(Terminé) Last days on Paradise before the Storm (after) (pv Scarlett Rose, Damien, Sélène, Helena, Mickael, et autres fous volontaires )

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3
Messages : 146

Côté coeur : Enchaînée

Activité/Profession (du personnage) : Femme de chambre - Esclave
avatar
Scarlett Rose Clane
Humaine Esclave
MessageSujet: Re: (Terminé) Last days on Paradise before the Storm (after) (pv Scarlett Rose, Damien, Sélène, Helena, Mickael, et autres fous volontaires )   Jeu 31 Mar - 12:20

-Je n'ai jamais été très douée pour les convenances … dis-je d'une voix basse à Zack alors que nous arrivons sur la piste de danse.

A quoi bon le cacher ? Il m'avait vu au Multiplex l'autre soir, il savait donc ce que j'étais. Alors avec lui, je trouvais inutile de faire celle qui est habituée à ce genre d'événement. Inviter un homme à danser ou le laisser le faire … Quelle importance ? Après tout, je serais déjà plus à mon aise ici que dans cette alcôve, au milieu de tous ces inconnus. La musique qui emporte la danse à quelque chose de plus intimiste, comme si nous nous retrouvions, mon partenaire et moi, dans une bulle.
Puis, la timidité du guitariste a quelque chose de rassurante, cela le rend plus … accessible, contrairement à ces Asariens trop surs d'eux. Une de mes mains logée dans la sienne, je dépose l'autre contre son épaule et viens naturellement à sa rencontre, ne lui imposant pour le moment pas une trop grande proximité.

-Laissez vous porter, tout simplement. Le rassurais-je.

Je n'ai pas la vocation d'être une bonne danseuse, mais au moins celle de ne jamais trop me prendre au sérieux, ce qui me permet une certaine aisance lorsque la musique m'emporte. Je ne peux m'empêcher de rire à sa plaisanterie, baissant automatiquement le regard sur nos pieds, ça serait dommage d'abîmer une aussi belle paire de chaussure … pensais-je, m'en faisant davantage pour ces chaussures hors de prix que pour mes pieds …

-Vous pourriez m'écraser le pied que je serais toujours aussi éblouie par tout ce qu'il se passe ici. Rien n'a été fait à moitié !

Guidée par la musique, je me rapproche naturellement de Zack, évoluant avec lenteur sur cette piste de danse. Ca avait au moins le pouvoir d'éloigner mon anxiété. Quelle étrange soirée tout de même, du début, jusqu'à maintenant … Enfin la vie restera toujours étrange … Un jour on pourri dans un bidonville à faire le trottoir, et le lendemain on se retrouve à danser à une merveilleuse soirée au bras d'inconnus. Un sourire toujours accroché à mon visage, je lève les yeux sur mon cavalier. Qui était-il au juste ? Il ne ressemble en rien à toutes les autres personnes présentes dans cette vaste pièce.

-Et vous ? Vous n'êtes pas trop fatigué après un tel concert ? Monsi...Gabriel avait l'air totalement épuisé en rentrant tout à l'heure …

Je suis censé l'appeler comment au juste ? Gabriel ou Monsieur Laymann … Même dans l'intimité, je n'en avais aucune idée. Enfin, j'imagine qu'être esclave d'un Asarien implique un certain respect dans mes mots et dans ma manière de m'adresser à lui. Enfin, je verrais sans doute au fil du temps, et je suis certaine qu'il ne manquera pas de me reprendre si jamais je ne m'y prends pas bien.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 753

Localisation : Quelque part parmi les Ombres
Côté coeur : Dans les profondeurs damnées de ton âme

Activité/Profession (du personnage) : Assassin pour le gouvernement - Membre de l'Escadron d'Elite - PDG de la True Life
avatar
Sélène Warren
Asarienne, 2e Génération
MessageSujet: Re: (Terminé) Last days on Paradise before the Storm (after) (pv Scarlett Rose, Damien, Sélène, Helena, Mickael, et autres fous volontaires )   Jeu 31 Mar - 13:21




Le Docteur Huang Lee accepta de partager avec moi une danse sous le regard intriguée  de sa femme. Elle avait bien raison de me surveiller. Ho non ! Je ne séduirai pas son époux pour le mettre dans mon lit, je lui soutirerai des informations concertant Gabriel Laymann. Ce scientifique fort séduisant avait soit trop parlé ou pas assez. Il connaissait l’Épouvantail et tout ce qu’il avait pu dire jusque-là éveillait ma curiosité. Je savais analyser des données, le comportement des gens, leurs mimiques, la posture de leurs corps. Ce Monsieur Lee était une vraie mine d’or pour moi et je saurai enfin ce que dissimule ce fantôme. Damien, en parfait gentleman, s’occupa de l’épouse sur la piste de danse tandis qu’avec mon nouveau cavalier nous commencions à échanger nos premiers pas.

- Vous êtes très doué Monsieur Lee.

- Vous en doutiez Mademoiselle … Warren, c’est bien cela ?

- C’est bien cela, mais appelez-moi Sélène. Oui, j’en doutais, j’avoue. Les scientifiques ont tendance à rester enfermer dans leurs laboratoires devant leurs éprouvettes, leur tableau noir et leurs équations.

- Excellent Sélène ! J’adore votre sens de l’humour ! Vous avez raison ! Nous avons bien cette image d’ours des cavernes. Ma femme a fait en sorte de me rendre sociable.

- Elle a eu raison. Alors ainsi, vous connaissez notre Maitre de Cérémonie ?

- Hum … Oui, oui … Comme je l’ai dit …

Huang jeta un regard discret vers sa compagne qui était en pleine conversation avec Damien. Il semblait chercher une sorte d’approbation pour pouvoir poursuivre le sujet de conversation avec moi. Madame Lee ne devait pas être une entrave à mon plan. Je nous fis alors tournoyer de sorte qu’il se trouva dos à son épouse. Il se ressaisit bien vite et m’offrit un sourire charmeur. Il n’avait pas bu assez d’alcool ce soir pour que cela agisse sur son système asarien. Nous étions à l’abri de telles déconvenues, de ces ivresses malsaines et basses dont les humains adoraient se rouler dedans pour oublier leurs soucis. Huang était ce genre d’homme dont il fallait flatter l’égo et en cela, j’étais experte. Ma main, sur son épaule remonta près du col de sa chemise, effleurant sa peau. La Diablesse laissa sa place à une jeune femme innocente qui voulait à tout prix faire plaisir. Ma voix changea elle aussi, en quelque chose de plus sirupeux.

- Vous avez toute mon attention Monsieur Lee. Il me tarde de connaitre mieux Gabriel Laymann. Comment pourrai-je le remercier de nous avoir concoctés cette magnifique soirée après le concert époustouflant qu’il nous a présenté ?

- J’aurai vraiment aimé être là pour ce show !  Je comprends, c’est une attention honorable Sélène. Ma femme et moi nous le connaissons depuis plusieurs années.

- Il rend visite donc, d’après votre femme … aux enfants malades de l’Hôpital ?

- Il donne quelques petits spectacles dans le jardin ou dans une salle aménagée pour cela. Il adore les enfants et il donne beaucoup de rêves avec sa musique.

- Comme c’est intéressant … Votre épouse vous à couper, tout à l’heure … Maintenant que nous sommes rien que nous deux …

- Hum … ma femme … va … bon, bon … promettez-moi de garder cela pour vous secret ? C’est une information entre amis de Gabriel, d’accord ?

- Mais absolument Monsieur Lee !  Pourquoi en serait-il autrement ?

- Il a d’énormes problèmes avec l’utilisation de ses pouvoirs. Gabriel est notre patient depuis longtemps et nous lui faisons faire des analyses pour observer l’évolution de ses dons qui comprennent e plus en plus d’ampleur.

- Il est normal que les pouvoirs évoluent avec les années. C’est ainsi pour chacun d’entre nous.

- Disons … que pour Gabriel… ses pouvoirs évoluent et augmentent beaucoup trop rapidement. Il a la puissance et la force d’un Ancien, mais son corps ne suit pas cette même évolution …



Passé, Présent, Futur, parfois les toiles se tisent et s'entremêlent



La Main du Diable:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatarInvité
Invité
MessageSujet: Re: (Terminé) Last days on Paradise before the Storm (after) (pv Scarlett Rose, Damien, Sélène, Helena, Mickael, et autres fous volontaires )   Mer 13 Avr - 16:49


« Je serais vous, j'éviterais de tenter le diable quand même ! »

Le tout débité joyeusement dans un léger rire, et ce même si mon regard se dirigea aussitôt vers le sol afin que je pusse m'assurer que ses pieds ne risquaient réellement rien de ma maladresse malgré sa bravoure. D'autant plus qu'elle ne tarda pas à se rapprocher de moi et dans ma timidité naturelle, je me crispai légèrement tout en me retenant de ne pas me reculer pour ne pas la froisser. D'autant plus que cette danse avec elle était très loin d'être désagréable, mais je me sentais simplement … un peu dépassé … un peu mal à l'aise aussi en fait. Scarlett n'était pourtant pas la première représentante de la gente féminine que j'approchais dans ma vie mais curieusement, avec elle, je me faisais l'impression de retenir chacun de mes gestes afin de ne commettre aucun impair. Aucune erreur. Aucune maladresse. De cette ombre planant sur ses pieds et de laquelle je m'inquiétais de moins en moins tandis que je me laissais porter et suivais ses pas dans le contraire parfait de ce que les convenances auraient exigées.

Pourquoi n'étais-je pas autant fatigué que l'était Gabriel ?
Sans doute parce que ''débauche'' et ''excès'' ne faisaient guère parties de mon vocabulaire, et ce même si je ne pouvais ni dénoncer ainsi le leader de Scarecrow, ni parler de ses pouvoirs dans la mesure où je n'étais pas sûr qu'elle en fût au courant …

« Un peu fatigué et j'avoue que j'ai hâte de retrouver le fond de mon lit, mais sinon ça va. Et Gabriel a pas mal abusé ces dernières semaines, il était déjà fatigué avant le concert et il a tout donné ce soir, donc rien d'étonnant à ce qu'il soit sur les genoux. »

je n'avais pas relevé les hésitations de Scarlett concernant la manière dont elle devait appeler Gab', pas plus que je n'avais précisé en quoi il avait pu ''abuser'', dans un sous-entendu qui aurait donc parfaitement pu concerner le travail, les répétitions, ou alors les nombreux rendez-vous professionnels qu'il enchaînait non stop. Surtout dans la mesure où, en plein after après ce concert de folie, il était justement en plein rendez-vous imprévu et collé au débotté ! Mais au moins, j'avais ainsi toute latitude pour danser avec cette jeune femme qui m'avait proprement capturé depuis que j'avais croisé son regard, catapultant un inénarrable sourire sur mon visage tandis que … tandis que nous trébuchâmes brutalement et sans que rien ne l'annonçât ! Sous mon pied, j'avais d'ailleurs pu clairement sentir celui de Scarlett que je venais d'écraser – comme prévu – et sans pitié, et je me reculai aussitôt et avec précipitation, comme pour ne pas risquer de l'abîmer encore davantage.

« Ah merde, je suis vraiment désolé ! Je … je … »

Je devais faire quelque chose, et sans attendre, je me rapprochai d'elle pour la prendre doucement dans mes bras et la soulever du sol, quittant ainsi la piste de danse avec mon précieux fardeau que je posai sur le divan moelleux de l'alcôve avec toutes les précautions du monde. Sitôt qu'elle fût assise, je m'agenouillai alors devant elle pour lui retirer une chaussure hors de prix, le tout en hélant un serveur pour lui demander quelques glaçons dans une serviette.

« J'espère que je ne vous ai pas fait mal, je suis vraiment désolé. Je suis vraiment maladroit comme c'est pas permis … pardon. »

Au vu de son gabarit à côté du mien, il y avait en plus des risques pour que je lui ai réellement fait mal, et maintenant que j'avais déchaussé son pied, je n’osais même pas le toucher de peur de la blesser.

« Je vais vous ramener dans la suite de Gab' et appeler un médecin si vous voulez. »

J'étais con, mais bordel que j'étais con !
Je l'avais senti venir en plus, et c'était bien ça le pire.
Revenir en haut Aller en bas
Messages : 653

Localisation : non loin du pouvoir
Côté coeur : Célibataire & Dominateur

Activité/Profession (du personnage) : PDG de la Stark Entreprise
avatar
Damien A. Stark
Asarien, 2e Génération
MessageSujet: Re: (Terminé) Last days on Paradise before the Storm (after) (pv Scarlett Rose, Damien, Sélène, Helena, Mickael, et autres fous volontaires )   Ven 15 Avr - 21:27


Madame Liu Lee lui avait accordé une danse malgré les réticences qu’elle avait eu à laisser son époux entre les griffes de la Rose Noire.  Damien nota que Sélène avait remarquablement bien joué. Si Le Docteur Lee se laissait aller à la flatterie et à la beauté, sa femme agirait de la même façon. Elle ne s’était pas trompée. La scientifique qu’il tenait dans ses bras était vraiment magnifique avec ses traits exotiques qui exprimaient les marques de l’Histoire ancienne des pays et des autres civilisations qui existaient avant la pluie de feu. C’était aussi l’occasion d’en apprendre un peu plus sur ce mystérieux Gabriel Laymann. En échangeant des pas de danse, Madame Liu gardait toujours autant ce contrôle sur ses gestes et ses mots. Cela n’échappa pas à Damien qui cherchait à trouver la petite faille de cette carapace ordonnée pour se faufiler à l’intérieur. L’Asarienne était tenace sur sa relation et sa rencontre avec le Chanteur.  « Qu’est ce qui peut lier un chanteur – musicien à votre domaine scientifique Madame Lee ? Ne voyez-là rien de très curieux ou de malsain. »

L’œil charmeur, le sourire ravageur, il essayait de dompter la belle brune pour qu’elle se laisse aller à la confession. Elle était un défi à relever et elle finirait, il espérait, par révéler certains côtés privés qui la rendait si proche de Laymann. « Il a eu … besoin … de nos … avis sur des questions qu’il se posait. Je ne peux pas en dire plus Monsieur Stark. C’est du domaine privé. .. »

« Madame Lee, je ne suis pas un ennemi. Je comprends votre professionnalisme à rester muette. Vous êtes comme un médecin avec son patient. Soyez certaine que je veux en apprendre un peu plus sur notre ami en commun, mais pas lui être néfaste. »

« Vous n’avez pas tort Monsieur Stark, je suis comme un médecin. Gabriel nous a consulté au sujet de ses pouvoirs instables et nous lui apportons notre aide comme nous le pouvons, grâce à note savoir. La science peut devenir le dernier recours. »

«  Il a des problèmes à gérer, maitriser ses pouvoirs, vous dites ? »

« Hélas oui, il les utile bien trop souvent. Il ne connait pas de limites et son corps en souffre et se détruit. »

Damien voyait là une conversation très intrigante, mais une scène près d’eux, sur la piste de danse, détourna l’attention de Madame Lee. En effet, les deux amis de Gabriel, le musicien et l’humaine s’était emmêlés les pas, et la cavalière avait chuté au sol devant les autres couples. Liu Lee s’excusa auprès du PDG qui l’accompagna dans l’alcôve pour voir la blessée qui avait été raccompagné par son partenaire, sur le divan. Un serveur était allé chercher des glaçons pour la cheville de … l’Humaine. Damien sourit en se remémorant la conversation qu’il avait eue avec Sélène lorsqu’ils étaient arrivés à la soirée. Laymann avait tenté de faire passer cette femme pour une Asarienne. Si cela avait été le cas, son blood healer aurait vite soigné la cheville, ce qui n’était pas le cas. Il resta en retrait et laissa faire Madame Lee qui demanda des nouvelles à la jeune femme. « Vous allez bien ? Laissez- moi regarder votre pied. »

L’épouse du Docteur s’agenouilla près du musicien et examiner la cheville de l’invité de Gabriel. « Il ne semble pas y avoir de fracture. La glace vois aidera à éliminer l’inflammation »

Le serveur arriva les glaçons enroulés dans une serviette comme on le lui avait demandé et la présenta à la scientifique. « Il faut étendre votre jambe et mettre ces glaçons. Vous allez vous sentir mieux dans un moment. »




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 753

Localisation : Quelque part parmi les Ombres
Côté coeur : Dans les profondeurs damnées de ton âme

Activité/Profession (du personnage) : Assassin pour le gouvernement - Membre de l'Escadron d'Elite - PDG de la True Life
avatar
Sélène Warren
Asarienne, 2e Génération
MessageSujet: Re: (Terminé) Last days on Paradise before the Storm (after) (pv Scarlett Rose, Damien, Sélène, Helena, Mickael, et autres fous volontaires )   Dim 17 Avr - 17:19


Le Docteur Huang Lee s’était peu à peu détendu dans notre tête-à-tête, loin de son épouse et de ses regards intrigants qui dansait, elle, avec Damien. Il fallait que je l’éloigne de sa femme qui paraissait avoir un certain ascendant sur lui. Il la cherchait des yeux à chacune de mes questions, et c’était fort désagréable. Quelques pas de danse, et il se retrouva dos à sa ravissante et étouffante compagne. J’avais donc toute son attention, rien qu’à moi. J’avais fait en sorte d’amener notre conversation sur un sujet bien précis que Madame Lee avait coupé rapidement et avec une efficacité redoutable quand il avait commencé à partager quelques souvenirs qu’il avait avec Gabriel Laymann. Le charme et la séduction étaient une paire redoutable quand il s’agissait de faire parler un homme. Certains étaient plus sensibles que d’autres. Les plus résistants étaient de vrais défis à relever, mais Huang Lee n’en faisait pas partie. Le jeu était trop facile avec lui.

Et ce qu’il m’apprit fut tellement inattendu et intéressant que je restai silencieuse devant ses aveux. Je n’étais pas scientifique. Je connaissais très mal ce domaine, mais savoir que les pouvoirs de Gabriel Laymann lui causaient des problèmes que même des savants comme ce couple ne pouvait maitriser et améliorer.

- Comment est-ce possible ?  Nos pouvoirs évoluent avec le temps et l’âge. Pourquoi est-ce si différent avec lui ? Qu’est ce qui provoque son état ?

- Cela provient de son ADN, de son héritage. Des parents trop puissants, mais il n’a jamais dévoilé l’identité de ses géniteurs.

Je connaissais au moins l’une de ces identités. J’en avais plus que la certitude avec ton ce numéro qu’il m’avait offert durant son concert. L’attitude de l’une de ses invités dans la loge des VIP ne m’avait pas échappé et je me demandais ce qu’elle pensait de ce fantôme revenu des Enfers. Allait-elle me convoquer  et me demander des explications  ou bien allait-elle enterrer et mettre sous silence toute cette histoire ?

- Et quelles sont vos conclusions Docteur Lee ?

- Gabriel les connait déjà. Il ne doit plus utiliser ses pouvoirs sous peine de mourir, de se voir dématérialiser, désatomiser et disparaitre à tout jamais. Son blood healer est quasiment inexistant et une blessure près du cœur lui cause des soucis. Je me suis attaché à cet homme depuis tout ce temps, mais il n’en fait qu’à sa tête !

Une blessure près du cœur ? Ma marque. Je l’avais blessé au visage et au cœur. Pourquoi donc cette ancienne blessure lui causerait des tracas ?

- A votre avis pourquoi ne vous écoute-t-il pas ? Je sais que vous n’étiez pas présent au concert, mais tous ces effets spéciaux durant le show … C’était bien de ses pouvoirs dont il s’agissait. Plus de trois heures de show ! Non stop !

- Humm … Gabriel est un patient dès plus complexe tant par le mystère qui l’entoure que par sa personnalité. Si ce que vous dites est vrai Sélène, il a beaucoup trop abusé de ses dons ce soir. Les effets secondaires vont lui être néfastes à un moment donné ou à un autre.

- Merci pour cette conversation Docteur. Je vous promets qu’elle restera confidentielle. Je sais garder un secret.

- Il le faut Sélène, ma femme risquerait de m’arracher les yeux !  Et je dois vous avouer que …

Un bruit sur la piste de danse et des invités se précipitèrent autour d’une couple. La femme de Huang s’était précipitée à son tour et Damien avait suivi la scène. Je remarquai alors que c’était l’humaine qui se faisait passer pour une Asarienne qui avait dû trébucher durant la danse. J’arquai un sourcil avec ironie. Mon cavalier m’invita à aller rejoindre l’alcôve et on s’approcha de la blessée et de son cavalier. Je laissai le couple Lee bavarder avec eux et je me glissai discrètement auprès de Damien, en lui murmurant :

- Votre conversation a été fructueuse ? Vous voyez Monsieur Stark … N’avais-je pas raison ? Des glaçons sur une foulure. Un blood healer aurait déjà soigné cette femme. Elle est bien humaine. Le numéro de Laymann a lamentablement échoué devant tous ses invités. Je me demande pourquoi il est aussi long ? Aurait-il besoin de repos avant de se représenter parmi nous ? A trop vouloir forcer sur ses limites, celles-ci se rappelle à son bon souvenir …



Passé, Présent, Futur, parfois les toiles se tisent et s'entremêlent



La Main du Diable:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 146

Côté coeur : Enchaînée

Activité/Profession (du personnage) : Femme de chambre - Esclave
avatar
Scarlett Rose Clane
Humaine Esclave
MessageSujet: Re: (Terminé) Last days on Paradise before the Storm (after) (pv Scarlett Rose, Damien, Sélène, Helena, Mickael, et autres fous volontaires )   Dim 1 Mai - 20:07

Je commençais à peine à me détendre, à me sentir plus ou moins à ma place, ici, au milieu de cette piste de danse quand je me retrouve bientôt déséquilibrée, une douleur vive venant m'écraser le pied, sous les traits de la grosse semelle de mon cavalier. Heureusement, je me rattrape de justesse avant de me retrouver les fesses par terre. Alors qu'il me soulève du sol, je ne peux que remarquer les regards tournés vers nous … mes joues s'empourprent directement. Moi qui ne voulais pas me faire remarquer. Sitôt sur le divan, je me tasse légèrement, observant un Zack tout gêné.

-Ca va aller ne vous inquiétez pas … Je n'ai pas très … Aïe

En fait si, j'ai assez mal … mais je ne voulais pas embarrasser le guitariste davantage. Baissant le regard sur mon pied et ma cheville, je vois qu'il est devenu tout rouge, et je sais parfaitement qu'il changera rapidement de couleurs dans les prochaines heures … Tant pis, me dis-je … A vrai dire, je n'ai qu'une envie, celle de m'échapper en courant de cet endroit, mais je n'en ai plus les capacités … J'aurai peut être du le faire quand je le pouvais encore …

Comme si cela n'était pas suffisant, la belle asiatique avec laquelle j'avais échangé quelques mots tout à l'heure s'approche. Bien que son acte soit charitable et fort apprécié, j'aurai préféré ne pas attirer l'attention de toute l'assistance. Grimaçant légèrement, je bredouille ma réponse en hochant la tête.

-Ca va … merci. C'est juste un peu douloureux.

Mâchoires serrées, j'étends le pied sur le divan, suivant les instructions de la scientifique. J'intercepte le paquet de glaçon enroulé dans une serviette et la plaque moi même contre ma cheville. Je n'ai pas l'habitude qu'on s'occupe de moi, ni d'attirer autant l'attention. Je sens le regard des deux couples qui nous accompagnent sur moi, sans oser les regarder et me maudis intérieurement. Dans quoi me suis-je fait embarquer ?
Finalement j'ose lever les yeux vers le couple d'Asarien qui est resté un peu en retrait et aussitôt, une sueur froide m'échappe. Je n'aime pas du tout le regard qu'ils ont, et je ne me sens pas du tout à mon aise … Mais vraiment pas du tout. Surtout en repensant au fait que Gabriel m'a fait comprendre que je devais me méfier de ces deux là. Je comprends aussi que je suis d'autant plus exposée par rapport à ma vraie nature, nature que Gabriel a tenté de dissimuler d'après ce que j'ai compris …
Je m'applique à ne me concentrer que sur cette poche de glace dont le froid semble peu à peu anesthésier la douleur. Mais je sens encore le regard de l'asiatique sur moi. Je relève donc la tête vers elle et tente un sourire rassurant.

-Je vous remercie pour votre aide Madame, ça devrait aller désormais.

Quoi qu'un peu septique, Liu finit par afficher un léger sourire bienveillant et s'en retourne auprès de son époux. Je tourne donc le regard verrs Zack cette fois et ne peut m'empêcher de rigoler nerveusement devant son air inquiet.

-Ce n'est rien, je vous assure. D'ici quelques heures à peine il n'y paraîtra plus rien.

Et ensuite ? Je reste ici, vissée sur le divan à attendre que Gabriel revienne ? Me redressant légèrement, le pied toujours étendu, je replace une mèche de cheveu derrière mon oreille. J'évitais toujours aussi soigneusement le regard des autres, une légère angoisse habitant le creux de mon ventre. Plus qu'à n'importe quel autre moment de cette soirée, je me sens vraiment comme la proie au milieu de tous ces gens … La souris au milieu des serpents … Respire Rosie, respire …

-Ne gâchez pas votre soirée pour moi … Je vous en prie … Je m'en voudrais de vous retenir ici.

Léger sourire timide sur le bord des lèvres, j'étais en train de congédier Zack alors que je n'en étais moi même pas bien convaincu. Parmi tous les gens présents ici, il était celui en lequel j'avais le plus confiance.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatarInvité
Invité
MessageSujet: Re: (Terminé) Last days on Paradise before the Storm (after) (pv Scarlett Rose, Damien, Sélène, Helena, Mickael, et autres fous volontaires )   Mer 4 Mai - 0:09


Comme je l'avais crains depuis que Scarlett m'avait proposé cette danse, je venais de lui marcher sur le pied le plus lamentablement du monde, et je l'avais donc aussitôt portée sur le divan afin qu'elle pût s'y reposer un peu. Un instant plus tard et madame Lee s'approcha à son tour pour s'assurer qu'il n'y avait rien, une poche de glaçons couvrant aussitôt la cheville de mon infortunée partenaire tandis que mon regard balaya les environs … pour tomber sur le couple d'Asariens dont Gabriel m'avait conseillé de me méfier … pour tomber sur leurs petits regards de hyènes surtout ! La demoiselle venait d'ailleurs de rejoindre son cavalier initial pour échanger quelques mots avec lui, mais tout Asariens qu'ils fussent, je n'étais pas sourd non plus – au contraire même puisque mon ouïe de musicien était particulièrement développée – et l'alcôve n'était pas suffisamment vaste pour les éloigner de moi au point de m’empêcher d'entendre leur conversation. Et surtout d'entendre les propos de la jolie brune qui me firent aussitôt me crisper !

Scarlett était Humaine parce qu'elle avait mal à la cheville … c'était une blague ?! J'avais beau n'être moi-même qu'un Humain, je côtoyais toutefois les Asariens depuis suffisamment longtemps pour savoir que leur Blood Healer était certes exceptionnel, mais il ne tenait pas pour autant du tour de magie à guérison instantanée. Aussi puissant qu'il fût, Gab' lui-même avait ainsi besoin de quelques instants pour se régénérer, aussi n'y avait-il dans les paroles de cette femme que des suppositions teintées de mauvaise foi. Quant à la suite de ce qu'elle avait dit, je n'y voyais guère davantage que des menaces planant sur le chanteur que j'allais me faire fort de prévenir, en tout cas dès que Scarlett serait elle-même à l'abri.

« Quelques heures ? Vous voulez donc jouer les grandes blessées pour me retenir ici ? » venais-je de plaisanter avec ma belle cavalière pour mieux rattraper le coup et dissiper les sottes présomptions du couple de hyènes, un sourire un peu timide aux lèvres tandis que je l'attrapai dans mes bras à nouveau. « Veuillez excuser mademoiselle Scarlett, mais Gabriel m'avait prévenu qu'elle n'était pas très habituée à ce genre de soirée, je l'emmène donc se reposer un instant. »

Avec Dirk qui embrasait fougueusement mon ancienne fan hystérique, il y avait d'ailleurs des chances pour que notre départ laissât à penser que j'allais me taper la copine du patron, mais je n'avais que faire de ce genre de ragots et souhaitais plutôt l'extraire de ce bourbier où je l'avais moi-même mise à cause de ma maladresse. Sans compter que si ça pouvait disperser l'idée que Scarlett était Humaine – ce qui était très très loin d'être prouvé – alors je prenais le risque d'essuyer le mécontentement de Gabriel !

Mais en attendant, je saluai surtout tout le monde en annonçant que nous allions revenir dans un petit instant – moment dûment choisi par Dirk pour m'adresser un pouce brandit en signe de ma victoire auprès de la gente féminine – puis nous sortîmes sans plus attendre pour rejoindre l’ascenseur qui nous mena jusqu'à la suite du leader de Scarecrow. Mes bras portant ma belle jusqu'au canapé où je la déposai encore une fois avec une tonne de précautions.

« Désolée pour la drague très lourde, mais je voulais calmer le couple d'Asariens qui vous accusaient déjà d'être Humaine. Reposez-vous, il faut que je prévienne Gabriel d'ailleurs … mais si vous avez besoin de quelque chose, n'hésitez pas à demander hein. »

Entre ce que j'avais osé lui balancer comme sous-entendu et ma maladresse, je me sentais plutôt gêné vis-à-vis d'elle, et ma bouille de chien battu le trahissait certainement. Mais j'aurais bien le temps de me faire pardonner ensuite, aussi sortis-je immédiatement mon téléphone pour envoyer un SMS à Gab'.

« Scarlett s'est foulée la cheville et la cavalière de Stark est aussitôt partit dans des suppositions tirées par les cheveux comme quoi elle serait Humaine, je l'ai donc ramenée dans ta chambre le temps qu'elle se remette. Fais gaffe en revenant, elle a associé ton départ au fait que tu sois partit te reposer pour revenir ensuite et je sais pas trop quoi. »

Je devais bien avouer que toutes menaçantes fussent ces paroles, je ne savais absolument pas ce qui se tramait derrière, et ce même si je n'étais pas bête au point de ne pas comprendre que cette histoire ne sentait réellement pas très bon. Mais comme d'habitude avec Gabriel, je supposais que j'aurais à peine commencer à m'inquiéter qu'il me rembarrerait déjà … ce qui ne m'empêcherait tout pas de demander lorsqu'il serait de retour !

Mais désormais, c'était auprès de Scarlett que j'allais devoir me rendre utile pour me faire pardonner, et je revins donc aussitôt pour m'asseoir à ses côtés sur le canapé.

« Je suis vraiment désolé, j'espère que vous n'avez pas trop mal ? S'il y a quoi que ce soit que je puisse faire, demandez ! »

Si Gab' faisait un détour par sa suite, il pourrait sans doute user de son propre Blood Healer pour la soigner mais en attendant, j'allais tout faire pour la soulager et lui être agréable.
Revenir en haut Aller en bas
Messages : 610

Localisation : dans tes cauchemars
Côté coeur : difficile de trouver l'amour lorsqu'on est une illusion

Activité/Profession (du personnage) : rock star à l'insue de son corps défendant/ fondateur d' A.U.R.I.S. & associés
avatar
Gabriel Laymann
Asarien, 2e Génération
MessageSujet: Re: (Terminé) Last days on Paradise before the Storm (after) (pv Scarlett Rose, Damien, Sélène, Helena, Mickael, et autres fous volontaires )   Sam 7 Mai - 16:27

Un petit coucou HRP par ici pour vous dire que:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatarInvité
Invité
MessageSujet: Re: (Terminé) Last days on Paradise before the Storm (after) (pv Scarlett Rose, Damien, Sélène, Helena, Mickael, et autres fous volontaires )   Lun 16 Mai - 1:12

Marian avait l'oreille fine. L'oreille très, très, très fine.

Peut-être carrément beaucoup trop pour son propre bien.

Cela commença par des bribes furtives et subtiles. La perception du nom de "Gabriel" ... Puis cela se mua en menaces aussi subtiles qu'une "dématérialisation" liée à ses pouvoirs. Allons bon ? Une dématérialisation ? C'était possible, ça ?

Quel était le fou-furieux qui avait laissé Marian Carlyle se produire à l'after de cette soirée décadente ?

Mais c'est qu'ils l'ont laissée choisir sa tenue, en plus, à cette folle ! :
 

On pourrait trouver là un assez sympathique retour en arrière. Voilà, en effet, quelques heures que Marian Carlyle avait disparu, et à raison ! Marian Carlyle avait une mission, un rôle à jouer. Elle était une ancienne, elle était la première et la dernière ligne de défense de ces derniers contre les menaces qui, seuls, les mettaient en péril ... Et aussi contre tout ce qui était franchement surnaturel et paranormal dans un concert de rock expérimental épileptique.

Par "paranormal et surnaturel", on entendait assurément tout ce qui se passait à côté. Pas le concert en lui-même. Elle était des Forces Spéciales, elle s'occupait des vraies menaces. Du genre de ces menaces qui font "Bonk" quand on tape dessus. Du genre de ces menaces que Marian savait précisément qu'elles n'étaient pas Asariennes ni même Humaines quand elle les touchaient. Marian captait ce qui faisait les Humains et les Asariens, c'était l'un de ces pouvoirs. Ici, ça n'était ni l'un, ni l'autre.

" Ok, ça pue. " admit la commando en sentant que ça poussait contre son bras, non sans lâcher comme à son habitude une pointe d'humour surannée symbolisée là par un, " Bucky ? "

Peut-être un brin de surprise en face, où ce que les sens aiguisés de Marian détectèrent comme tel. Un fébrile raidissement quasiment imperceptible, suivi d'une prise à la gorge qui souleva Marian de terre avec un peu trop de facilité. La prise et la force n'étaient pas organique, elle le sentait : il n'y avait pas de muscles là-dessous. C'était autre chose. Autre chose qui allait lui écraser assez facilement la trachée, tout Asarienne Ancienne qu'elle était...

S'abandonnant à la panique et à ses réflexes, la soldate déchargea une solide décharge de cette énergie pourpre dont elle avait le secret. C'était suffisant pour envoyer valdinguer l'assaillante.

Tout était parti d'un malentendu, du reste. Marian avait serré un peu fort l'épaule, juste pour voir, dans l'ascenseur qui les menaient aux sous-sols de la soirée, elles avaient commencé à se ... "chamailler" dans la dizaine de mètres-carrés de l'espèce de monte-charges ... Et puis ça avait dégénéré quand Marian s'était risqué à un coup de poing un peu moins compréhensif. Ce genre de frappe qui vous envoyait valdinguer le sac, dans la salle d'entraînement. Là, ça avait fait "Bonk".

La seconde d'après, vous étiez à vous faire étrangler par une inconnue carapaçonnée, et puis vous vous mettiez à la courser dans les couloirs, puis en pleine rue. Ce n'était pas faute d'avoir essayé de l'arrêter, même quand la menue Marian attrapa au passage l'arme de service d'un milicien en faction sur le trottoir. C'était après avoir tapé un sprint d'un demi foutu kilomètre. Toute confiante, Marian avait balancé une douzaine de pruneaux ... Rien à faire. C'a avait été une soirée de merde, surtout quand elle avait adressé son appel au Central par la radio du milicien - très compréhensif quand il avait appris qui était celle qui avait réquisitionné son arme après une torsion de bras -

" Puisque je vous dis que je suis tombée sur un putain de Terminator ! "

" On a de nombreux rapports d'hallucinations en provenance du concert, Commandant. Ça m'a tout l'air d'en être une ... "

Elle avait grogné, était retournée en marchant au dôme, sans manquer de ruminer sur une foutue théorie du complot de Skynet qui voulait la faire passer pour une tarée façon Will Smith dans I, Robot. Sauf que personne n'aurait la référence, à cette époque, pas étonnant donc que l'Intelligence Artificielle qui voulait prendre le contrôle de la Terre reprenne ses plans dans de vieux films.
Elle arriva pour la fin, et le videur lui remit une invitation pour l'after, en même que son arme de service qu'elle avait laissé au vestiaire, tout cela de la part de son "cavalier".

Oh, charmant, elle l'avait oublié, celui-là. Était joint un "J'aurais bien aimé te le glisser moi-même, mais tu sais ce qu'il reste à faire ! ;-)".

Un vrai Don Juan. Vraiment.

Avance rapide donc sur l'after et sur l'arrivée de Marian qui avait dû rentrer chez elle pour s'habiller, puis revenir avec sa voiture. Son "épave survivaliste". Il valait mieux être présentable, ce qui revêtait une drôle de connotation pour l'Ancienne, persuadée que son statut lui passait pas mal de fantaisies. Dans les faits, cela était d'ailleurs vrai.

Prenez par exemple sa manière de s'inviter dans la conversation déjà entamée d'un couple à peine sorti du chevet d'une pauvre danseuse égarée - avec tout de même rien de moins que le bassiste, ou le guitariste auxiliaire ... Enfin, l'un des gusses avec un manche à cordes sonores - :

" C'est dingue ça ! " les adressa-t-elle en vidant son verre de Bourbon, tout en titubant à moitié, " J'ai tout vu ! C'est l'guitariste qui danse comme un branque ! Il lui a explosé la cheville, pour sûr ! "

Elle remua son verre en l'air comme une prophétesse en tenue de soirée :

" Si vous voulez mon avis, le SEER, c'est d'la merde ! Pourquoi est-ce que ça serait les hommes les plus forts, hein ? Genre c'est génétique ? Suffit qu'il tienne pas l'alcool et pouf, plus d'pieds ! C't'une honte ! Une honte ! J'veux dire, Saria, il s'est chié dessus avec ça ! " Elle se tourna vers un serveur passant non loin, pour lui laisser de ce que son accent Sudiste pouvait lui offrir de plus beau en Français : " Garçon, une autre ! "

Et le garçon s'exécuta, revenant avec la bouteille. Que Marian piqua carrément - arracher des mains en se penchant comme une naufragée agrippant sa planche de salut aurait été une description plus exacte -

" Vous imaginez ? " revint-elle vers les deux asiatiques, " Je suis obligée de mettre des fuckin' verres spéciaux pour pas chopper une migraine à cause de mes yeux ! Sinon j'vois des couleurs qui sont même pas dans l'manuel ! C'pas une vie, ça ! Merci le génie génétique ! Putain de merde ! "

La soldate en maraude vida allègrement son verre avant de s'en resservir un, tout en semblant se remémorer les convenances sociétales :

" Marian Carlyle, au fait, je suis ... Eh bien, je suis bourrée ! " leur servit-elle avec un grand sourire goguenard et une poignée de main gaillarde.

Son regard se laissa aller vers les autres occupants de l'alcôve, qu'elle regarda chacun à son tour dans les yeux, avant de se laisser aller plus directement à un :

" Hey, mais je suis sûr que vous connaissez bien Gabriel Laymann, non ? J'veux dire, il était assis là et là, moi, maintenant, je suis aussi assise là ! Oooouh ... " L'Ancienne bien inconnue se mit à se trémousser sur son coussin, les bras tendus sous ses cuisses comme une gamine toute prête à recevoir une sucette, " On dirait que je vais pouvoir discuter avec lui ! Oh-oh-oh ! De vous à moi, je n'en donne pas un enculage volant de le rencontrer ... J'ai juste envie de pouvoir dire à mes collègues que je l'ai vu, que j'ai pu lui parler et tout ... Y'a des choses précises à savoir avant de lui adresser la parole ? Genre, vous croyez que je suis suffisamment bonne et qu'il va pas me cracher dessus ? Je veux dire, j'ai été mannequin, je sais ce que ça vaut le show-business ... j'ai des appréhensions, donc si il est bizarre, je préférerais savoir ... "

Le plus bizarre, toutefois, elle le remarqua bien vite d'elle-même. Elle en profita d'ailleurs pour revenir sur ses paroles :

" Attendez, y'a une traduction correcte en français pour "I don't give a flying fuck" ? Parce que là, j'ai un doute ... J'suis un peu cruche avec les langues ! "
Revenir en haut Aller en bas
Messages : 610

Localisation : dans tes cauchemars
Côté coeur : difficile de trouver l'amour lorsqu'on est une illusion

Activité/Profession (du personnage) : rock star à l'insue de son corps défendant/ fondateur d' A.U.R.I.S. & associés
avatar
Gabriel Laymann
Asarien, 2e Génération
MessageSujet: Re: (Terminé) Last days on Paradise before the Storm (after) (pv Scarlett Rose, Damien, Sélène, Helena, Mickael, et autres fous volontaires )   Mar 17 Mai - 1:35


Mr & Mrs Lee

Liu les trouvait fort sympathiques, ces deux-là. Ils lui rappelaient un peu le couple d'amoureux qu'elle formait avec son époux à leur première rencontre. C'était au bal de la Promo de fin de troisième année de médecine. Huang  était entouré d'une nuée d'internes extatique qui convoitait le jeune et prometteur médecin dont les théories sur la structure anatomique des Asariens avaient déjà soulevé des polémiques. Belle et ératique, Liu avait fendu la foule d'admiratrices et s'était assise à quelques places du héros du jour.  Elle sirotait son cocktail tout en regardant les étudiants évoluer sur la piste et son regard avait innocemment glissé jusqu'à lui pour croiser un regard un peu égaré d'homme aux abois face à une cohorte de sangsues volantes. Si certains mâles, comme Gabriel par exemple, savaient se défaire d'une telle plaie par une pirouette adroite, Huang, lui, était aussi désemparé qu'un nouveau-né face aux assauts de la ruse féminine et elle avait été émue par cette fragilité. Assez pour quitter sa réserve et voler à son secours en se faisant passer pour sa fiancée un peu excédée par les avances des importunes. Non seulement le maladroit jeune Docteur Lee lui en avait été éternellement reconnaissant mais il était tombé immédiatement fou amoureux de son bon samaritain.

Ce soir, la douce Scarlett et le barbu musicien lui rappelaient  vraiment ces émois de jeunesse, sauf que là les deux étaient aussi maladroits l'un que l'autre et que chacun des deux peinait à sortir l'autre de son embarras. Fort heureusement, le brun poilu prit les choses en main après lui avoir laissé dispenser son aide et s'être montré reconnaissant.  Liu avait senti que quelque chose clochait chez Mademoiselle Clane depuis le début. Mais c'était une amie de Gabriel et en tant que telle, elle avait droit à sa mansuétude. Liu était convaincue que Gabriel était bon , bien que ... Elle n'aurait su expliquer la sensation que ce patient particulier provoquait en elle à chaque fois qu'elle se trouvait près de lui. Cet homme était à la fois rayonnant et malsain. Il avait des accès de pur dévouement quand une cause lui semblait digne de son attention. Comme celle des enfants malades pour laquelle il s'était engagé avec sa pugnacité habituelle tout en exigeant que cela reste secret aux yeux du grand public. Mais Gabriel Laymann était malade, et pas seulement sur le plan moléculaire, bien que cela put expliquer l'autre versant de sa maladie. Il était fou, capable d'insanités au sens le plus littéral. Liu balançait entre sa loyauté à son "ami" Gabriel  et le devoir de protéger la communauté d'un dément. Elle n'avait encore pas tranché entre les deux parce qu'elle espérait que cette démence latente qu'elle avait décelée n'était liée qu'à une souffrance physique atroce induite par ses désordres structurels. Une fois stabilisé, Gabriel deviendrait un petit chat, c'est du moins ce qu'espérait la belle asiatique. Si ses espoirs s'avéraient infondés, elle était prête à pratiquer elle-même la lobotomie nécessaire pour canaliser cet homme qu'elle admirait et qu'elle ne laisserait pas courir à sa perte sans réagir. Elle n'en avait rien dit à son mari que son génie maintenait étrangement dans un monde totalement distancié des réalités. Surtout de celle-ci: les Anciens gouvernaient et ne laisseraient aucune chance à un électron libre aussi instable que Laymann.

Huang et elle avaient assisté à plusieurs de ses emportements face à diverses situations qui le perturbaient. Si son mari n'y voyait que la manifestation d'une sensibilité exacerbée par cette instabilité structurelle et la souffrance qu'elle engendrait, Liu, elle, pensait qu'il s'agissait d'une conscience politique émergente. Elle était la sociologue du binôme Lee et si elle voulait croire en la théorie rassurante de son époux, elle n'en était pas pour autant fermée à toute autre explication. Si ses craintes étaient avérées, elle agirait au mieux dans l'intérêt de Monsieur Laymann, leur patient, mais surtout dans leur intérêt propre. Aussi remercia-t-elle intérieurement Zack Vandroiy d'avoir escamoté une éventuelle complication. On n'invitait pas une humaine, si belle soit-elle, dans une réception ouverte aux prédateurs. Gabriel était joueur, certes. Et elle y était habituée depuis le temps. Mais elle lui en voulait un peu d'avoir joué avec la vie de cette petite fille. Elle pouvait tolérer l'absence de moralité dans la sexualité de son patient, mais pas ses expériences cyniques qui consistaient à jeter un papillon fragile en pâture aux caméléons avides de la faune asarienne. Elle était certaine que Gabriel était conscient des possibles risques de son inconséquence, qu'il se livrait délibérément à une "expérience" au détriment de Mademoiselle Clane et cette certitude ne lui plaisait pas du tout. Gabriel la décevait. Heureusement Zack rétablissait la situation plus en faveur de la délicate fleur qu'il avait choisi de protéger. Liu soupira  et secoua sa jolie tête. Bien sûr que non, Zack Vandroiy n'avait rien choisi du tout. Il était simplement amoureux. Et l'amour pouvait rendre les hommes bons et beaux, ou en faire les monstres les plus abjectes. Elle était prête à parier que Laymann faisait partie de la seconde catégorie.

Par ailleurs, Liu se sentait bien parmi ses congénères. Si elle n'avait pas de haine envers quiconque vivant sur cette terre, elle n'avait pas non plus envie que les choses changent puisqu'elles lui convenaient  telles qu'elles étaient. Elle eut un sourire gracieux en voyant revenir son époux accompagné de Sélène qui échangea immédiatement quelques mots avec le beau Damien. Quel homme, ce Damien ! Elle avait senti, à travers les propos très galants et dignes d'un gentleman, tout l'intérêt qu'il portait à Miss Warren. Une femme avisée vous le dira: pour savoir ce qu'un homme pense d'une femme, il faut savoir de quelle façon il en parle aux autres femmes. Sa mère, sa sœur, une rivale, une épouse, une fille, toutes les femmes qui l'entourent. Or cet homme lui avait parlé en termes très admiratifs et élogieux de cette femme, mais aussi avec une sorte de respect craintif qui ne lui avait pas échappé. Cela confirmait ses impressions. Personne n'est plus apte à jauger une manipulatrice qu'une autre. Chaque femme l'est à sa mesure et même Scarlett avait manipulé ce cher Zack à sa manière et peut-être inconsciemment. Mais la cavalière de Damien était certainement une maîtresse dans ce domaine. Il n'y avait qu'à voir comment le PDG buvait ses paroles tout en pensant en être maître, ce qui était sans doute la plus habile des manipulations de Miss Warren. Il venait de s'éclipser pour son rendez-vous avec leur hôte et Huang s'était déjà assis entre sa femme et la belle Sélène lorsque une nouvelle venue, rousse survoltée devança de peu la fan émoustillée flanquée de son barbu blond de guitariste. On pouvait dire de cette fille qu'elle cultivait l'opportunisme pour passer ainsi d'un Zack à un Dirk. Ces deux mâles ne pouvaient pas être plus différents. Liu se concentra sur les propose de la nouvelle arrivée et plissa sans trop forcer, parce que ça donne des pattes d'oie, ses jolis yeux dans un effort non négligeable pour essayer de comprendre les propos alcoolisés de la jeune femme au sujet du S.E.E.R. Encore un sujet d'étude potentiel? Une asarienne ayant des problèmes avec ses pouvoirs ?  Où bien, c'était sans doute une soirée à thème, dans le genre "venez avec votre rousse pétée" . C'est ce que se disait Liu en serrant la main énergique que la demoiselle lui tendait et en se demandant quand elle allait lui rendre la sienne. Bientôt, ce fut le tour de Huang et, très courageux dans ce genre de circonstance, il se cala le plus possible au fond de sa banquette en échangeant la poignée de main avec la rouspéteuse (Liu s'en voulu immédiatement de la faiblesse de ce jeu de mots) qui se présentait sous le nom de Marian Carlyle pour jeter finalement son dévolu sur la place la plus proche de celle de Gabriel restée vide. Celle de Scarlett en fait. Liu allait lui dire que la place était réservée mais se ravisa devant le débit de grossièretés qui sortait de cette jolie bouche. Dirk était à présent en proie au feu croisé de deux enflammées et se tassa aussi instinctivement dans son canapé en se grattant le front.


D'ailleurs  tandis que les premières notes d'un titre inédit de Scarecrow, en fait un reprise d'un tube d'avant la Pluie de feu, s'élevaient  dans la salle, ce dernier adressa un clin d’œil entendu à Huang avant de se relever comme un diable sorti de sa boite et de s'exclamer:


Dirk Sanders (guitariste de Scarecrow) & la jolie fan rousse extravertie

- Hey Guys! Ça va comme vous voulez ? On commande d'autres cocktails pour ces dames ?

Puis avisant la nouvelle venue qui semblait avoir du roulis dans le cabestan il la rassura avec son flegme légendaire.

- C'est sûr, t'es bourrée Sister, mais on l'est tous un peu, sauf qu'on encaisse plus ou moins bien. Quant à savoir si Gabriel est bizarre ... Ouais, il l'est, on peut pas dire le contraire ! En revanche, il est pas du genre à forcer les choses. Pourquoi il le ferait ? En général ça lui tombe tout cuit dans le ...  Donc c'est pas de lui que tu dois te méfier. Mais bon, hein, si tu aimes tester les limites, je crois pas qu'il s'en fixe trop.  

Évolution de l'occupation de l'alcôve:
 

Mais la rousse de Zack, qui était devenue celle de Dirk depuis, voyant que l'attention de ce dernier se diluait dans une autre direction que la sienne, se releva toute excitée.

- Heeeyy les bracelets ! Je dois donner les bracelets! Tu sais ce qu'IL a dit, chéri ! Alors Madame Lee , y en a un pour vous . Et puis  aussi pour vous Mademoiselle Warren. Même que c'est pour se faire pardonner de vous monopoliser vot' mec ! Hein c'est ce qu'IL a dit.

Et voilà que la fan exubérante se levait déjà pour aller remettre les dits bracelets à leurs destinataires. Elle s'arrêta à hauteur de Marian et lui dédicaça, les mains sur les hanches, un de ses sourires préfabriqués de top modèle.

- Désolé y en a pas pour toi. En même temps t'étais invitée par qui ?

A ce moment précis, une lumière rouge s'alluma dans la tête de Dirk et se mit à clignoter. En face de lui Huang eut un rictus entendu. Le vent était en train de tourner.

- Hé, hé , doucement, ma belle ! Si Marian...  euh Mademoiselle Carlyle est ici, c'est qu'elle a un carton V.I.P. tout comme toi. Vas plutôt livrer tes bracelets comme le boss l'a demandé !


Puis  Dirk héla un serveur et commanda un magnum de champagne, parce que bordel, il fallait détendre les strings. Juste à ce moment -là, Fez passait à sa hauteur en hurlant de rire, un chapeau en forme de fesses sur la tête. Il tapa dans le dos de Dirk et s'assit un moment à une place vide de l'alcôve.

Fez:
 

- Elles me tuent, mec ! Je suis dans l'alcôve turquoise. Qui veut venir ? Je suis avec les jumelles Bolton  et elles veulent me faire des trucs.


Liu toussota et Huang remonta son nœud de cravate. Sélène Warren ne semblait pas perdre une miette de la conversation mais Dirk était bien incapable de dire ce que pensait ce canon.

- Tu veux pas venir avec moi ?


Discret signe négatif de la tête de la part de Dirk. Demi-tour direct de la rousse.

- Iliiil va nulle paart! Il est avec moiiii ! Pourquoiii tout le monde se barre.


Dirk regarda machinalement par terre et vit que SA rousse avait le talon très pointu de son escarpin planté sur la botte, assez sexy ma foi, de ladite Marian... D'ailleurs  Marian .. tiens ça lui rappelait un clip de Scarecrow dans lequel Gab était un hors-la-loi.  Revenant à la botte, il grimaça, sentant les emmerdes arriver à grands pas et pourtant ce n'était pas faute de désamorcer. Et Fez en rajoutait une couche.

- Ahh mais mon cochon, tu as tes deux rousses toi. On se fait pas chier hein ? Dis-moi, est-ce qu'elles ont le feu au...


Le serveur choisit ce moment pour arriver avec un plateau chargé de l'énorme bouteille de champagne et des flûtes. Dirk vit Huang blêmir et Liu porter la main à sa bouche d'un air catastrophé tandis que Miss Warren esquissait un vague sourire teinté d'ironie.

- Parce qu'il faut que je te raconte la blague que les jumelles m'ont dit tout à l'heure. Alors, c'est une femme qui va chez son gynécologue et elle lui confie "docteur, j'ai découvert que j'étais une femme fontaine."


Dirk écoutait d'une oreille tout en zieutant les deux rousses face à face, l'une titubant sur sa banquette et l'autre avec ses bracelets en main. Fez agita vaguement une main dans leur direction en signe de dédain.

- Non mais t'en mêle pas Dirk, on sait qu'elles vont se foutre sur la gueule. C'est excitant tu sais des filles qui se battent, rappelle toi au Patagougou quand deux nanas s'étaient battues dans la crème au kirsch ...


- Oui mais là c'est ... l'after de Gab ...  

- Laisse tomber, Gab, il fait chier! Il a qu'à être là d'abord. Il fout son merdier et puis il nous lâche? Je suis sûr qu'il est en train de se marrer en nous regardant derrière un miroir sans tain.


- Fez, qu'est ce que t'as pris encore ?
 Dirk fronça les sourcils et plissa les yeux pour mieux scruter ceux de son acolyte. T'as du abuser sévère pour que ça te fasse  autant d'effet ! Gab va te  ...

- Gab a dit que tout était permis ce soir  et je t'emmerde. La fin de mon histoire hé. Donc elle dit à son gynéco "j'ai découvert que j'étais une femme fontaine, est ce que je risque de faire de la vapeur quand j'ai le feu au cul ? "


Dirk se mâchonna la lèvre et inspira longuement pour tenter d'échapper à ce grand moment de solitude. Gabriel était en rendez-vous d'affaire avec Gorgio Armani,  Zack en train de se taper la gonzesse de Gab, et c'était désormais lui le plus "raisonnable" des trois restant. A l'heure qu'il était, Manz devait être à quatre pattes dans une alcôve en train d'apprendre le langage des félins,  Fez était complètement stone et Dirk mesura l'ampleur des dégâts en voyant un mec arborant un chapeau phallique fendre la foule en hurlant "Fess! Fess! Ma petite Fess! Où te caches-tu ?" . Le blond darda un regard assassin sur le batteur à la coupe en brosse.

- Tu fais chier Fess, je veux dire, Fez ! On avait dit pas de pilules LAPIN-LAPIN ce soir !!! Ohh et puis merde ... se tournant vers Marian qui tanguait comme un remorqueur par forte houle il lui lança en roulant des yeux et en agitant sa langue désolé Sister, et pour répondre à ta question, si tu tiens pas à te faire prendre au vol j'espère que tu sais défendre ton cul, parce que dans le secteur ça part grave en couilles !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 146

Côté coeur : Enchaînée

Activité/Profession (du personnage) : Femme de chambre - Esclave
avatar
Scarlett Rose Clane
Humaine Esclave
MessageSujet: Re: (Terminé) Last days on Paradise before the Storm (after) (pv Scarlett Rose, Damien, Sélène, Helena, Mickael, et autres fous volontaires )   Dim 22 Mai - 2:04

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 753

Localisation : Quelque part parmi les Ombres
Côté coeur : Dans les profondeurs damnées de ton âme

Activité/Profession (du personnage) : Assassin pour le gouvernement - Membre de l'Escadron d'Elite - PDG de la True Life
avatar
Sélène Warren
Asarienne, 2e Génération
MessageSujet: Re: (Terminé) Last days on Paradise before the Storm (after) (pv Scarlett Rose, Damien, Sélène, Helena, Mickael, et autres fous volontaires )   Mer 25 Mai - 19:07

Que vouliez-vous que j’ajoute à toute cette scène ? J’avais murmuré à l’oreille de Damien toutes mes réflexions. Nous nous étions tenus devant l’entrée de l’alcôve et nous avions laissé faire la femme du Docteur Lee prêter main forte au musicien. Même ce charmant Huang Lee n’avait pas bougé, laissant le duo autour de la banquette pour soigner l’humaine. Nous étions là, dans leur dos, à attendre la suite du déroulement. Ce qui se passa a posteriori fut assez surprenant voir même étrange.

Le musicien avait pris l’humaine avec lui et ils s’étaient retirés tous les deux de l’alcôve. Il était bien évident que la jeune humaine n’avait pas assez de ressources pour participer à une telle soirée : la coccinelle prise entre les serpents. Était-elle assez folle pour avoir accepté cela ? Apparemment oui puisqu’elle était venue et qu’elle avait accompagné Gabriel Laymann. Le Docteur Huang se tourna vers moi, interloqué par tout cela, et je lui offris mon plus beau sourire de vipère … Même un aveugle aurait deviné qu’il y avait des humains autour de nous. Damien s’excusa et me donna un baisemain. C’était à son tour d’aller discuter avec cet Épouvantail. Et j’étais persuadée que tout ce cinéma grandeur nature n’était autre que la marque de ce truc à chapeau et lunettes de soleil. Je le saluai poliment en lui glissant, encore une fois à l’oreille, quelques mots.

Une fois tout se remue-ménage de passé, la poignée d’invités que nous étions prirent place dans l’alcôve. Je me retrouvai près du Docteur Huang. Sa femme à côté de lui. A l’autre bout de la banquette, le dernier musicien du groupe à être resté et sa fan hystérique qui n’avait eu de cesse de mettre son nez partout. C’était ce genre de personne que je pourrai étrangler de mes mains pour l’entendre couiner une dernière fois en me suppliant d’arrêter. Je revins à la conversation, lissant les voiles de ma robe sur mes cuisses. Enfin … le mot « conversation » n’était peut-être pas bien adapté à la nouvelle situation qui se présenta …

Une énième fan psychédélique se glissa dans l’alcôve. Sérieux, qu’est- ce qu’elle avait cette alcôve ? Elle attirait tous les naufragés du concert ? Mais ce qui intrigua la plus c’était le nom  de cette femme. Je l’avais déjà entendu il y quelques temps, lors d’une soirée au Five … Tiens donc après Madame la Grande Conseillère et ses hommes en noir, voici les chiens du ministre Van Brënner ? Qu’avait pu dire la charmante Dirigeante de la cité pour voir débarque une Milicienne déguisée en « je ne sais pas trop quoi ». De plus, l’Épouvantail n’avait pas été très discret lors de son concert et il avait titillé les Anciens d’un peu trop près. Je levai les yeux un peu partout, et je me demandai  s’il y avait des caméras de surveillance avec reconnaissance faciale quelque part dans tout ce décor. Je n’avais pas le moindre doute sur l’obsession du contrôle du canard empaillé.  Avait-il conscience que le danger pouvait avoir un autre visage que le mien ? J’aimerai ben savoir à quelle vérité il s’accrochait depuis ces dix longues années … Ô aucun doute sur certaines choses, j’avais tiré les balles pour lui ôter la vie … Mais savait-il qui avait été mon commanditaire ? Sa Maman … ? Cela pourrait être amusant de voir son état de folie à l’écoute d’une vérité qu’il ne se doutait absolument pas.

Revenons tout de même à nos moutons.  Une Asarienne bourrée,  c’était possible, si bien sûr elle avait ingurgité des litres d’alcool. Notre blood healer avait bien ses limites sur la consommation de certains breuvages. Mais était-ce réellement la vérité ? Une soldate en mission, infiltrée et bourrée ? Je n’y croyais pas une seconde. Si j’avais reconnu son petit museau de fouine, elle avait du reconnaitre le mien.  Mais que savait-elle sur moi ? Durant cette nuit au bar du Five, c’était elle qui avait le plus parlé. Elle connaissait mon identité seulement. Je ne dévoilais qu’à peu de personnes qui j’étais vraiment et mon rôle. Elle aurait pu le savoir si elle avait été présente durant la réunion du Général Van Brënner dans les locaux de la Milice quelques jours avant. Elle avait raté cette occasion en or !

Le dernier musicien de la bande, un certain Dirk, entama la conversation avec Carlyle. Elle avait la langue bien pendue, un vrai moulin à paroles cette fille, sauf que cela faisait un peu trop cliché. Un serveur fut appeler et la commande que le champagne coule à flot, passée. Je n’avais pas besoin de ma télépathie pour voir que le pauvre et dernier musicien du groupe se retrouvait dans une situation délicate entre deux phénomènes.

La première rousse (que de rousses ce soir !) se leva des coussins pour nous présenter un bracelet à Madame Lee et à moi-même, un cadeau du Seigneur. Je la remerciai et je pris le bracelet que je posai sur mes cuisses
* Si tu crois que je vais gober un tel cadeau. Il y a quoi petit épouvantail à l’intérieur ? Un traceur ? Une mémoire qui enregistre toutes les conversations ? Un GPS pour suivre tous mes déplacements ?*

Un nouveau venu passa la tête dans notre alcôve. Un type avec un chapeau de nature douteuse s’installa avec nous. La conversation dévia d’une manière qui mit mal à l’aise Liu Lee et son époux. Je me forçai à garder mon sérieux, mais mon sourire mutin venait de me trahir.

-  Ils ne savent pas se tenir dès que Gabriel disparait

Précisa Liu Lee d’un air catastrophé par tout ce qu’elle entendait. Je me penchai vers elle.

-  Madame Lee, c’est une soirée, une fête, il faut savoir profiter et décompresser après un tel concert.

- Elle a raison chérie, Gabriel nous a offert cette soirée ! Relaxe-toi ! Ils sont tous jeunes !

Dirk était certainement le plus raisonnable de tout ce petit monde bien stone. La blague salace de Fez avait rendu l’atmosphère aussi froid qu’une chambre froide et heureusement que je ne portais pas de string, l’élastique aurait pété ! Vous pensiez que je portais un string ? Ha non du tout … Je ne vous dirai pas non plus si je porte ou pas de sous-vêtements, ce n’est ni le lieu ni l’endroit pour cela.
Le serveur revint avec un Magnum de champagne et je lui fis signe de se retirer.

- Je vais servir les verres. Vous pouvez retourner dans la salle.

Avant de me redresser de la banquette, je glissai le bracelet dans ma pochette de soirée, puis, je fis le tour de la table base pour me retrouver en face de tous les invités. Je commençai par les deux musiciens.

- Dirk, Fez, une coupe ? Vous auriez peut-être dû commander des Scarecrow pour tout le monde. La journaliste qui était là n’a pas cessé de dire combien ce cocktail était succulent … Comme son propriétaire ?

-  Mademoiselle Warren, voyons ! Vous n’allez pas vous y mettre aussi … Il y en a assez comme ça …



Passé, Présent, Futur, parfois les toiles se tisent et s'entremêlent



La Main du Diable:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatarInvité
Invité
MessageSujet: Re: (Terminé) Last days on Paradise before the Storm (after) (pv Scarlett Rose, Damien, Sélène, Helena, Mickael, et autres fous volontaires )   Ven 3 Juin - 14:42

C'était officiel, Marian n'aimait pas l'autre foldingue.

Si Marian avait été réellement saoule, elle aurait peut-être été plus encline à le tolérer, mais elle ne l'était pas. Là, Marian était sur ses réserves de patience et de savoir-vivre.

Ceci étant, les solutions les plus simples et efficaces n'étaient peut-être - sûrement - pas les meilleures. Par exemple, elle était suffisamment proche pour la saisir et lui retourner la tête dans son axe de cent quatre-vingt à deux cent soixante-dix degrés. De préférence sans aucune subtilité, avec le plus de craquements sinistres et de bruits de douleurs possibles. Oui, Marian s'imaginait bien en bouchère, sourire aux lèvres, le sang de cette ingénue lui éclaboussant le visage comme autant de touches carmines soulignant son teint de porcelaine au demeurant fort désirable. On n'avait certainement pas tort de qualifier le monde des Asariens de tout aussi violent et sauvage que l'éclat apparent de son vernis d'apogée civilisationnelle.

Elle se laissa aller donc à la répartie la plus bourrine de son arsenal de pacifiste des mots :

" Your mum, bitch. "

Réflexe conditionné. Elle était encore américaine et franc du collier, au fond. Un réflexe qui s'accompagna d'ailleurs de reflets de rubis d'une pureté dérangeante dans les yeux de l'Ancienne. C'était là l'expression la plus éclatante de son déplaisir à côtoyer cette jeunette dépourvue de tout les manières qui seyaient à une enfant face à son aînée.
Non, vous n'alliez pas ôter à Marian le plaisir qu'elle avait à pouvoir dire qu'elle était une véritable aristocrate, maintenant. Mademoiselle Marie-Anne de Cars-Lisle, s'il vous plaît !

Une certaine idée de l'aristocratie qui suintaient par tout les pores de sa peau, puisqu'il ne tarda pas à se produire sur les appareils le parasitage caractéristique de cette capacité étonnante que Marian avait de dire merde aux lois les plus élémentaires de la physique et de la logique. Rien de bien terrible, juste quelques grésillements de lampe relativement bénins, du grain dans les images de surveillance et la panique dans tout le matériel électronique de la table : La panique propre à l'ordinateur binaire qui se rendait soudain compte qu'une rigolarde avec des capacités irrationnelles lui avait collé des "7" dans sa suite de "1" et de "0".

Si l'Ancêtre s'était rendue compte de ce qu'elle faisait sans le vouloir - car après tout, Monsieur Laymann n'était pas le seul dans l'assistance à entrer dans la catégorie "Pouvoir d'Anciens et problèmes à les contrôler" ... -, elle se serait probablement levée et aurait abordé sa vis-à-vis de toute sa hauteur, en entonnant d'une voix grave "Ne me prenez pas pour une magicienne de pacotille !".

Mais Marian ne se rendait pas compte elle-même de l'étendue de ses pouvoirs et du problème qu'elle avait à les cacher, quand toute son attention était accaparée par la nécessité de ne pas exploser la mâchoire d'une contemporaine.

Elle s'arrosa solidement le gosier avec sa bouteille, renifla quelques grands coups de son odorat de bête pour tâter le terrain, avant de repartir dans la mêlée.

" Blague. Hein. No offense. " s'excusa-t-elle auprès de la rousse, avant de se tourner vers celui qui faisait des propositions franchement indécentes pour lui coller un index sur le torse avec un peu de sa force insoupçonnée, " 'Tention bonhomme, je sens que t'as jamais connu de vraie femme. J'espère que c'es vous qui avez des slips amiantés ... "
Revenir en haut Aller en bas
Messages : 753

Localisation : Quelque part parmi les Ombres
Côté coeur : Dans les profondeurs damnées de ton âme

Activité/Profession (du personnage) : Assassin pour le gouvernement - Membre de l'Escadron d'Elite - PDG de la True Life
avatar
Sélène Warren
Asarienne, 2e Génération
MessageSujet: Re: (Terminé) Last days on Paradise before the Storm (after) (pv Scarlett Rose, Damien, Sélène, Helena, Mickael, et autres fous volontaires )   Ven 3 Juin - 16:58

HRP :

Sélène vous laisse un peu et son histoire se poursuit ailleurs :
Démon & Succube

(j'avais oublié, ce matin, de le préciser Rolling Eyes )



Passé, Présent, Futur, parfois les toiles se tisent et s'entremêlent



La Main du Diable:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

(Terminé) Last days on Paradise before the Storm (after) (pv Scarlett Rose, Damien, Sélène, Helena, Mickael, et autres fous volontaires )

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 3 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3

Sujets similaires

-
» [Terminé] Un bon petit film [Emma]
» .~oO Cloud D. Cross | The Ashbringer Oo~. [ Retouches terminées]
» Hermione Granger ( terminée)
» 101 TH AIRBORNE (Armée terminée en 1 semaine de quickpainting)
» Azur, adorable petite boule de poils bleue. (Terminé. )

Asaria : Le monde de la Prophétie ::  :: Hôtels & Palaces :: » Le Rubis Etoilé :: • Suite Champagne de G. Laymann-