas le feu au QG, qu’il n’était rien arrivé à Héméra, à Mara ou à je ne sais qui d’autre. Pourquoi ce soir les Pacificateurs s’excitaient de leur côté ? C’était un coup de Liam ! Exprès pour m’éviter de savourer tranquillement ma nuit avec mon idole ! La jeune femme que je venais de saluer s’était mise soudainement à me parler et je tournais mon visage vers elle en me remémorant le concert.

- Sublime ? Le mot est faible. Le concert était … Je mimai avec mes bras comme le ferait Italo-Irlandais que je connaissais. GIGANTESTQUE ! 3 heures non-stop d’effets sonores et visuels et bien sûr les chansons ! MAGISTRAL !

Un claquement des mains me fit sursauter et des jeunes femmes habillées de voiles et de couleurs chatoyantes se déployèrent devant nous. Elles nous présentèrent à tous leurs plateaux qui comportaient divers toasts et amuses bouches. J’hésitai entre continuer sur un Scarecrow ou gouter au Champagne. Finalement, mon choix se posa sur la seconde option pour changer un peu. On me présenta dès lors une coupe de champagne et je pris quelques canapés à grignoter. Entre-temps, l’un des guitaristes du groupe s’était ramené dans l’alcôve comme un trublion en folie en expliquant une histoire d’autographe d’une groupie surexcitée. On ne pouvait pas la louper. Elle était en face de nous. Au moins, je ne ressemblais pas à ce genre de fan totalement dérangée et insupportable. Je savais me tenir en société. La silhouette de Zack Snake, le guitariste comme il le répétait se planta devant moi et je lui tendis la main pour me présenter à mon tour.

- Héléna Carter, enchantée et géniale votre prestation sur scène !

Il semblait très mal à l’aise avec la foule alors qu’il y avait quelques heures, il était devant des milliers de fans en transe. Je récupérai mon stylo qu’il tenait dans son autre main de libre. Je lui souris devant la surprise de mon geste et je haussai les épaules en signe d’excuses.

- C’est à moi ! Navrée mais j’y tiens beaucoup trop pour vous le laisser ! C’est une pièce devenue très rare ! Introuvable même !

Michael revint à sa place en me chuchotant il n’avait rien manqué, chose à quoi je lui avais répondu juste la fin d’un extrait du concert auquel nous avions assisté. J’aurai voulu lui demander s’il avait lui aussi capter un nouveau message du QG, mais ce n’était ni le moment ni le lieu pour discuter de cela. Gabriel Laymann échangeait avec le premier couple qui nous avait précédés et si j’avais reconnu l’homme comme le PDG de la Stark Compagny, le visage de la jeune femme m’était pour le moment inconnu. Mike combla mes lacunes en me la décrivant comme une femme d’affaires, PDG de la True Life. Discrètement, je jaugeai l’Asarienne à quelques fauteuils de moi.

- Je n’ai jamais entendu parler d’elle. Il y a encore des gens prudents et réservés de nos jours, c’est même miraculeux ceux et celles qui ne se vantent pas de leurs richesses.  Je me tournai vers Mike qui m’écoutait attentivement. Je ne parlais pas de toi, hein ! C’est juste qu’avec toutes les informations qui me passent entre les mains, tous les jours au Times, je ne suis jamais tombée sur son nom à elle.

La voix de l’hôte de la maison interrompit notre petit échange. Gabriel Laymann s’était déplacé jusqu’à nous avec la précision et la souplesse d’un félin. Je n’aimais pas ce genre de comportement qui dissimulait bien plus que ce que l’on pouvait percevoir. Je goûtai une gorgée de ces bulles délicieuses en écoutant nous détailler ses trouvailles de l’ancien monde.

- Une vidéo de la mode du XXième ou XXI ième siècle ? Pourquoi pas ? Je n’ai jamais écrit ce genre d’articles. Mes sujets sont un peu plus ancrés dans notre société et ses problèmes que ce genre de futilités …

Ce n’était pas du tout ma tasse de thé. Même en étant jeune stagiaire, je n’avais jamais écrit un article sur la mode, sur le maquillage, sur la dernière coiffure en date – et pourtant ma mère est une superbe coiffeuse -  ou sur ce genre de thèmes qui m’horripilaient totalement. Par contre, ce qu’il proposa à Mike fut différent et mon cavalier avait l’air très intéressé par cela. Il accepta l’invitation sans que je réponde à mon tour. Un dernier couple arriva et Gabriel Laymann fit les présentations. Je connaissais le nom de ce scientifique, expert en physique quantique et son épouse. J’avais même interview le Docteur Huang Lee, il y a un an environs au sujet de ses dernières conclusions sur la mécanique quantique et le rôle des particules de matière constituant les objets de l’univers et des champs de force animant ces objets. Je n’étais pas scientifique, mais j’aimais toucher à tout pour mes articles. Et dès qu’un sujet m’intéressait, je fonçais et je prenais beaucoup de plaisir à m’immerger dedans. Michael se redressa et me proposa son bras. Je laissai ma coupe de champagne et je glissai mon bras sous le sien non s’en avoir avant salué le dernier couple.

- Monsieur et Madame Lee, ravie de vous voir.

- Madame Van Harper, je ne peux oublier un tel visage et la pertinence de vos questions. J’espère que nous pourrons discuter plus amplement, plus tard.

- Je l’espère aussi Docteur Lee.

Tout en gentleman, il déposa un tendre baisemain un creux de ma paume et me laissa partir avec mon cavalier. Mon esprit se tendit vers le chanteur de Scarecrow qui ouvrait la marche.

-  C’est votre petit plaisir de fouiner, non ? Vous êtes un touche à tout vous aussi …  les vieux lecteurs, … Les vieilles légendes … Vous connaissez ? Ulysse et le cyclope ? Armageddon … ? Ce genre d’histoires qui pourraient faire partie de vos concerts …

Alors, oui, vous allez me dire pourquoi je balançais tout ça dans la conversation ? Parce que …
Ouais, je sais, mon argument volait très bas et je vous zut ! J’aurai dû me taire, mais c’était trop tentant de savoir s’il était ce même type qui nous avait menés par le bout du nez dans l’appartement de Liam. Michael devait penser que l’alcool devait commencer à faire son effet et pourtant j’avais tous mes esprits et plus encore, j’étais aux aguets. Et une journaliste aux aguets est très dangereuse … Si si !





© Ponzu
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 610

Localisation : dans tes cauchemars
Côté coeur : difficile de trouver l'amour lorsqu'on est une illusion

Activité/Profession (du personnage) : rock star à l'insue de son corps défendant/ fondateur d' A.U.R.I.S. & associés
avatar
Gabriel Laymann
Asarien, 2e Génération
MessageSujet: Re: (Terminé) Last days on Paradise before the Storm (after) (pv Scarlett Rose, Damien, Sélène, Helena, Mickael, et autres fous volontaires )   Mar 16 Fév - 17:06

Avant de m'absenter, je pris la peine de répondre à mes autres convives et ne me privai pas d'employer un ton tour à tour facétieux ou caustique. Me penchant pour attraper mon chapeau que j'avais posé sur le dossier du sofa, j'effleurai l'épaule de Miss Warren et glissai dans un souffle si peu perceptible qu'elle pourrait douter avoir entendu ces paroles.

- Un fantôme est très endurant à la torture Miss Warren ... Mais les tourments qu'il vous infligera seront sans fin. Appréciez ce breuvage qui ne pourra que vous aider à oublier la noirceur de certaines choses. Chaque énigme a sa clef mais parfois il vaut mieux ne pas ouvrir la boîte ...


Puis je me levai et lui dédiai un regard aussi ambigu que pouvaient l'être mes paroles. Je souris à Damien et posai amicalement ma main sur son épaule. Comme j'avais pu le faire lorsque j'étais adolescent et que je m'essayais à mener la vie de luxure qui était alors la sienne. Les affaires, et surtout l'affaire avec son père, l'avaient rangé. L'homme paraissait plus posé, réfléchi, sérieux. Vieilli en somme. Sans que cela soit péjoratif. Il était très bel homme, incarnant la classe et le raffinement. Avec Michael, ils rivalisaient d'élégance, de ce cachet qui faisait l'élite d'Asaria, et que ma mère aurait voulu me voir arborer. Mais je n'étais pas ce genre d'homme, à porter le costume et la cravate ou encore le smoking, bien que cela plut aux femmes lorsque je cédais à l'insistance maternelle pour quelques occasions d'exception. Mon raffinement était ailleurs, dans ma singularité. Mais je savais apprécier un bel homme quand j'en voyais un, quel que fût le costume qu'il endossât et j'aurais bien volontiers fait des deux que j'avais le plaisir de côtoyer ce soir mes amants d'une nuit. Serait-ce bien raisonnable si par chance, ils y consentaient ? Certainement pas. Du moins pas avant d'avoir conclus et réglé certains contrats avec eux, tant il est vrai qu'une partie de plaisir peut être une agréable façon de sceller un accord mais ne doit jamais le précéder sous peine de laisser entendre qu'on s'offre pour arriver au contrat. Même si par ailleurs j'étais résolu à arriver à des telles extrémités si cela s'avérait nécessaire. Certaines fins justifient tous les moyens et j'avais déjà perdu assez d'illusions pour jouer les puceaux effarouchés s'il fallait aller au tapin pour une signature. En l’occurrence, je doutai que mes deux hommes d'affaires fussent bissexuels mais je pourrais toujours admirer leur plastique au cours de la soirée ou s'ils se laissaient aller à quelques divertissements lubriques que je pensais leur offrir. J'assumais pleinement d'être voyeur autant qu'acteur. J'étais avant tout joueur et je le démontrai encore en répondant à la question de Damien restée en suspens à l'arrivée des Lee.

- Qui vous dit que c'est une nymphe, et pas un bel éphèbe tel que vous ou Monsieur Hawkins, qui m'a brisé le cœur ? Alors si je vous mets les nerfs à vif, c'est peut-être par vengeance, qui sait. Mais patientez mon cher ami, et ne vous privez pas de prendre du plaisir en m'attendant. Il y a des alcôves libres si vous voulez vous isoler avec votre cavalière ... Il vous suffira de demander à un des majordomes présents de vous y conduire et de fermer les tentures. Si vous préférez être dans l'intimité. C'est à vous de choisir. Patientez et jouissez !
Continuais-je en riant.
Je vous promets que l'affaire que nous allons conclure vous permettra de faire entrer Stark Entreprise dans l'Histoire d'Asaria comme la firme du renouveau. De quoi couper bien des mauvaises langues... S'il en reste encore pour vous desservir... A très vite.


Je m'étais tourné vers mes autres invités qui s'installaient tandis que Michael et sa cavalière s'apprêtaient à m'emboiter le pas et je n'avais pu m'empêcher de sourire en voyant Helena récupérer son précieux stylo en l'ôtant des mains d'un Zack médusé. J'en profitai pour lui lancer un regard et lui désigner Scarlett du menton puis, m'isolant un court instant avec lui tout en montant le son de la musique d'un simple geste afin ce couvrir mes paroles je lui glissai à l'oreille:

- Veille à ce qu'elle ne manque de rien!  Et méfies-toi de la cavalière de Stark. C'est une femme très dangereuse. Fais également en sorte que Damien ne touche pas à ma cavalière. Il a un goût prononcé pour les jeunes humaines, même s'il ne l'avouera jamais ... Les esclaves défilent chez lui ... certaines rumeurs courent selon lesquelles il y aurait des disparitions ... Mais je pense que ce ne sont que des rumeurs ... Enfin, ouvre l’œil et ne la laisse jamais seule avec ces deux-là. Les Lee ne sont pas dangereux tant qu'on respecte leur supériorité ... mais sois prudent dans tes paroles. Scarlett ne bénéficie pas du subterfuge que j'ai déployé pour toi. Cela la rend vulnérable... Il faut absolument que les autres te voient comme Asarien la protégeant, donc comporte toi comme tel.

Le son revint à la normale dès que j'eus achevé mes recommandations. Personne, pas même la vipère n'aurait pu capter ces paroles. Zack et moi étions habitués à nous parler dans le bruit assourdissant des répétitions live et il avait une ouïe exceptionnelle pour un Humain. J'adressai mon dernier regard à Scarlett et fit tourner ma chevalière à mon doigt avant de me détourner de l'alcôve pour guider mes deux curieux à travers la foule et leur ouvrir la voie qui menait à mon bureau.

Michael et Helena ===> @  


#############################/////////////#############################




Mr & Mrs Lee

Huang et Liu s'installèrent à la gauche de Damien laissant l'aile libérée par Michael Hawkins et Helena Carter à la plantureuse cavalière du guitariste. Lequel était à présent flanqué à sa droite de deux femmes fort différentes, l'une totalement exubérante et peinturlurée et l'autre très douce et naturelle. Liu répondit aimablement à Miss Clane en souriant.

- Nous n'avons malheureusement pas pu assister au concert. Nous avions des expériences en cours d'observation qui requerraient notre présence mais Gabriel est très concerné par les avancées scientifiques et je sais qu'il ne nous en voudra pas. Nous avons même manqué le début de cet after. Mais nous ne pouvions nous libérer plus tôt. Nous sommes cependant ravis d'être ici en votre si charmante compagnie et de faire plus ample connaissance avec les amis de Gabriel ...

Elle acheva sa phrase en contemplant d'un air songeur la femme rousse qui gesticulait en occupant à elle seule les deux places restées vacantes, allongeant ses jambes gainées de bas "filet" qu'elle hésitait à qualifier entre vulgarité et néo gothique. Même si dans la musique de Gabriel, la fantaisie autorisait des look extravagants, Gabriel ne cautionnerait pas cette posture un peu indécente alors que la soirée ne faisait que débuter. Le guitariste de Scarecrow, ce bel homme brun à la longue chevelure semblait tellement embarrassé de la conduite de sa cavalière que Liu cherchait déjà comment le tirer de ce malaise. Car elle avait une nature bienveillante et surtout elle le trouvait tout à fait charmant.

- Mademoiselle ... nous n'avons pas été présentées. Mais laissez-moi vous dire que j'apprécie le modèle de vos chaussures. La couleur serait-elle vert anis ou vert pomme ?

Cela eut pour effet de faire basculer la demoiselle qui se rétablit instantanément sur son séant, ayant repéré une potentielle discussion intéressante avec la meuf de Jacky Chan.
Liu sourit de toutes ses dents, prête à faire front au verbiage qui ne manquerait pas de déferler, et adressa un petit clin d’œil complice à Zack.

Les Lee étaient des personnes raffinées et en apparence sans excentricité, mais ce n'était qu'une impression. En vérité, ils aimaient analyser leur environnement avant de sortir de leur réserve mais avaient horreur qu'on mette cela sur le compte de la politesse asiatique. En vérité, ils étaient contrarié par tous les clichés qu'on collait à leur ethnie. Et ils ne se privaient pas de le démontrer dans toutes les soirées branchées où ils étaient invités. Celle de ce cher Laymann n'allait pas déroger à la règle, d'autant que leur hôte était lui-même d'une excentricité délicieuse. Bien que débordante et envahissante parfois ...

Huang se tourna vers les autres invités et congratula Damien sur l'état florissant de ses affaires et sa charmante cavalière qu'il ne se privait pas de contempler ce qui n'échappa pas à Liu, laquelle redoubla d’œillades à l'égard de Zack qui, lui, semblait couver du regard ... La cavalière de Gabriel. Un petit sourire espiègle naquit sur les jolies lèvres de la scientifique. Elle était réellement toquée des romans d'amour. Une vraie drogue pour un cœur de midinette trop confiné dans les laboratoires et blocs opératoires. Elle aimait Huang et il la faisait encore rêver malgré son caractère un peu volage, mais elle concevait une véritable fascination pour les romances des autres. Elle reporta avec politesse son attention sur la conversation qu'elle avait lancée avec la demoiselle rousse, mais bientôt Huang commença à faire des siennes avec son jeu à la con. Elle sentit la moutarde lui monter au nez, se dit que le vent allait tourner à la folie sous peu et pinça les lèvres. Tout était bon à son époux pour en savoir plus sur les jolies filles de la soirée.

- Hé bien, vous savez ce qu'on dit : si tu veux connaître un homme, connais ses amis ! Je propose donc qu' à travers nos divers témoignages, nous allions à la rencontre de cette personne qui nous a réunis ici ce soir. Si nous commencions par raconter comment nous l'avons connu ? Qu'en dites-vous ?

Son épouse posa délicatement sa main sur la cuisse de son mari puis lui planta ses ongles à travers le tissu du pantalon.

- Huang ... Peut-être ce jeu va-t-il être indiscret pour certains de ses amis, justement !


Huang se tourna vers sa femme avec un petit rire sec et nerveux puis haussant les épaules il répondit.

- Héhé héhé héhé héhé! Dans ce cas, ils ont le droit d'inventer ! D'ailleurs je suis certain que Gabriel adorerait ça ! " Raconte ta rencontre idéale avec moi" ! Allez! Qui commence ? Comment avez-vous connu ou rencontré ce cher Gabriel ?  


HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 146

Côté coeur : Enchaînée

Activité/Profession (du personnage) : Femme de chambre - Esclave
avatar
Scarlett Rose Clane
Humaine Esclave
MessageSujet: Re: (Terminé) Last days on Paradise before the Storm (after) (pv Scarlett Rose, Damien, Sélène, Helena, Mickael, et autres fous volontaires )   Dim 21 Fév - 16:09

Dans le mouvement engendré par le départ de Gabriel accompagné d'un des couples de la soirée, de l'arrivée d'un troisième couple et celle du guitariste et sa cavalière excitée, je perds un peu du calme et de la confiance que j'avais pu canaliser. Les gens s'en vont alors que j'ai à peine retenu leurs noms et il faut déjà que j'en retienne d'autres. Enfin, les nouveaux arrivants ont la qualité d'être marié, ce qui simplifie les choses.
Je n'ai pas loupé la mise en garde de Gabriel avant que celui-ci ne parte et je le suis du regard jusqu'à ce que la foule, trop dense, m'empêche de le voir plus longtemps. La cavalière de Zack ne semble pas tenir en place et je l'observe du coin de l’œil avec un mélange d'amusement et de pitié. A vrai dire, la pitié était plutôt dirigée vers le guitariste, à devoir supporter une telle pile … D'ailleurs, lorsque je repose mon regard sur lui, j'ai la surprise de voir qu'il me regarde déjà, une nouvelle fois.
Première question piège … J'ai en tout cas parfaitement conscience que je ne peux lui répondre sincèrement. Je ne peux pas lui dire que je n'ai pas été invitée car une salle de concert n'est pas la place d'une esclave et que j'étais sans doute trop effrayée encore ce matin pour suivre mon nouveau maître n'importe où. Mais ce soir, après avoir pu entendre quelques extraits, je regretterais presque de ne pas avoir pu assister à ce concert.
Allez Scarlett, il est temps de donner la réplique de ton nouveau rôle.

-Mon intérêt n'y est pour rien et je regrette grandement de ne pas avoir pu assister à votre concert mais j'ai malheureusement été retenu autre part.

Oui, dans une suite trop grande pour moi, dans un terrain totalement inconnue dont je n'ai même pas su comment échapper.

Je vois automatiquement en Madame Lee, une femme douce et en rien menaçante. Son sourire m'apaise le temps que je le rencontre et je suis heureuse qu'elle ait répondu à ma question. Les sciences m'ont toujours parues passionnantes, la connaissance du corps humain et ses complexités … C'est sans doute un domaine qu'il me plairait beaucoup d'étudier. Mais là, c'est un autre débat. Les mots de la belle asiatique me feraient presque rougir tellement j'ai peu l'habitude de tenir une telle conversation avec une femme comme elle. Elle fait d'ailleurs ressurgir ma timidité et je baisse respectueusement les yeux, affichant un sourire bienveillant. Plus qu'un respect entre humaine et Asarienne, cela peut sans aucun mal paraître comme une marque de respect envers un aîné.

-Le plaisir est partagé Madame Lee, et nous sommes, j'en suis certaine, tous ravis de partager cette soirée avec vous.

Tandis que la scientifique entame la conversation, je me retourne à nouveau vers Zack afin de me présenter.

-Oh, excusez moi, je m'appelle Scarlett Rose Clane, je suis une amie de la famille de Gabriel. C'est un plaisir de vous rencontrer. Et je …

Deuxième question piège. Encore une fois, la sincérité ne pourrait pas être de mise et je me mords nerveusement l'intérieur de la joue à la recherche d'une réponse possible. Heureusement, Monsieur Lee m'offre un répit bien que finalement, la question soit la même. Enfin, cela m'arrange davantage, ça ne sera donc pas un vrai mensonge puisque ça fait parti du jeu et que personne ne saura si c'est la vérité ou non.
J'aime le dynamisme qui se dégage de ce couple. Aussi, je me désigne pour répondre donc à cette question, affichant un petit sourire timide. Scarlett Rose Clane, proche amie des Laymann, scène 2.

-Nos deux familles ont tout le temps été proches, nous avons donc été amené à nous voir régulièrement jusqu'à nous même devenir proches. Rien de bien passionnant, je vous l'accorde.

Réponse simple, pas très approfondie, laissant libre à chacun d'imaginer ce qu'il veut. Je ne voulais pas m'étendre trop dessus au risque de me faire piéger sur quelconque aspect de ma réponse, ignorant bien sûr tout de la vie de ce dit « ami ». En y réfléchissant, la vraie réponse aurait sans doute été plus intéressante pour les convives qui m'écoutent. C'est déjà plus passionnant d'en apprendre davantage sur une pute devenue esclave que sur une amie de famille … Ma réponse terminée, je regarde tour à tour chacun des invités autour de la table, voyant qui prendrait la suite.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 753

Localisation : Quelque part parmi les Ombres
Côté coeur : Dans les profondeurs damnées de ton âme

Activité/Profession (du personnage) : Assassin pour le gouvernement - Membre de l'Escadron d'Elite - PDG de la True Life
avatar
Sélène Warren
Asarienne, 2e Génération
MessageSujet: Re: (Terminé) Last days on Paradise before the Storm (after) (pv Scarlett Rose, Damien, Sélène, Helena, Mickael, et autres fous volontaires )   Dim 21 Fév - 17:22

L’after s’était métamorphosé en une sorte de manège des invités : J’arrive,  je me présente, je dis quelques mots et je pars. Je trouvai cela assez ennuyeux pour ma part et je commençais à étouffer dans cette alcôve. L’Epouvantail avait fait signe à son guitariste de le rejoindre, un peu en retrait et je m’étais redressée pour arranger les voiles de ma robe toute en finesse.  Un geste qui me permettait de pouvoir apprécier les deux hommes. Laymann était si concentré qu’il ne s’était pas aperçu, d’une part qu’il ne tournait pas le dos à l’alcôve et deuxièmement, que je m’étais levée du sofa. J’avais pu lire quelques bribes des paroles sur ses lèvres à défaut d’avoir entendu leur échange à cause de la musique qu’il avait montée et du brouhaha des conversations.  Avant que le guitariste ne revienne à sa place, je repris la mienne parmi les invités tout en gardant pour moi ce que je venais de discerner brièvement.

Le premier couple suivit donc l’Illusionniste que je fixai avant de voir disparaitre sa silhouette.  J’avais reconnu le PDG de la KA CORP et une journaliste que j’avais peiné à reconnaitre. Son visage m’était apparu que bien après, celui de la femme du ministre des médias. Laymann les avait invités à le suivre pour discuter de contrat et d’interviews. Ce couple envolé, il fut  remplacé par un couple de scientifiques que Damien paraissait connaître, au moins par leurs noms et leurs travaux. Ils s’installèrent à côté de lui et la discussion s’engagea poliment. J’avais plusieurs choix en tête : laisser ce petit monde papoter et échanger des banalités qui ne m’intéressaient pas ou bien prendre une mine réjouie et me glisser dans la conversation. Sauf que je n’en avais pas la moindre envie.  C’était moi où tout le monde était en pleine effervescence ? Damien gardait encore plus ou moins son flegme, mais j’avais bien entendu sa petite réflexion à Laymann au sujet de l’attente.  Je soupirai discrètement et je bus une gorgée de ma coupe de champagne. Les jeunes serveuses n’avaient pas bougé et elles tenaient entre leurs mains les mêmes plateaux forts succulents. Les toasts étaient délicieux, au moins ça.

Je me retrouvai entre deux groupes : d’un côté l’esclave et le guitariste qui ne savait pas comment se débarrasser de la fan rousse hystérique et de l’autre Damien et le nouveau couple. Quelle belle soirée, n’est-ce pas ? Je m’étais déplacée pour assister à ce … à ce quoi déjà ? Soirée ? J’enviais presque les autres invités dans leurs autres alcôves et ceux qui discutaient dans la salle.
Les derniers murmures de Scarecrow résonnaient encore en moi et je me demandais si le défi serait intéressant à relever ou bien s’il était de même niveau que ce cirque qui se déroulait autour de moi. Une moue songeuse s’esquissa sur mes lippes vermeilles et je reposai la coupe de champagne. Je portai enfin mon attention sur les Lee et surtout sur l'Asarienne qui s’était aperçue de l’impolitesse de la jeune femme maquillée et habillée très grossièrement, en allongeant ses jambes sur le reste du sofa de libre. Je levai les yeux au plafond dans une grande détresse. L’époux, quant à lui, s’amusait comme un petit fou ce qui ne semblait pas plaire à sa charmante femme. Il proposa un petit jeu sur comment chacun avait connu la star.

Je failli m’étouffer de rire en écoutant la réponse de l’esclave qui se croyait très maligne au milieu des Asariens. Je me retins d’émettre une quelconque réflexion sur ce qu’elle venait d’inventer et je gardai la neutralité de mes sentiments. Je pouvais moi aussi aborder divers masque et camoufler mes impressions.  Si les gens aimaient vivre dans le mensonge et s’ils aimaient penser que de porter de beaux vêtements et des bijoux faisaient d’eux d’autres personnes, c’était leur problème et pas le mien. Puisque le jeu était ouvert et que ce cher monsieur Huang Lee était impatient de connaitre nos réponses, je donnai ensuite la mienne.

-  N’ayez pas d’inquiétude Madame Lee, cela peut nous permettre de passer un peu de temps et nous détendre.

Je souris à la splendide épouse du Docteur qui hocha la tête dans un même sourire gracieux. Puis, je répondis alors à son mari.

- Je ne connais absolument pas Monsieur Laymann. J’ai accompagné Monsieur Stark au concert. Voilà comment je me suis retrouvée parmi vous à cet after. Il avait besoin d’une cavalière et j’ai accepté de voir l’envers du décor. C’est le hasard. Si vous comptiez sur des révélations croustillantes, je ne suis pas la bonne personne.

Je levai ma flute de champagne en direction des Lee et Huang me sourit généreusement, mais avec un petit air presque boudeur parce que ma réponse ne lui apprendrait rien de plus.

- Je suis quand même très curieuse d’écouter l’histoire et les anecdotes de votre rencontre, Monsieur Lee. Je ne connais absolument pas notre Maitre des Lieux, peut-être pourriez-vous en dire davantage ? Je pourrai en fin de soirée, le remercier comme il se doit de nous avoir permis de profiter de cette salle magnifique, de toutes ces petites attentions et bien sûr de ce concert grandiose !



Passé, Présent, Futur, parfois les toiles se tisent et s'entremêlent



La Main du Diable:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 653

Localisation : non loin du pouvoir
Côté coeur : Célibataire & Dominateur

Activité/Profession (du personnage) : PDG de la Stark Entreprise
avatar
Damien A. Stark
Asarien, 2e Génération
MessageSujet: Re: (Terminé) Last days on Paradise before the Storm (after) (pv Scarlett Rose, Damien, Sélène, Helena, Mickael, et autres fous volontaires )   Lun 22 Fév - 17:02

« C’est très tentant avec une telle cavalière comme Mademoiselle Warren, mais je ne suis pas du genre à m’exposer même derrière une tenture fermée.  Mes fantasmes sont d’ordre privé ce qui ne veut pas dire que je ne suis pas spectateur de ceux des autres qui aiment s’exhiber avec des nymphes ou des éphèbes, Monsieur Laymann. J’ai un esprit très libre à ce sujet… »

Damien n’avait jamais été attiré par les hommes. Il en trouvait certains très beaux et son appréciation pour les  mâles ne faisaient pas de lui un bisexuel. Il aimait voir et savourer la beauté qui se mouvait sous ses yeux. Si son hôte lui offrait un spectacle intime entre deux hommes, il serait spectateur de ces scènes sensuelles et lubriques, mais il n’en ferait pas partie. Le PDG chérissait trop les courbes des femmes, leur fourreau divin et leurs gémissements aigus pour les remplacer par un corps plus musculeux et une voix rauque. « Vous mettez ma curiosité et mon sens des affaires à rudes épreuves en me disant cela. Quoi qu’il puisse se passer, nous nous retrouverons dans cette alcôve saphir vers 1 h. Je vous y rejoindrai. »

Le guitariste de Scarecrow se présenta à tous les invités et il lui serra la main pour le complimenter. «  Bonsoir et quel concert ! » Il était suivi /collé serait le bon terme / par une plantureuse rousse, une fan exaltée de pouvoir approcher ses idoles.

Un nouveau couple s’était avancé parmi les splendeurs de leur abri et Damien s’empressa comme tout gentleman de serrer la main au Docteur et d’offrir un baise-main à son épouse. Il avait peu de connaissances en cette matière de la science quantique et tout était pour lui propice à parfaire son savoir et ses capacités dans des domaines autres que les siens. L’homme aux cheveux longs ne resta que peu parmi eux.  Le chanteur avait besoin de s’entretenir avec lui et ils s’isolèrent quelques instants loin de l’alcôve. Un mouvement près de lui, lui confirma que sa cavalière s’était redressée du sofa dans toute sa beauté. Il évalua la diablesse brune qui arrangeait sa toilette dans des mouvements sensuels et dignes d’une créature dangereuse. La star de la soirée s’éclipsa en compagnie d’un couple pour des affaires. Cet homme avait choisi son after pour signer des contrats même après un concert. Pour Damien cela ne l’intrigua pas plus que cela. Il était comme lui. Il ne manquait jamais une occasion de faire affaires et de convaincre un nouveau partenaire quelle que soit la situation ou le lieu.

Madame Lee était une femme aux traits fins et très souriante. Le comportement de la rouquine, qui avait pris la place de Monsieur Hawkins et de la femme du ministre, prenait des proportions que même Damien ne pouvait concevoir. Il ne supportait pas ces dérapages impolis. Il aurait été bien plus rude et froid que l’Asarienne dans ses mots. La fan excitée se remit droite sur ses fesses et elle comprit que son attitude ne plaisait guère lorsque ses yeux rencontrèrent les siens.

Huang Lee proposa un jeu. Chacun devait raconter comment s’était déroulée leur rencontre avec Gabriel Laymann. Damien ne le connaissait pas et depuis qu’il avait reçu l’invitation à son bureau pour venir assister au concert, il n’avait eu de cesse à chercher à savoir où ils s’étaient croisés. Les stars avaient pour habitude d’inviter des hommes et des femmes influents de la cité notamment des membres du gouvernement. Il avait vu la Grande Conseillère dans la loge, d’autres PDG et leurs épouses. Ce n’était donc qu’une invitation de « courtoisie »  qu’il avait obtenue.

L’esclave que Sélène lui avait fait remarquer à leur arrivée, se prêta la première au divertissement du Docteur Lee. Il n’avait pas oublié l’impolitesse de cette esclave qui n’avait pas répondu à la femme du ministre alors qu’elle lui faisait la conversation. Toutes les mêmes, pensa-t-il. C’était une race à soumettre et qui n’avait aucune valeur pour lui. L’insistance de Madame Lee  lui arracha un petit sourire. Elle craignait que le jeu dérape et elle n’avait peut-être pas tort. Il termina son verre de whisky en écoutant sa belle cavalière qui joua le jeu, à son tour. Il était vrai qu’elle ne connaissait pas le frontman. Elle n’avait pas précisé qu’ils s’étaient, tous les deux, rencontrés dans l’enceinte même du Multiplex un peu avant le commencement du concert et que Damien l’avait bousculée par mégarde. C’était à son lui.   « Monsieur Laymann doit en connaître davantage sur moi, que moi sur lui. J’ai reçu un carton d’invitation pour son concert. J’ai accepté et je me suis retrouvé dans la loge VIP avec mademoiselle Warren, ici présente.  Je n’ai jamais eu de Laymann dans mes connaissances professionnelles et amicales. Dans mes souvenirs, non plus. Les stars aiment prendre des pseudos de scène. J’ai peut-être une chance de deviner qui se cache derrière le chanteur quand on se retrouvera en tête à tête pour les affaires. Ma cavalière a relevé un point remarquable, vous semblez être Docteur Lee, le plus calé à nous parler un peu plus de Gabriel Laymann. »




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatarInvité
Invité
MessageSujet: Re: (Terminé) Last days on Paradise before the Storm (after) (pv Scarlett Rose, Damien, Sélène, Helena, Mickael, et autres fous volontaires )   Mar 23 Fév - 15:32


Je n'eus pas le temps de m'asseoir que Gabriel me hélait déjà pour me parler, et ce fut avec attention que j'écoutai les nombreuses recommandations qu'il avait à me faire … très très nombreuses d'ailleurs, et je sentis rapidement mes sourcils se froncer au fur et à mesure de tout ce que j'avais à ingurgiter. Stark et sa cavalière allaient donc être à surveiller – de même que j'allais devoir prendre quelques pincettes avec le couple Lee – et Scarlett … était Humaine ?! Il avait ramené une Humaine en plein gratin Asarien ?! Sans qu'elle n'ait l'air très préparée ni même qu'elle fût réellement protégée de quelques manières que ce fût ?! Autant il m'arrivait de tolérer certaines excentricités de Gab' que je n'appréciais toutefois pas, autant je trouvai qu'il avait clairement dépassé les bornes cette fois-ci en mettant ouvertement en danger cette jeune femme. Quant au fait qu'elle fût probablement une esclave … non, je préférai ne même pas y penser en fait ! De toutes façons, ce n'était ni l'endroit ni le moment, aussi me contentai-je d'approuver tout en lui promettant de faire attention, avant de finalement revenir dans l'alcôve pour m'asseoir sur le confortable sofa. Et y être rejoint par la fan hystérique qui sembla rapidement agacer à peu près tout le monde …

Heureusement, Madame Lee ne tarda pas à venir à ma rescousse via un ''sujet de filles'', et je lui adressai donc un franc sourire de remerciement et de pure gratitude. Si je voyais bien que la rouquine et son comportement excessif dérangeaient les présents, je n'avais toutefois pas le cœur de l'envoyer paître, aussi ne pouvais-je qu'espérer qu'elle finirait pas se calmer un peu tout en se tenant mieux. Et pour le moment, cette conversation axée sur les chaussures et les sacs à main réussissait parfaitement à la canaliser ! Assez pour me permettre de reporter toute mon attention sur Scarlett en tout cas, ce que je fis donc sans me faire prier. Mais aussi avec le déplaisir de voir que sa simple présence ici l'obligeait tout naturellement à mentir pour appuyer Gabriel dans sa mascarade sans se mettre en danger elle-même.

« Peut-être un prochain concert alors ? »

J'avais d'ailleurs lâché cette proposition dans un sourire avenant, espérant déjà qu'elle n'avait au moins pas à vivre cloîtrée dans la suite sans pouvoir en sortir. Et malgré sa timidité, elle faisait l'effort de participer à la conversation générale … là où moi-même j'étais si happée par sa présence que je demeurais taiseux. Comme absent. Comme capturé tandis que j'essayais pourtant régulièrement de détourner le regard pour ne pas trop la fixer, offrant ainsi quelques signes de tête aux présents – surtout à Madame Lee qui continuait à me sauver la mise – ou alors en buvant une gorgée. En somme, j'étais le parfait idiot, parfaitement à côté de ses pompes, parfaitement capturé par cette jeune femme assise à côté de moi et qui ne manquait pas de me faire sourire chaque fois que je tournai la tête vers elle …

Mais après Madame, ce fut Monsieur Lee qui relança l'attraction en demandant comment chacun d'entre nous avait connu Gabriel, et le mensonge de sa cavalière fit presque tilt dans mon crâne. Mais Scarlett, ce n'était pas la fille du Multiplex justement ?! Après tout, Gab' avait bel et bien ramassé une fille ce soir-là – que j'avais prise pour une prostituée d'ailleurs – mais alors … alors pourquoi était-elle désormais là ?! Une question qui m'avait fait ouvrir de grands yeux tandis que le souvenir me revenait – peu discret que j'avais tendance à être – et j'allais donc devoir me justifier à défaut de passer pour un dingue.

« Ah oui, je crois que je me souviens de vous, je vous ai sûrement déjà vu ! »

Pauvre demoiselle, si elle était réellement une prostituée à l'origine, alors elle n'était indéniablement pas tombée sur le bon client …

Mais quoi qu'il en fût, la question de Lee était en train de provoquer une belle émulation dans ce tour de table, et ce fut bientôt à moi de répondre.

« Je l'ai simplement rencontré lors des auditions, donc rien de bien croustillant non plus, désolé. »

Une réponse qui m'avait d'ailleurs manifestement amusé parce qu'effectivement, il n'y avait rien de très impressionnant à en dire malgré toutes les frasques du leader de Scarecrow. Et d'ailleurs, personne ne semblait avoir grand chose à dire sur le sujet, ce qui ne manqua pas de m'étonner tant il n'y avait manifestement là que des inconnus. Sans compter que …

« Moi je ne l'ai pas encore rencontré mais je rêve de le faire ! Il est si beaaaaaauuuuuuuu ! »

Sans compter que j'avais quelque peu oublié ma cavalière qui venait de repasser en mode surexcitée à l'évocation de son idole, au point qu'elle en avait recommencer à s'agiter sur son siège comme une gamine impatiente.
Revenir en haut Aller en bas
Messages : 610

Localisation : dans tes cauchemars
Côté coeur : difficile de trouver l'amour lorsqu'on est une illusion

Activité/Profession (du personnage) : rock star à l'insue de son corps défendant/ fondateur d' A.U.R.I.S. & associés
avatar
Gabriel Laymann
Asarien, 2e Génération
MessageSujet: Re: (Terminé) Last days on Paradise before the Storm (after) (pv Scarlett Rose, Damien, Sélène, Helena, Mickael, et autres fous volontaires )   Mar 23 Fév - 21:25


Mr & Mrs Lee

Liu soupira et se résigna à faire bonne figure en public. Son mari aimait se mettre en avant à chaque occasion mondaine. Il avait cela en commun avec leur hôte d'ailleurs. Mais la jolie scientifique trouvait que cela s'accordait bien moins avec leur statut de chercheurs qu'avec celui de rock star de Laymann. Et puis Huang buvait trop ce soir, sans doute pour évacuer la pression de toute une journée de labeur et de tension quant aux résultats des dernières analyses spectrographiques. D'ailleurs il faudrait en parler à Gabriel et ce n'était pas la perspective la plus heureuse de la soirée. Les deux hommes avaient beau être très souvent en désaccord sur bien des points, Liu savait que son mari s'était attaché au chanteur. Elle aussi d'ailleurs, à sa façon, même si les petits blonds châtain n'étaient pas sa tasse de thé, même si elle préférait nettement les grands bruns élancées du genre de ce ... beau barbu. Gabriel Laymann avait beau tout faire pour se rendre détestable et insupportable, sous la pellicule de suffisance et de futilité, l'être était tout autre. Les Lee l'avait découvert au fil de leur fréquentation assidue de l'individu. Devoir lui annoncer qu'il était condamné s'il ne renonçait pas à user de ses pouvoirs, ce qui revenait à lui annoncer qu'il était condamné puisqu'il était bien évident qu'il refuserait d'y renoncer, n'était pas franchement réjouissant. Aussi Huang se grisait-il pour se donner du courage et fanfaronnait-il outrageusement pour refouler les pensées tristes qui devaient l’assaillir. D'ailleurs, même dans cette tentative, ses pensées revenaient à Gabriel Laymann puisqu'il était encore dans ce jeu stupide question de lui, encore lui toujours lui... Comme une sorte d'hommage anticipé. De sorte que la jeune femme avait envie de dire  "mais voyons, il n'est pas encore mort, pourquoi ce jeu stupide comme si on voulait lui rendre hommage ? "

Une autre conséquence de la consommation d'alcool de Huang était non pas qu'il était ivre comme ces malheureux humains, mais qu'il parlait parfois trop et à tort et à travers, lorsqu'il ne se mettait pas à user de son don de vision universelle pour aller lorgner vous devinez bien quoi à travers les étoffes des dames. Aussi Liu était-elle sur des charbons ardents malgré le sourire de façade qu'elle affichait. Elle se montra sincèrement intéressée bien qu'étonnée lorsque Miss Clane se présenta comme une amie de la famille. Déjà, quelle famille ? Il lui avait toujours semblé que Gabriel était seul au monde. Dans les personnes à prévenir en cas de complications, il avait indiqué son groupe et plus particulièrement ... Eh bien ce beau Zack qui ... dévorait des yeux la fameuse jeune femme. Un triangle amoureux ? Ou quelque chose d'encore plus sulfureux ? Gabriel en était bien capable. Liu ne s'en choquait pas. Huang et elle avaient durant un temps fréquenté un club très spécial où galipettes ne rimait que rarement avec duo, mais tout de même, ces deux-là, assis côte à côte, on leur aurait donné le bon dieu sans confession. Enfin, elle haussa les épaules. Gabriel pouvait être un très grand suborneur quand il s'y mettait. N'avait-il pas d'ailleurs suggéré une partie fine entre lui et les Lee un soir qu'il s'était enivré plus que de raison ? Donc il était fort possible qu'il ait mêlé ces deux innocents à ses jeux pervers.

Ses supputations de miss Marple sulfureuse et charmante furent interrompues par les participations au jeu de l'élégant couple avec lequel Huang conversait depuis un moment déjà. La jeune femme brune arborait un air compassé qui semblait indiquer que l'ennui se profilait à l'horizon pour elle. Sans doute une jeune femme issue de la haute classe asarienne et habituée à ce qu'on cède à tous ses caprices. Dans le couple Lee, la plus aiguisée à l'observation était Liu, et Huang, lui, était doué pour échafauder des théories, ainsi, dans le domaine des sciences comme dans les mondanités, ils se complétaient à merveilles. Et ce que Liu voyait dans le petit rictus énervé, ce qu'elle avait vu plus tôt, dans l'agitation de voiles, certes plus discrète que celle de la jeune rousse, de Mademoiselle Warren  était une forme d'impatience reléguée, de dépit à voir une certaine personne quitter l'alcôve. Miss Warren était accompagnée d'un homme des plus séduisants et d'un statut élevé, en apparence plus intéressant que celui de saltimbanque, et tandis que son cavalier montrait une discrète prévenance, cette petite poupée de luxe s'agaçait de voir sa véritable proie lui échapper... Il faut dire que l'égo des mâles présents dans l'alcôve pouvait prendre ombrage d'un simple constat ce soir. Hormis elle, qui voyait en Laymann un sujet d'étude passionnant, et un ami fort divertissant et sans doute attachant, chacune de ces demoiselles n'était tendue que vers un seul. Cela pouvait paraître normal, après tout, il était le Prince de cette soirée féérique qu'il avait orchestrée avec le plus grand soin. Pour autant, Liu n'en trouvait pas moins amusant de constater à quel point ses congénères féminines pouvaient avoir tout un éventail de comportements nuancés face à un homme qu'elles convoitaient.

Malgré l'exubérance de la groupie type, plus qu'envahissante, les réactions des autres jeunes femmes n'avaient pas échappées pour autant à l’œil acéré de la chercheuse. Celle qui avait été invitée à le suivre, la journaliste, consciente ou pas de la jalousie qu'elle pouvait provoquer chez les autres, oscillait entre minauderies et curiosité tenace. Elle était heureuse de suivre son idole mais déterminée à en obtenir dieu savait quoi. Peut-être un rendez-vous professionnel, peut-être un rendez-vous coquin ? Qui pouvait savoir ? Pas Liu, car elle avait manqué de temps pour analyser l'interaction entre la belle en satin orangée et Laymann. La jolie cavalière de leur hôte avait parue nerveuse et timide à l'Asiatique, d'emblée. Sympathique et naturelle, mais suspecte, comme si elle cachait quelque chose et comme si son salut dépendait du rayonnement de Laymann dans l'alcôve. Son soleil disparu, elle s'était attristée. Peut-être que le chanteur la tenait par un odieux chantage. Elle avait parlé de familles proches. Et si Gabriel avait encore ruiné un de ses adversaire en affaires, comme il l'avait fait avec le studio Comète qui avait fait faillite, deux mois après l'ouverture d'A.U.R.I.S. et avait été racheté pour une bouchée de pain par le leader de Scarecrow. L'artiste ne laissait que peu de choses au hasard et quand quelqu'un se trouvait en travers de sa route, si cela n'était pas rapidement aplani, il le balayait sans l'ombre d'un scrupule. Cette pauvre enfant serait peut-être le tribut d'un père ruiné à un repreneur féroce ? Liu avait pincé les lèvres et serré les cuisses à cette idée. Elle avait beau trouver Gabriel délicieusement décadent, fascinant sur bien des points, il pouvait être absolument immoral en affaires comme au lit. Un vrai prédateur parmi les loups et cela lui flanqua un petit frisson très agréable teinté d'une culpabilité humide qu'elle chargerait Huang, lorsqu'ils se retrouveraient seuls, de corriger cette nuit après qu'elle lui en ait fait l'aveu contrit. Plus troublante encore était la réaction de cette charmante jeune femme d'affaires qui se montrait très concise et comme indifférente dans ses échanges mais dont le regard noir qu'elle dardait sur leur insaisissable maître de cérémonie n'avait pu lui échapper. Étrange en vérité ce qu'elle avait cru capter dans cette accroche qui pour être discrète, s'était néanmoins prolongée de manière intriguant. Et elle prétendait ne pas connaître celui qui les recevait ? Allons donc ... Il faudrait qu'elle s'en ouvre à Huang pour lui demander son sentiment. Elle ne put s'empêcher de répondre néanmoins,

- Mais à présent que vous avez eu le plaisir, contrairement à nous, de le découvrir sur scène, vous avez sans doute une impression à nous transmettre, car c'est finalement votre première rencontre...

Huang prit la parole à son tour pour répondre à Monsieur Stark qui avouait ne pas connaître non plus le chanteur. Et il abonda dans son sens.

- Vous avez raison, Monsier Stark. Il semblerait finalement que mis à part Miss Clane, personne ne connaisse notre homme avant ce soir ... Je serais curieux de savoir ce qu'il en est pour les deux convives qui viennent de l'accompagner pour une entrevue ... Ahh Monsieur Zack ... Hmm rappelez-moi votre non de famille, il me fait penser à une vieille application informatique pour téléphone cellulaire, le truc avec un robot là. Vous vous l'avez connu dans une audition ... Il y avait beaucoup de guitaristes en compétition ? Quelle pression cela a dû être d'intégrer un tel groupe ? Surtout quand on sait à quel point Gabriel peut être tyrannique avec ses associés ...


Grand coup de pied à bout escarpiné de la part de Madame Lee dans le tibia de son mari.

- Huang ! C'est très inélégant de dire du mal de notre hôte !


Huang se frictionnant la jambe.

- Mais c'était de l'humour, voyons ! Pour ma part, j'ai fait connaissance de Gabriel alors qu'il venait pour une consult ...


- Pour rendre visite aux enfants malades de l'Hôpital. Il s'était trompé d'étage en cherchant le service hématologie et avait atterri dans le nôtre... Je m'en souviens comme si c'était hier ... avec sa guitare ...


Huang plongea le nez dans son verre comme pour tenter d'échapper au regard furieux de sa femme et renchérit.

- Absolument... Sa guitare et son chapeau ...


Liu prit le verre des mains de son mari et fronça les sourcils. Tandis que les lumières étaient devenues plus tamisées un slow s'éleva dans la salle et des couples se levèrent des autres alcôves. Elle se leva et tira son mari par le bras puis l'entraîna vers la piste. Faisant un élégant geste du bras, elle invita les autres à en faire autant.

- Allez, Monsieur Stark, invitez votre cavalière. Et vous monsieur Zack, ne faites pas votre timide, invitez l'une de ces demoiselles !


Elle se mordit la lèvre en songeant qu'elle venait de mettre Zack dans une bien fâcheuse situation sans y penser. Car bien entendu qui réclama d'être la première à danser avec le beau ténébreux ? Je vous le donne en mille ! Mais à ce moment-là une sorte de tornade blonde avec de grandes jambes et des moustaches, un front légèrement dégarni passa dans le champ de vision de Liu et empoigna la rouquine qui réclamait toujours le retour du Messie. Lequel blond justifia son geste à la volée en s'adressant à Zack.

- Désolé, mec, mais tu vas pas toutes les garder pour toi, cette fois-ci. Danse plutôt avec la copine du patron.


Puis il salua les autres invités présents dans l'alcôve. Messieurs, dames, bien le bonjour! Dirk, guitariste rythmique vu que l'empoté que vous voyez là est le leaaad guitariste. Vous passez une bonne soirée ? passa devant le couple Lee et se mit à danser avec la groupie.

- Bonsoir M'ame, bonsoir M'sieur. Dirk, l'autre gratteux !


Liu ne put retenir un "merci" suivi d'un "yess! yess! yess!" Tout le monde allait enfin pouvoir connaître le répit et s'amuser un peu. Elle glissa un regard vers l'alcôve qui abritait encore deux couples des plus contrastés.



Suite des événements !:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 146

Côté coeur : Enchaînée

Activité/Profession (du personnage) : Femme de chambre - Esclave
avatar
Scarlett Rose Clane
Humaine Esclave
MessageSujet: Re: (Terminé) Last days on Paradise before the Storm (after) (pv Scarlett Rose, Damien, Sélène, Helena, Mickael, et autres fous volontaires )   Dim 28 Fév - 18:51

Mon mensonge semble passer inaperçu … - enfin, « semble » seulement – Au moins, c'est fait. Enfin, je ne m'attendais pas à ce que Zack renchérisse dessus et le regarde un instant, sans savoir quoi répondre. Etait-ce une technique pour rendre mon mensonge plus crédible ? Dans ce cas cela signifie qu'il est au courant de mon identité … Et en même temps, en fouillant ma mémoire, il me semble effectivement l'avoir aperçu aux abords du Multiplex. Oh … Je me mordille l'intérieur de la joue, gênée et pour toute réponse lui adresse un léger sourire.

Ce qui m'étonne c'est que très peu de personnes semblent réellement connaître Gabriel, contrairement à ce que je pensais. Pourquoi alors les avoir réuni ? Dans quel but ? Décidément, où suis-je tombé ?
J'écoute avec attention les réponses des autres convives, et en particulier celle du couple Lee et ne peux m'empêcher de sourire en imaginant le chanteur jouer pour les enfants hospitalisés. Je souris aussi en voyant les frasques du couple à l’œuvre. C'était touchant de voir deux personnes aussi proches, même dans leurs différents. Je n'ai eu que très peu de modèle du genre dans ma vie, voire même aucun, pas même mes parents. C'était plaisant à regarder, intriguant même. Malgré le regard autoritaire de Mme Lee, on peut voir tout l'amour et la complicité qui l'habite, elle et son mari. =D'ailleurs, l'initiative de l'asiatique me fait sourire encore une fois, et mon regard passe de Zack à sa cavalière, celle-ci semblant peu décidé à laisser son cavalier au bras d'une autre femme. Peu importe, je me contenterai d'observer. Mais l'arrivée du second guitariste semble tout bousculer, une arrivée fracassante, c'est peu dire. Il semble si différent du brun … beaucoup plus détendu. Je le salue d'un signe de tête et me lève de ma place et m'approche de Zack, un peu timidement.

-Je crois que vous venez de vous faire piquer votre cavalière … dis-je avec une pointe d'humour.

J'observe un instant le couple Lee danser, un sourire rêveur aux lèvres. Deux personnes qui partagent le même amour … Il ne doit rien y avoir de plus beau. Bien sur, je suis déjà tombée amoureuse, mais rien de comparable à l'amour platonique qui unit deux êtres comme ce couple de scientifique… une petite amourette passagère qui s'essouffle au fil du temps. Une minuscule étincelle comparée au brasier que cela doit être …

Danser … J'aime ça. C'est libérateur. Nombreux soirs, lorsque je n'avais aucun autre … « impératif », je traînais dans les bars des bidonvilles, et me laissais tout simplement porter par la musique. Mais dans un tel lieu, avec toutes ces personnes qui ne vivent pas dans le même monde que moi … C'est un peu angoissant. Je lève mon regard sur le guitariste et lui présente ma main tout en faisant un premier pas vers la piste de danse. Après tout, pourquoi pas ? Je préférais largement ça, plutôt que de rester assise, sous le regard de tous ces Asariens à tout temps chercher quoi répondre ou de quelle manière me comporter.

-Si cela vous dit …
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 753

Localisation : Quelque part parmi les Ombres
Côté coeur : Dans les profondeurs damnées de ton âme

Activité/Profession (du personnage) : Assassin pour le gouvernement - Membre de l'Escadron d'Elite - PDG de la True Life
avatar
Sélène Warren
Asarienne, 2e Génération
MessageSujet: Re: (Terminé) Last days on Paradise before the Storm (after) (pv Scarlett Rose, Damien, Sélène, Helena, Mickael, et autres fous volontaires )   Dim 6 Mar - 16:42

Damien évoqua le premier ses impressions sur le spectacle. L’épouse de Huang me donnait l’impression d’une femme qui gardait un œil dès plus acéré sur son mari. Il était plutôt jovial et s’emportait facilement dans la conversation en nous faisant partager des détails. Liu Lee était plus sur la réserve et je l’avais vite remarqué à sa manière de freiner son époux lorsqu’il parlait de Gabriel et des souvenirs qu’ils pouvaient tous les trois avoir en commun. Cela me sortit de ma léthargie et je compris aisément que ce couple partageait beaucoup avec Scarecrow. Huang pourrait facilement être une proie et je pourrai en apprendre sur l’Epouvantail avant ma rencontre dans cette alcôve obsidienne. Le relationnel n’était pas aisé et il n’était pas donné à tout le monde de pouvoir s’en servir avec un aussi grand respect que Madame Lee qui orientait la conversation sans que personne ne se doute de quoi que ce soit … sauf que j’étais rodée à ce jeu depuis mes seize ans. Cette femme me plaisait en de nombreux points et je lui souris avant d’entamer ma réponse sur le concert.

- Le show était à la hauteur du frontman. Trois heures de sons et de Lumières, des textes sublimés par la présence de tout un groupe de musiciens et par la voix de Monsieur Laymann. Beaucoup d’effets spéciaux. Des Illusions presque réelles, je dois dire. Il a réussi à envouter ces fans. Il fallait voir l’effervescence qu’il y avait dans la fosse. Du Haut de la loge VIP, c’était très … comment dire … passionnant.

- J’aurai vraiment aimé être présente, mais des empêchements de dernières minutes nous ont privés de cet évènement …

- Peut-être son unique concert … s’il ne fait pas atte…

- Chéri, enfin !  Gabriel se produira de nouveau, mais tu sais comment sont les stars : ils ont besoin de  penser leur projet longtemps avant d’en créer de nouveau.

- Euh oui … bien sur mon Amour.

- Un star doit se préservait de beaucoup  de choses. Certaines savent faire, d’autres ne connaissent pas de limites et cela finit par les fragiliser.

Huang redressa son regard et plongea ses iris sombres dans les miennes. Aurai-je trouvé une faille dans laquelle m’insinuer ? Mmm, voilà que la soirée promettait de changer de cap et que cela piquait mon intérêt. Damien précisa qui était le couple qui avait suivi notre ôte. Le Marionnettiste semblait aimer mélanger plaisirs et affaires. J’avais eu la satisfaction de rencontrer le PDG de la KA. Corp., il y a quelques temps et nous avions signé ensemble quelques contrats. Lui comme moi aimions la discrétion et personne ici pouvait deviner le lien de partenariat qui nous unissait. Voilà pourquoi je choisissais mes alliés avec précision. Huang aborda un autre  type de sujet même si cela tournait toujours autour du Maitre des Lieux. Cette fois-ci, il s’était adressé au guitariste qui avait du mal à se débarrasser de la rouquine hystérique. De nouveau Madame Lee reprit de volée son époux. Il en disait beaucoup trop à son goût et je voyais une sorte de malaise dans la posture de ce dernier.

- Rendre visite aux enfants malades de l'Hôpital ? Quel grand cœur, n’est-ce pas ?

- Un cœur malade … enfin je veux dire un cœur énorme quand il s’agit enfants en détresse.

La petite fourmi ne savait plus comment s’en sortir et je voyais les grands yeux de sa femme le fustiger sur place. Si je pouvais avoir un tête à tête avec Monsieur Lee, je suis certaine qu’il me dévoilerait bien des informations sur notre « ami » en commun. Mais un changement d’atmosphère soudaine jugula mon idée. Les lumières s’étaient doucement radoucies et une musique de slow se mit à retentir dans la salle. Madame Lee en profita pour tirer son mari du fauteuil et nous lancer des invitations. Quelle méthode radicale pour mettre fin ç une conversation dérangeante. Cette Asarienne me plaisait de plus en plus. Dans toute cette histoire, nous avions oublié la fan qui manifesta son envie de danser avec le guitariste brun, mais un nouveau invité rappliqua comme une tornade. Il se présenta comme un autre membre du groupe et il entraina la rouquine sur la piste de danse aussi rapidement qu’il s’était présenté.

Les Lee se dirigeaient déjà vers la piste de danse et Damien se leva pour me présenter sa main et me laisser le choix de la suite de la soirée.

- Une danse, oui, pourquoi pas, Monsieur Stark. Avec plaisir.

Je glissai élégamment ma main dans la sienne et on suivit le couple Lee pour entamer ce slow. Mes yeux ne quittaient pas le couple de scientifiques. Huang était toujours nerveux et sa femme paraissait leur faire la morale. Je reportai mon attention sur mon cavalier.

- Et bien quelle soirée, ne trouvez-vous pas ? Après un concert mystérieux voici un after intriguant. J’aimerai pouvoir converser avec Monsieur Lee. Cela vous dit de changer de cavalière à la prochaine danse ?

Mon cavalier était remarquable sur la piste de danse. Cela faisait très longtemps que je n’avais pas dansé. Ma dernière soirée de ce genre remontait très loin dans mes souvenirs. Ce n’était pas ce genre de distractions qui pouvaient s’intégrer dans mes activités nocturnes. Le slow se termina et je nous dirigeais vers le couple Lee.

- Madame Lee, puis-je vous emprunter votre mari pour une danse ? Monsieur Stark est divin comme partenaire.

-  Ma femme ne refusera pas un échange de cavalier. Je suis à vous Mademoiselle Warren.

Je laissai Madame Lee dans les bras de Damien et je profitai enfin de l’occasion d’avoir son époux à moi toute seule.



Passé, Présent, Futur, parfois les toiles se tisent et s'entremêlent



La Main du Diable:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatarInvité
Invité
MessageSujet: Re: (Terminé) Last days on Paradise before the Storm (after) (pv Scarlett Rose, Damien, Sélène, Helena, Mickael, et autres fous volontaires )   Mar 8 Mar - 15:11


Si le départ de Gab' s'était fait sentir dans l'alcôve, il semblait bien que le couple Lee était en train de s'occuper désormais de l'ambiance … surtout monsieur Lee qui semblait avoir un peu trop bu et ne comptait manifestement pas s'arrêter en si bon chemin ! Tout en discutant toujours avec ma cavalière, sa femme le surveillait ainsi comme le lait sur le feu, lui offrant bientôt un magistral coup de pied lorsqu'il ponctua ses questions à mon intention en qualifiant Gabriel d'un ''tyrannique avec ses associés'' qui était plus que juste. Tellement juste d'ailleurs qu'un large sourire amusé avait aussitôt retroussé mes lèvres tandis que je laissai échapper un bref rire face à cette remarque décalée, les laissant finir avant de pouvoir lui répondre.

« Vandroiy … et je ne suis pas très calé en informatique, donc je ne vais pas pouvoir vous aider plus. Et oui on était un paquet à vouloir cette place, c'était d'ailleurs assez stressant même si tout s'est bien passé au final ! Mais tout le monde est très sympa dans le groupe, donc mon intégration a été facile … même si oui, Gab' est quelqu'un qui sait précisément ce qu'il veut. »

Le nier aurait été prodigieusement idiot et hypocrite de ma part dans la mesure où chaque personne l'approchant pouvait tâter de son caractère quelque fois aussi rude qu'inégal – suivant la saison et la personne en face – mais je ne regrettais pourtant rien ! Après tout, chaque homme possédait son caractère et sa personnalité, et j'avais d'ors et déjà appris à composer avec Gabriel même s'il m'arrivait quelque fois de me sentir dépassé ou alors de lever des regards au ciel lorsqu'il abusait un peu trop de ma patience, préférant dans ce genre de cas acquiescer simplement à ses exigences sans plus contester et faire de mon mieux pour qu'il fût enfin satisfait et cessât donc avec le sujet en cause. Et bizarrement, ce n'était que très rarement pendant les répétitions que ce genre de situations intervenaient, mais plutôt dans tout ce qui ne concernait pas directement la musique …

Mais pour l'heure, la lumière venait de se tamiser tandis que les premiers accords d'un slow se firent entendre, et madame Lee était en train d'inciter tout le monde à rejoindre la piste de danse lorsqu'elle me mit involontairement dans l’embarras en me proposant d'inviter l'une des deux femmes m'entourant, me laissant alors sans réaction pendant quelques secondes. Inutile de nier que je n'avais absolument pas envie de danser avec ma cavalière, mais pire que ce manque de motivation, j'étais surtout face à un dilemme : accepter et laisser Scarlett seule – donc potentiellement en danger – ou alors refuser et vexer celle qui s'était déjà jetée à mon cou en minaudant ? Autant dire que j'étais réellement embêté, et je m’apprêtai donc à prétendre être trop fatigué après ce concert de folie lorsque Dirk déboula comme une tornade pour s'emparer de la rouquine comme d'un trophée … me sauvant la mise autant qu'il se condamna à devoir subir la rouquine ! Mais je n'allais toutefois pas m'en plaindre, d'autant plus lorsqu'elle fit bientôt le premier pas pour m'entraîner jusqu'à la piste.

« Ne serait-ce pas plutôt moi qui devrait vous inviter ? »

C'était en tout cas la moindre des galanteries, et ce même si la voir prendre l'initiative était tout de même agréable. Après tout, j'avais bien remarqué que le départ de Gab' l'avait mise mal à l'aise, et si je l'avais invitée moi-même à danser, elle aurait très bien pu accepter par simple politesse ou simplement pour ne pas rester assise seule. Mais là … là, mon large sourire suffisait à prouver que cette demande me touchait, et ce fut avec douceur que je lui saisis la main avant de venir l'enlacer au niveau de l'autre hanche. Enfin … enlacer … je devais bien avouer que dans ma timidité, je n'avais pas vraiment osé la coller de trop près, aussi devions-nous offrir une image assez atypique vu que je me tenais presque trop éloigné d'elle !

« Désolé, je ne suis pas très bon danseur. »

Ou en tout cas étais-je trop timide et réservé pour ça, surtout en comparaison avec Dirk qui se déhanchait à quelques pas de nous en entraînant la rouquin dans un collé-serré très très serré ! Et dans l'inquiétude de ne pas paraître trop gauche, je me rapprochai bientôt davantage de Scarlett tout en lui offrant un nouveau sourire.

« Alors, vous passez une bonne soirée ? Tant que je ne vous écrase pas les pieds en tout cas ! »

L'humour pouvait quelque fois détendre certaine situation après tout, et dans la mesure où j'étais effectivement assez maladroit par moment, mieux valait prévenir … puis guérir si jamais je gaffais plus tard.
Revenir en haut Aller en bas
Messages : 653

Localisation : non loin du pouvoir
Côté coeur : Célibataire & Dominateur

Activité/Profession (du personnage) : PDG de la Stark Entreprise
avatar
Damien A. Stark
Asarien, 2e Génération
MessageSujet: Re: (Terminé) Last days on Paradise before the Storm (after) (pv Scarlett Rose, Damien, Sélène, Helena, Mickael, et autres fous volontaires )   Dim 20 Mar - 14:34




La partenaire de Damien était une cavalière émérite. Ses pas étaient légers et il percevait sa grace féline contre son corps, dans leur danse. Son rendez-vous avec Gabriel avançait et il ne tarderait pas à voir revenir le visage maintenant devenu familier de celui qui avait organisé cette immense fête après le concert. Sur le conseil de Madame Lee, chacun s’était levé pour rejoindre la piste et les autres couples. Le PDG de la Stark Entreprise ne s’était pas fait prier pour se livrer à ce jeu plaisant qu’était la danse et ici, c’était un slow qui ensorcelait ses veines. Sélène avait accepté sa compagnie et pendant quelques minutes le calme était revenu dans les esprits pour profiter de cet instant.  Il n’ignorait pas que la dangereuse Rose Noire avait concentré sa réflexion sur le couple de scientifiques qui dansait près d’eux et la proposition d’échanger de cavalière ne le surpris pas. Il s’inclina et porta la main de la Belle pour lui déposer un baiser : « Si vous me promettez une seconde danse un peu plus tard, j’accepte d’échanger de cavalière »

Son sourire charmeur était une réponse directe et très subjective face à l’esprit aiguisé de la Brune. Il l’a conduisit jusqu’au couple Lee. Si Huang ne se fit pas prier pour danser avec la jolie Asarienne, sa femme était beaucoup plus sur la retenue. Damien s’en aperçut  à la lueur particulière qui émanait des yeux de la splendide Asiatique. Sélène devait avoir une idée bien en tête pour provoquer ainsi l’épouse d’un grand homme. Il présenta sa main et fit tourner Liu Lee délicatement dans sa magnifique robe de soirée sur elle-même avant de glisser son bras autour de sa taille.

« J’adore les hommes galants. Si mon mari compte profiter de la soirée à sa façon, je vais faire de même. Faites-moi tourner la tête, Monsieur Stark »

« Je ne refuse jamais de venir en aide à une belle femme, mariée ou pas. Votre mari est entre de bonnes mains. Ne voyez la rien d’offensant. Mademoiselle Warren est une jeune femme de la haute société. »

Tout devait se partager dans la diplomatie surtout quand il s’agissait d’apaiser des Diablesses. De nouvelles notes de musique commencèrent et prirent la suite du slow. Cela en était un autre, plus harmonieux que le précédent et qui incitait au rapprochement des corps. L’épouse du Docteur Huang Lee se détendit au contact du PDG et leur discussion put enfin prendre une nouvelle tournure. « Vous avez l’œil remarquable, toujours à l’affut de tout ce qui se passe. »

Sa partenaire lui présenta un sourire charmant et opina de la tête : « Vous avez raison. Cela fait de nombreuses années que je suis la collaboratrice, la partenaire, la confidente de mon mari sur ses recherches. Il faut du recul et aussi une vision globale des problèmes et de nos recherches.  Lorsque mon mari a besoin d’un autre regard, quand il bloque dans ses conclusions, c’est moi qui prends le relai. »

« Pardonnez-moi ma curiosité, mais comment deux scientifiques en Physique Quantique ont pu rencontrer un chanteur comme Gabriel Laymann ? »

Si Le Docteur Huang Lee s’était un peu exprimé sur leur rencontre avec la star et qu’il avait été coupé dans son élan par sa femme, Damien se doutait qu’elle ne lui apprendrait rien de plus croustillant.
« Gabriel Laymann est un touche à tout. Il s’intéresse aux avancées de notre société. Les théories dites « quantiques » décrivent le comportement des atomes et des particules. C’est un homme très curieux en tout … »

« Un touche à tout comme vous venez de le préciser. C’est intéressant … »




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: (Terminé) Last days on Paradise before the Storm (after) (pv Scarlett Rose, Damien, Sélène, Helena, Mickael, et autres fous volontaires )   

Revenir en haut Aller en bas

(Terminé) Last days on Paradise before the Storm (after) (pv Scarlett Rose, Damien, Sélène, Helena, Mickael, et autres fous volontaires )

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 2 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant

Sujets similaires

-
» [Terminé] Un bon petit film [Emma]
» .~oO Cloud D. Cross | The Ashbringer Oo~. [ Retouches terminées]
» Hermione Granger ( terminée)
» 101 TH AIRBORNE (Armée terminée en 1 semaine de quickpainting)
» Azur, adorable petite boule de poils bleue. (Terminé. )

Asaria : Le monde de la Prophétie ::  :: Hôtels & Palaces :: » Le Rubis Etoilé :: • Suite Champagne de G. Laymann-