(Terminé)[Intrigue Deus ex Machina] Demandez le programme pv Michael Hawkins et Helena Carter

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Messages : 610

Localisation : dans tes cauchemars
Côté coeur : difficile de trouver l'amour lorsqu'on est une illusion

Activité/Profession (du personnage) : rock star à l'insue de son corps défendant/ fondateur d' A.U.R.I.S. & associés
avatar
Gabriel Laymann
Asarien, 2e Génération
MessageSujet: (Terminé)[Intrigue Deus ex Machina] Demandez le programme pv Michael Hawkins et Helena Carter   Mar 16 Fév - 20:17

Meanwhile at the after


L'éveil est toujours une fin avant d'être un commencement.
L'âme s'élance vers l'inconnu que nous nommons "Vie".

Abandonner Scarlett à ces fauves était un risque pour elle comme pour moi, même si la présence de Zack me rassurait un peu quand bien même il ne pourrait pas grand chose contre les pouvoirs de deux asariens aussi pervers que ce couple infernal. Les Lee temporiseraient car ils étaient la politesse et la retenue incarnée ou essaieraient de faire diversion par leur sens de l'humour, mais ils ne s'interposeraient jamais pour défendre une Humaine. Aussi est-ce avec une certaine nervosité que j'ouvris la voie à mes convives pour les guider jusqu'à mon bureau. Sans que j'eus prononcé un seul mot pour répondre à mes deux invités, nous quittâmes la grande salle et sa foule d'invités et le bruit de nos pas feutrés dans le couloir désert contrasta avec le brouhaha de l'after. J'ouvris la porte de la suite et les invitai à entrer puis leur fis signe de me suivre dans mon bureau. Je souris à leur mine étonnée de me voir me diriger vers la bibliothèque pour y saisir un livre et le changer de place.

- Rassurez-vous, je ne vous ai pas fait venir ici pour vous demander de m'aider à réorganiser ma bibliothèque ... pas plus que je n'ai de magazine sur l'automobile ou de reportage sur la mode avant la pluie de feu. Je suis désolé de vous décevoir, d'autant que ce que j'ai à vous montrer n'est pas réjouissant et j'aurais préféré pouvoir tenir la promesse qui m'a servi pour vous attirer ici. Si je me suis permis d'insister pour que vous me suiviez, c'est parce que je pense être surveillé par les services de renseignements du Gouvernement. Je ne pouvais donc pas vous contacter autrement qu'en vous invitant au concert puis à l'after, Mr Hawkins. Et je ne pouvais pas non plus vous parler librement devant tous mes invités Vous êtes venu accompagné mais ce n'est pas plus mal ... Et cela me donnera l'occasion de répondre aux interrogations les plus immédiates de Miss Carter.


Alors que je finissais mes explications, la bibliothèque coulissa et révéla un escalier métallique en colimaçon.

- Un escalier de service menant aux anciennes chambres du personnel de l'hôtel. Tous les employés ont été relogés dans des appartements plus confortables lorsque j'ai acquis le Rubis grâce à une opération de holding. J'ai fait aménager les combles et condamner tous les autre accès y menant. Si vous voulez bien me suivre ...

Je grimpais les escaliers quatre à quatre et entendis les murmures qu'ils échangeaient en m'emboitant le pas. La bibliothèque se referma derrière eux.  J'arrivai devant une porte blindée et plaquai ma main sur un boitier de détection palmaire. La porte glissa sans bruit révélant un réseau d'ordinateurs dont les écrans affichaient en temps réel les les vues des caméras installées par le Gouvernement pour assurer la sécurité dans les rues d'Asaria.

- Je sais que vous disposez du même réseau ...


Je les laissai faire le tour de la pièce et digérer la découverte. Puis j'allai m'asseoir devant un ordinateur au fond de la salle. Prêt d'une porte fermée à clef. Je pianotai et les invitai à venir voir. Sur l'écran s'affichait une vue prise d'une caméra intérieure et une autre d'une caméra surplombant la Grand Place d'Asaria. on y voyait un Milicien appuyé contre un Van de couleur sombre. Je plissai les yeux pour voir ce qu'il était en train de faire puis j'entrai un code et l'image zooma. Il était en train de se curer le nez.

- Ce mec est ... répugnant...
Riais-je tout bas. Désolé. C'est une prise en temps réel. Je crois que vous n'avez pas accès à ces deux caméras. J'ai dû utiliser un central du Gouvernement pour entrer dans le système et créer un back door. Malheureusement je ne peux plus avoir accès à ce central maintenant. Mon infiltration a été grillé. Le jour où votre agent est tombé, toutes les accréditations du Centre de recherches ont été bloquées, la mienne également.

Je me tournai vers eux et je croisai deux paires d'yeux éminemment suspicieux.

- Je savais que vous vous méfieriez de moi. C'est normal... J'ai enquêté sur vous ... Vos allées et venues ... Vous vous rendez dans les Terres Sauvages, en tout cas hors des Dômes assez souvent pour que cela confirme les soupçons que j'avais.  J'ai aussi enquêté sur Miss Everheart et les conditions dans lesquelles vous l'avez connue. En vérité, je vous surveille depuis un bout de temps. Votre réseau est très bien protégé et je suppose que vous le devez à votre savoir faire, Mr Hawkins. En revanche, si mon réseau informatique est moins efficace depuis que je ne peux plus entrer dans O.C.C.R.S.E.A, j'ai un réseau d'informateurs humain et vivant ... Dans le Bidonville. Par recoupements je sais que vous avez quelque chose en commun avec les personnages suivants ... Quelque chose qui n'a rien à voir avec votre profession, je précise.



Je laissai planer un silence pesant. En montrant ces quatre photos je n'exposais aucune des personnes concernées plus qu'elles ne l'étaient. Stevenson était certainement un ami d'Helena Carter en plus d'être le photographe avec lequel elle travaillait souvent. Holoway idem, quant aux deux autres, leur tête était mise à prix. L'Hybride comme elle était appelée, l'enfant de Mara et de cet architecte mort entre les mains de la Milice, était traquée depuis qu'elle s'était échappée, une certaine nuit, du centre de recherches. Ce n'était plus un secret pour personne. Quant à Williams, il ne risquait plus grand chose de pire que ce qu'il était en train d'endurer.

- Nommez-les et donnez moi le maximum de détails sur chacun d'entre eux, que je sois bien certain que vous les connaissez réellement. Dites moi ce que vous savez  et que seul un ami pourrait savoir. Je ne vous demande pas de les compromettre. Je veux juste m'assurer que vous êtes bien ce que je crois que vous êtes. avant d'aller plus loin... Car si vous êtes des traîtres l'un d'entre eux va mourir. Si vous êtes ce que je crois alors vous savez peut-être lequel des quatre a disparu ... Si vous n'êtes pas assez convaincants, je vous poserai une question piège sur chacun d'entre eux ...

Je hochai la tête d'un air entendu devant leur mine expectative et soupirai.

- Bien sur je comprends votre prudence et votre réserve mais je prends aussi des risques... Je vous ai montré une installation totalement illégale... Si vous me dénoncez, ce n'est pas mon statut de musicien, aussi apprécié soit-il, qui va me préserver d'une arrestation. Si l'un d'entre vous a le pouvoir de lire en moi qu'il le fasse... Vous verrez que je suis de bonne foi.

Je ne l'étais pas tant que cela car je ne les aurais pas tout laisser lire, bien entendu. Mais surtout, j'étais assez bien renseigné pour être presque certain qu'aucun de mes deux interlocuteurs ne possédait le don de télépathie.

- Miss Carter ... Est-ce que cela répond à certains de vos questionnements ? Oui je suis comme vous un fouineur , oui je suis un touche à tout. Un polymathe plus précisément. Je peux apprendre à peu près tout dans tous les domaines, pour peu que j'en aie la motivation et la nécessité. La balle est dans votre camp, à tous deux. Mais je ne vous dévoilerais rien de plus avant d'être certain que nous avons bien les mêmes ennemis.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 755

Localisation : Toujours à fouiner !
Côté coeur : En plein doutes

Activité/Profession (du personnage) : Journaliste/ Reporter de terrain au Times
avatar
Héléna Carter
Pacificatrice Asarienne
MessageSujet: Re: (Terminé)[Intrigue Deus ex Machina] Demandez le programme pv Michael Hawkins et Helena Carter   Ven 19 Fév - 18:18

Je n’étais ni empathe, ni télépathe, mais parfois j’aurai bien aimé posséder l’un de ces pouvoirs qui m’auraient servi à cet instant-là. Maintenant que l’on s’éloignait de l’alcôve et de tous les autres invités ainsi que des fans hystériques, mon cerveau tourbillonnait à cent à l’heure. La fangirl s’était calmée pour laisser place à la journaliste de terrain. Tout ce que j’avais vécu avec Grant et Liam me revenaient en mémoire, avec une force digne d’une tempête dans les terres sauvages. Il s’était tellement passé de choses étranges au Centre comme dans l’appartement d’Holloway que j’allais devoir faire le tri de tout cela et tirer, au fur et à mesure de la conversation avec Laymann, les éléments qui me serviraient à découvrir si ce Ghost était bien Lui. Je me laissai guider avec Mike vers une destination nouvelle.  Notre hôte ouvrait la voie et mes prunelles fixaient intensément son dos. La petite voix d’Holloway me parvenait très distinctement dans ma tête en un petit ricanement où il me répétait qu’il avait raison sur toute la ligne et que j’avais été aveuglée par mon idole, que je voulais m’envoyer en l’air avec lui pour célébrer mon nouveau célibat et blablabla et blablabla.
Ouais, Holloway c’est un vrai Italien ! Il parle constamment, un vrai moulin à paroles et agite ses mains dans tous les sens quand il veut me convaincre de ses bonnes idées et de sa logique.

Je fis une petite moue discrète en repensant à tout ce qu’il m’avait dit et ce couloir désert qu’on venait d’entamer, ne m’inspirait pas. Le corps bien droit, le menton fier et audacieux, le regard de petite fouine, je n’allais pas me laisser avoir une seconde fois comme une Bleue ! Je n’osais pas jeter un œil à Mike pour éviter qu’il ne se pose trop de questions. Tout ce qui s’était passé chez Liam était resté entre lui et moi. Grant s’était occupé, lui de son côté, a envoyé les clichés d’Aaron Williams au QG. Un gros bordel ! Si, Si !
Le Maître des lieux nous ouvrit la porte de la suite et nous invita à le suivre … dans son bureau ? Sans blague ? Mais quel bureau ? Je détaillai la pièce qui ne ressemblait en rien à un bureau et l’attitude de Laymann était toujours aussi étrange. Il se dirigea vers la bibliothèque et grâce à un jeu de déplacement de livre, celle-ci s’actionna et coulissa en même temps qu’il nous expliquait pourquoi nous étions ici. Je fronçai mes sourcils à l’écoute de sa petite histoire. Il était surveillé par le gouvernement ? Tiens donc … Mais cela ne m’étonnait guère après tout ce qui s’était passé sur la scène du Multiplex. Certains membres de l’Elite pourraient voir cela comme une sorte de défi ou de provocation que le chanteur lançait à l’ancienne génération.  Ainsi, je découvris que je ne devais pas me retrouver avec eux deux. J’étais un peu la pièce rapportée dans leur échange, l’élément qui s’était ajouté en plus et il ne s’était pas attendu que j’accompagne le PDG de la KA. Corp.

Je ne montrai aucune réaction. C’était ce que l’on nous apprenait à l’école de journalisme et sur le terrain. Il ne fallait jamais dévoiler ses émotions pour éviter d’exposer notre jugement et donc de mettre sur la voie notre interlocuteur. La bibliothèque divulgua un escalier en colimaçon qui avait sa petite histoire. Ainsi Gabriel Laymann était le propriétaire du Rubis Etoilé et il en avait fait l’acquisition après une opération de holding … Je me souvenais de cela … Le Rubis avait connu un petit incendie, il y avait quelques années et  le détenteur de l’établissement voulait s’en débarrasser. Je savais très bien qu’à cette époque-là il n’y avait pas de Scarecrow ni de Laymann et pourtant ce type existait déjà, quelque part dans les ombres de la cité. C’était un point très intéressant …
Alors qu’il grimpait les escaliers et que je relevais légèrement ma longue robe de soirée pour pouvoir le suivre, je murmurai quelques mots à Mike en me penchant près de son oreille.

- L’incendie du Rubis remonte à cinq ans environs … Le groupe Scarecrow n’était pas encore formé.

C’était juste pour information. Je montai les marches pour suivre … Pour suivre qui exactement ? Scarecrow ne serait-il pas une façade pour cacher autre chose ? Tout là-haut, se trouvait une porte blindée qu’il déverrouilla en posant sa main contre l’écran d’un boitier muni d’un lecteur à empreintes digitales qui entraîna l’ouverture de l’entrée. J’avais le sentiment de tomber dans une fosse aux lions, mais si ma logique me disait de rester sur mes gardes, ma curiosité et mon sens de l’aventure me susurrait que ce que j’allais découvrir  dépasserait toute mon imagination. Et ce fut le cas …

Je restai figée devant l’entrée en détaillant tous les ordinateurs et les écrans qui se trouvaient dans la pièce. C’est quand je sentis la présence de Mike dans mon dos que je dus faire un effort énorme pour avancer à l’intérieur. C’était … à la fois impressionnant et impossible et ses paroles me glacèrent le sang. Comment pouvait-il savoir pour le réseau des Pacificateurs ? Qui était-il ? !! Je lâchai les pans de ma robe, mais je sentais mes doigts se refermer devant la vérité qu’il avait découverte à notre sujet.  Mon regard dévia vers Mike. Tant qu’on ne dirait rien, tant qu’on n’affirmerait rien ou qu’on n’infirmerait ses dires, on aurait encore une marge de manœuvre. Laymann s‘installa devant un ordinateur et j’ordonnai silencieusement à mes jambes d’avancer jusqu’à lui.  Il possédait une installation aussi prodigieuse que celle du Phoenix avec des caméras supplémentaires. Ce type surveillait les moindres faits et gestes de chacun.

- Que voulez-vous dire par un agent tombé ? De qui parlez-vous ? Qui êtes-vous ? !  

La fan aurait pu être plus clémente, mais là il touchait de trop près à tout un groupe que je considérai depuis longtemps comme ma seconde famille. Je croisai les bras conte ma poitrine au moment où il annonça qu’on allait se méfier de lui. Et plus il énonçait tout ce qu’il avait entrepris et au plus j’étais horrifiée d’avoir été suivie depuis … Depuis quoi ? Plusieurs années ?  J’allais le traiter de dingue, de dérangé parce que c’était les termes qui me venaient en premier. J’allais lui conseiller d’aller se faire soigner, mais les photos qui apparurent à l’écran me clouèrent sur place et j’en perdis mon bagou.

- L’un des 4 a disparu … répétai-je sans m’en rendre-compte tout en continuant à dévisager les quatre photos. De quoi parlait-il ? Non, non, personne ne pouvait avoir disparu ! C’était un piège pour nous faire dévoiler notre appartenance au groupe des Pacificateurs. Au moins, Laymann comprit ma réaction parce que je n’allais pas lui fournir ce genre d’informations en un claquement de doigts.

Je reportai mon attention aux installations de la pièce. Oui, c’était illégal. On pouvait le dénoncer, mais nous laisserait il sortir vivant d’ici ? Je ne pensais pas. Donc c’était lui qui avait toutes les cartes en main.

- Cela ne répond pas à tout … Vous possédez une installation illégale, mais je doute fort que vous ne nous laisseriez pas partir d’ici vivant et nous laisser aller vous dénoncer sans couvrir vos arrières.  Donc vous pouvez très bien mentir pour nous piéger. Qu’on coopère ou pas, vous pourrez vous débarrasser de nous.  Sur quoi doit-on vous croire Monsieur Laymann … si c’est bien votre nom … ? Qui nous dit que vous n’inventez rien ?

Je soupirai nerveusement devant toute cette situation. Pouvait-on lui faire confiance aussi vite ?
Les photos de Liam, Grant et Aaron pourraient s’expliquer. Les deux premiers étaient employés au Times, ils couvraient de nombreux sujets et n’importe qui aurait pu prendre une photo d’eux sur le terrain, lors d’une enquête, durant un gala. Mais pour la photo d ‘Héméra, ce n’était pas plausible. Aucune photo d’elle ne circulait. Comment savait-il pour cette petite fille ? Quand nous avions libéré Héméra de sa captivité au Centre de recherches, elle avait été transformée. La petite fille qui avait été enlevée par le gouvernement avait 2 ans et demi. Nous avions retrouvé une gamine âgée de 5 ans environs à cause des batteries de tests et des rayons concentrés de gamma qu’elle avait subis. Héméra était née à la fin de l’année 2111 et cette photo provenait certainement de sa captivité quand elle avait grandi artificiellement bien trop vite à cause de ses monstres. Je ne voyais que cela. Ce qui voulait dire que Laymann avait suivi toutes ces horribles scènes d’Héméra … sans lever le petit doigt ? Non … non… je devais réfléchir et ne pas m’emporter …Les codes du Centre nous avait été donné, pas par Amaria dont l’accès avait été restreint à ce moment -là. Williams avait joué un rôle et lors de notre arrivée sur les lieux, les portes s’actionnaient automatiquement sans le moindre problème. Si c’était Laymann qui nous avait aidés ?

- Vous savez très bien que nous ne sommes pas télépathes, n’essayez pas de nous embobiner. Si vous possédez des dossiers sur chacun d ‘entre nous, vous connaissez ces détails-là.

On jouait gros à lui parler de ces quatre personnes. Il pouvait très bien bosser pour le gouvernement, nous montrer ce genre d’installations et nous mener par le bout du nez pour qu’on le trouve sincère. Le piège se fermerait aussitôt sur nous.

- Comment peut-on vous faire confiance ?  Qu’est ce qui nous prouve que vous n’êtes pas un espion du gouvernement ?  Tout ceci J’ouvrai les bras pour englober les divers ordinateurs est peut-être un leurre de votre part. Vous avez prouvé que vous étiez un expert en l’art de l’illusion sur scène Monsieur Laymann. La fan aimerait vous croire. La journaliste est plus sur la retenue. Mais je vais jouer à votre jeu …
La première image, c’est mon partenaire, Liam Holloway. Mon coéquipier au Times. C’est assez facile de le savoir rien qu’en entrant dans le listing du personnel du journal. Il a perdu son père lors de l’explosion de l’orphelinat. La quatrième image … Oui permettez-moi de ne pas les prendre en ordre, cet homme est photographe au Times aussi. Il adore les doonuts et il déteste ma façon de conduire.


Bah quoi ? Il a bien précisé de dire rien de compromettant. C’était ce que je faisais.

- Sur la seconde photo, c’est Aaron Williams. Je ne le connais pas vraiment. C’est un scientifique qui travaille au Centre avec le Docteur Saria. Il est féru de photographie.

J’en avais déduis cela par rapport aux clichés que Grant avec reçu ce jour-là au Times et dont la manière dont il m’avait expliqué avec quelle précision ces photos avaient été prises. Il restait une dernière image. Celle de la fille de Mara et ça je ne pouvais rien dire dessus … Je faisais mine de l’occulter.

- Le souci dans tout cela c’est que si vous voulez vous s'assurer que nous sommes bien ce que vous croyez  que nous sommes. Nous en revanche, on ne sait rien sur vous…
Qui est tombé ? De quel agent parliez-vous ? Comment puis-je abaisser ma garde face à vous ? Donnez-moi un seul argument en dehors de m’expliquer vos installations vidéos et je répondrai pour la dernière photo. C’est donnant-donnant Monsieur Laymann.






© Ponzu
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatarInvité
Invité
MessageSujet: Re: (Terminé)[Intrigue Deus ex Machina] Demandez le programme pv Michael Hawkins et Helena Carter   Lun 22 Fév - 18:27

Mike avait donc emboîté le pas du chanteur, Héléna à son bras. Lorsqu'ils pénétrèrent dans le couloir silencieux et désert, Mike crut bien changer de bâtiment. On entendait plus le brouhaha de la foule et du spectacle de l'after de monsieur Laymann. Le couloir désert, mais néanmoins richement décoré, montrait un certain pouvoir, une certaine réussite, incarnait la classe et le prestige du chanteur à qui les lieux appartenaient, ou du moins, qu'il louait. Mike suivit donc le chanteur qui ne tarda guère à les faire rentrer dans son bureau. Le PDG de la K.A. Corps n'aurait jamais pensé qu'un chanteur comme ce type puisse avoir un bureau aussi grand que le sien, et une bibliothèque de livres, dont certains devaient être d'une certaine valeur vu les titres et les reliures. Remarque, pour les livres, ça, le chanteur devait en avoir, mais un lieu de travail comme celui-ci, Mike ne s'en serait pas douté. Il regarda autour de lui le vaste bureau, bien moins grand que le sien, plus richement décoré que le sien, et peut-être un peu mieux rangé que le sien. Oui, Mike aimait faire la comparaison, non pas par pur égoïsme ou parce qu'il se croyait le seul sur terre, mais bien parce que le bureau pouvait révéler certaines facettes de la personnalités des gens qui vous faisiez face. D'autres part, un tel lieu de travail, Mike aimait voir comment certains l’aménageait, et apparemment, il n'était pas plus mal aménagé que son bureau. Au vu du bureau, Mike devinait un homme méticuleux, cultivé, organisé, et qui savait en mettre plein la vue sans pourtant être un asarien hautain et sûr de lui, prétentieux et sûr de sa richesse. Le PDG le regarda l'homme jouer avec ses livres.

Lorsque l'asarien déclara qu'il ne les avait pas fait venir pour le voir ranger une bibliothèque, Mike en fût plutôt rassuré, c'était toujours mieux de le savoir. La suite était plus intéressante... Laymann n'avait pas ce qui leur avait proposé. Ah, ça non, il ne l'avait pas. Il n'avait rien. Tout avait été fait pour les attirer ici. Mike ne ressentait pas de piège, le félin dormant à lui étant, pour l'heure, assez calme quoique la méfiance était de mise. Le chanteur finit par dire qu'il était surveillé par le gouvernement, et le PDG n'en était pas étonné, et pour deux raisons: Tout d'abord, les pouvoirs que l'asarien avaient développés étaient relativement puissant et très bien maîtrisé, ces pouvoirs faisaient de lui le maître de l'illusion et du spectacle. Mike n'avait jamais observé des asariens ayant atteint de tels degrés dans le maniement de leurs pouvoirs. Certes, il avait eu quelques cas, mais assez rare où certains avaient très bien développés leurs pouvoirs au point d'atteindre un niveau proche de la perfection, lui même, avec la technokynésie, avait atteint un très haut-niveau, ou du moins, un niveau relativement respectable. La deuxième raison, c'était ce qu'avait "conté" l'asarien pendant le spectacle et qui n'était certainement pas en faveur du gouvernement. Mike possédait d'ailleurs la vidéo sur son portable. Il l'étudierais plus tard, sans nul doute, mais comme il pensait justement à cela, la bibliothèque coulissa pour laisser place à un escalier en colimaçon. Alors comme ça, on fait des cachotteries Monsieur Laymann? Si Mike ne déclara rien et préféra garder son clapet fermer à double tours, il savait maintenant que quelque chose allait se jouer. Et sans doute pas rien. Mike jeta un regard rapide à Héléna, mais elle semblait concentrée.

Héléna ne tarda guère à suivre le chanteur, véritable chapelier fou dans son élément, et Mike suivit lui aussi. Elle lui souffla alors, comme pour information, que le rubis avait pris feu il y avait cinq ans de cela. Si elle ne s'étala pas sur le sujet, c'est bien parce qu'elle avait compris que Mike, loin d'être un imbécile, saurait faire le lien avec ce que venait de leur expliquer Laymann. Forcément, l'opération de Holding avait dû être simple, le bâtiment qui avait été la proie des flammes n'avait sans doute pa sdû attirer de nombreux acheteurs, réduisant vite la concurrence, et nul doute que Gabriel avait sût rapidement retourner à son avantage cette situation. Plus mike apprenait des choses, plus Laymann se révélait être quelqu'un d'intelligent, qui semblait savoir plus de choses que ce qu'il pouvait bien affirmer, et pour Mike, ce type était tout, sauf blanc. Laymann, il en était sûr à présent, était une personne dangereuse et de laquelle il allait falloir, rapidement, apprendre à se méfier si l'on ne voulait pas tomber dans ses filets. Pourtant, depuis le début, Gabriel avait les cartes en main, et il avait tous les as, c'était sûr. Mike et Héléna était ballotté, mais que pouvaient-ils? Pas grand-chose pour le moment. Le mieux était encore de suivre, de fermer sa grande gueule quoique celle de mike n'était pas aussi ouverte que celle d'Holloway si il avait bien compris, et de se laisser faire pour le moment avant de pouvoir peut-être riposter. C'était pas encore gagner cela dit. Bientôt, ils arrivèrent là où voulait les mener le chanteur, et ce que mike découvrit le laissa bouche bée, il ne put d'ailleurs pas se retenir de dire très bas:

- Putain de merde...

Mike regarda autour de lui où un matériel informatique de pointe, peut-être pas le meilleur, mais assez évolué pour causer quelques soucis, se trouvait partout dans la salle. Des écrans d'ordinateurs, quelques claviers, des commandes, et surtout, des écrans qui montraient divers endroits d'Asaria. Ce type avait une surveillance constante de ce qui pouvait se passer. Bien sûr, pour un génie comme Mike, ce n'était pas bien difficile, il suffisait de pirater le réseau et vous aviez déjà bons nombres de caméras, après, pour les autres, il y avait d'autres choix, mais elle devait toutes être branchés sur un réseau, même petit, mais elles le devait. le tout était d'être assez malin pour se brancher au central, ou de placer un logiciel espion dans le réseau qui ne vous permettez d'accéder qu'à quelques fonctions. Bien sûr, d'autres caméras étaient restées hors de portée du PDG de par le risque de se faire griller, et d'autre part parce que le complexité des codes mis en places étaient assez élevé pour vous faire réfléchir. Malgré que Mike en aient craqué certaines, ça avait été un plaisir, il ne l'avait pas fait pour toutes. Il fit lentement le tour de la salle, osant même effleurer le matériel qui se trouvait là. Le chanteur avait en sa possession une véritable tour de contrôle d'Asaria. C'était assez dur à croire, mais Mike avait pour devise de croire ce qu'il voyait, donc forcément... le chanteur avait déclaré qu'il avait le même réseau. Il était bien informé.

Finalement, le chanteur l'invita, pardon, les invita, à venir le rejoindra. Il s'était assis devant un écran et avait zoomé sur une image. Lui, il zoomait grâce à un code de clavier, Mike avait passé ce niveau, il était donc assez content de constater qu'il avait quand même quelques cartes en mains au niveau technologiques, d'autant que tous les systèmes qui étaient dans la salle, Mike les connaissaient bien, rien que pour en avoir démonté, réparé, et remonté certains. Finalement, Mike se concentra sur l'image alors que l'asarien lui expliquait qu'il s'agissait de deux caméras auxquelles Mike n'avait pas accès. Par contre, notre petit malin de chanteur avait vu sa couverture grillée, et désormais, il n'avait plus accès à ce central... Depuis que l'un des agents était tombé. Mike le regarda, mais pas surpris. cette fois-ci, il était parvenu à cacher son émotion. Il le regardait avec curiosité, et rudesse. Un regard dur et froid, celui que Mike arborait parfois. ce fût Héléna qui demanda enfin qui il était. Voilà une bonne question à laquelle Mike n'avait pas de réponses, mais plusieurs hypothèses. L'asarien ne tarda guère à reprendre.

Ainsi, il les surveillait depuis longtemps. Il avait noté leurs déplacements, surtout ceux qui partaient dans les terres sauvages et en avaient déduits, comme tout grand enquêteur, que Mike aimait la cueillette de champignon. Et bien non, il en avait eu simplement des soupçons. Le problème était que Mike faisait toujours en sorte de cacher ce genre d'allées et venues... Mais bien sûr, cela prouvait une chose, il allait falloir se montrer plus prudent, et Mike allait concocter un petit quelque chose, une sorte d'alibi inébranlable, si il en avait le temps bien sûr, car pour l'heure, ce chanteur jouait avec ses nerfs. Lorsqu'il prononça le nom de sa bien aimée, Mike manqua de lui en coller une. Alors quoi?!! Parce que ce type avait eu accès à une source d'informations quasiment illimité, il en avait profité pour assouvir ces pires envies? Le PDG se retint, mais il écouta attentivement. Chaque mot, chaque phrase était importante. Lorsque Laymann souligna que le réseau de Hawkins était bien protégé, celui-ci manqua de lui répliquer d'une manière assez cinglante que si ça n'avait pas été le cas, les informations de son entreprises auraient été sur la liste du chanteur. Par chance, et par intelligence aussi, Mike avait très bien doté son entreprise, et chaque donnée était protégé. Le système de sécurité qu'il avait mis en place n'était pas inviolable, mais très résistant, Mike l'avait mis en place avec ses meilleurs informaticiens. Apparemment, le chanteur avait perdu une bonne part de son réseau depuis que la couverture avait été grillée, et c'était compréhensible s'il gérait tout de cette pièce. Par contre, il avait, par "recoupement", comme il le disait si bien, trouvé que Mike était en relation avec quatre personnes, qui n'était guère affilié à son entourage professionnel. Si le PDG ne souffla pas de contentement lorsque la photo de Lydia n'apparut pas, il ne pût s'empêcher de penser que c'était déjà une bonne chose avant de se rappeler que ces gens là n'avaient rien avoir avec son milieu. Mike les reconnaissait toutes. Pas une ne lui était inconnu. Cela allait sans dire.

Le chanteur, s'il ne le demanda pas directement malgré tout, leur demanda de vendre les personnes qui apparaissent sur ces photos, dont l'une d'elle avait disparue. Mike le savait, et pour une fois, ce maudit chanteur ne lui apprenait rien. Pour une fois seulement. Ce fût Héléna qui commença à réfléchir... Bien sûr!!! Elle ignorait tout elle!! Mais elle était loin d'être bête, et finalement, l'avoir avec lui était un gros avantage. Le PDG la laissa parler et exprimer ses doutes, doutes qu'il avait lui même à l'égard du chanteur. Comment croire un tel taré qui savez que vous ne lui feriez pas confiance au vues de ce qu'il révélait et aux vues de ce qu'il savait sur vous? C'était peut-être un peu dur à piger, mais c'était comme ça. Mike se massa les temps. Bon, Holloway, Grant, et Willimas, ça irait... On pouvait les décrire. Sans trop de mal du moins. Par contre, donner des informations sur la petite hémèra, ça, c'était clairement hors-de-question. Héléna le savait tout aussi bien que lui, enfin, il l’espérait, sinon ils étaient foutus. Héléna ne s'arrêta pourtant pas, elle exprima tous ses doutes, à savoir si il était un agent du gouvernement, ce qu'il aurait put faire, comment les faire tomber dans un piège. Mais Mike savait que l'installation devait pas être connue du gouvernement. Le matériel n'était pas assez sophistiqué apr rapport à ce que le gouvernement aurait put mettre en oeuvre. Malgré tout, Héléna avait toutes les raisons du monde d'avoir des doutes, et il était clair que l'on ne pouvait pas faire confiance à ce genre de personne, pas tout de suite, c'était trop facile sinon. Trop simple. Les choses n'étaient pas évidentes du tout.

Finalement, Héléna se lança dans les explications, commençant par son coéquipier et partenaire de terrain. Liam. Elle donnait des détails, prouvant qu'elle le connaissait plutôt pas mal sans pourtant s'étaler sur le sujet avant de passer au suivant, Grant. Là aussi, les quelques détails, plutôt marrant, furent peu nombreux, mais assez précis pour montrer une certaine connaissance de la personne, et elle en vint à Aaron. Elle n'en connaissait pas des rayons sur lui, assez pour montrer que malgré tout, elle le connaissait, et pas seulement de nom. Mike laissa la jeune journaliste mener la conversation. décidément, elle se débrouillait bien... Il devrait peut-être l'embaucher, un jour où il douve faire face à un problème tel que celui-ci mais en affaire. Finalement, elle s'arrêta, laissant au chanteur le moyen de répondre pour aller plus loin. C'était du donnant-donnant, Mike l'avait bien compris, mais il ne permit pas au chanteur de déclarer quoi que ce soit puisqu'il prit lui-même la parole.

- Se connecter au central Monsieur Laymann... bravo. Belle prouesse. Se faire griller la couverture, un peu moins... Laissez-moi vous avouer que ça pose un problème. Je ne doute pas que vous ayez bien cacher vos traces, mais vous savez, le problème avec l'informatique et la technologie, c'est que tout ce que vous faîtes laisse des traces. Je ne sais pas où ils en sont pour l'heure dans le gouvernement, mais s'ils ont grillés votre couverture... Ce n'est qu'une question de temps et... de talent. Du talent, vous en avez, et sans doute réussirez-vous à fausser les pistes. Seul problème, c'est que les techniciens et les informaticiens qui travaillent pour le gouvernement sont loin d'être des idiots, et il se pourrait bien qu'ils remontent sur votre piste. Vous avez beaucoup d'informations, mais à quel prix?

Mike laissa planer le silence, comme s'il voulait bien faire comprendre au chanteur le danger qui planait, et pas seulement sur lui, le chanteur adulé de la foule asarienne, mais aussi sur toutes les informations qu'il avait. Il n'allait rester que peu de choix, mais assez pour que le gouvernement ne tombe pas sur des informations compromettantes s'il venait à remonter la piste de Laymann. Mike reprit finalement, plus durement:

- Par la suite, vous vous êtes immiscé dans ma vie privé en abusant des moyens technologiques que vous aviez à disposition... En cela, je n'ai rien à redire, il m'arrive de faire de même pour être sûr de mes contacts. Mais je vous préviens... Mentionnez encore une seule fois le nom de Mademoiselle Everheart, et je détruirais pièce par pièce votre réseau, je ferais de cet hôtel un champ de mines, et je me chargerais de détruire toute cette technologie et ces informations. J’espère avoir été assez clair... Cependant... Je dirais que de moi vous n'avez rien à craindre... Sauf si vous vous immiscez un peu trop dans ma vie privé et de celle des autres.

Mike faisait la leçon, il ne valait pas mieux à certains égards, mais pour la rpotéger, il était prêt à tout. Mais le chanteur n'était pas idiots, il comprendrait quel serait les "autres" qu'il avait mentionné. Finalement, Mike reprit encore une fois:

- Comme l'a si bien dit Mademoiselle Carter, on ne sait rien sur vous... Et, bien que je pourrais trouver les informations, tôt ou tard, bien que votre personne soit apparemment difficile à saisir, j'aimerais que vous fassiez vous aussi un geste. Pour reprendre sur les dires de Héléna, Holloway est un journaliste, et comme elle, un foutue emmerdeur qui à malgré tout le mérite, même s'il a une grande gueule, de ne pas être pédant et hautain, peut-être un peu orgueilleux. Grant, elle vous en a donné une description que je ne compléterais pas, quand à Aaron... C'est un scientifique doué, son sujet de recherche étant notamment en macro bio nanites. Il a d'ailleurs été récupéré au centre de recherche... Pour ces recherches, notamment pour sa thèse, très bien écrite et dont les recherches sont impressionnantes. Comme vous pouvez le voir, et comme sans doute vous le saviez, nous connaissons ces personnes, oui. Mais comme ma collègue, j'ai un soudain... Trou de mémoire quand à la quatrième photo... Mais avec votre aide...

Mike savait que le chanteur avait toutes les cartes en main, par contre, qu'il se méfie serait bien pour lui, car Mike n'avait pas toujours été un doux, et sa nature noire pourrait très vite resurgir. Malgré tout, si le chanteur tenait à des alliés contre un ennemi commun, il serait assez intelligent pour faire quelques concessions. Du moins fallait-il l’espérer. Mike garda donc le regard fixer sur Gabriel et ne le lâcha pas. Lui ne détournerait pas le regard, mais le chanteur?
Revenir en haut Aller en bas
Messages : 610

Localisation : dans tes cauchemars
Côté coeur : difficile de trouver l'amour lorsqu'on est une illusion

Activité/Profession (du personnage) : rock star à l'insue de son corps défendant/ fondateur d' A.U.R.I.S. & associés
avatar
Gabriel Laymann
Asarien, 2e Génération
MessageSujet: Re: (Terminé)[Intrigue Deus ex Machina] Demandez le programme pv Michael Hawkins et Helena Carter   Lun 22 Fév - 22:54


J'avais écouté mes deux invités l'un après l'autre, avec une concentration extrême, étudiant leur attitude corporelle qui pouvait trahir bien des états d'âmes et des questionnements. Michael Hawkins était le plus tendu. Je sentais le prédateur sous l'apparence policée. S'il était vraiment un Pacificateur rallié après ma disparition, il était un atout maître dans l'organisation. S'il était un vendu au Gouvernement, voulant faire tomber Mara, il était un ennemi redoutable qu'il me faudrait abattre. J'espérais qu'il n'en était rien car j'escomptais m'appuyer sur sa logistique pour mener mes projets à bien. Je préférais le faire avec sa collaboration et son soutien qu'avoir à l'éliminer et m'approprier un empire qu'il avait bâti avec tant d'opiniâtreté. Je retrouvais face à moi Héléna Carter que j'avais eu au téléphone et contre laquelle je m'étais livré à un véritable jeu du chat et de la souris afin de tester leur motivation à elle et son photographe Grant Stevenson. Je fis pivoter ma chaise et la fixai droit dans les yeux pour lui répondre.

- Vous aviez un agent en difficulté depuis un moment au Centre de Recherches. J'avais doublé le circuit caméra pour le surveiller de plus près et je me suis aperçu, ce faisant, qu'il avait lui-même trafiqué la caméra de son laboratoire pour la brancher sur une vidéo en boucle de lui en train de travailler, et ce afin de pouvoir y saboter ses recherches et faire des copies de ses dossiers. Je savais qu'il n'était pas le petit chercheur zélé à la solde du Gouvernement, j'en étais convaincu pour diverses raisons. Mais, cette découverte m'a décidé à l'aider alors qu'il était dans une situation extrêmement isolée.


Je m'arrêtai et me tournai vers Hawkins en le fixant de ce regard sombre que j'avais lorsque je n'étais plus porté que par l'absolue nécessité de réussir quel qu'en soit le prix.

- Vos menaces n'ont aucune portée sur moi. Je suis déjà mort une fois, et sachez que j'appelle la mort de mes vœux depuis bien longtemps mais je dois finir ce que j'ai commencé avant. Si vous détruisez ce que j'ai bâti ici et accumulé comme données, ce n'est pas grave car vous vous doutez bien que j'ai des sauvegardes un peu partout en Asaria. Mais sachez surtout que si vous m'éliminez à présent vous condamnez peut-être la seule chance de voir Asaria devenir une terre apaisée et garante de libertés pour tous. Si vous vous retournez contre moi maintenant, c'est comme si vous frappiez Asaria et sa population en plein cœur. Plus tard viendra le moment de m'anéantir, quand j'aurais fait ce que je dois faire, et je vous demanderai peut-être ce service, comme on le demande à un ami, bien que je pense qu'il y aura une longe liste de volontaires pour mettre fin à mes jours quand le moment viendra.

Je pianotai sur le clavier et fit apparaitre un dossier que j'ouvris pour afficher une arborescence. Il y avait là tout le travail que j'avais accompli depuis le Centre de Recherches. La curiosité de la journaliste me paraissait légitime et la méfiance d'Hawkins logique même si je ne m'étais pas attendu à une telle condescendance de sa part. Je n'étais pas offusqué de cet accès de la part de l'homme d'affaires, après tout je n'étais en apparence qu'un simple saltimbanque ignorant des subtilités de ce genre. Mais, joueur par nature, je ne comptais pas me laisser regarder de haut sans user des mots comme j'aimais le faire. L'empreinte de l'éducation asarienne avait laissé chez lui quelques traces d'arrogance que je n'allais pas me priver de corriger avec ma causticité habituelle.

- Miss Carter, l'agent infiltré Aaron Williams était en grand danger depuis qu'il avait vu ses travaux détournés par le gouvernement. Il était seul et il a pris les seules décisions qu'il pouvait prendre face à la menace qui pèse sur Asaria. Ce faisant, il s'est exposé. Mais surtout, ce qui a fait basculer les choses et a entrainé la désactivation de mon accès à O.C.C.R.S.E.A., ne vous en déplaise, Mr Hawkins, n'est pas une négligence ou un manque de compétences de ma part. Je pourrais vous montrer mes diplômes, je pense que nous avons suivi le même cursus d'études à quelques années d'intervalles, mais là où vous êtes spécialisés en technologies actives défensives, moi je le suis dans les technologies intrusives et offensives. Nous avons pu nous croiser sur la fin de mon cursus à l'Université car si j'ai un an de moins que vous, j'ai aussi intégré le programme d'études en programmation et ingénierie informatique avec deux ans d'avance. Vous avez été formé par un père féru de technologie quand moi j'ai dû apprendre tout seul sur les bancs de l'Université. Mais nous n'allons pas aligner nos bytes et en comparer la puissance, n'est-ce pas ? Cela serait fastidieux pour votre cavalière. D'autant que j'ai bien conscience de mon infériorité sur le plan logistique et que je vous ai aussi fait venir pour envisager une collaboration entre nous. Car comme vous allez le voir par la suite, certains de nos objectifs convergent. C'est essentiellement la méthode qui nous distingue. La mienne est beaucoup plus ... globale.

Je souriais légèrement à mon jeu sur les homophones mais je n'avais pas réellement le cœur à rire. J'avais une esclave livrée à la vindicte des fauves à l'autre bout de l'étage inférieur et je ne comptais pas m'éterniser.

- Non, je n'ai commis aucune erreur. A moins que vous estimiez que vous avoir fourni les codes d'accès au centre par un appel anonyme et vous avoir permis de sauver cette petite fille soit une erreur de ma part ? C'est le fait que cette enfant, sujet d'expérimentations du P.D.G. de Wright Entreprises ait été exfiltrée par vos soins, qui a fait voler en éclats ma couverture ainsi que mon accréditation. Cela ne veut pas dire que j'ai perdu tous les travaux que j'y ai fait durant plusieurs années, puisque je les ai transférés sur mon central qui n'est pas ici, inutile de sonder mes appareils Monsieur Hawkins. Alors, je vous écoute ?
Je pointai du doigt la photo de la fille de Mara.  Devais-le laisser mourir cette petite fille ? Vous savez aussi bien que moi qui elle est et ce qu'elle représente... Et qui sont ses parents ...

Je serrai les poings et soupirai afin de maîtriser la colère et la douleur qui m'étreignaient chaque fois que je me remémorais la découverte de cette information sur Héméra Jade Hasard, telle était-elle appelée dans les dossiers de Van Brënner. Avoir pu pirater les dossiers de la Milice et de l'homme qui pensait m'employer avait un douloureux revers. J'avais ouvert la boîte de Pandore et appris bien des choses sur moi, et les personnes qui comptaient à mes yeux. J'avais pris conscience de la place que j'occupais à présent dans ces vies. Ma mère, Mara ... Un fantôme, je n'étais plus qu'un fantôme... Le plafond de la pièce se mit à changer de couleur pour virer au gris boueux et trembla légèrement. Je fermai les yeux et les rouvris aussitôt. Il retrouva son aspect initial ... mais je savais que ce n'était qu'un répit.

J'ouvris un dossier nommé David et Goliath.

- La vérité, vous le savez miss Carter, vous qui êtes journaliste, présente bien souvent plusieurs visages. Vous avez vécu ces événements de l'extérieur avant l'exfiltration de l'enfant, mais moi je les ai vécus, Aaron Williams aussi, de l'intérieur, ce soir-là. Et quelques temps plus tard le Gouvernement a déterré cette affaire et  la pression est montée au Centre jusqu'à devenir intolérable. Votre agent encore une fois, était très isolé. Là où il aurait eu besoin de renfort logistique, de soutien. Je l'ai vu acculé contre le mur, entreprendre des actions seul. Je connais son parcours et je vais vous montrer où il se trouve actuellement. Le combat était démesuré. Vous l'avez laissé seul ... sans doute préoccupés par d'autres fronts. Je sais pourtant qu'il était allé vous voir ... Enfin qu'il avait confié ses intentions. Votre méfiance, votre défiance sont autant des atouts que des écueils quand il s'agit de réagir. Ce n'était pas mon combat mais ça l'est devenu. Il exposait des personnes qui comptaient pour moi. Moi aussi j'ai eu une femme et un enfant Monsieur Hawkins... Moi aussi je protège ceux qui comptent pour moi. Si j'avais voulu nuire à Miss Everhart, je ne pense pas que vous auriez su d'où venait l'impact. Vous n'êtes pas le seul à tendre la main à ceux qu'une destinée contraire accable.

J'appuyais sur le bouton entrée et une vidéo se lança sur l'écran. On y voyait Aaron Williams sortir de la tour gouvernementale, grimé en militaire et se faire intercepter par la Milice. On le voyait ensuite dans sa cellule, assis par terre dans un état d'hébétude. L'image se troublait puis apparaissait une silhouette floue à ses côtés. On l'entendait converser avec ce spectre. Mais le propos était inaudible si ce n'est un "non merci je dois rester ... faire diversion ... protégez la population du bidonville ... alertez ... protégez-là, elle aussi, protégez ... Le nom était brouillé par mes soins. J'avais estimé qu'Aaron Williams et Jessica Warner avaient droit à leur jardin secret et qu'il leur incombait de faire connaitre ou pas ce qui les liait.

- Aucune caméra ne peut saisir mon image à moins que je le veuille bien. J'ai néanmoins piraté le circuit caméra des sous sols de la Tour Gouvernementale, pour m'assurer que ces images même si elles ne me dévoilent pas, ne soient ps visibles pour les personnes qui détiennent Monsieur Williams. Je doute cependant que mon stratagème dure longtemps. Madame de Nephthys  a des moyens de coercition très puissants et elle est très bien conseillée. Williams a refusé que je l'exfiltre mais je réessaierai même si je pense qu'il ne changera pas d'avis.  Alors, pensez-vous que j'ai fait un pas suffisant dans votre direction ?

Je me levai et cédai la place à Hawkins.

- Allez-y ... Faites le transfert à qui de droit ... J'ai un système de traçage qui vous prendrait 24 heures à désactiver, alors je préfère vous prévenir, j'aurais le moyen de contacter votre correspondant mais aussi de remonter toute transmission que vous aurez fait de ce document que je viens de vous montrer. Si vous l'avez transmis à ceux que je considère comme nos ennemis communs, si vous êtes un traitre, je vous promet que vous n'aurez pas d'endroit où vous cacher sur ce continent et même au delà. J'ai déjà une longue liste de personnes avec lesquelles je dois régler quelques vieux comptes, ne vous y ajoutez pas ...


Je croisai mes bras et regardai Héléna Carter avec gravité.

- Quant à savoir qui je suis, vous n'auriez rien à y gagner ... J'ai plus de trente cinq identités. Je pourrais vous donner n'importe laquelle d'entre elle, vous mettriez des mois à essayer de remonter la source. Quand le moment viendra, je me ferai connaître avant de disparaître ... Considérez plutôt ce que je fais... Et le bénéfice que vous pouvez en tirer, vous et les vôtres ...

Je m'installai ensuite à un autre PC et tapai sur le clavier. Une vue de ce qui se déroulait dans la salle de réception de la suite apparut à l'écran. Tout semblait continuer dans une atmosphère de fête. Je zoomais sur l'alcôve principale et fronçai les sourcils. Je zoomai encore sur la Tueuse et eus un sourire mauvais. Je capturai l'image et la rangeai dans un dossier avec un petit sourire ironique.

- Appelez votre QG si vous voulez. Le toit est équipé de brouilleurs.


Je me levai ensuite et me dirigeai vers la porte du fond pour actionner son ouverture. Une salle de taille moyenne apparut, remplie d'armoires informatiques qui clignotaient.

- Hawkins, vous viendrez jeter un œil à l'installation. Vous comprendrez pourquoi j'ai besoin d'étendre mon réseau. Je ne peux pas tout centraliser sur deux points... Oui j'ai une autre unité opérationnelle  ailleurs mais même les deux couplées ne suffiront pas pour les projets qui vont suivre. Il faudra que nous en parlions seul à seul ultérieurement, mais la priorité est de tirer Williams de son trou ou de ... le neutraliser. Il craquera, c'est évident, tôt ou tard ...


J'entrai dans la pièce et tirai quelques tiroirs puis enclenchait un enregistreur de données.

- J'ai beaucoup de dossiers à vous transmettre pour l'avenir d'Asaria et peu de temps  devant moi  avant de disparaître... mais je ne le ferai que lorsque je serais certain que j'ai en face de moi des personnes dont l'ouverture d'esprit est suffisante pour considérer le problème que subit Asaria  à une échelle nouvelle. Nous jouons maintenant avec d'autres enjeux que la simple politique sociale. Cela dépasse et de loin, le potentat des Anciens. La situation n'a jamais été entre leurs mains... Même s'ils le pensent... Combien pensez-vous que la Nature puisse donner de chances à des êtres aussi ingrats que le sont les Asariens et les Humains ? 

Accroupi, j'allumai une unité colonne supplémentaire et la lumière vacilla deux ou trois fois avant que je mette en route un générateur d'appoint. Puis je me relevai et tendis la main à l'homme d'affaires.

- Alors ? Pensez-vous que je sois le vilain croque-mitaine ou l'odieux père fouettard qui va vous donner à vos ennemis ? Vous auriez de quoi me faire juger et condamner à trois cents ans de prison ferme pour haute trahison avec ce que je viens de vous révéler. Je préférerai commuer ma peine en exécution remarquez. Ce serait peut-être une solution à envisager pour me soigner de ma lassitude de vivre parmi nos contemporains ... Et n'oubliez pas ... les choses ne sont pas toujours ce qu'elles semblent.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatarInvité
Invité
MessageSujet: Re: (Terminé)[Intrigue Deus ex Machina] Demandez le programme pv Michael Hawkins et Helena Carter   Mer 2 Mar - 13:01

Ce type était tout simplement impressionnant, du statut de chanteur et star d'Asaria vivant dans la luxure et la débauche comme la plupart de ses congénères, il venait de passer au statut d'espion de pointe capable de pirater n'importe quel système. Mike voyait en lui un homme talentueux, certes, mais dont il devait se méfier. Le caractère froid et distant du PDG n'était pas pour encourager à une démarche positive vers l'asarien face à eux qui semblait s'amuser de leurs réponses. Il avait commencé par répondre à Héléna que l'agent, Aaron Williams, avait quelques soucis. Il l'avait surveillé avant de s'apercevoir des manœuvre d'Aaron. Mike écouta ces informations qui allait lui permettre de recouper chaque élément afin de reconstituer la scène qui lui manquait. Amaria l'avait mise au courant de certaines choses, le chanteur lui fournissait d'autres éléments, et Mike estimait qu'il lui en fallait encore un peu plus, bien que ce que racontait Laymann était tout à fait digne d’intérêt et que cela pouvait expliquer le pourquoi du comment Aaron s'était fait avoir. Le PDG écouta ensuite le chanteur lui déclarer qu'il ne craignait en rien les menaces... Il était déjà mort une fois... La phrase laissa penseur le PDG. Bon sang, l'histoire qu'il avait conté tout à l'heure sur scène n'était autre que... La sienne. Les éléments commençaient à s'imbriquaient de manières si nette et si précise que même Mike ne doutait plus de ce que lui disait le chanteur. Le chanteur le mit en garde, il avait des sauvegardes partout ailleurs... Chose assez normale, et qui était évidente, du moins si l'on était quelqu'un de prudent et qui ne souhaitait pas perdre tout le travail accompli. Michael l'écouta ensuite dire que si il détruisait cela, il perdrait son unique chance de voir Asaria complètement transformée... Une terre apaisée... ces mots sonnaient comme un rêve dans l'esprit de Mike, un beau rêve. Un rêve pour lequel il luttait finalement. Il argua que le détruire lui et tout cet endroit, c'était aussi détruire et frapper en plein coeur une bonne partie de la population d'asaria, chose que Mike ne souhaitait sûrement pas. Michael finit par écouter les dernières phrases du chanteur. Viendrait le moment de l'anéantir, un jour... Mais comme il le disait si bien, certains voudraient l'anéantir sans problèmes. Le PDG était un peu perturbé, il ne le cachait pas, mais il préféra laisser le chanteur. Il avait besoin de plus d'informations. Pourtant, il sentait, comme une évidence, que cet homme ne lui ferait aucun mal, ni à lui, ni aux autre, et le félin qui dormait en lui ne semblait pas affolé quoique sur ses gardes, aussi Mike se détendit un peu son son costume.

Le chanteur, que Mike commençait à voir de moins en moins comme un chanteur bien qu'il avait une voix certes assez... Particulière, qui faisait de lui un bon chanteur. Bref, Gabriel expliqua alors que Aaron avait été en difficulté et avait pris la décision d'agir seul alors que le gouvernement avait détourné ses travaux. Mike, plus ou moins, était au courant de cet aspect là de l'histoire. Il préféra pourtant laisser continuer le chanteur plutôt que de le couper comme un gamin impatient et indiscipliné. En fait, il s'était exposé, ce qui avait provoqué la perte partielle du contrôle de la situation à Gabriel et à Aaron lui-même. Ainsi, ce n'était pas une négligence, mais tout avait été prévu. Lorsque Gabriel expliqua qu'ils avaient suivis le même cursus d'études, Mike manqua de sursauter, il ne faisait pas le lien avec de l'ingénierie et la chanson, et devait admettre être un peu perdu. Lorsque Gabriel affirmait qu'il avait des diplômes, mais qu'il s'était spécialisé dans des technologies intrusives et offensives contrairement à Mike qui avait choisi le défense et la sauvegarde. Sur cela, au vue de ce que Mike disposait sous les yeux, il n'avait aucun mal à le croire, mais alors aucun mal. Il le croyait sans mal et admettait que ce qu'il disait ne pouvait être que vrai. Lorsque Gabriel annonça qu'ils avaient pu se croiser sur la fin de son cursus, Mike essaya de voir de qui il aurait put s'agir, mais aucune idée lui vint à l'esprit. Il en avait connu pas mal de camarades aussi... Il fallait bien l'avouer quoi. Lorsque le chanteur exprima le fait qu'ils n'avaient pas le temps de comparer leurs bytes, choses qui seraient fastidieux autant pour eux que pour la cavalière de Mike, Héléna, le PDG ne put s'empêcher de tirer un petit sourire, oui, autant éviter ce problème là. Par contre, l'autre avait besoin d'une collaboration, et là, la conversation devenait plus intéressante. Bien plus intéressante qu'elle ne l'avait été au début. Mike écouta donc attentivement la suite qui promettait d'être intéressante.

Par la suite, Mike et Héléna eurent droit à une petite surprise... Leur hôte était celui qui leur avait fourni les informations nécessaires pour exfiltrer Héméra. Cette homme ne savait pas tout, mais assez, peut-être plus qu'eux, pour créer des problèmes... Ou en résoudre. Mike l'écoutait. Une erreur? Non, sans doute pas, il avait mieux valu que les choses soient ainsi. Si Héméra était restée plus longtemps entre les mains de Wright et van Brenner... Mike n'osa pas imaginer cela. Lorsque le chanteur posa la question qui était de savoir si il aurait dû laisser ou non mourir la petite fille, Mike baissa légèrement le regard fixant le sol. Alors? Non... Il avait bien fait. Comme le disait si bien Gabriel, ils savaient ce qu'elle représentait, et... Qui était ses parents. Mike releva finalement la tête. Beaucoup de choses lui échappait, mais il avait des données pour mener ses propres recherches, et pour cela, il allait devoir fouiller son passé. Par la suite, le chanteur ouvrit un autre dossier alors qu'il répondait à Héléna.

Oui, la vérité avait parfois plusieurs facettes, mais le tout était aussi de voir laquelle était la plus réelle, ou alors, la meilleure. Il expliqua alors que Aaron avait été seul. Là où il aurait eu besoin de soutient, personne n'était venu l'aider. Mike reconnaissait que les paces n'avaient pas put intervenir, et d'un autre côté, ils avaient perdu sa trace, à croire que Aaron avait voulu tout effacer, comme si il avait dû rayer son ancienne vie, la gommer de lui pour éviter qu'on y lise quelque chose de compromettant. Mike ne déclara rien, mais s'ils n'était pas intervenus, c'était aussi parce que Aaron ne leur avait pas facilité la tâche, bien qu'il reconnaissait que si ils se seraient centrés sur le problèmes, les pacificateurs auraient peut-être pu empêcher tout cela. Il ne servait à rien de ressasser le passé, inutile était la chose, elle ne ferait que remuer le couteau dans la plaie, plaie déjà bien ouverte. Le chanteur savait où se trouvait Aaron... Bonne nouvelle alors... Enfin, bonne, tout dépendait de ce qui était annoncé après. Disons que la nouvelle était déjà meilleure que toutes celles qu'il avait entendus pour l'heure. Par la suite, le chanteur argua qu'il avait eu une femme et... Un enfant. Souffrance. Voilà le mot que cherchait Hawkins depuis le départ. Cet homme avait une part de souffrance en lui, quelque chose qui le faisait souffrir. Une blessure qui saignait encore et qui, si elle était bien cachée, n'en était pas moins douloureuse. Mike ferma sa gueule. Le chanteur venait littéralement de lui dire que ce que Mike ressentait, il l'avait déjà ressenti. Pour ne pas dire dans des sensations bien plus forte. Par la suite, il était vrai que s'il avait touché à Lydia... Mike n'aurait pas sut d'où cela aurait pu provenir bien que remonter la piste, il l'aurait fait quitte à perdre son éternité, mais au final, l'éternité, ne l'avait-il pas devant lui? C'est alors qu'il appuya sur un bouton qui lança une vidéo... La vidéo dont Mike avait besoin.

On y voyait Aaron se faire embarquer par la milice avant de l'apercevoir dans sa cellule. Mike regarda le jeune scientifique... Assis dans état d'hébétude, il semblait un peu perdu. C'est alors qu'une partie de l'image se troubla. Il conversait, avec un spectre. Mike ne saisissait pas bien de quoi il voulait parler, mais une chose était sûr, il voulait préserver les pacificateurs et une autre personne. Une personne plus intime. Mike se retira dans ses pensées alors que la vidéo prenait fin. Cette autre personne? Se pourrait-il que... Non? Si... Si, Mike n'en avait pas la certitude, mais au vu des événements... Il ne pouvait que s'agir de Jessica Warner. Elle lui avait parlé d'Aaron. Elle semblait attachée à lui, sincèrement, elle qui avait pourtant une réputation de mangeuse d'hommes. Si l'inverse était vrai... Alors cela voudrait dire qu'il parlait bien d'elle. Le chanteur le rassura en lui déclarant qu'il avait piraté les systèmes, mais au moins en sous-estimait-il pas l'adversaire qui n'était personne d'autre que la grande conseillère... Super. On était pas dans la merde, autant le dire. c'est alors qu'il lui céda la place, l'invitant à transférer le fichier. Mike s'installa. L'autre l'avertit en lui déclarant qu'il avait déjà un très bon système de traçage, ce à quoi Mike crut sans problème. Mike finit par déclarer alors que le chanteur terminait sur une menace:

- Non, je n'ai aucune envie de m'ajouter à votre liste de contact, mais je ne transférerais pas ce fichier non plus. Trop de risques.

Mike sortit son téléphone et enclencha la vidéo. Il filma alors que Gabriel expliquait que connaître sa véritable identité ne leur servirait à rien. Rapidement, Michael en eut terminé, et il s'arrêta. Il déclara rapidement:

- Lorsque nos amis communs auront prit connaissance de cette vidéo, je la supprimerais, et ni vous ni moi n'auront à nous faire de soucis quand au devenir de cette vidéo et jusqu'où elle pourrait faire remonter nos adversaires. Je préfère prendre mes précautions, même si j'ai confiance dans votre système.

Après qu'il se soit installé à un autre PC, il ouvrit finalement cette fameuse porte qui était bloqué. L'ouverture se déclencha, et Mike fût invité à y jeter un coup d'oeil. 0 l'intérieur trônait de multiples armoires informatiques, un beau bordel il fallait le dire, mais que de matériel réunit là. La taille de l'installation était notable, et Mike comprenait que un seul, voir même deux points étaient insuffisants. Il allait falloir plus de place, et des endroits plus éloignés. Mike regarda le chanteur allumait une autre colonne. Les lumières clignotèrent un instant avant que le générateur d'appoint que mit en marche Gabriel ne fasse l'affaire. Il avait d'après lui, de nombreux dossiers à donnait à Mike et Héléna, mais il voulait être sûr des personnes qu'il avait en face de lui. C'était le moment ou jamais de tomber les masques, mais étrangement, Mike n'avait pas peur. Il vit alors le chanteur se relever et lui tendre la main, comme s'ils allaient signer un contrat, un marché bien entendu. Oui, ils avaient de quoi le faire juger pour trois cents ans de prison ferme... Peut-être plus. Mais lui en avait tout autant les moyens, mais comme il l'avait dit un peu plus tôt, s'il avait voulu leur nuire, il l'aurait déjà fait. Mike s'en doutait. Finalement, Mike regarda la main du chanteur et répondit:

- Une seconde chance monsieur Laymann. Voilà ce que la nature pourrait donner à des êtres aussi ingrats que nous: une seconde chance. La dernière peut-être. La question est plus de savoir si nous aurons en profiter ou... La gâcher.

Mike prit alors la main du chanteur dans la sienne et la serra. Il le regarda droit dans les yeux et finit par reprendre:

- Je vous offre moi aussi une chance. Après tout, ne dit-on pas que chacun à droit à sa chance. Vous avez prouvé votre talent, et vous avez sut me convaincre. Comptez-moi dans votre liste... De partenaires. Vous ne craindrez rien de moi et je suis prêt à travailler avec un homme tel que vous... Gabriel. Vous pourrez compter sur mon aide.

Employez le prénom qu'il avait là, c'était un moyen de montrer que désormais, un pas avait été franchi. Et Mike pensait avoir fait le bon choix. Il l’espérait du moins...
Revenir en haut Aller en bas
Messages : 755

Localisation : Toujours à fouiner !
Côté coeur : En plein doutes

Activité/Profession (du personnage) : Journaliste/ Reporter de terrain au Times
avatar
Héléna Carter
Pacificatrice Asarienne
MessageSujet: Re: (Terminé)[Intrigue Deus ex Machina] Demandez le programme pv Michael Hawkins et Helena Carter   Mar 8 Mar - 23:19

Peut-être que je n’aurai pas dû boire ce cocktail. Pourtant l’alcool ne me faisait aucun effet comme à tous mes semblables, mon blood healer fonctionnait bien … enfin j’espérai. Il fut un temps, lors de ma première année au Times où tout ne s’était pas passé comme je le voulais et mon pouvoir guérisseur avait fait des siennes. Cela faisait longtemps aujourd’hui et je n’avais jamais plus eu de symptômes à ce sujet. Le Scarecrow que j’avais bu ne pouvait pas me donner ces vertiges que je ressentais depuis l’instant où Mike et moi étions entrés dans cette salle secrète derrière le bureau. Le fait de fixer toutes ces photos de personnes que je connaissais me donnait le tournis et la fan totalement en adoration devant son idole avait laissé sa place à la journaliste de terrain. L’échange entre Michael et Gabriel Laymann était très musclé. Cela avait des apparences de combats de coqs, mais derrière cette scène se dessinait toute autre chose de plus incroyable. Je me surprenais à ne plus tout à fait écouter ce qu’il se disait bien que notre ôte s’adressait parfois à moi et que je tentais de me reconcentrer sur ce qu’il nous disait. Je dus faire un effort surhumain pour éviter à mon esprit de reformer ce gros puzzle dont j’avais trouvé avec Grant et Liam beaucoup de pièces, mais pas encore assez pour qu’elles s’assemblent parfaitement et nous donne le schéma final.

Mike défendait avec hargne les Pacificateurs et il ne comptait pas laisser du terrain à cet homme qui nous avait manipulé pour nous inviter à cet after. Je comprenais mon ami et pourtant une petite voix dans ma tête m’incitait à faire confiance à cette star, à cet homme dont j’avais un poster grandeur nature dans la chambre de mon nouvel appartement. Derrière une apparence démoniaque pouvait se dissimuler celle d’un Ange … C’était la mère de Liam qui me l’avait dit un jour qu’elle m’avait invitée avec son fils à boire un café au tout début de notre duo qui commençait à trouver un équilibre entre nos deux caractères merdiques. Des bytes … ils parlaient de …quoi ? Médusée, mon regard glissa de l’un à l’autre. Non ! Mais les hommes ! J’avais du mal entendre … ça devait être ça parce que le sujet dévia sur … l’enlèvement d’Héméra. Je me souvenais alors de cette terrible angoisse que nous avions tous vécue.

- Les codes … tous les codes étaient changés toutes les demi-heures. Tous les employés étaient filtrés… et ni Amaria ni Aaron n’avaient pu obtenir un accès. Et puis, on a eu l’ouverture qu’on attendait pour récupérer le bout de chou … Il y avait quelqu’un qui nous aidait. C’était vous …

Les yeux grands ouverts, je me prenais une claque et je découvrais que la star que j'adulais, "mon chouchou", était bien plus qu'un chanteur à succès. J’écoutai la suite de l’histoire d’Aaron Williams. J’aurai pu ne pas me sentir concernée. Je ne l’avais vu quand photo. D’autres Pacificateurs l’avaient approché bien mieux que moi. Pourtant entendre qu’on avait mis un des Nôtres de côté et que personne n’avait écouté ses intentions d’agir me serra le cœur. La vidéo nous montra l’arrestation de cet allié puis dans sa cellule. La scène était étrange. Il discutait avec un … ghost.

- L’égoïsme nous aveugle sans qu’on veuille faire du mal. C’est vous dans sa cellule. Personne n’est au courant pour Aaron ... le gouvernement n’a rien voulu laisser filtrer, c'est bien ça ? C’est … terrible! Il faut mettre tout le monde au courant le plus vite possible !

L’explication de Laymann me donna raison. Ce que je ne saisissais pas c’était pourquoi Williams avait refusé de l’aide.

- Qu’a-t-il en tête ? Pourquoi veut-il se sacrifier et c’est quoi cette diversion ? Quels étaient ses travaux ? Vous savez quelque chose sur tout ça ? … Ho mais oui … oui … les projets du ministre de la Sécurité …  Marmonnai-je sans savoir si j’avais été écoutée ou pas. Mike devait transférer tout cela au QG et il prit la décision de ne pas le faire via l'ordinateur pour protéger nos Amis, mais il s'aida de son téléphone. Je sortis de ma pochette de soirée mon rouge à lèvre que je présentai à Laymann avec un petit sourire espiègle.

- Non, ce n’est pas pour vous en mettre … Dévissez le capuchon, c’est une clef USB. Si vous pouvez les basculer dessus, nous apporterons tous cela à nos amis en commun. Mike a filmé avec son téléphone, mais c'est toujours bien d'avoir une copie.

Les deux hommes se serrèrent la main sur une alliance spéciale. La lassitude se rependait  dans la voix de mon idole. Ce fut alors le déclic que je cherchais …Je me laissai tomber sur un fauteuil à roulette dans le froissement harmonieux et délicat de ma robe de soirée. Une sensation oppressante d’être passée sous une sorte de rouleau compresseur m’assaillait. En peu de temps, j’avais emmagasiné des tonnes d’informations et je n’en comprenais que peu le sens. Du bout de mes doigts, je me massais les tempes. Je devais rassembler mes esprits et repenser à tout ce que j’avais vu à l’appartement de Liam, à tous ces effets bizarres dont nous avions été témoins. Étrangement, je n’entendais plus les deux hommes discuter. Je ne percevais que le silence réparateur et mes capacités de déduction reprirent le dessus, comme si je venais de recharger mes batteries. Lorsque j’ouvris mes yeux, ils rencontrèrent ceux, immédiatement, du chanteur … et tout me parut alors aussi clair que cette eau de la petite rivière qui coulait non loin du QG des Pacificateurs que Liam m’avait fait découvrir, une nuit.

- Tout …  

Murmurai-je à moi-même  et pourtant je fixai toujours Gabriel Laymann. Était-ce de la surprise ou de la satisfaction que je lisais dans ses prunelles ? Je n’en savais rien.

- Vous venez de me donner la dernière pièce qui me manquait pour comprendre tout …

Je me redressai et je me calai mieux dans le fauteuil pour reprendre une posture plus ouverte et plus sereine.

- J’étais aveuglée par ce que vous représentez pour moi. Vous êtes mon idole alors j’ai tenté de repoussé les arguments de mon coéquipier à votre sujet. J’avais tort. A votre tour, maintenant de m’écouter Monsieur Laymann ? Monsieur Arias ? Monsieur Saria ? Bref, quoi qu’il en soit, vous êtes une même personne sous tous ces masques. Vous venez de le dire, vous avez de nombreuses identités, mais nous avons toutes et tous, une seule d’origine … Monsieur Nicholson, je présume ?
Liam était persuadé que nous avions à faire au Prophète, mais je n’en étais pas autant certaine que lui. Pourquoi ? …


Je devais me lancer dans un long monologue. J’entendais déjà Liam me dire que j’avais la parlote aiguë et qu’il s’était toujours demandé comment ma langue ne s’était pas décrochée depuis le temps.

- C’était vous au Centre de Recherches, l'autre jour. Vous nous avez guidés, Grant et moi, vers cette salle des ordinateurs, vous avez fait en sorte de retirer tous les obstacles pour qu’on puisse avancer jusqu’au but que vous nous aviez fixé. Je dois avant tout vous remercier d’avoir effacé toutes les traces de notre visite. Voilà pourquoi aucun Milicien n’a suivi Grant au Times, ni moi jusqu’à l’appartement de Liam. Vous nous avez sauvés. C’est quelque chose que je n’oublierai pas.

Je jetai un œil à Mike. Il devait être perdu dans toute cette histoire parce que si Grant avait pu raconter cela à Mara, tous les autres Pacificateurs n’étaient pas au courant de notre expédition au Centre ni tout ce que j’avais découvert avec Liam chez lui.

- Vous essayez de mesurer notre loyauté envers les Pacificateurs. Vous nous étudiez pour savoir si vous pouvez avoir confiance en nous. Vous connaissez tout de nous … Qui nous sommes Je pointai avec mon index les photos de ces visages familiers. C’est aussi légitime de notre côté. J’ai entendu une voix brouillée à mon téléphone. C’était la vôtre ! Ho non, ne me dites pas que ce n’était pas vous … Je vais vous éviter de perdre du temps en m’embrouillant le cerveau … parce que même si vous êtes très vigilant. Vous avez oublié quelque chose …

L’école de journalisme nous apprenait à être très prudent avec nos preuves et à faire en sorte de les conserver ou bien de les transférer pour en faire des copies.

- L’image que j’ai prise en photo avec mon Iphone au Centre. Je l’ai envoyée après sur le mail de Liam et vous vous êtes empressé d’effacer le dossier image sur son ordinateur quand nous étions à son appartement … Sauf que je fais toujours une sauvegarde sur mon téléphone. Liam avait vu la concordance. Son PC avait trouvé une image de vous, mais vous avez tout supprimé sans que je puisse voir. Je ne l’ai pas cru parce qu’il se butait à me dire que j’étais trop haut perchée avec ma passion pour mon idole. Il n’a pas tort.
Je peux ?


Je désignai un thermos d’eau fraiche. Laymann me fit un signe de la tête et je me levai pour me servir un grand verre d’eau.

- Liam ne pouvait plus comparer ses archives à la photo que j’avais prise au Centre, mais il a comparé l’image de ce jeune homme de 24 ans sur la vidéo et à la copie de la photo que j'avais encore sur mon téléphone … Le résultat Monsieur Arias … est très surprenant.

Oui, je venais de l’appeler par l’une de ses nombreuses identités et je n’allais pas m’en priver.

 - L’anagramme était SARIA. Dès l’instant où on a entré le mot de passe dans le fichier, il nous a donné accès à cette fameuse vidéo. Cette vidéo, comme le nom de SARIA, nous a mis tous les deux sur deux voies différentes.  Liam pensait que nous avions affaire, comme je vous l’ai dit, au Prophète, qu’il était revenu pour nous délivrer un message. Je n’avais pas la même réflexion que mon binôme. Alors, on a poussé plus loin nos impressions. La comparaison entre la photo d’Arias et le screen de la vidéo montrant Gabriel Nicholson à 24 ans s’avérait concordante à 98 %.  J’ai donc cherché une de vos photos actuelle … et celle de Gabriel Laymann à 34 ans et le screen de Gabriel Nicholson à 24 ans … ont une ressemblance à 100 %
Vous êtes donc le fils de la Grande Conseillère, Alianka de Nephthys qui a été assassiné il y a dix ans … I’m the Phoenix. Vous avez utilisé deux fois cette phrase pour me mettre sur le bon chemin. Vous êtes l’un des fondateurs des Pacificateurs. Et même si vous voulez encore nier … Il y a une personne qui pourra nous aiguiller … voir deux  … Tout d’abord Mara Jade avec qui vous avez formé ce groupe. La seconde personne, disons que je ne vois qu’Amaria Saria parce que vous avez cité le nom de Saria. C’était l’anagramme, mais c’est la seule énigme que je n’ai toujours pas saisie. Pourquoi ce nom …


Je soufflai de nervosité pour chasser ma tension musculaire. J’avais la sensation d’avoir affronté le plus grand cerveau de la création dans une partie d’échec et je savais que c’était loin d’être terminé. Je repris ma place dans le fauteuil. J’avais rendu mutique tout le monde. Je pris la dernière gorgée de mon verre d’eau avant de rajouter ceci.

- Je suis votre alliée s’il faut mettre à genoux le gouvernement, sortir la vérité du passé, détruire les plans odieux des Anciens. Et je ferai tout pour aller libérer un Pacificateur. J’ai, il y a plusieurs années tenté d’arracher aux griffes des Miliciens, un ami, mais il a préféré se sacrifier pour le bien de sa compagne et de sa fille à naître. Voyez-vous, il est comme vous… il connait le pouvoir du Phoenix. Celui de revenir de ses cendres … Aaron Williams ne fera pas partie de cette liste que vous avez citée dans la vidéo … Dites-moi comment faire ? Dites-nous.

Je laissai en suspend mes derniers mots en repensant à une phrase que Gabriel avait prononcé.

- Mara Jade ne nous laissera pas mettre fin aux jours d’un homme qui compte encore pour elle. J’aurai dû me rappeler plus tôt de la photo qui trône dans sa chambre privée au QG.
Mmmm… j’aimerai vous poser une question … sur une certaine histoire … celle que vous contiez dans la vidéo. Vous parliez d’Asariens dont la mutation ne correspondait pas aux canons de la beauté … Cela voudrait dire qu’il existe une autre race … différente ou qui a été exposée aux radiations durant la pluie de feu ?





© Ponzu
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 610

Localisation : dans tes cauchemars
Côté coeur : difficile de trouver l'amour lorsqu'on est une illusion

Activité/Profession (du personnage) : rock star à l'insue de son corps défendant/ fondateur d' A.U.R.I.S. & associés
avatar
Gabriel Laymann
Asarien, 2e Génération
MessageSujet: Re: (Terminé)[Intrigue Deus ex Machina] Demandez le programme pv Michael Hawkins et Helena Carter   Dim 1 Mai - 21:12


Si la discussion avait été âpre au début, surtout entre Hawkins et moi, les choses finissaient par prendre la tournure que j'avais espéré. J'avais en face de moi un homme intelligent et assez ouvert pour ne pas laisser la méfiance l'aveugler totalement. Il est vrai que je m'étais donné du mal pour vaincre sa défiance légitime et le convaincre de collaborer avec moi. J'avais pris également des risques en dévoilant jusqu'à un certain point mes pions sur l'échiquier. Pas la totalité, loin s'en faut. Mais tout de même, à présent Monsieur Hawkins savait certaines choses à mon sujet qui n'avaient rien à voir avec mes frasques d'artiste. Le premier rideau était tombé, dévoilant un autre Gabriel, mais il y en avait encore bien d'autres dissimulant chaque fois une autre version de cet être polymorphe que j'étais. Pragmatique, le PDG et pilier des Pacificateurs ne voyait en moi que ce qui pouvait aller dans le sens de leur cause. Il se souciait peu de savoir qui j'étais, mais davantage de ce que j'avais l'intention de faire. Cela me convenait parfaitement. Ce fut donc une franche poignée de main qui s'échangea entre les deux jouteurs du début. Si je ne pouvais pas parler d'amitié naissante me concernant, puisque je refusais tout lien qui pourrait entraver mes projets ou me faire perdre mon discernement, c'était tout du moins le début d'une collaboration fructueuse, d'un coopération portée par une même volonté. Michael Hawkins allait avoir vue sur une petite partie de mes projets concernant Asaria, ce qui supposait que je venais d'accorder ma confiance à cet homme. J'allais enfin pouvoir étendre mon réseau de surveillance et de contrôle des instances gouvernementales. J'allais pouvoir surveiller la population asarienne d'encore plus près et, mais ça ni Hawkins, ni aucun Pacificateur ne devraient jamais le soupçonner, ainsi opérer le tri entre les innocents et les coupables, les victimes et les bourreaux, l'espoir de l'Humanité et la lie des Asariens. Peu d'Asariens seraient épargnés après être passés dans la balance de la pesée des âmes. Deux d'entre eux se trouvaient devant moi.

J'allais enfin pouvoir m'appuyer sur les systèmes de la KA. Corp pour m'introduire dans le réseau de commandes de ce cher Van Brënner. La perte d'accès à O.C.C.R.S.E.A. m'avait privé de la puissance nécessaire pour poursuivre le noyautage de la base de données du système de la Milice mais surtout de celui très personnel de notre cher Général. Mes installations ici-même et dans les locaux d' A.U.R.I.S. étaient certes performantes pour de petites attaques ponctuelles mais pas assez puissantes pour une main mise totale et la disposition d'un leurre de fonctionnement. Seuls des systèmes informatiques dédiés à de puissantes entreprises comme KA. Corp, Stark Industries, Davis Corp. ou encore Wright Corporation avaient une puissance digne d'être comparée à O.C.C.R.S.E.A., bien qu'inférieure séparément. Mais une fois couplées, additionnées, mis en réseau, tous ces systèmes, je disposerai de l'arme ultime. Bien entendu, il me faudrait trouver un moyen d'invasion de ces systèmes. Si j'avais la collaboration complète de Michael Hawkins, les autres P.D.G. n'avaient rien de sympathisants pacificateurs. Il me faudrait donc jouer d'autre chose que d’honnêteté avec eux et déjà arriver à les approcher. C'était en perspective pour ce soir avec Damien que j'avais l'avantage de connaître. Mais Kylian Wright et Hudson étaient pour moi deux parfaits étrangers que j'avais croisés dans ma jeunesse quelques fois lors de repas ou galas officiels donnés par ma chère mère. Je devais donc user d'autres atouts et charmes que mon talent artistique et mon charisme sulfureux pour les approcher. La partie était loin d'être gagnée et même avec Damien je ne commettais pas l'erreur de partir confiant. D'autant que notre amitié passée ne pouvait me servir ouvertement puisque je ne pouvais pas la lui révéler. Elle pourrait tout au plus m'aider à anticiper les réactions de cet homme d'affaires que j'avais admiré à ses débuts. Et encore rien n'était moins sûr. Les gens changent au fil des années. Ils évoluent et Damien avait encore dû affûter son flair de joueur sur le marché des affaires. De toute façon, quelque soit l'ancienne sympathie qui nous liait, il n'en demeurait pas moins un requin parmi d'autres requins. Je devais me méfier de lui et ne pas laisser notre jeunesse passée adoucir et fausser mon jugement de la situation. Mais ce qui me préoccupait le plus était qu'il semblait avoir jeté son dévolu sur la Tueuse. A moins que ce ne fut le contraire. Je m’efforcerais de découvrir qui avait approché l'autre. La présence de cette venimeuse araignée tapie dans un coin de ma représentation magistrale me dérangeait. Mais ne dit-on pas "araignée du soir, espoir"  ? Je devais simplement la neutraliser avant le lever du jour. L'attirer dans sa propre toile, la prendre à son propre jeu, et la congédier à l'aube en évitant "l'araignée du matin, chagrin". J'avais un atout non négligeable par rapport à cette garce. Elle avait échoué à exécuter son contrat. J'étais un échec cuisant pour elle. J'en ferai une de mes plus belles réussites. Le jeu m'excitait même s'il rajoutait encore un galon supplémentaire de dangers dans mes projets. Des requins et des araignées, des crabes, des serpents. Le monde de mon enfance. L'univers dans lequel Maman m'avait élevé. Le fils prodige était de retour, n'avait rien oublié de ses enseignements, et elle allait l'apprendre bientôt... Bientôt.

Toutes ces pensées se bousculaient dans mon esprit en une bouillonnante vision qui s'ordonnait ensuite clairement, assujettie par mon cerveau méticuleux et avide de contrôle. La liberté et la paix, la justice et la vie ne triompheraient qu'au prix de cette rigueur et de cette discipline dissimulées derrière une fantaisie et une folie bien réelles mais trompeuses. Mon atout majeur était précisément ce qui avait leurré tout le monde jusqu'à présent. Mon apparence inoffensive. Mon activité futile. Ma frivolité. Tout cela n'était pas un écran de fumée, mais bel et bien une part de ma vie qui en dissimulait d'autres. Mais c'était la seule que je donnais à voir, du moins jusqu'à ce soir, où je m'étais partiellement dévoilé devant deux personnes. Dont une n'avait visiblement pas l'intention de se contenter de si peu. Les femmes sont à plus d'un titre bien souvent plus redoutables que les hommes pour  tirer des renseignements. Celle-ci était particulièrement curieuse et son choix de carrière s'expliquait en grande partie par ce trait. Touchante par son côté fan, charmante jeune femme, la journaliste était à manipuler avec précaution, un peu comme une grenade dégoupillée qui menaçait d'exploser à tout moment. Or cette grenade, c'était moi-même qui l'avais dégoupillée en attirant Héléna Carter et Grant Stevenson là où je voulais qu'ils mettent leur nez.  Je secouai la tête en souriant.

- J'ai voulu vous confronter à O.C.C.R.S.E.A. et à moi-même pour savoir ce que vous aviez sous le pied. Je n'ai pas été déçu. Votre vélocité à pister et à analyser mes indices font de vous le parfait relais entre mes projets et les Pacificateurs. Il me fallait une entrée, une accroche, une sorte de cheval de Troie mais bienveillant. Je ne pouvais arriver au QG des Pacificateurs en disant "hey salut on partage certaines idées, je veux vous aider". Vous êtes mon agent de transmission, si vous acceptez de jouer ce rôle.


Je l'écoutais déballer toutes ses déductions sous l’œil probablement perplexe d'Hawkins. Je fronçais les sourcils et levai la main pour mettre un terme à ce déballage prématuré. Certes j'avais voulu mettre un coup de pied dans la fourmilière endormie du Phoenix. Et pour cela j'avais testé deux personnes que je pensais en faire partie. Je leur avais balancé des miettes d'informations me concernant pour les appâter mais surtout je les avais mis en présence de l'arme la plus monstrueuse jamais imaginée par les scientifiques à la solde du Gouvernement. Il était toutefois trop tôt pour aller plus loin à ce sujet. La cyberwar n'avait pas encore commencé et elle ne débuterait que lorsque nous aurions une chance de la gagner. D'ici-là pourquoi affoler tous ces gens en dévoilant les plans de Van Brënner et de sa clique de programmeurs donc Williams avait fait partie sans s'en douter, et dont je faisais partie de façon délibérée.

- O.C.C.R.S.E.A n'est pas qu'une somptueuse installation informatique au service de la science et du Centre de Recherches. C'est une entité. Une entité douée de raison et de libre arbitre. Elle est destinée à court terme à gérer l'arsenal militaire et la force de frappe interne et externe de la Défense. Et ... Ma voix devint sombre lorsque j'ajoutai Et bien d'autres choses encore.

Un sourire ironique se dessina furtivement sur mes lèvres mais s'évanouit au fil de ma narration.

- Van Brënner traficotait tout seul sur ce projet avec une équipe en sous-marin. De Nephtys n'est pas au courant d'après mes sources.  Une sorte d'offrande qu'il veut  faire à la passion de sa vie. Certains hommes offrent des bouquets de fleurs à leur dulcinée pour témoigner de leur passion. Mais on a deux monstres aux commandes, ne l'oublions pas. Eux, ils s'offrent des cadavres, des massacres, des armes, des complots, des projets d'aliénation massive. Je l'ai stoppé net dans sa progression en utilisant Williams. Vous pouvez me traiter de monstre aussi. J'en suis un et je l'assume. Williams était condamné de toute façon. Pour différentes raisons. Je le suis aussi. Notre association a été un peu implicite. Je ne lui ai pas tout dit, il ne m'a pas tout dit. Nous œuvrions dans le même but et c'est tout ce qui nous importait. Sa mort, s'il meurt, sera un poids de plus sur ma conscience. Mais il faut un type pour faire le sale boulot et je me suis porté volontaire depuis longtemps. Toujours est-il que depuis notre manœuvre commune, Van Brënner se retrouve isolé au sein du Gouvernement, en disgrâce. Cela nous accorde un petit répit pour avancer.


Je haussai les épaules devant la mine de mes interlocuteurs.

- Quoi ? Vous pensiez que la situation était seulement préoccupante ? Que la vie était injuste, les inégalités intolérables ? Il y a longtemps qu'on n'en est plus là, je vous l'ai dit. La situation est au delà de l'urgence. Il y a le feu à la cuisine et leur mégalomanie va signer la fin de ... tout ce qui reste de vie sur cette Terre. Je vous ai mis un premier coup de pied au cul. Mais ce n'est que le premier. Pourquoi ? Au nom de quoi je me permets ça ? C'est ce que vous allez me dire Héléna. Hé bien non ce n'est pas parce que, comme vous semblez le croire, j'ai fondé le mouvement des Pacificateurs. Quelle utopie d'ailleurs que ce mouvement ! Une belle connerie. Mais bref, on n'a pas encore trouvé autre chose. C'est mieux que rien. Je ferai avec. Mais si je me permets de vous secouer dans vos abris c'est parce que j'ai vu ce que vont donner les projets de Van Brënner et aussi ce qui se prépare dans les factions de résistance.


Je m'approchai de la jolie journaliste et la fixai droit dans les yeux.

- J'apprécie votre enthousiasme et votre volonté de m'assister dans le combat que nous allons mener chacun à notre manière. Je sais aussi reconnaitre vos qualités d'investigation. Pourtant il va falloir vous défaire de ces réflexes professionnels en ce qui me concerne. Je ne répondrai pas, pas encore du moins, à toutes ces questions d'ordre personnel. Monsieur Hawkins s'en balance comme de sa première cravate. Je vous demande à présent de me juger par mes actes et non par des suppositions au sujet de ma naissance. Croyez-moi si vous aviez vu ce qu'il m'est donné de voir, vous vous foutriez bien de savoir comment je m'appelle et de qui je suis le rejeton. Vous courriez annoncer aux vôtres que la guerre a commencé et qu'elle sera sans issue à moins qu'on prenne de vitesse ces psychopathes qui nous gouvernent. Vous tous, Pacificateurs, allez avoir votre part à jouer sur le terrain mais ne commettez pas l'erreur de restreindre votre vision de la situation à un seul front et ne négligez aucune alliance. Je vous contacterai lorsque je l'estimerai nécessaire et vous me contacterez si vous ne trouvez pas de solution par vous même à un problème de terrain. Vos leaders doivent pouvoir évaluer quand cela est absolument nécessaire. Nos échanges doivent se limiter au strict minimum. Le Gouvernement a aussi des moyens de nous surveiller. Il ne faut pas commettre l'erreur de sous estimer l'ennemi.

Adossé contre un le mur, les bras croisés, je hochai la tête et les embrassai à présent tous deux du regard.

- Il va sans dire que cette entrevue doit rester des plus secrètes et que seuls les éléments qui concernent tous les Pacificateurs doivent être abordés en réunion plénière. Héléna vous serez mon agent de transmission avec le Phoenix et je ne veux rien avoir à faire avec votre leader. Il faut éviter de l'exposer inutilement. Je suggère l'écriture d'un livre sur "Gabriel Laymann le phénomène musical d'une génération", comme prétexte à nos rencontres à venir. Quant à l'heure et au genre, concernant ma mort, j'estime qu'un homme a le droit à ce choix ultime. Je ne reconnais aucun maître et aucun lien, aucune loi ici-bas. Mara a une famille dont elle doit se soucier, sans avoir besoin de s'encombrer d'un faux cas de conscience à mon sujet. Celui auquel vous faites allusion est mort il y a déjà longtemps.

Je tendis la main à la journaliste et fan en la gratifiant d'un clin d’œil.


- Je sais, c'est totalement dingue. Ma vie est totalement dingue depuis bien des années. On ne s'y habitue jamais vraiment. N'essayez donc pas de vous habituer à ça. Bon, il est temps que je retourne auprès de mes invités mais je pense que vous allez prendre une autre direction, si je ne me trompe. N'ayez crainte, je vous excuserai auprès des personnes présentes dans notre alcôve. Un dernier conseil: vous me voyez peut-être comme un oiseau de mauvais augure. Détrompez-vous. Si je suis encore là c'est que je pense qu'il y a un espoir. Je suis porteur de mauvaises nouvelles oui, c'est vrai, mais l'urgence est bien réelle. Il n'est rien que j'ignore de vos combats passés et à venir. Ceux que je mène rejoignent les vôtres sur bien des plans. Je pourrai sembler hostile ou ennemi dans le futur mais ce sera dicté par la nécessité d'un combat à une autre échelle. Même si vos yeux ne verront en moi qu'un monstre, votre conscience devra se questionner.


J'actionnai le mécanisme qui libérait la sortie et l'escalier et je leur fis signe de passer. Une étape était désormais franchie mais elle constituait un petit pas pour une ascension qui s'annonçait vertigineuse et propice à une chute tout aussi fatale.

HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 755

Localisation : Toujours à fouiner !
Côté coeur : En plein doutes

Activité/Profession (du personnage) : Journaliste/ Reporter de terrain au Times
avatar
Héléna Carter
Pacificatrice Asarienne
MessageSujet: Re: (Terminé)[Intrigue Deus ex Machina] Demandez le programme pv Michael Hawkins et Helena Carter   Mar 10 Mai - 12:42

Merci pour l'aventure Wink:
 





© Ponzu
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

(Terminé)[Intrigue Deus ex Machina] Demandez le programme pv Michael Hawkins et Helena Carter

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Path of Might Chapitre 4 : Deus Ex Machina [à ne pas lire, ce serait une perte de temps]
» Deus Ex Machina
» Deus ex machina [Pv Ouranos - Didon]
» Deus ex machina } Johan
» DEUS EX MACHINA | Chasse continue.

Asaria : Le monde de la Prophétie ::  :: Hôtels & Palaces :: » Le Rubis Etoilé :: • Suite Champagne de G. Laymann-