Après l'aube [PV Scarlett]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
avatarInvité
Invité
MessageSujet: Après l'aube [PV Scarlett]   Jeu 18 Fév - 14:15


Assis sur le toit du Rubis Étoilé avec une cigarette se consumant lentement entre mes doigts, mon attention avait dérivée depuis bien longtemps …  Si j'étais initialement monté afin de me détendre quelques instants, j'avais eu tôt fait de m'asseoir sur l'une des chaises qui traînait là en tout temps, signe que l'endroit était aussi bien fréquenté par des clients en mal de solitude aérienne que par le personnel lors des pauses. Après tout, la vue était aussi agréable que le lieu était calme – en tout cas lorsque toute une foultitude n'avait pas la même idée pile au même moment – et cela faisait donc des très nombreux mois que j'avais également pris cette habitude. Paquet de clopes à la main afin de m'aérer l'esprit et de ne pas enfumer ma chambre. Surtout m'aérer l'esprit en fait, si je devais être tout à fait honnête.

Scarlett Rose Clane …

Celle qui avait passé la soirée de l'after au bras de Gabriel ne quittait plus mes pensées depuis que je l'avais bousculée, et il me suffisait de fermer les yeux pour revoir son joli sourire, ses yeux de biche, ses lèvres bien dessinées, et … rhaaaa ! Dire qu'elle était un peu trop présente dans mes pensées était loin d'être faux – m'empêchant quelque peu de me concentrer par moment d'ailleurs – mais je n'arrivais pas à déterminer si c'était cette charmante demoiselle qui accaparait mon esprit, ou alors les quelques informations que j'avais pu glaner sur elle. Ou plutôt que Gab' avait lâché de-ci de-là, sans même se rendre compte de la manière dont il l'avait qualifiée à ces moments-là. Apprendre qu'il avait amenée une Humaine en plein cœur d'une soirée réservée au gratin Asarien était déjà choquant en soi tant c'était risqué, mais lorsque j'avais en plus appris qu'elle était son esclave, je n'avais pas su réagir. Pas voulu non plus. Le chanteur avait d’innombrables défauts qui se disputaient incessamment à ses qualités, de même qu'il était loin d'être correct avec les femmes, mais je n'aurais toutefois jamais imaginé qu'il fût de ceux capables d'acquérir une vie Humaine pour se l'approprier. Et pourtant …

Pire que son esclave, Scarlett était son esclave sexuelle, et lorsque je l'avais aperçue par une vitre quelques jours après l'after, déambulant seule en ville et m'inquiétant donc qu'elle pût avoir des soucis avec la Milice, la réponse de Gab' m'avait proprement sidéré. ''Je la corrigerai ce soir'' avait-il dit … ou quelque chose d'approchant … et j'avais préféré laisser mon regard errer sur sa jolie silhouette à la place de soutenir celui de cet homme que j'avais quelque fois l'impression de ne pas comprendre du tout. La corriger ? Comme on frapperait … comme on frapperait qui d'abord ? J'aurais bien dit un animal récalcitrant, mais même dans le cas d'un simple animal, j'aurais déjà été choqué de cette violence domestique. Alors un être Humain … Je n'étais pourtant pas idiot et savais donc très bien dans quels travers était tombée la société, mais je n'aurais jamais pu penser que Gabriel serait du genre à y sombrer également. Il avait certes mauvais caractère, il s'emportait quelque fois trop vite et allait trop loin, il se faisait même un plaisir de devenir vexant lorsque son humeur à lui n'était pas bonne … mais n'était-ce pas simplement les conséquences d'un emportement excessif ? Malgré tous ses défauts le rendant quelque fois difficile à vivre, j'étais en effet persuadé qu'il avait un bon fond – la preuve, puisqu'il m'avait sortit du Bidonville avant de tout m'offrir – mais le cas de Scarlett me laissait toutefois pensif.

Scarlett qui avait l'air aussi belle que fragile.
Scarlett qui avait l'air aussi douce que perdue.

Contrairement à certaines Asariennes multipliant les toilettes pour toujours attirer l'attention sur elle, cette demoiselle-là marquait par sa simplicité et son naturel, et il fallait bien avouer que sa beauté se dispensait parfaitement de tous les artifices dont ces femmes aimaient se couvrir. Son simple sourire était plus envoûtant que tous les diamants que j'avais déjà pu voir scintiller au cou et aux oreilles des riches fans du groupe, et si je n'avais jamais eu aucun intérêt pour ces bijoux, je devais bien avouer qu'il en était tout autre pour la frimousse de Scarlett …

« Aïe ! »

À rêvasser avec une cigarette entre les doigts, celle-ci s'était consumée jusqu'à me brûler légèrement un doigt, et j'étouffai un juron tout en laissant tomber le mégot à terre. J'ignorai depuis combien de temps j'étais là à ne rien faire, mais tout en m'étirant largement pour délasser mes muscles, je pris conscience que cela devait déjà faire pas mal de temps puisque l'aube grisâtre s'était enfin levée pour dévoiler une belle journée. Une journée que j'allais sans doute occuper à répéter, et ce fut justement sur cette idée que je me levai de ma chaise en faisant craquer mes doigts.
Revenir en haut Aller en bas
Messages : 146

Côté coeur : Enchaînée

Activité/Profession (du personnage) : Femme de chambre - Esclave
avatar
Scarlett Rose Clane
Humaine Esclave
MessageSujet: Re: Après l'aube [PV Scarlett]   Jeu 25 Fév - 22:39

Debout, dans le milieu du salon, j'observe ce qu'on ne peut pas voir à l’œil nu. J'observe le souvenir de l'avant veille. Dans ce salon, il y a deux nuits s'était déroulé une scène des plus sanglantes … Je me souviens du corps d'Aislinn, étendu sur la grande table, convulsant, puis se cambrant douloureusement à chaque coup de défibrillateur porté par le docteur Lee qui tentait de faire repartir son cœur, et Gabriel qui me tenait, m'empêchant de voir mon amie se battre contre la mort … Au final, celui-ci était reparti … difficilement. Aujourd'hui, Aislinn, mon amie, est plongée dans le coma. Tout ça à cause d'un homme – si on peut continuer d'appeler ainsi un tel monstre – qui n'a pas supporté qu'une jeune femme le remette à sa place … Gabriel m'a promit qu'elle serait vengé. Si j'en avais la force … le courage … Je m'en serais occupée moi même. Mais j'en suis incapable …

Mon regard se baisse sur mes mains. Son sang … J'avais eu son sang sur les mains et j'ai beau les laver, j'ai toujours l'impression que le liquide tâche ma peau pâle. Un long soupire las s'échappe d'entre mes lèvres, s'évanouissant dans cette grande suite silencieuse. A l'exception de quatre personnes, nul ne sait ce qu'il s'est déroulé ici. Quiconque s’assiérait sur ce canapé ne saurait qu'une jeune femme au poumon perforé avait agonisé ici …

Quoi qu'il en soit, je suis incapable de rester ici, toute seule. Gabriel a du sortir pour je ne sais quelle raison. Je sais juste qu'il sera absent pour la journée. Et si je reste ici … je vais devenir folle, je le sens. J'aimerai contacter le professeur Lee afin de connaître l'état d'Aislinn, mais je connais parfaitement le caractère officieux de sa situation. Peu de gens doivent savoir qu'elle se trouve là bas.

Il est encore tôt, et je n'ai encore aucune idée de comment occuper cette longue journée qui s'annonce. J'enfile un épais gilet en laine et finis par claquer la porte de la suite derrière moi. Je reste face à l'ascenseur de longues secondes sans savoir si je dois descendre ou monter, me mêler à la population asarienne ou m'isoler sur le toit de l'hôtel. J'opte pour la seconde proposition et m'engouffre dans la cage d'acier qui m'élève jusqu'aux sommets du palace. A en croire la grande silhouette déjà présente sur les lieux, je ne suis pas la seule à recherche l'isolement. Mon premier réflexe aurait été de tourner les talons et partir en quête d'un nouvel endroit. Mais cette dite silhouette me paraît plus familière que je ne l'aurai cru. Ce grand brun aux longs cheveux, cette carrure forte … Je souris en coin au souvenir de ce guitariste au regard parfois trop insistant. En y repensant, heureusement qu'il avait été là lors de l'After … Car il ne faut pas ignorer que c'est en parti grâce à lui si j'ai pu me sentir à mon aise. Je l'observe un instant, ne sachant pas réellement si je devais sortir pour le saluer ou plutôt ne pas l'importuner et repartir d'où je viens. Au final, je me dis que cela serait bien impoli de ma part de faire comme si je ne l'avais pas vu, j'apparais alors à la lumière naissante du jour.

-Tu es bien matinal … Ou alors c'est moi qui me lève trop tard. Dis-je doucement en me plaçant à côté de lui avec un petit sourire malgré des traits clairement tirés à cause du manque de sommeil. Bonjour, on ne s'est pas recroisé depuis l'After je crois …
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatarInvité
Invité
MessageSujet: Re: Après l'aube [PV Scarlett]   Ven 26 Fév - 15:24


Debout et les bras largement tendus au-dessus de ma tête, j'étais en train de m'étirer sans aucune grâce lorsqu'une voix se fit entendre dans mon dos, me poussant à me retourner aussitôt pour découvrir … Scarlett … de quoi me donner l'impression qu'à chaque fois que j'allais la rencontrer, ce serait dans une situation pas vraiment à mon avantage. La première fois, je l'avais bousculée. Maintenant, elle me trouvait en train de m'étirer comme un pantouflard maladroit, un peu comme si mon corps était trop grand pour moi …

« Bonjour Scarlett … et oui il est tôt, mais j'ai toujours eu l'habitude de me lever assez tôt en fait. »

La grasse matinée était en effet un luxe dans le Bidonville, et même si je n'y habitais plus depuis belle lurette, j'avais pourtant conservé l'habitude de me lever très tôt le matin. Ou en tout cas de ne pas paresser trop longtemps au lit vu les horaires décalées qui étaient désormais les miennes, entre toutes ces répétitions et ces soirées se finissant souvent aux aurores. Un mode de vie dans lequel je m'étais parfaitement coulé même s'il était à des kilomètres de celui qui avait été le mien durant toute ma jeunesse, et je devais bien avouer que j'étais comblé de tous ces changements ! En rencontrant Gabriel, j'avais eu la chance d'entrer dans une vie de musique où ma guitare était enfin devenue mon outil de travail, j'avais eu la chance de rencontrer des amis formidables, j'avais eu la chance d'être pris sous l'aile d'un homme bien. Et j'avais aussi la chance d'avoir cette femme en face de moi, cette femme qui me tira un sourire bête tandis que je m'assis près d'elle.

Depuis l'after, j'avais croisé furtivement sa silhouette dans la rue, j'avais fait l'erreur de le dire à Gab', mais je ne savais pas vraiment comment le lui avouer et comment m'assurer que son escapade s'était achevée sans encombre …

« On a été pas mal occupés après l'after, mais ça fait plaisir de te revoir en tout cas. Par contre tu as une petite mine, est-ce que ça va ? »

Non seulement elle avait l'air fatiguée mais en plus, elle n'avait pas l'air d'être au meilleur de sa forme, ce qui ne manquait pas de m'inquiéter un peu à vrai dire. Après qu'elle fût revenue de sa sortie en ville, Gabriel avait-il réellement osé la ''corriger'' ? Cette simple idée me fit soudainement serrer les poings bien malgré moi, mais s'il y avait bien une chose que je détestais, c'était qu'on s'en prît à une femme ! Je n'étais pourtant pas misogyne, je ne les considérais ni comme inférieure ni comme incapable de se défendre, mais elles méritaient tout simplement d'être protégées et choyées. Et s'il s'agissait de Scarlett en plus …

« Gabriel est quelque fois un peu dur à suivre, il n'arrête jamais de bouger, c'est lui qui te fatigue ? »

Le tout demandé dans un sourire amusé, espérant que cette question anodine pourrait m'en apprendre davantage sans pour autant qu'elle ne me prît pour un voyeur ou quelque chose d'approchant. Mais après tout … n'étais-je pas un peu malsain de m'immiscer ainsi dans leurs affaires ? La question se posait en tout cas, mais j'estimais en toute honnêteté que non. Parce que le statut d'esclave de cette femme me dérangeait, parce que les propos rudes de Gab' m'inquiétaient, et parce que … parce que c'était Elle.
Revenir en haut Aller en bas
Messages : 146

Côté coeur : Enchaînée

Activité/Profession (du personnage) : Femme de chambre - Esclave
avatar
Scarlett Rose Clane
Humaine Esclave
MessageSujet: Re: Après l'aube [PV Scarlett]   Ven 4 Mar - 20:39

Voir Zack me fait sourire. J'ai beau ne pas le connaître, je l'ai déjà pris en sympathie, ce grand dadet un peu maladroit … Il semble être un jeune homme tout à fait adorable, incapable du moindre mal. C'est le genre de personne que j'ai envie de connaître davantage. Je suis sûr que je m'entendrais bien avec lui.

Je m'installe sur une des chaises présentes et observe la vue qui s'offrait à nous. Les toits d'Asaria … Je les observais souvent des Bidonvilles quand j'étais petite. Avec Tom, du haut de ce qu'on appelait notre forteresse qui n'était en réalité qu'un tas de tôles et de cagettes en bois. Ça paraissait être un monde si vaste, si merveilleux quand je l'observais à travers mes yeux d'enfant. Cela semble si puéril aujourd'hui … Mais tout semble si grand, si beau, lorsqu'on a que l'innocence comme point de comparaison. Malgré tout cela, le paysage qui me fait réellement rêver et que je ne peux qu'imaginer, ce sont les terres sauvages …

Je lui offre un nouveau sourire lorsqu'il se dit content de me revoir, posant mon regard sur lui, m'apprêtant à lui répondre que c'était réciproque. Par contre, celui-ci s'efface rapidement. Il a remarqué mes traits tirés et mon regard fatigué. Je passe une main dans ma longue tignasse brune, cherchant mes mots. Il a beau ne rien avoir d'une personne dont on doit se méfier, je ne suis pas certaine d'avoir le droit de lui dévoiler certaines informations. Si j'ai appris quelque chose depuis que je vis ici, c'est bien de réfléchir à deux fois avant de parler et encore plus quand il s'agit d'agir.

J'ouvre la bouche une première fois, prête à répondre mais il surenchérit en me demandant si c'est Gabriel qui est fatiguant. Je ne peux m'empêcher de sourire à nouveau, me pinçant les lèvres. Ca c'est sûr qu'il bouge beaucoup et je dois m'accrocher pour le suivre, lui et ses sautes d'humeur. Je détourne alors le regard, baissant le regard sur mes mains ouvertes, ces mains que je revoyais encore tâchées de sang.

-Il peut se montrer ... assez fatiguant c'est vrai. Mais j'ai le temps de récupérer vu qu'il est souvent absent en journée. Je trouve tout le temps le temps de me reposer, sauf …

Je m'interromps, mordillant nerveusement l'intérieur de ma lèvre et lâche un soupire avant de poursuivre.

-Sauf quand j'arrive pas à fermer l’œil de la nuit … J'ai eu …

Nouveau soupire, suivi d'une petite grimace. Et puis quoi encore … Je vais lui dire qu'un homme a braqué une arme sur moi et mon amie et que c'est celle-ci qui a pris la balle ? Pour ensuite lui raconter comment j'ai appelé Gabriel au bord des larmes, et que c'est les mains tâchées de sang, mon amie dans le coma que j'ai découvert qu'en fait il était plus proche d'elle que je ne le pensais, mais qu'il souhaitait me le cacher pour je ne sais quelle raison. Qui voudrait entendre ça ?

-Je vais pas t'embêter avec mes histoires, tu as sans doute mieux à faire.

D'ailleurs, je suis surprise qu'il ne soit pas avec Gabriel. Je pensais qu'ils allaient encore passer une journée de répétition, de promotion ou je ne sais quoi en rapport avec leur groupe. Que peut-il bien faire dans ce cas ?

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatarInvité
Invité
MessageSujet: Re: Après l'aube [PV Scarlett]   Mar 8 Mar - 14:12


Si elle m'avait initialement souri, Scarlett ne tarda pas à se rembrunir lorsque je lui fis remarquer qu'elle avait l'air fatiguée, cette petite mine trahissant bientôt une certaine nervosité qui ne me plut pas vraiment. D'autant plus lorsqu'elle alla jusqu'à détourner le regard face à ma remarque soulignant que Gab' n'était pas toujours très facile à vivre, ce qu'elle confirma bientôt en ajoutant qu'elle avait des insomnies l'empêchant de se reposer. Un aveux qui lui semblait d'ailleurs difficile si je devais en croire toute son attitude, de ses soupirs jusqu'à ses lèvres qu'elle mordillait comme une gamine prise en faute, de son regard fuyant jusqu'à cette petite grimace qui étira bientôt sa bouille. Il aurait fallu être aveugle pour ne pas se rendre compte que quelque chose n'allait pas, et je saisis alors doucement l'une de ses mains qu'elle continuait de fixer avec insistance, la serrant doucement comme pour la rassurer tandis que j'en éprouvais la chaleur agréable.

« Tu ne m'embêtes pas, alors qu'est-ce qui se passe ? Est-ce qu'il y a un soucis ? »

J'avais bien failli rajouter ''avec Gabriel'' mais m'étais retenu pour ne pas la mettre encore plus mal à l'aise, parce qu'elle l'était déjà bien suffisamment. D'autant plus que le problème pouvait avoir une autre source si je voulais bien être un peu objectif, et que Scarlett devait sans doute se sentir déracinée à être ainsi passée du Bidonville à cette vie-là, pleine de luxe mais aussi d'Asariens dont la mentalité n'était pas toujours aisée à suivre pour qui ne les connaissait pas. Sans compter qu'elle avait peut-être aussi une famille, des amis, des proches … qui n'attendaient que son retour et s'inquiétaient de la savoir ici ou même de ne pas avoir de ses nouvelles. Peut-être même étaient-ce eux qu'elle avait voulu rejoindre lorsque je l'avais aperçue en ville. Alors, avait-elle pu les retrouver si c'était le cas ? Lui poser la question aurait été un aveux du fait que je l'avais vue – et vendue bien malgré moi – et ce même si elle savait déjà que je connaissais sa race comme son statut, d'autant plus que j'avais été suffisamment maladroit à l'after pour lui dire que j'avais reconnu en elle la prostituée du Multiplex …

Mais pour l'heure, il n'était pas question de mes maladresses mais bien du malaise qui semblait l'habiter depuis que j'avais décidé de lui poser quelques questions sûrement trop indiscrètes, et ma main n'avait d'ailleurs pas lâchée la sienne depuis quelques instants déjà. Un geste qui pouvait lui aussi la gêner mais pourtant, je n'avais pas envie de la lâcher. Pas du tout envie même. J'avais au contraire envie de la garder près de moi pour encore voir un sourire éclairer son joli visage.

« Tu as déjà petit-déjeuné ? Je n'ai pas encore pris le temps et je commence à avoir faim, alors viens ! »

Un bon café et quelques viennoiseries sucrées ne pourraient que lui faire du bien et la requinquer un peu, et ce fut alors dans un sourire que je me levai tout en la tenant toujours, l'entraînant bientôt à ma suite tandis que nous rejoignîmes l'ascenseur qui nous conduisit jusqu'à l'étage de ma suite. Une suite où j'aurais d'ailleurs pu faire apporter un repas mais bizarrement, j'avais plutôt envie de l'emmener en ville pour nous permettre de sortir un peu de l'atmosphère caractéristique du Rubis Étoilé.

« Je connais un salon de thé très sympa en ville, ça te tente ? Tu as besoin de récupérer des affaires ? »

De mon côté, je venais déjà d'enfiler ma veste et n'attendais donc plus que sa réponse, sourire aux lèvres et impatience chevillée au corps.
Revenir en haut Aller en bas
Messages : 146

Côté coeur : Enchaînée

Activité/Profession (du personnage) : Femme de chambre - Esclave
avatar
Scarlett Rose Clane
Humaine Esclave
MessageSujet: Re: Après l'aube [PV Scarlett]   Lun 21 Mar - 20:21

Je fus assez surprise de voir la grande main de Zack entourer la mienne, mais je ne bouge pas, appréciant même ce contact qui se voulait sans doute, et fut perçu comme tel, rassurant. Mon regard se lève vers lui afin de croiser son regard attentionné. Pourquoi est-il comme ça avec moi au juste ? Je dévie mon regard un instant avant de le poser à nouveau sur lui.

-Une amie a … des soucis. Et je m'inquiète beaucoup pour elle.

Je n'ose toujours pas lui en dire davantage, mais au moins cela pourrait sans doute le rassurer un minimum, enfin j'espère, le but n'étant pas qu'il s'inquiète outre mesure. Qu'il ne s'inquiète pas du tout d'ailleurs. Pourtant, cela se voit dans son regard. Et ça me trouble.
Sa proposition à déjeuner est bienvenue. C'est vrai que je n'ai encore rien mangé depuis que je suis levée et malgré une gorge un peu nouée, la faim est là. Un très léger sourire éclaire mon visage alors qu'il se lève, m'entraînant avec lui. Je hoche donc une première fois la tête, tout en le suivant, resserrant instinctivement ma main autour de la sienne, comme pour ne pas la perdre. Il y avait, dans ce contact aussi simple, quelque chose d'agréable, de rassurant. Comme une présence qui pourrait combler ma solitude, outre l'aspect physique de la chose.

-Non, et à vrai dire je meurs de faim.

Oui, maintenant que l'atmosphère semble plus douce, plus paisible, la faim se fait de plus en plus présente. Rien à voir avec celle qui pouvait m'habiter au temps où je vivais encore dans les bidonvilles, cette faim qui vous sert les entrailles, cette sensation qui à force devient habituelle.
Je suis donc le guitariste jusqu'à sa suite, dans laquelle je me montre discrète, regardant juste furtivement ce qui m'entourait. Lorsque je croise son sourire, le mien apparaît instantanément. Cela semble contagieux avec lui …

-Oui pourquoi pas, si tu le dis je te fais confiance. Hm, je vais juste enfiler quelque chose de plus … présentable.

A force, j'ai compris à quel point l'apparence peut être source de jugement par ici, et même si ceux-ci m'importent peu, je préfère tout de même éviter le regard dédaigneux de ces Asariens imbus d'eux même. Je rigole un peu nerveusement et nous guide jusqu'à la suite de Gabriel. Enfin, la mienne aussi du coup. Je pars troquer mon gilet informe contre un manteau plus élégant et reviens vers Zack, le visage déjà un peu plus rayonnant malgré mes traits toujours irrémédiablement fatigués.

-Et voilà … On peut y aller.

J'hésite un instant à reprendre sa main, mais ce contact avait paru si naturel que ma main reprend sa place dans la paume du musicien, rejoignant la sortie du vaste hôtel. Je le laisse nous guider vers le fameux salon de thé, inspirant lentement les odeurs caractéristiques d'une douce matinée comme celle ci, mon regard se portant de temps à autre sur ce charmant compagnon.

-Tu n'es pas avec Gabriel aujourd'hui ? Je pensais que vous seriez partis pour une nouvelle journée de répétition.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatarInvité
Invité
MessageSujet: Re: Après l'aube [PV Scarlett]   Jeu 24 Mar - 0:09


Une de ses amies avait apparemment des ennuis – raison de sa petite mine inquiète – et je sentis alors ma propre inquiétude être énormément soulagée face à cette information, rassuré que je fus de savoir qu'elle-même ne s'était pas retrouvée dans des difficultés pire que celles de devoir supporter Gabriel au quotidien. Une réflexion qui n'était d'ailleurs pas tellement objective, je devais bien l'avouer, parce que je le supportais moi-même depuis quelques années déjà et que je n'aurais échangé sa présence pour rien au monde. Si notre leader avait ses défauts, il était également doté de qualités aussi rares que précieuses dans cette Asaria si rude pour nous les Humains, et habituellement je le reconnaissais sans aucun soucis. Mais depuis l'after … depuis l'after, mon esprit était indéniablement ailleurs. Et indéniablement influencé par une Scarlett qui n'avait pas repoussé ma main et qui me souriait en prime. J'étais idiot, je le savais, mais j'étais pourtant heureux de l'avoir près de moi en cet instant. De cet instant que je ne voulais pas voir s'arrêter, aussi lui proposai-je d'aller petit-déjeuner en ville afin que nous puissions nous balader un peu et profiter de cette belle journée. Un tour dans nos suites respectives et nous étions prêts, et j'avais d'ailleurs profité du passage chez Gab' pour lui laisser un petit post-it placé bien en évidence sur le petit meuble d'entrée près duquel il abandonnait bien souvent ses pompes.


« Scarlett est avec moi, on va faire un tour en ville.
Zack. »


Pas besoin d'en dire davantage, je voulais simplement qu'il fut au courant que la demoiselle était avec moi et qu'elle ne risquait donc rien à être hors de l’hôtel – ni de la part de la Milice ni de sa part à lui – et nous partîmes aussitôt tandis que sa main était venue retrouver la mienne dans un geste si naturel qu'il m'arracha un énième sourire d'imbécile heureux. Mais tout de même pas imbécile au point d'en oublier un petit détail que je glissai dans la conversation avant de répondre à sa propre question.

« Par contre, il est à une bonne vingtaine de minutes de marche, tu veux y aller à pied quand même ou alors on prend une voiture ? Personnellement j'adore marcher, donc ça pourrait faire une balade sympa si tu veux ? »

Marcher, encore et encore, des kilomètres et des kilomètres. Si ce moyen de déplacement basique était élémentaire dans le Bidonville dépourvu de tout luxe, ça ne m'empêchait pas d'avoir toujours apprécié les grandes marches de plusieurs heures. À rêvasser tout en se perdant à moitié, comme pour toujours mieux redécouvrir mon environnement.

« Gab' avait une réunion boulot aujourd'hui, et le côté commercial n'est vraiment pas ce qui m'intéresse le plus. »

Ce qui ne m'empêchait pas d'avoir effectivement prévu de répéter toute la journée, mais je préférai ne pas le dire à Scarlett, de peur qu'elle se sentît coupable de m’ennuyer et souhaitât plutôt rentrer pour me laisser travailler. Après tout, je n'avais aucun emploi du temps obligatoire en ce qui concernant ma guitare, et j'appréciais assez l'idée de la délaisser aujourd'hui pour mieux passer du temps avec cette charmante demoiselle que j'étais en train de guider dans une rue puis une autre, traversant bientôt un petit parc encore très calme à cette heure de la matinée pour, de longues minutes plus tard, arriver face à la devanture du salon de thé en question. Et au milieu des bâtiments Asariens aussi gris que formels, cette petite boutique colorée et constellée de fleurs accrochées tout le long d'une grande véranda paraissait réellement sortir de nulle part ! Comme un petit paradis où j'entrai sans hésiter tout en tenant toujours Scarlett par la main, l'emmenant ainsi jusqu'à un patio où les rayons du soleil tombaient déjà sur les quelques tables s'épanouissant autour d'une petite fontaine.

Ici, j'étais presque comme chez moi tant j'aimais venir dès que j'en avais le temps, aussi l'avais-je aussitôt guidée vers cette table que j'affectionnais pour sa position légèrement à l'écart et qui offrait ainsi une tranquillité presque surréaliste en pleine ville.

« Alors, est-ce que l'endroit te plaît ? J'adore venir ici dès que j'ai un peu de temps à moi, ça change de l'ambiance de l'hôtel. »

D'autant plus que déjà, une femme blonde et au sourire vissé sur le visage fit son apparition pour nous laisser deux cartes tout en nous souhaitant la bienvenue, me glissant que cela faisait quelque temps déjà qu'elle ne m'avait pas vu tout en me demandant des nouvelles. Mais si nous échangeâmes quelques mots, la présence de ma cavalière poussa toutefois la serveuse à écourter la discussion afin de ne pas nous déranger, et elle se retira donc bientôt tout en nous précisant qu'elle repasserait dans quelques minutes pour prendre notre commande. Et justement, mon doigt était en train de pointer quelques lignes de la carte afin d'offrir quelques explications à Scarlett !

« Les viennoiseries sont toutes fraîches et sont juste excellentes, et leur pain perdu est juste monstrueux ! »

Le pain perdu, le pêcher mignon de mon enfance ! Celui qui réussissait à dissimuler la pauvreté sous un goût sucré à se damner … tout comme je profitais pleinement d'avoir réussi à enlever ma jolie cavalière afin de pouvoir profiter d'elle toute une journée.
Revenir en haut Aller en bas
Messages : 146

Côté coeur : Enchaînée

Activité/Profession (du personnage) : Femme de chambre - Esclave
avatar
Scarlett Rose Clane
Humaine Esclave
MessageSujet: Re: Après l'aube [PV Scarlett]   Lun 11 Avr - 15:24

Marcher ne m'a jamais dérangé. Si je n'ai de toute manière jamais eu le choix, je n'ai jamais vu d'inconvénients à devoir marcher des kilomètres. Je trouve même cela beaucoup plus agréable que de devoir s'enfermer dans ces boîtes de métal … C'est légèrement angoissant comme sensation, de dépendre d'une machine pour se déplacer, alors qu'à pied, nous sommes entièrement libres de nos mouvements. Voilà pourquoi j'accepte sans hésiter que nous nous rendions à notre point de destination à pied. Et à vrai dire, je ne vois même pas le temps passer que nous arrivons déjà face à cette petite boutique devant laquelle je bloque un instant … Si j'avais pensé trouver ce genre d'endroit sous les dômes …

Je me laisse guider à l'intérieur de ce lieu qui ressemble à un petit coin de paradis, comme si nous venions de passer dans un autre monde. Et même si je n'aurai jamais pensé qu'un tel lieu pourrait plaire à Zack, cela m'en apprend davantage sur lui, comme un petit bout de sa personnalité transposait dans ce lieu aux allures féeriques.

Assise, je retire ma veste et je sens déjà les rayons du soleil venir réchauffer ma peau, ce qui me tire un léger sourire. J'aime cette ambiance, alors que l'esprit un peu endolori par le manque de sommeil, je peux apprécier ainsi la chaleur rassurante du soleil.

-C'est vraiment magnifique, soufflais-je en regardant autour de moi pour la quinzième fois au moins, et je pense que je préfère de loin ce genre d'endroit à l'hôtel. Enfin, je m'y plais bien là bas, mais c'est un peu trop … spacieux à mon goût.

Nul besoin de le cacher, il sait parfaitement que je n'ai pas grandi dans le luxe. Alors cela peut être tout à fait compréhensible que j'ai un peu de mal à m'acclimater à cette vie. Enfin je serais bien bête de renier ce mode de vie, mais mettez un chien errant dans une grande maison de porcelaine … il lui faudra un certain temps d' acclimatation, et Dieu sait les bêtises que j'ai faites depuis mon arrivée … Bref.
Je suis les instructions de Zack avec attention, hochant la tête à plusieurs reprises. Le pain perdu … Je me rappelle quand Nana nous en faisait, à moi et à Tom … J'associais tout le temps ça à un jour de fête, c'est donc avec une pointe de nostalgie que j'opte pour ces fameux pains perdus.

-Je vais te faire confiance alors et goûter à ces fameux pains perdus, ça fait une éternité que je n'en ai pas mangé ! Lui dis-je avec un léger sourire.

L'éternité s'apparente ici à peut être un ou deux ans, mais ça me semble venir d'une autre vie, une vie où j'étais encore dans les bidonvilles. Je continue de survoler la carte du regard pour voir les boissons chaudes qui pourraient accompagner un tel petit déjeuner.

-Comment as tu connu cet endroit ? Lui demandais-je, réellement curieuse. On dirait que ça sort de nulle part … Le genre de lieu où tu ne peux pas te rendre, sauf si tu sais déjà que ça existe …

Une fois la serveuse revenue, je lui demande donc ces fameux pains perdus ainsi qu'une tasse de chocolat chaud …
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatarInvité
Invité
MessageSujet: Re: Après l'aube [PV Scarlett]   Lun 18 Avr - 14:55


Manifestement, Scarlett appréciait beaucoup ce salon de thé que j'affectionnais moi-même depuis sa découverte, et je ne pouvais qu'en être heureux. Lorsque j'avais quitté le Bidonville pour me couler dans la peau d'un guitariste Asarien, je m'en étais aussitôt sentit comme déraciné et arraché à ma vie, aussi ne pouvais-je que supposer qu'il devait en aller de même pour elle. Alors qu'ici … ici tout était simplement irréel, comme un endroit magique sortit tout droit d'un conte pour enfants, et cette césure dans nos deux vies de mensonge avait donc un côté aussi rafraîchissant que rassurant à mes yeux. En ce lieu, je n'étais ni un Humain ni un Asarien. En ce lieu, je redevenais simplement un gosse émerveillé et coupé du monde … coupé du monde mais délicieusement rattaché à bon nombre de souvenirs tristes mais enjolivés jusqu'à en paraître heureux, comme ce pain rassis de misère mais habilement dissimulé sous le sucre d'une naïveté et d'une candeur que je ne voulais jamais perdre …

« Il est aussi bon que celui de ma grand-mère, tu ne vas pas le regretter ! »

Le pain perdu, ma grand-mère avait toujours appelé ça le ''goûter de la pluie'', parce qu'elle nous en faisait généralement lorsque les pluies diluviennes détrempaient le Bidonville jusqu'à nous donner l'impression de vivre dans un marécage glauque. Ces soirs-là, l'humidité venait souvent nous saisir jusqu'aux os, et elle sortait alors le vieux pain qu'elle coupait en tranches avant de le plonger dans le lait et l’œuf – si elle en avait encore et qu'elle ne trichait pas avec un peu d'eau – avant d'y tartiner une généreuse couche de sucre qui caramélisait ensuite dans sa poêle usée et tordue. Et même si dans ce salon de thé, le lait, l’œuf et le beurre ne manquaient pas et étaient de qualité, ma nostalgie suffisait à m'abuser pour m'offrir le même goût, celui de mon enfance. Une enfance qui avait pris fin à mon départ pour suivre Gabriel, mais qui s'accrochait toujours à moi aussi sûrement que mon sourire s'accrochait constamment à mes lèvres !

Et lorsque Scarlett sembla s'être décidée dans son choix sur cette longue carte de sucreries en tout genre, elle reprit ma parole pour stopper là ma fuite onirique dans mes souvenirs et ma contemplation de sa beauté. Mon regard de biais quittant rapidement son profil si fin pour en revenir aux pages plastifiées que je connaissais par cœur à force de venir.

« En fait, je l'ai trouvé totalement par hasard. Je m'étais à moitié perdu à force de me balader, j'ai croisé la serveuse dans le parc et je lui ai demandé mon chemin, et elle me l'a indiqué tout en me disant que je ferais bien de venir boire un café comme le temps se couvrait. Et effectivement, il a plu dès que je suis rentré ici ! »

Il pleuvait en plus, alors ce jour-là, j'avais tout naturellement opté pour le ''goûter de la pluie'' en accompagnement de mon café au lait, m'offrant ainsi une petite pause dans un quotidien Asarien auquel je m'adaptais doucement. Un doux dépaysement pour moi qui me sentait totalement dépaysé …

« Mais oui, on dirait un peu un endroit sortit d'une histoire pour enfant, c'est pour ça que j'adore venir ici. »

Pour l'endroit, pour la nourriture, pour les gens si sympathiques également …
Et lorsque la serveuse refit son apparition, je lui commandai tout naturellement du pain perdu avec mon habituel café au lait, y ajoutant également un croissant au chocolat et un à la frangipane. Parce que ce truc au goût si spécial, ça devait franchement être le produit ''de luxe'' pour lequel j'aurais pu me damner tellement c'était bon !

« Alors toi aussi tu mangeais du pain perdu quand tu étais gosse ? Ma grand-mère en faisait toujours quand il pleuvait, elle disait que c'était pour nous remonter le moral. À force avec Lili, on espérait presque qu'il allait pleuvoir souvent pour pouvoir en manger ! »

Lili qui me manquait tellement …
Lili qui avait définitivement disparue de la circulation …
Mais malgré ce léger spleen, mon sourire restait là même si un peu plus las, et je soupirai bientôt avant de me reprendre.

« Et sinon, ça se passe bien pour toi ? Pas trop de mal à t'adapter ? J'ai cru comprendre que Gab' n'aimait pas que tu sortes seule, ça ne te manque pas trop ? »

Et pourquoi d'ailleurs ? Par protection ou par jalousie ? Voire par … non, je ne voulais pas envisager d'autres options, d'autres raisons … de l'enfermer comme un oiseau en cage.
Revenir en haut Aller en bas
Messages : 146

Côté coeur : Enchaînée

Activité/Profession (du personnage) : Femme de chambre - Esclave
avatar
Scarlett Rose Clane
Humaine Esclave
MessageSujet: Re: Après l'aube [PV Scarlett]   Ven 22 Avr - 18:48

J'écoute le récit de Zack, rêveuse. Sa découverte de ce lieu est à l'image de ce dernier, inattendu, surprenant … et en même temps on pourrait croire à un acte de la destinée, à l'avoir entraîné dans ce lieu juste avant que la pluie ne s'abatte. Même si je me prétends adulte malgré mes dix sept ans, j'ai toujours eu besoin de ce côté imaginaire dans ma vie … Un imaginaire qui rend la réalité un peu moins dur … Le guitariste voyait en ce lieu une évasion à la réalité, et je pense qu'il en va de même pour moi. Dans mon enfance, c'était une tour de bidons d'essences et de cagettes en bois … aujourd'hui … je cherche encore ce lieu, mais il pourrait se matérialiser en ce petit café fleuri … ou encore les bras de ce chanteur qui m'a tant apporté …

La question de Zack me ramène à lui, replongeant mon regard dans le sien. Je ne sais rien de lui, ni qui il est, ni d'où il vient. Je me doute qu'il n'est pas Asarien … Ça se voit et ça se sent. C'est sans doute pour cela que je me sens naturellement en confiance avec lui. Et j'ai envie d'en savoir plus sur lui. Après tout, nos vies ne doivent pas être si différentes l'une de l'autre. Sourire aux lèvres, je l'écoute me parler de sa grand mère, et de cette Lili qui semble teinter son regard d'une certaine tristesse. Mon cœur se serre et mes pensées vont automatiquement vers Tom que j'avais perdu il n'y a pas si longtemps. Doucement, par dessus la table, mes doigts viennent effleurer le dos de sa main en un geste compatissant, rassurant … le temps de quelques secondes seulement.

-Je comprends … dis-je d'abord. Libre à lui d'interpréter ces mots comme il l'entend … Chez nous c'est tout le temps Tom qui allait chercher le pain … Moi je me chargeais de nous trouver du lait … Quand on était plus petit, ça ressemblait même plus à une chasse au trésor.  

Je rigole légèrement avant de garder un léger sourire, nostalgique. Chez nous … cet aspect semble tellement illusoire aujourd'hui vu qu'il n'y a plus de « nous » …
Il change finalement de sujet, nous ramenant au présent. Voilà qu'il s'inquiète encore pour moi … Ca me touche.

-Ca va … Enfin j'ai encore un peu de mal à m'adapter à certains aspects de la vie Asarienne, mais je n'ai certainement pas à me plaindre.

Je marque une pause, me passant une main contre la nuque, repensant à tout ce qu'il s'était passé depuis mon arrivée chez Gabriel. Ma rencontre avec les pacificateurs – ou du moins l'une de leur représentante – mon retour aux bidonvilles, et l'attaque d'Aislinn … Mes rares sorties en solitaire n'avaient jamais été de très bonne augure.

-Certaines choses me manquent c'est vrai… J'ai du mal à rester enfermé trop longtemps, mais je trouve généralement de quoi faire. Il n'aime pas trop ça c'est sûr, mais il s'inquiète, c'est tout … et puis il faut dire que je suis du genre plutôt maladroite … Terminais-je en ricanant nerveusement avant de me rendre compte que je parlais à l'homme qui m'a écrasé le pied alors que nous dansions lors de la soirée de l'after. Mais je ne dis rien, me contentant de sourire malicieusement.

-Et toi alors ? Cela fait combien de temps que tu fais parti du groupe de Gabriel … Scarecrow c'est ça ? J'ai pu écouter vos morceaux, et j'aime beaucoup. Je continue de regretter de ne pas avoir pu assister à votre concert la dernière fois, au prochain il faudra me laisser une place hein.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatarInvité
Invité
MessageSujet: Re: Après l'aube [PV Scarlett]   Lun 25 Avr - 15:42


Au grès de mes paroles, sa main était bientôt venue se poser sur la mienne dans un geste rassurant, et je me sentis aussitôt frémir sous le contact doux. De la même manière que j'avais apprécié pouvoir la tenir par la main afin de la guider dans l’hôtel puis dans les rues, j'appréciais également cette chaleur transmise par sa paume, et je devais presque me faire violence pour ne pas l'attraper doucement. Me faire violence et me faire une raison, comme par crainte qu'elle ne filât si j'osai commettre un impair … Mais d'impair, je semblais n'en commettre aucun justement – en tout cas pour le moment – mais la voix légère et amusée de Scarlett ne tarda pas à me ramener à cette danse partagée lors de l'after et pendant laquelle je lui avais malencontreusement écrasé le pied avec mes grandes péniches !

« Hey, c'est bas de se moquer comme ça ! J'espère que tu ne t'en ressens pas d'ailleurs … je suis vraiment désolé mais je ne sais définitivement pas danser. »

Je l'avais bien prévenu avant en plus, mais c'était elle qui m'avait entraîné sur la piste de danse pour un moment que j'avais ô combien apprécié et savouré, même s'il s'était malheureusement achevé un peu trop vite à mon goût. Si j'avais su danser … si j'avais su danser … Je devais d'ailleurs bien avouer que l'idée de pouvoir à nouveau l'avoir dans mes bras l'espace d'une chanson était plus que tentant, et il ne m'en fallut pas davantage pour que mon air vaguement gêné ne muât en un sourire rêveur tandis que je m'y voyais déjà. Sans Asarien à surveiller, sans la fatigue suivant le concert … et sans Gabriel pour me l'enlever dès qu'il le souhaiterait !

Mais justement, profiter de ses moments d'absence pouvait être une solution, et ma main toujours nichée sous celle de Scarlett se retourna bientôt afin de saisir la sienne avec délicatesse. Mon pouce caressant brièvement sa peau tandis que mon regard erra quelques secondes sur son visage si fin avant d'enfin accrocher ses pupilles.

« Si tu veux à l'occasion, on pourrait se balader ensemble de temps en temps. Enfin … quand on est pas en répétition, je ne suis pas forcément toujours occupé même si Gab' l'est … donc n'hésite pas si l'envie t'en dit. »

Avais-je rougi en émettant cette proposition ? Je n'en étais pas réellement sûr, mais je sentis tout de même un léger coup de chaud monter en moi à l'idée de pouvoir l'emmener avec moi au grès de mes longues balades en ville. Loin de Gabriel, loin de Scarecrow puisqu'elle les évoquait … parce qu'ils faisaient partie intégrante de ma vie mais que celle-ci s'était brusquement ouverte sur d'autres horizons lorsque mon regard avait croisé celui de cette femme …

« Scarecrow oui … et ça va faire quelques années déjà, même si j'ai quelque fois l'impression que c'était hier. Et ne t'inquiètes pas, tu seras au prochain concert … dans les places VIP parce que tu es franchement plus jolie que celles qui s'y pressent d'habitude ! »

Qu…quoi ?!
J'avais l'impression de m'être entendu parler sans vraiment contrôler ce que ma bouche articulait, et je me sentis aussitôt gêné tandis que je détournai déjà le regard et retirai ma main, saluant le ciel lorsque la serveuse arriva au même moment avec notre commande. Sans le savoir, elle venait tout de même de me sauver la mise, et je pus ainsi enchaîner sur un autre sujet comme si de rien n'était.

« Et bien, bon appétit à toi, en espérant que tu aimeras la cuisine autant que l'endroit ! »

Oui voilà … les viennoiseries étaient forcément un sujet moins glissant que celui que j'avais abordé par mégarde. Par envoûtement. Par attirance pour cette jeune femme vers laquelle mon regard recommençait déjà à glisser presque discrètement.
Revenir en haut Aller en bas
Messages : 146

Côté coeur : Enchaînée

Activité/Profession (du personnage) : Femme de chambre - Esclave
avatar
Scarlett Rose Clane
Humaine Esclave
MessageSujet: Re: Après l'aube [PV Scarlett]   Jeu 5 Mai - 18:38

Je n'avais pas pu m'empêcher d'évoquer avec humour le petit incident que nous avions connu durant l'after … Mieux valait en rire aujourd'hui, et cela rendait l'atmosphère plus légère, du moins pour moi car ce souvenir sembla réveiller chez le guitariste ce sentiment de culpabilité qui avait eu du mal à le quitter lors de cette fameuse soirée.

Je fus surprise de sentir sa main entourer la mienne et baissa instinctivement le regard sur celles-ci sans toutefois faire mine de retirer ma main. Autant de délicatesse de sa part était assez déroutante … Pas que je ne l'en crois pas capable, mais dès notre première rencontre il n'avait cessé d'avoir ce genre d'attention à mon égard … sans que je puisse comprendre pourquoi. Mais tout cela ne faisait que le placer davantage comme une personne bonne et attentionnée.

Quand nos regards se croisent à nouveau, je détecte dans le sien un certain trouble … mais rien de négatif, juste un soupçon de je ne sais quoi, tout comme ses joues que j'aurai juré avoir vu changer de couleur une fraction de seconde. Je ne comprends pas tout et cela éveille une certaine gène en moi. Que des hommes me regardent, j'en ai l'habitude … Du moins lorsque je faisais le trottoir dans les bidonvilles. Mais pas de cette manière. C'est fou comme un regard sincère peut davantage gêner qu'un regard plein de convoitise perverse …

Je hoche doucement, presque timidement la tête, soutenant son regard.

-Avec plaisir. Si c'est pour découvrir des endroits comme celui-ci, c'est sans hésiter ! Enfin pas que pour ça non plus hein …

Je me détends un peu, affichant un sourire plus large. Qu'il n'aille quand même pas croire que je le considère que comme un guide. Je ne voudrais pas qu'il se vexe pour mes mots …

Vient alors le sujet des concerts donnés par le groupe dont il fait parti. Et … sa réponse me surprend. Enfin, je m'attendais à tout sauf ça. A nouveau, mon air timide reprend le dessus et une certaine tension gênante prend le pas entre nous, le poussant à rompre tout contact. Aussitôt, mon seul réflexe et de ramener ma main sous la table, contre mes genoux. Mais mon sourire ne me quitte pas. J'ai même envie de rigoler. Pourtant, je me retiens, n'ayant pas envie de le gêner davantage vu que visiblement ses paroles avaient dépassées le stade de sa pensée.

-Merci … dis-je néanmoins d'une voix douce, alors qu'au même moment la serveuse arrive avec nos commandes.

Aussitôt, des odeurs sucrées emplissent l'air, n'éveillant que davantage mon appétit. En silence, je débute donc la dégustation et c'est un pure délice de saveur. Comme nous l'avions évoqué tout à l'heure, il y a ce goût sucré de notre enfance, me ramenant à un temps il n'y a pas si ancien que ça, un temps où nous pouvions nous permettre d'être encore innocent malgré le temps qui gronde dehors, un temps où malgré toutes les barrières nous nous sentions libres. Plus qu'un régale pour les papilles, c'est aussi une porte ouverte sur les souvenirs d'une autre vie …

A nouveau, je peux sentir le regard du guitariste sur moi, ce qui m'incite donc à m'y confronter de nouveau.

-C'est délicieux vraiment … Tout est réellement parfait ici.

Sourire radieux aux lèvres, je reprends ma dégustation avant de finalement m'interrompre – comme si une idée venait de me passer par la tête – et offrir un regard malicieux au jeune homme qui me fait face, reposant ma cuillère sur le coin de l'assiette.

-Je ne savais pas que vous choisissiez vos membres VIP selon des critères physiques … C'est pour donner du courage au groupe ? Mine de rien c'est bien pensé … Un peu discriminatoire sur les bords, mais bien pensé …

Cette fois-ci je ne retiens pas le petit gloussement qui tend à s'échapper d'entre mes lèvres, lui adressant un rapide clin d’œil pour lui signifier que ce n'est là que taquineries innocentes.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatarInvité
Invité
MessageSujet: Re: Après l'aube [PV Scarlett]   Mar 10 Mai - 14:58


Et voilà, j'avais commis un impair !

Sans pouvoir retenir mes mots, j'avais sorti une connerie assez énorme, et la gêne me poussa aussitôt à retirer ma main tout en détournant déjà mon regard, comme pour ne pas mettre Scarlett encore plus mal à l'aise qu'elle devait sans doute déjà l'être. Après tout, il fallait bien avouer que mon compliment était aussi maladroit que mal tourné, et il n'y aurait donc rien d'étonnant à ce qu'elle le prît mal. Et pourtant … pourtant, ce fut un simple ''merci'' qui émana d'entre ses lèvres tandis que le petit-déjeuner arriva, et je ne pus que sauter sur l'occasion pour définitivement enterrer ce sujet et ma maladresse en même temps. Profondément, suffisamment profondément pour que je ne ressortisse pas de boulettes avant bien longtemps ! D'autant plus qu'elle semblait réellement apprécier la cuisine, comme si je n'avais rien dit au final, comme si je n'avais pas risqué de gâcher cet instant si précieux et si hors du temps. Juste elle et moi. Loin des fantômes. Loin de tous les fantômes …

Mais après quelques bouchées où je la couvais toujours du regard, je la vis bientôt poser sa cuillère sur le bord de son assiette, et son sourire taquin m'interpella autant que ses paroles qui me laissèrent bouche-bée quelques instants. À son rire et son clin d’œil, je compris immédiatement qu'elle plaisantait et me taquinait, mais que devais-je pour autant comprendre derrière ses paroles ? Qu'elle n'était ni vexée ni choquée ? Qu'elle ne se sentait pas non plus salie par mes propos ? Après tout, je savais que les femmes étaient quelque fois difficiles à comprendre et que le compliment d'un jour pouvait très bien devenir le sous-entendu de trop du lendemain alors … alors je préférais marcher sur des œufs. Pour ne pas la heurter. Pour ne jamais la heurter tandis que, malgré mes interrogations, mes lèvres s'étirèrent bientôt dans un sourire mi-gêné mi-amusé. Au moins, Scarlett semblait apprécier de me taquiner puisque ce n'était pas la première fois, aussi cela signifiait-il sûrement qu'elle appréciait ma présence et que – peut-être – j'allais pouvoir m'avancer un peu plus même si j'angoissais un peu déjà.

« Bien sûr qu'ils sont choisis pour leur physique, sinon à quoi ça servirait de faire des concerts ? »

Ma plaisanterie avait été un peu plus hésitante que la sienne, mais elle était sincère tout de même tandis que je décidai aussitôt de forcer ma chance.

« Mais comme je suis le dernier arrivé, je n'ai jamais le droit de poser mes critères de sélection … heureusement que j'ai un peu plus de chance pendant les after donc. »

Cette fois-ci, je la sentit bien la rougeur sur mes joues !
Si jamais elle s'offusquait de mes propos, je ne pourrais pas prétendre que je ne savais pas pourquoi, mais mon envie de mieux la connaître venait de prendre le pas sur ma timidité. Le tout serait d'ailleurs peut-être – sûrement – une erreur sans nom et que je regretterai pendant encore bien longtemps, et me penchant en arrière pour étirer ma grande carcasse, j'attrapai alors l'une des fleurs écloses sur la plante grimpante qui courrait juste sur le mur derrière moi. Jolie fleur dont j'ignorais jusqu'au nom mais dont les doux pétales bleus vinrent bientôt orner la chevelure de ma si jolie cavalière d'un soir, mes doigts en ayant profité pour glisser un moment dans cette soie précieuse … pour arriver délicatement sur sa joue que je caressai un très bref instant … avant de me reculer brusquement. Rictus gêné aux lèvres tandis que mes doigts avaient commencé à se tordre inconsciemment.

« Désolé, je sais que je suis maladroit quelque fois, alors n'hésite pas à me le dire si tu me trouves trop lourd. C'est juste que … tu es si différente de toutes ces femmes et de tous ces hommes qui se pressent d'habitude autour de nous. Tu es si … rafraîchissante … si réelle presque. »

N'étant pas raciste, je n'avais pourtant rien contre les riches Asariennes qui se pressaient autour de nous, mais je ne me sentais tout de même pas à l'aise au milieu de leur avidité ou de leur fanatisme exacerbé. Alors que Scarlett … elle était juste une femme, une vraie femme, et une femme qui me tirait un sourire encore plus large que celui qui habitait déjà mes lèvres en tout temps.
Revenir en haut Aller en bas
Messages : 146

Côté coeur : Enchaînée

Activité/Profession (du personnage) : Femme de chambre - Esclave
avatar
Scarlett Rose Clane
Humaine Esclave
MessageSujet: Re: Après l'aube [PV Scarlett]   Mer 1 Juin - 15:35

Taquiner Zack comme je le fais n'a rien de méchant. C'est sans doute un tantinet mesquin de jouer sur sa maladresse comme ça mais tout cela reste de l'ordre de l'affectif et le guitariste ne semble absolument pas mal le prendre. Même, pour mon plus grand plaisir, le voilà qui rentre dans mon jeu, y laissant même planer une petite touche charmeuse qui me tire un sourire plus tendre. Et le voir rougir m'attendrit d'autant plus … car voir un homme rougir est un spectacle auquel je n'avais encore jamais assisté, ou alors ça n'était pas moi qui en était la cause.

J'allais m'apprêter à renchérir, poursuivre dans le jeu joyeusement quand il se penche pour attraper cette fleur bleutée. Je ravale alors mes mots, d'abord par curiosité en le voyant cueillir cette fleur. Puis, c'est ensuite une sorte de gêne qui s'empare de moi alors que sa main, effleurant ma joue dépose la fleurette dans mes cheveux, un léger rouge venant teinter mes joues à mon tour. Mais malgré la gêne et cette soudaine timidité, je ne bouge pas et le laisse faire, incapable de le lâcher du regard alors que je tente de décrypter ce que de tels agissements font naître en moi. Mais il retire sa main rapidement et c'est à ce même moment que je détourne le regard.
Agir face à un homme qui me fait du rentre-dedans, de la drague lourdingue dans l'espoir de m'avoir pour une nuit, ça je sais faire. Certains agissent avec plus de finesse que d'autres. Je m'y adapte et je sais composer avec. Tout est une question de jeu de rôle, encore et toujours. Mais là, non. Là je ne sais pas quoi faire, car Zack ne semble interpréter aucun rôle. Et je n'ai jamais fait face à ce genre de situation …
Des compliments – ou autre marque d'affection – j'en ai souvent eu, mais je ne les reçois pas tous de la même manière. Là, venant de lui c'est fait avec tellement de sincérité que ça en devient troublant … Quand les compliments sont prononcés avec autant de sincérité, cela s'imprime bien plus profondément en nous …
Si réelle ? Moi ? Celle qu'il y a encore quelques mois n'existait pas encore aux yeux de la société, celle qui était de ceux qui vivent dans l'ombre et dans l'indifférence d'un monde qui ne semble même pas le notre. Voilà que je parais unique et réelle aux yeux de quelqu'un. Je dois bloquer un long moment sur ses paroles car lorsque je reviens à moi, je sens cette tension significative dans ma nuque. Mon regard, s'animant de nouveau, passe alors sur lui brièvement, mes doigts attrapent une mèche de cheveux que j'entortille nerveusement, cherchant mes mots avant qu'un léger sourire mêlé d'une certaine gène n'orne mes lèvres.

-C'est juste … inhabituel. Et ça n'a rien de lourd je t'assure. Avec ce que je faisais avant, j'en ai connu bien d'autres, et beaucoup moins classes. Avec toi c'est … plutôt agréable même …

Je me pince les lèvres, regardant ailleurs. Je me sentais tellement maladroite, comme évoluant sur un terrain que je ne connais pas. Je ne sais même plus où me mettre, gigotant sur ma chaise avec nervosité. La conversation semblait prendre une tournure plus sérieuse et je serais indéniablement moins à mon aise que lorsqu'il s'agit de le taquiner. Je pique un micro morceau de pain perdu que je porte à ma bouche, me donnant ainsi l'occasion de réfléchir aux mots à employer, mâchant plus que de raison …

-Et hm … je ne pense pas être différente … à part à cause de mon ignorance … J'ignorais encore tout de ce monde il y a quelques semaines.

Léger sourire apparaissant sur mes lèvres, je hausse nonchalamment les épaules avant de joindre mes doigts sur la table, n'arrivant même plus à soutenir son regard.

-Tu es par contre l'un des seuls à dire que je suis … « réelle ». Généralement les gens ne prennent même pas le temps de se concentrer sur l'existence des gens comme nous …
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Après l'aube [PV Scarlett]   

Revenir en haut Aller en bas

Après l'aube [PV Scarlett]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Les Américains ne pourront pas changer la donne à Cuba après Castro.
» Perte des points en dextérité après Up
» Le rôle du Canada dans l’Haïti de l’après-Aristide :
» Une bataille à l'aube...
» Deux semaines après le séisme, elle est retrouvé vivante sous les décombres

Asaria : Le monde de la Prophétie ::  :: Hôtels & Palaces :: » Le Rubis Etoilé-