(Terminé)[Intrigue Deus ex Machina] Le contrat du siècle (pv Damien)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Messages : 610

Localisation : dans tes cauchemars
Côté coeur : difficile de trouver l'amour lorsqu'on est une illusion

Activité/Profession (du personnage) : rock star à l'insue de son corps défendant/ fondateur d' A.U.R.I.S. & associés
avatar
Gabriel Laymann
Asarien, 2e Génération
MessageSujet: (Terminé)[Intrigue Deus ex Machina] Le contrat du siècle (pv Damien)   Sam 7 Mai - 16:07

Ce RP est la suite de Demandez le programme pour moi et de Last days on Paradise before the Storm pour Damien.

Resté seul après le départ de mes nouveaux alliés, je m'effondrai sur le fauteuil de mon bureau et fermai les yeux. J'aurais donné une année de ma vie pour un bain prolongé et une longue nuit de sommeil. Plusieurs jours même, tant j'étais épuisé. Se pouvait-il que l'incroyable accélération de la maturation de mes dons s'accompagne également d'une accélération de mon métabolisme ? C'était une question que je souhaitais aborder avec les Lee... Encore fallait-il que je trouve le courage de retourner à la salle de réception et d'affronter l'effervescence qui y régnait. La sonnerie de mon téléphone me tira de ma torpeur mal venue et je fronçai les sourcils en prenant connaissance du sms de Zack. Une sensation douce amère m'étreignit l'âme. Scarlett avait été en difficulté face aux prédateurs mais Zack avait réagi avec son sens de l'à propos coutumier. Un étrange sourire se dessina sur mes lèvres pales. Ces deux-là avaient en commun plus que le fait d'être Humains, un potentiel et une ressource insoupçonnables. Et quelque chose qui les rendait bien plus fort que moi sur bien des plans. Ils aimaient la Vie et elle le leur rendait bien. Instinctivement, ils avaient dû se rapprocher en mon absence, et cela, étonnamment, ne me surprenait pas outre mesure. Volontairement, ma réponse fut vague et ouverte à de multiples interprétations.

"Je te demande de rester auprès d'elle jusqu'à mon retour. Tu as bien fait de la soustraire à cette inquisition. Sélène Warren est une femme très dangereuse mais utile à mes projets. Je dois enchainer mes rendez-vous d'affaires dont un avec elle justement. Je rentrerai probablement au matin. Fais comme chez toi et prends soin de Scarlett Il y a des antalgiques dans le tiroir gauche de l'armoire à pharmacie. Donne lui une moitié, ça la soulagera. Ne te trompe pas de gauche ! Les pilules de celui de droite ne sont pas exactement recommandées pour les entorses. "



J'éludai pour le moment les allusions de Zack me concernant. Bien que la simple porte de mon bureau me séparât d'eux, je renonçai également à me manifester. Je n'aurais pas été plus utile de Zack pour soulager Scarlett de sa foulure. Notre capacité régénératrice ne se transmettait que par transfusion et si j'aurais bien aimé avoir parfois le don de guérir par simple contact, don que des Asariens avaient certainement, j'aurais du mal à me résoudre à user de la transfusion sur Scarlett. La pensée de mon sang chargé d'aberrations génétiques se mêlant au sien me perturberait. J'aurais l'impression de souiller quelque chose de pur et naturel. Alors que je m'étais bien accommodé d'un autre échange de fluide la nuit dernière. Ce paradoxe illustrait assez bien les bizarreries de ma moralité défaillante. Mais il n'était pas le pire, loin s'en faut ! Puisque je projetais de séduire et de baiser celle qui avait anéanti ma vie, puisque cette perspective provoquait en moi une excitation malsaine. A mes yeux la vengeance n'avait pas de prix et j'étais prêt à en payer un exorbitant pour voir souffrir cette garce ne serait-ce que le centième de ce que j'avais enduré. Mais tout d'abord, je devais séduire Damien et dans ce jeu je n'excluais aucune nuance du mot. Je lui laisserais le choix de définir les champs dans lesquels il se laisserait séduire. Les affaires étant le seul domaine pour lequel je ne pouvais me permettre d'essuyer un refus.

Je me levai et rassemblai mes esprits. Il était étrange de penser qu'ils étaient là tous les deux, ne soupçonnant pas que je pouvais avoir entrainé mes invités dans ma suite. Zack savait que je concluais mes contrats dans les locaux d 'A.U.R.I.S. habituellement, et il connaissait ma défiance pour les journalistes. Il était bien loin de pouvoir soupçonner que j'avais fait entrer l'une d'entre eux dans le seul lieu qui était un sanctuaire, ma maison. Personne n'aurait pu soupçonner l'existence, juste au dessus de la Suite, de ces pièces dédiées à mes activités occultes, dans les combles réaménagés en secret après l'incendie du Rubis. Zack n'avait dû entrer qu'une seule fois dans ce bureau depuis qu'il me connaissait. Je n'avais aucune envie de leur dévoiler ma présence ici et de susciter des questions à ce sujet. Après avoir saisi mon ordinateur portable, je rassemblai donc mes forces et visualisai l'alcôve Saphir dans laquelle je me rematerialisai aussitôt. J'espérais que mon déplacement n'avait pas soulevé trop d'ondes lumineuses. Elles étaient plus ou moins spectaculaires selon la distance du transfert ou mon état de fatigue. En pleine forme, je n'aurais provoqué aucune variation dans le spectre des couleurs sur un déplacement dans le même immeuble, mais mon épuisement générait souvent de grosses perturbations dans les champs gravitationnels. Comme si peinais à contrôler le déplacement d'énergie. Et j'étais plus que fatigué ce soir. Il était donc probable que Scarlett et Zack aient aperçu une sorte d'onde lumineuse se propager sous la porte du bureau. Ceci ne manquerait pas de générer des interrogations qui trouveraient un jour leur réponse en même temps que d'autres bien plus fondamentales. Mon arrivée derrière le rideau de l'alcôve ne fut même pas remarquée dans l'effervescence générale. Personne ne parut apercevoir les vibrations colorées qui secouaient l'air derrière le rideau. Du moins fut-ce mon impression lorsque je passai la tête entre les pans de la tenture pour héler un majordome et lui demander d'aller quérir Damien dans l'alcôve V.I.P. et de le conduire jusqu'à moi. La fête battait son plein et les danseurs évoluaient avec grâce sur la piste de danse démesurée de la salle. Je vis mes invités de loin en conversation Sélène et Damien, le couple Lee. Que pouvaient-ils bien se raconter ces quatre-là ? A ce moment là Dirk passa près de moi avec la rouquine flamboyante de Zack au bras et je le stoppai.  

- Vous ne vouliez pas des autographes mademoiselle ? Venez, c'est le moment où jamais, j'ai cinq minutes.

La rousse faillit se pâmer et me sauta au cou sans crier gare puis extirpa de son mini sac tout un lot de cds à dédicacer ainsi qu'un poster tout plié sur lequel je dus apposer ma signature. Je signai ensuite son pantalon et son t-shirt à l'effigie du groupe. Je fouillai un instant le fond de la poche de ma veste pour en faire sortir trois ravissants bracelets en or blanc ornés d'une rose rouge Deux autres étaient restés dans ma suite et je les offrirais en temps voulu à leur destinataire.

- En hommage à votre beauté, ce modeste cadeau pour mes fans les plus fidèles. Puis, me tournant vers mon compagnon de scène: Dirk je compte sur toi pour remettre les à Miss Warren et Madame Lee. Rien ne me ferait plus plaisir que de les voir le porter.

- Vous êtes trop chou! Je suis in love ! Donnez votre paume Baby ! répondit-elle en prenant une pose snob et en imitant grossièrement ce que je reconnus comme la voix de Sélène.

Et elle m'écrivit sur la main sous le regard intrigué de son cavalier.

- C'est l'adresse de mon blog dédié à toi mon chéri ! tu viendras faire des comm ?


Je m'inclinai et attachai le fermoir du bracelet autour de son poignet qu'elle me tendait tout en répondant.

- Je n'y manquerai pas, promis. J'ajoutai enfin, voyant Damien arriver auprès de moi: Je dois maintenant vous rendre à Dirk. Les affaires m'appellent.

Elle agrippa Damien par le col de la chemise au passage et le considéra de la tête aux pieds

-Alalah vous êtes sûr qu'il y a pas une petite place pour nous ? Que des beaux gosses par ici. Et trois pour moi toute seule, ce serait le pied. J'ai toujours rêvé de voir une négociation de contrats pour des disques...


Un brin caustique, je répondis

- Je négocie toujours seul avec mon partenaire et je crains que cela soit fort ennuyeux pour vous de toute façon. Vous vous amuserez mille fois plus avec Dirk. Quant à Monsieur Stark, je crois qu'il est accompagné pour ce soir et risque d'être fort occupé. Vous devriez aller tenir compagnie à Mademoiselle Warren que je prive de son cavalier pour un moment et qui risque de m'en vouloir. Je serais votre obligé si vous la distrayiez un peu.


Je fis un clin d’œil à Dirk et souhaitai une bonne suite de soirée au couple délirant qu'il formait avec cette fille. Après les avoir regardés s'éloigner vers l'alcôve principale, je me tournai vers Damien et l'invitai à entrer dans l'alcôve aux couleurs de l'océan. A l'intérieur, le drapé de la coupole soyeuse reproduisait la voûte étoilée. Ce n'était pas un hasard. Je m'assis sur la banquette de moleskine bleu nuit incrustée de paillettes et ouvris mon PC portable pour activer le dispositif qui me permettait d'être un peu partout sans vraiment y être. Puis, après avoir ouvert une autre fenêtre, je fis signe à Damien de venir s'asseoir à côté de moi.

- Je suis désolé pour cette fâcheuse, Damien. Mes fans sont adorables mais parfois très envahissants. Installez vous confortablement. Voulez-vous commander quelque chose avant que je vous dévoile mes propositions ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 653

Localisation : non loin du pouvoir
Côté coeur : Célibataire & Dominateur

Activité/Profession (du personnage) : PDG de la Stark Entreprise
avatar
Damien A. Stark
Asarien, 2e Génération
MessageSujet: Re: (Terminé)[Intrigue Deus ex Machina] Le contrat du siècle (pv Damien)   Jeu 12 Mai - 18:49

Le PDG de la Stark Entreprise s'était tenu en retrait de la scène qui se déroulait à l'intérieur de l'alcôve entre l'humaine et l'un des musiciens du groupe. L'épouse du Docteur Lee l'avait aidé à soigner une cheville qui aurait dû guérir rapidement comme lui avait murmuré au creux de l'oreille la sublime Asarienne. Le blood healer avait de cela de prodigieux, c'était qu'il soigné rapidement, en un bref claquement de doigts, les petits bobos comme il aurait dû le faire ici. Il n'avait émis aucune réflexion devant cette seconde mascarade, après la première qui avait été donnée au début de leur arrivée. En quoi pouvait consister tout cette comédie autour d'eux ? Pour cacher quoi ou qui ? Pourquoi faire passer une humaine pour une amie au milieu de tous ces invités ? Il resta silencieux lorsque la jeune femme fut amenée dans un endroit plus calme. La société était divisée en deux groupes : ceux qui aimaient se donner en spectacle et ceux qui préféraient la discrétion. Damien réajusta le nœud de sa cravate et glissa son bras et sa main contre la taille fine et délicieuse de la Rose Noire qui l'avait abandonné pour échanger une danse avec Monsieur Lee. De sa main de libre, il observa l'heure qu'affichait sa montre. Son rendez-vous avec Laymann s'annonçait. Il savait aussi que sa cavalière serait la prochaine, après lui, à se retrouver en tête à tête avec le maître des lieux. "je vais devoir vous laisser ma chère. N'abusez pas trop des bonnes choses. Vous avez fait tourner la tête à ce gentil Docteur Lee. Sa femme n'est pas aveugle et je ne serai pas là pour vous apporter mon soutien. Vous aviez raison pour cette humaine. Vous êtes intraitable sur bien de points."

Il porta délicieusement la main de Sélène à ses lèvres, salua le couple Lee et se retira du coin de l'alcôve où il s'était tenu durant tous les échanges entre Liu Lee, le musicien et l'humaine. Huang Lee serait le seul mâle au milieu de son épouse et de la venimeuse brune. Il aurait été très tenté de prendre la place de cet homme, mais il avait accepté le rendez-vous et Damien n'avait qu'une parole. Il demanda à un serveur de lui montrait le chemin de l'alcôve saphir, un abri intime plus en retrait que le premier qui donnait sur la grande salle. Laymann était déjà près de celle-ci, accosté par la même fan rousse et volubile qui s'était incrustée dans leur alcôve principale. Elle ne manqua pas d'agripper Damien par le col de sa veste lorsqu'il se présenta à son niveau. Il resta courtois et il lui empoigna les mains pour la maintenir prisonnière de sa force. " Je ne négocie jamais de contrat de cette manière-là. Et comme l'ajoute Monsieur Laymann, vous vous ennuierez beaucoup trop. La fête bat son plein, il faut en profiter Mademoiselle."

Le premier couple d'invités qui avait suivi Laymann n'avait pas refait leur apparition. Dommage. Il aurait aimé faire connaissance avec la journaliste au regard malicieux et discuter davantage avec un autre PDG. La fan s'éloigna au bras d'un autre musicien et la calme retomba aussitôt. Damien la considéra un petit moment avant de reporter son attention à l'artiste qu'il suivit à l'intérieur de l'alcôve dédiée à leur rencontre. Il déboutonna les deux boutons de sa veste et prit place près de lui. " Vous envoyez une mouche se faire dévorer par une vipère. "

Damien imaginait déjà la patience de Sélène mise à rude épreuve par cette femme hystérique et se doutait de la fin de cette aventure. Il  émit un léger rire moqueur et  reprit le sérieux de son rang d'homme d'affaires. " En quoi puis-je vous être utile Monsieur Laymann ? Ma société vise principalement le rachat d'hôtels, d'appartements, de locaux, de bureaux et aussi d'autres sociétés qui ont été mal managées par leurs PDG. J'en démantèle quelques unes ou alors je les fais fusionner avec la Stark Entreprise. Cale n'a rien avoir avec votre domaine du spectacle. Un bon verre de whisky pour discuter de tout ceci. Qu'avez-vous donc à me proposer ?"




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 610

Localisation : dans tes cauchemars
Côté coeur : difficile de trouver l'amour lorsqu'on est une illusion

Activité/Profession (du personnage) : rock star à l'insue de son corps défendant/ fondateur d' A.U.R.I.S. & associés
avatar
Gabriel Laymann
Asarien, 2e Génération
MessageSujet: Re: (Terminé)[Intrigue Deus ex Machina] Le contrat du siècle (pv Damien)   Sam 14 Mai - 23:49

Le Gabriel qui sommeillait en moi sourit au commentaire plein de pertinence de Damien en reconnaissant là l’œil acéré d'un ancien modèle. Je répondis à mon invité très spécial tout en hélant un serveur pour qu'il nous apporte un Chivas 18 ans d'âge que j'entendais bien faire savourer à un ami de jeunesse qui ne pouvait me reconnaître.

- Certaines mouches piquent et rendent fous les plus beaux étalons comme les paisibles chevaux de trait. Elles peuvent aussi tourmenter les serpents qui vont s'ingénier à les happer car elles sont inconscientes de leurs interventions inopportunes, simplement régies par cette frénésie qui les contraint à s'agiter. Elles épuisent néanmoins le bétail. Et croyez-le ou non mon cher Damien, Sélène Warren, à mes yeux, fait partie de ce bétail insignifiant. Je sais que vous allez protester et me dire qu'elle est parée de bien des charmes qui la distinguent du troupeau de fans qui me suit partout. Néanmoins, elle est dénuée de ce don précieux que je recherche chez une femme. La sincérité. Méfiez-vous d'elle, mon ami.

Je me calai contre les coussins de la banquette et sortis un cigare de ma poche .

- Vous fumez ? Pour ma part, je le fais rarement, par souci de préserver ma voix, mais lorsque je cède à l'envie, c'est souvent un cigare qui a ma prédilection. Voulez-vous essayer ? Un bon cigare, un bon whisky. Mon défunt père a toujours prétendu que c'était l'association divine de l'homme puissant.

Le serveur ayant apporté la commande; je lui fis signe de prendre congé et servis moi-même Damien.

- Aux femmes et aux affaires ! Les deux nous divertissant autant les unes que les autres, n'est-ce pas ? Mais prenons soin de rester à l'écart des affaires de femmes qui sont toujours source de danger pour nous. Laissons-les régler leurs litiges et relations entre elles !


Tout en parlant à mon invité de marque et ancien ami, j'activai la fonction enregistrement des petits mouchards que je venais de lancer dans la nature. Aucune conversation intéressante de certaines personnes ne saurait échapper à mes oreilles.

- Pardonnez ma distraction momentanée, je réglais quelques détails de sonorisation. Me voilà tout prêt à vous dévoiler mon projet.
Poursuivis-je en levant mon verre pour trinquer avec lui.

J'actionnai ensuite un bouton dans le mur derrière moi et un écran blanc descendit du plafond pour me permettre de projeter des plans et un descriptif de ma vision du futur d'Asaria.

- Mon cher Damien, nous vivons dans un univers replié sur lui-même, par peur ou par nécessité. Peu nous importent les raisons de chacun en vérité. Le fait est que l'ennui gagne nos concitoyens et comme l'homme avisé le sait, l'ennui est source de troubles et d'agitation, ce qui n'est jamais bon pour les affaires. J'ai voué ma vie à distraire les Asariens à ma façon. Le concert auquel vous avez assisté n'est qu'une petite manifestation de ce que je veux offrir à notre Cité et à ses habitants.

Je lançai alors la projection et le plan d'un dôme apparut sur l'écran.
Spoiler:
 

- Voici le Dôme Mirage. Comme vous l'aurez deviné, son implantation est prévue à l'extérieur d'Asaria, dans les Terres Sauvages. Ce serait une Cité dédiée aux plaisirs et aux loisirs, sise assez loin d'Asaria mais desservie par des transports rapides. J'ai étudié de nombreux sites géographiques avant de jeter mon dévolu sur une couronne montagneuse dans la Grande Barrière. Elle forme une sorte de cuvette naturelle, probablement un ancien volcan éteint et ce pourrait être l'écrin parfait pour une Cité des loisirs. Le Dôme aura des particularités techniques assez révolutionnaires qui le différencient de ceux qui nous abritent. Je ne peux toutes les dévoiler avant de connaitre votre avis. Mais vous allez découvrir qu'il est invisible de l’intérieur, c'est à dire qu'on a l'impression d'être à l'air libre et  vous avez déjà remarqué que de l'extérieur il a l'apparence d'une structure géodésique  


Je passai alors à la suite en cliquant sur le dossier.

- Voici la maquette en 3D de l’Hôtel.

Spoiler:
 

- La partie qui me tient le plus à cœur: précisément le centre de ce projet, le lieu dédié aux concerts! Un dôme sous le dôme et surtout le centre de gestion de toutes les attractions du site grâce à ses émetteurs longue portée ... Oui ces sortes de perches sont des antennes qui vont commander les animations présentes dans l'enceinte de Mirage. Mentis-je avec un sourire angélique.

Spoiler:
 
- Enfin, les transports : deux voies rapides dont une sous tunnel pour les Asariens. Elles desserviront nuit et jour l'accès à Mirage. Elles seront dotées de motrices nouvelle génération avec un mode de propulsion qui est à l'étude dans le laboratoire d'un de mes partenaires. Si ces recherches aboutissent, un saut jusqu'à la Grande barrière ne prendra qu'une heure au lieu de huit si nous développions notre métro actuel.

Spoiler:
 

J'éteignis l'écran puis me tournai vers Damien pour capter enfin son regard que je n'avais cessé d'observer du coin de l’œil tandis qu'il découvrait le projet. Je pensais ne pas me tromper en y lisant un enthousiasme propre aux hommes qui ont de l'imagination et des rêves.
A cet instant, j'aurais donné cher pour être télépathe mais peut-être n'était ce qu'une illusion que je me projetais moi-même et que je me trompais. J'avais quand même bon espoir de recueillir un écho positif et j'attendais sa réaction avant de dévoiler un peu plus mes plans.

- Je cherche un investisseur, mais bien plus encore, un associé en qui j'aie toute confiance pour la construction de ce projet. Je tiens à être clair. L'association ne vous engage pas au delà de la gestion immobilière pour l'achat des terrains par ma société, de la mise en œuvre des bâtis et de l'aménagement intérieur, des travaux jusqu'à livraison du complexe fini. Je prendrais possession entière des lieux à date et vous libérerais de toute obligation les concernant, mis à part de toucher un pourcentage sur les recettes des entrées, de la société de transports qui desservira les accès, et d'y venir vous distraire gratuitement à vie.


Je bus une gorgée de whisky et étirai mes jambes sous la table basse. La musique régnait en maîtresse au delà de l'alcôve et j'avais une féroce envie d'aller me dégourdir les pieds. Mais les affaires étaient souveraines en cet instant et la perspective de voir ce projet prendre forme valait toutes les attentes.

- Qu'en dites-vous mon cher Damien ? Regrettez-vous d'avoir patienté un peu pour notre rendez-vous ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 653

Localisation : non loin du pouvoir
Côté coeur : Célibataire & Dominateur

Activité/Profession (du personnage) : PDG de la Stark Entreprise
avatar
Damien A. Stark
Asarien, 2e Génération
MessageSujet: Re: (Terminé)[Intrigue Deus ex Machina] Le contrat du siècle (pv Damien)   Ven 20 Mai - 17:37

Damien s'installa à l'intérieur de l'alcôve et il imita l'homme qui l'a convié à partager un rendez-vous professionnel avec lui. Il déboutonna les deux boutons de sa veste et  s'appuya contre les doux coussins de la banquette. Le serveur qui attendait la commande se retira avec pour mission de ramener une bouteille de Chivas de dix-huit ans d'âge. Laymann ne faisait pas dans la demi-mesure et cela plaisait au PDG. L'Asarien avait bien compris et deviné un certain malaise et aversion entre la star et la vipère depuis leur entrée à l'after. Sélène ne lui avait rien dévoilé sur son comportement, mais il était intéressant de voir Ô combien cet homme et cette femme mettaient tous leurs moyens pour s'éloigner  l'un de l'autre et ne faisait que s'attirer. " Vous devriez vous  méfier à vouloir penser que toutes les vipères sont les mêmes et agissent toutes de la même façon. Il existe différentes vipères, de l'aspic à la couleuvre vipérine, à celles à cornes ou Séoane. Aucune ne se ressemble Monsieur Laymann. Elles ont toutes une caractéristique bien à elles. Vous êtes beaucoup trop sûr de vous par rapport à Mademoiselle Warren. Je n'ai fait sa connaissance que durant votre concert, quelques minutes avant le show. Je l'ai percutée sans le faire exprès. Elle accompagnait une de ses amies et elle n'aurait pas dû rester. J'ai insisté, elle a finalement accepté. Je ne sais rien d'elle, mais mon instinct est en constante alerte auprès de cette femme."

Le serveur revint avec la bonne bouteille de whisky et le liquide coula dans les deux verres.  "Je ne refuse jamais un bon cigare avec un tel breuvage."

Les deux verres tintèrent devant le toast que venait de porter Laymann. Damien goûta à ce fabuleux breuvage au bouquet plus que parfait. Il alluma son cigare et en tira une bouffée qu'il apprécia aussi délicatement que s'il avait embrassé une belle femme. "Les femmes sont des mystères et des dangers. Elles sont tour à tour des confidentes, des séductrices, des amies, des amantes. On se laisse attirer dans leurs filets et nous aimons cela. Je rejoints néanmoins votre idée sur le raisonnable de cette entrevue : évitons ces démones pour le moment. Elles auraient tôt fait de nous embrouiller l'esprit."

Son hôte fut déconcentré un  moment par quelques détails de sonorisation qu'il activa avant de reprendre la conversation et son sujet. Damien fixa l'écran qui venait d'apparaitre ainsi que les images qui s'affichaient. Sa secrétaire de direction, Valériane Dracaris, pourrait dire de lui qu'il ressemblait à un chasseur : il analysait sans émettre aucun avis. Il observait et mettait en place ses propres idées en tête avant de prendre la parole. Il laissa donc Laymann lui montrer les divers plans et images de ce nouveau dôme qu'il avait nommé  Mirage.  Une seconde cité perdue dans les terres sauvages, éloignée de la mégapole maitresse. L'ambition géante était le reflet de cet homme et lui correspondait bien. Un dôme transparent qui donnait la quasi réalité d'être à l'extérieur. Un vaste complexe pour les concerts qui rivalisait avec le Multiplex. Les transports étaient ingénieux et audacieux. Damien se caressa le menton en fouillant dans son esprit. Asaria ne s'était jamais étendue depuis sa création. Les dômes étaient restés au nombre de cinq. Laymann étala ses cartes sur la présence du PDG dans cette alcôve. " Je ne le regrette pas ! Le projet est fou et fabuleux !  Vous parlez d'achats des terrains, mais ils n'appartiennent à personne Gabriel.  Les terres extérieures sont immenses et sauvages.  Je pourrai bien sûr apporter mes conseils et des hommes qui travaillent pour moi et qui jugeront de la qualité du terrain de cet ancien volcan et des montagnes qui l'entourent. J'ai des architectes qui pourront effectuer des plans pour vos maquettes, des ouvriers et des techniciens pour donner vie à Mirage. Ces antennes sont déroutantes, elles vont demander une énergie gigantesque ? "

Il prit une seconde gorgée de son verre et tira sur son cigare, laissant la fumée se disperser derrière lui. "Avez-vous le feu vert du gouvernement ? La jurisprudence est complexe à ce niveau. Les terres extérieures n'appartiennent à personne et chacun peut en disposer  sa façon.  Oui et non. Le gouvernement a tout de même son mot à dire pour la création d'un nouveau dôme. Beaucoup de ministres vont devoir étudier votre projet en passant par l'avis final de la Grande Conseillère. Les nouveaux transports sont sensationnels ! Le ministre de l'urbanisme aura son mot à dire. Je sais que vous allez me dire que c'est votre argent, que vous en disposez comme vous l'entendez, mais tout n'est pas aussi facile. Qu'avez-vous prévu pour amadouer tout ce beau monde ?"




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 610

Localisation : dans tes cauchemars
Côté coeur : difficile de trouver l'amour lorsqu'on est une illusion

Activité/Profession (du personnage) : rock star à l'insue de son corps défendant/ fondateur d' A.U.R.I.S. & associés
avatar
Gabriel Laymann
Asarien, 2e Génération
MessageSujet: Re: (Terminé)[Intrigue Deus ex Machina] Le contrat du siècle (pv Damien)   Dim 22 Mai - 1:09

Les réponses de Damien étaient pertinentes et précises comme dans mon souvenir. Il me semblait, lorsque j'avais dix-huit ans, qu'il avait réponse à tout et savait formuler ses pensées de manière si limpide qu'un enfant aurait pu en comprendre le sens. Je l'avais pris comme modèle mais je m'en démarquais à présent de manière évidente. Si je savais aller à l'essentiel, j'aimais enrober mes propose d'une théâtralité qui était totalement étrangère au PDG de Stark Entreprise. Je n'avais rien manqué de chacun de ses mots mais je réagis d'abord à ceux qui répondaient à mes questions les plus prioritaires. Il était étrange de se retrouver face à un compagnon de jeunesse que j'avais admiré et de pouvoir l'observer sans dévoiler mon identité, de devoir dissimuler qui j'étais vraiment, mais cela me paraissait bien moins difficile que de mentir à Mara à la Taverne de l'Enfer ou de jouer les salauds envers des êtres aussi loyaux que Zack, Léana ou Audrey. De même que je n'aurais aucun mal à jouer le rôle du génial exterminateur devant Wright ou Van Brënner. Duper ma Mère serait trop périlleux en revanche et c'est pourquoi je ne l'affronterai directement que lors du dernier acte: celui de sa déchéance.

- Je suis tellement enchanté que le projet suscite votre intérêt, même si j'avais prévu que son audace vous séduirait tout en soulevant les objections que vous mentionnez. Je comprendrais tout à fait que son caractère inédit rende frileux plus d'un associé ou d'un investisseur, c'est pourquoi la liste est longue des entrepreneurs et capitaines d'industrie que je prévois de solliciter. J'ai pensé à vous en premier lieu parce que j'aime votre approche du monde des affaires , et de la vie, plus généralement, qui ressemble plus pour vous à un immense terrain de jeu. Mais si vos fonds sont employés ailleurs ou rendus indisponibles je me tournerais bien entendu vers des confrères si nécessaire.


Souffler le chaud et le froid, séduire puis se faire désirer. Je maîtrisais cet art plus que personne et cela valait autant dans les jeux du sexe, puisqu'il fallait bannir l'amour, que dans celui des affaires. Damien allait expérimenter ce petit jeu auquel j'aimais me livrer sans retenue. Je poursuivis donc en le gratifiant d'un clin d’œil et d'un sourire des plus ambigus.

- Trois avocats ont déjà étudié pour moi les juridictions des terrains qui m'intéressent. Avant la pluie de feu, ils étaient propriété du Roi de Hollande ou des Pays-Bas, si vous préférez. Mes hommes de loi ont recherché des sujets asariens d'origine hollandaise et en ont trouvé sans toutefois établir chez eux de lien de parenté avec la famille royale. Cependant, par souci d'équité j'ai pris sur moi de dédommager chaque citoyen asarien à hauteur d'un pourcentage équitablement réparti pour l'octroi de ces terres à la Société A.U.R.I.S. Développement par les services du cadastre asarien. J'ai déjà posé une demande de concession à vie sur ces terres que personne ne veut. Trop loin, trop arides et froides, incultes. Elles ne présentent aucun intérêt pour Asaria et son gouvernement. Néanmoins, chaque Asarien se verra dédommagé d'une somme de 150 dollars asariens et invité à la soirée inaugurale de raccordement de Mirage avec Asaria. Les Humains, quant à eux, seront employés jour et nuit à l'édification de Mirage. Ensuite, ils seront parqués dans des quartiers dortoirs et utilisés comme main d’œuvre jusqu'à épuisement. Mais ce volet du projet concerne davantage le Ministre de la Sécurité auquel je vais le soumettre prochainement.


Je descendais doucement mon verre de Chivas à petites gorgées, tout en jaugeant Damien. Son analyse de mon projet était professionnelle et éclairée. Il serait un excellent associé, tant que je saurais taire ce qui était hors de son spectre de tolérance. Je ne pouvais pas lui servir le même discours qu'à Wright ou Van Brënner ou même Huyana car il ne souffrait pas de leur démence mégalomane. Je devais placer les Humains comme des pions corvéables à merci et réduits en esclavage mais il était inutile d'aller plus loin avec lui.

- J'entends en effet faire appel à votre collaboration pour établir tous les plans de Mirage et les soumettre au Ministre de l'urbanisme, et à Madame la Grande Conseillère.  En revanche je me chargerais moi-même d'aborder le sujet avec le Général Van Brënner et mes autres associés potentiels. Je sous traite déjà dans une de mes filiale la fabrication des fameuses antennes et des propulseurs des motrices. Le reste de la technologie du site sera mis en place par des entreprises réputées d'Asaria qui entreront en jeu après la réalisation du gros œuvre par vos prestataires.


Une ravissante brune au teint hâlé fit son entrée dans l'alcôve, portant un plateau chargé de canapés et de hors d’œuvres en verrines.

- Laissez-vous tenter par ces petites entrées. Les occupants des autres alcôves doivent déjà s'en régaler. Bientôt suivra le plat de résistance mais c'est avec Miss Warren que je le dégusterai. A moins que je n'en fasse mon plat de résistance. Un conseil, Damien, si vous voulez signer ce contrat avec moi et jouir de ses retombées pleinement : ne vous interposez jamais entre Sélène Warren et moi. Vous êtes libre de la baiser à votre guise, mais ne tentez jamais d'interférer dans nos affaires, je ne le tolèrerai pas. Pas davantage que je n'accepterai qu'elle interfère dans les nôtres, mon cher ami.


Je posai ainsi les jalons d'une collaboration que je voulais équitable et respectueuse tout en imposant mes vues de client. Car après tout, j'étais avant tout un potentiel client de Stark Entreprise. Client que Damien pouvait refuser, j'en étais conscient. Mais s'il acceptait ce contrat mirobolant, il devait aussi en accepter les clauses restrictives et la confidentialité.

- Je dois aussi vous informer que les plans seront dessinés par vos architectes et finalisés par vos agents immobiliers, mais guidés par ma propre vision de Mirage. Je devrais avoir accès à chaque étape de l'élaboration des plans et du planning de mise en œuvre. Pour cela nous travaillerons sur une plateforme virtuelle dont nous partagerons l'accès via nos ordinateurs. Je crois avoir posé les grandes lignes du projet sous vos yeux et avoir répondu à vos premières questions, mon cher. La balle est désormais dans votre camp. Je vous écoute.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 653

Localisation : non loin du pouvoir
Côté coeur : Célibataire & Dominateur

Activité/Profession (du personnage) : PDG de la Stark Entreprise
avatar
Damien A. Stark
Asarien, 2e Génération
MessageSujet: Re: (Terminé)[Intrigue Deus ex Machina] Le contrat du siècle (pv Damien)   Ven 27 Mai - 20:23

L’histoire de Damien faisait partie de ces récits rares et oubliés par certains. La société le voyait comme le fils de Théodore Stark qui avait détourné de l’argent et falsifier des documents en commettant de fausses signatures. Sa famille qui était connue des hauts lieux de la cité et parmi les plus grands noms, elle fut salie et noyée dans la boue à la suite des mauvaises intentions de son géniteur. Les mémoires avaient cette faculté de ne se rappeler que des instants marquants sans se soucier du reste, en arrière, de toutes ces traces et la progression d’un destin. Peu de personnes, voir plus aucune, se souvenaient que Damien Stark avait été un humain, qu’il avait connu les époques anciennes et qu’il avait goûté à l’injection du SEER à l’âge de dix-sept ans. Il avait tourné le dos à son père qui purgeait toujours sa peine et il s’était juré de rendre ses lettres de noblesse à son nom et le sourire à sa mère.

Damien était un requin en affaires, mais il était très différent de son père. Il était calculateur, manipulateur, politicien par moment. Il méditait et examinait chaque proposition qu’on lui faisait avec justesse et détermination. Il aimait les défis, se lançait dans des projets fous, mais il ne commettrait pas les mêmes erreurs de ce type qui croupissait au fond d’une cellule et dont il portait le nom. Le projet fabuleux de Gabriel Laymann l’incitait à prendre des risques, à introduire de l’argent pour le financer, à donner de son temps et de son sommeil pour mettre sur pied cette maquette en 3D. Toutefois, son expérience passée avec son père avait toujours était la limite à ne pas dépasser. Il ne ferait pas les mêmes erreurs que lui, pas après toutes ces années à travailler jour et nuit pour retrouver le respect de ses pairs. Mirage secouait la tranquillité d’Asaria et elle révolutionnait son visage. Mais chaque citoyen savait que le visage de la cité était lié au gouvernement et aux Anciens au pouvoir.

Damien reconnut la capacité de l’homme d’affaire en Laymann en soufflant le chaud et le froid. Il venait de lui dévoiler une perle, à lui en premier, mais il ne ferait rien de plus pour solliciter son aide s’il ne le désirait pas.  Il attirait Stark dans ses filets. Il lui laissait toute sa liberté en lui démontrant aussi qu’il perdrait une chance  incomparable d’être associé à une telle naissance. Il émit ses différentes questions et le blocage qui viendrait d’en Haut et il écouta les explications de son interlocuteur qui avait une parade pour tout. « Vous pouvez aussi déposer une motion devant la justice. Vos avocats ont dû déjà le faire et si ce n’est pas le cas, vous devriez en discuter avec eux. S’il n’y a pas de descendants directs ou reconnus pour ces terrains extérieurs, il faut le préciser par un document formel et signé qui certifie que vous avez déployé toutes les actions nécessaires pour rencontrer un descendant et que personne n’a été reconnu comme tel. Même Madame le procureur ne pourra rien faire contre cela. Vous vous doutez que cela éveillera son intérêt et celui du gouvernement à ce moment-là. Mais ce n’est pas là un problème. Dédommagez les Asariens, cela peut vous aider à graisser la patte au Ministre de la justice. »

Il but quelques nouvelles gorgées du Chivas et tira quelques bouffées de son cigare. Damien établissait déjà  les grandes lignes de ce partenariat en n’oubliant aucune opposition que les deux hommes pourraient rencontrer. « J’ai des architectes qui s’occuperont de donner vie à votre Mirage. Votre maquette en 3D ne laisse pas la place au moindre souci technique, j’imagine. Il faudra appâter  le gouvernement : mettre le doigt sur l’économie est une excellente idée, employer des humains comme mains d’œuvre, créer de nouveaux emplois. Cela permettra de faire chanceler le gouvernement et faire accepter à Madame la Grande Conseillère cette idée de l’implantation d’un nouveau dôme »

Cette énorme réalisation entrainerait des jalousies. « Avez-vous pensé à vos détracteurs ? C’est le danger d’un tel dessein à une aussi grande échelle. Vous voulez travailler avec les plus grandes sociétés, mais cela ne risque-t-il pas de provoquer des rivalités et pénaliser Mirage ? »

Une belle serveuse entra dans leur alcôve portant avec elle un plateau chargé de toasts alléchants.  Les paroles de Laymann étaient devenues plus marquées. Cette collaboration entre eux deux, si elle devait s’établir, ne devrait s’offrir d’aucune implication de la part d’une tierce personne et surtout pas de Miss Warren. Damien n’avait jamais été dupe du petit jeu entre l’Asarienne et  le Chanteur depuis le concert jusqu’à cet after. D’où pouvaient-ils se connaître ? Il se souvenait de sa rencontre avec Sélène un peu avant le concert. Elle lui avait confié qu’elle n’était là que pour accompagner une amie et qu’elle n’était pas attirée par ce genre de show. Cependant un lien les unissait, mais il aurait été incapable de le définir. « Mademoiselle Warren est une femme dangereuse. Celles et ceux qui pensent le contraire et qui la prenne pour une arriviste ou une séductrice seulement, je les plains. Il m’arrive de mélanger sexe et affaires, mais pas d’intervenir dans celles des autres. »

Exposant-là sa manière de travailler et de mener ses affaires, ses mots suscitaient aussi une autre version : Si Laymann ne supporterait par l’intervention de quiconque dans leur partenariat, Damien n’accepterait pas l’intrusion des amis du Chanteur, musiciens, humaine et tout ce qu’il n’avait pas encore vu. « Je vais mettre en place ma meilleure équipe d’architectes. Je vous enverrai leurs noms  par mail. La plateforme virtuelle est l’idée la plus rationnelle et rigoureuse pour suivre l’évolution du projet. Il faudra mettre en place le réseau entre mon ordinateur qui se trouve dans mon bureau, à la Stark compagnie et le vôtre. Mes fonds vous sont débloqués. Mes architectes, une fois que j’aurai réunis les meilleurs et les plus compétiteurs, travailleront sur la réalisation des plans d’après votre maquette. Certains seront détachés avec moi pour porter cela au ministre de l’urbanisme. Envoyez-moi les contrats mon cher Gabriel, mais peut-être que vous avez déjà tout prévu pour ce soir ? »




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 610

Localisation : dans tes cauchemars
Côté coeur : difficile de trouver l'amour lorsqu'on est une illusion

Activité/Profession (du personnage) : rock star à l'insue de son corps défendant/ fondateur d' A.U.R.I.S. & associés
avatar
Gabriel Laymann
Asarien, 2e Génération
MessageSujet: Re: (Terminé)[Intrigue Deus ex Machina] Le contrat du siècle (pv Damien)   Sam 28 Mai - 21:36

J'écoutais Damien exposer les premiers jalons d'une collaboration qui s'annonçait sous les meilleurs auspices tout en pianotant sur le clavier de mon ordinateur. Non pas que je fus discourtois en étant distrait alors que je négociais ce qu'il convenait d'appeler le contrat du siècle, encore plus juteux que celui que Hasard lui-même avait du négocier pour l'édification des Dômes d'Asaria. Certes, ils étaient plus nombreux et plus étendus que Mirage mais ils étaient un simple dispositif défensif alors que Mirage cumulerait bien d’autres fonctions. Les seules qui regardaient mon ami et nouvel associé étaient cependant très pacifiques et ludiques. Le reste ne concernait que moi et mon équipe de chercheurs et d'ingénieurs. C'était d'ailleurs cette équipe qui avait mis au point les élégants bracelets que je venais d'offrir à mes invitées, celles qui m'avaient approchées suffisamment pour pouvoir être des agents du gouvernement ou des traitres. Sans doute Liu soupçonnerait quelque chose au sujet de ce cadeau étrange, mais la Tueuse n'aurait aucun doute sur sa fonction intrusive. Ce qui était totalement jouissif n'était pas de l'espionner à son insu mais de le faire ouvertement dans un premier temps sans qu'elle puisse s'y soustraire. Quel argument pouvait-elle en effet avancer pour refuser une si charmante attention sans avoir l'air désobligeante envers son hôte ? Aucun. Elle était obligée de garder le bracelet à proximité et c'est essentiellement ce qui se dirait dans l'alcôve qui m'intéressait. Les micro émetteurs étaient activés et les conversations s'enregistraient automatiquement sur ma base de données. Je n'avais éveillé que cette fonction pour le moment, les autres ne m'étant pas utiles dans l'immédiat.

Dans le même temps j'analysais les paroles de mon interlocuteur et hochai la tête en riant lorsqu'il fit allusion à Victoria Hunter, le ministre de la Justice. Zack et moi avions l'habitude de plaisanter à son sujet car plusieurs femmes de ministres étaient passées par mon lit mais j'échouais pour le moment à y mener les femmes ministres dont, notamment Miss Hunter. Le fait qu'elle fut la maîtresse attitrée de l'homme que je rêvais de mettre à mort ajoutait à ma détermination. Nous avions donc l'habitude Zack et moi de plaisanter sur le fait que j'aurais peut-être plus de succès avec la femme du Ministre de la Justice qui n'était autre à mes yeux que cet enculé de Kylian Wright, mais ce détail était ignoré de mon complice de scène qui se demandait toujours si Miss Hunter était vraiment lesbienne ou bissexuelle. J'avais aussi en ligne de mire la fort belle ministre des Arts et de la Culture. J'étais prêt à utiliser toutes les armes à ma disposition pour arriver à mes fins et user de mes charmes en était une. Séduire Miss Bowman ne serait pas la partie la plus désagréable de mon plan.

- Voici ce que je vous propose, Damien. Vous vous occupez de Miss Hunter au sujet de notre projet et en échange je vous accompagne lors de votre rendez-vous avec Monsieur le Ministre de l'Urbanisme. Car c'est vous qui viendrez et pas seulement vos meilleurs architectes. Je veux le meilleur sur le coup, et le meilleur c'est vous ! Mais en vous chargeant de la Justice, vous me rendriez vraiment service. Déjà vous avez l'air bien plus honorable que moi face à elle et je veux aussi témoigner aux yeux de tous, car cela sera divulgué en tant voulu, de la confiance que je vous accorde en vous confiant le soin de présenter mes requêtes auprès des instances judiciaires. Mais, il n'y a pas que cela. Voyez-vous, je suis déjà en négociations avec Monsieur le Ministre du Développement technologique et je me dis qu'il vaut mieux éviter pour moi, de négocier avec le fermier et la fermière en même temps. Si nous voulons assurer notre réussite vous devrez garder secret notre accord et ne pas mentionner que vous avez un associé. Exigez également de Miss Hunter la plus absolue discrétion sur votre arrangement, sous peine de perdre sa part de bénéfice dans l'affaire. Ce que nous voulons, c'est faire des profits tout en assurant la Grandeur d'Asaria. C'est aussi ce qu'elle veut, tout ministre de la Justice qu'elle soit. Elle ne devra pas savoir que je suis derrière votre démarche. Pas plus que je ne mentionnerai à son amant que vous êtes mon associé. Une clause de confidentialité signée en aval du contrat nous évitera des fuites sur l'oreiller. Ils sont comme nous, des requins et quoiqu'il y aie entre eux, l'amour du profit sera le plus fort.

Je jetais un regard amusé à Damien qui semblait se demander comment j'étais au courant de la relation entre les deux Ministres. Je croquai dans un canapé au saumon tout en riant de son air dubitatif.

- Aahha j'ai mes entrées partout mon cher. Aucun secret d'alcôve ne peut me résister. En public, ils sont toujours été assez discrets, mais dans la Tour d'ivoire, c'est autre chose... Je me renseigne toujours sur mes associés ou interlocuteurs avant de les rencontrer et je connais par exemple votre petit penchant pour les jolies esclaves. Je ne vous jugerai jamais Damien. J'ai parfois la même faiblesse... Pour répondre plus précisément à votre question juridique, la motion a été déposée en effet. Les ayant droit avaient trois mois pour se manifester et le délai a expiré depuis une semaine à l'heure où je vous parle. Les terres m'appartiennent donc puisque j'ai déposé une demande de titre de propriété au bureau des concessions et qu'elle m'avait été accordée sous réserve de m'acquitter de cette enquête. Miss Hunter ne peut rien contre nous. Elle peut simplement nous aider en légalisant certaines pratiques qui vont nous faciliter la tâche, notamment autoriser nos employés et nos esclaves à séjourner sur le lieu du chantier de façon permanente. 

J'actionnai la sonnette des communs en tirant sur un cordon placé à ma gauche et une nymphette en tenue légère apparut dans l'alcôve pour prendre mes ordres.

- Le plat principal va bientôt être servi. Rappelez aux cuisines qu'il ne doit être accompagné que de Scarecrow désormais.

Je me tournai vers Damien qui devait être un peu perplexe face à cette démonstration d'autorité envers mes invités et eus un petit rire d'excuse.

- Le Scarecrow est un breuvage qui a été inventé par un bio-chimiste de ma connaissance. Je lui ai passé commande de cette invention en ne pensant pas que ce puisse devenir réalité. Je me trompais. Connaissez-vous ces pierres qui changent de couleur selon l'humeur de celui qui les touche ? Eh bien imaginez un breuvage qui a son goût, sa saveur originelle bien à lui, qu'on aime ou n'aime pas et qu'il soit capable par contact de prendre la saveur de prédilection de chaque convive. Vous avez une boisson de prédilection, comme chacun d'entre nous. Vous la consommez donc souvent. Si vous avez trempé vos lèvres dans un Scarecrow, il est entré en vibration biochimique avec vous et a mémorisé vos goûts et consommations. Si vous en buvez un second vous le trouverez encore plus savoureux que le premier, et le troisième sera meilleur que le second car il adaptera sa saveur à vos goûts. Mais ne vous trompez pas de verre, le Scarecrow de votre voisin ne sera pas le même que le vôtre !

Je resservis Damien en savourant l'intense réflexion que ma révélation avait mis en branle dans son esprit. Je m'étais toutefois gardé de dire que le breuvage qui portait le nom de mon groupe avait été amélioré d'un ingrédient particulier ce soir. J'y avais fait ajouter un puissant désinhibiteur dont l'effet commençait à se faire sentir sur les sujets les plus réceptifs, ce qui était certainement le cas par exemple de cette groupie hystérique. Devant son regard hésitant face à son verre, je m'empressai de le rassurer.

- Il s'agit de véritable Chivas pour l'instant, rassurez-vous. Mais vous êtes en train d'imaginer toutes les applications qu'on pourrait donner à une telle propriété chimique. C'est fabuleux n'est-ce pas ? Ce n'est qu'une extension d'un don Asarien assez répandu appliquée à un produit comestible. Ce don est assez souvent confondu avec le mien. Je suis polymorphe comme vous avez pu le voir durant le concert. Mais l’ana-morphisme me fascine encore davantage. Cette faculté à prendre l'apparence d'une entité existante... On veut toujours ce que l'autre a, n'est-ce pas ? Mon don ne donnerait rien de bien intéressant dans le domaine culinaire, sauf des recettes inédites mais sans doute assez immangeables. Mais quelles perspectives incroyables ouvre cette découverte ... On pourrait l'étendre à tout ce qui est source de plaisir : nourriture, sexe, loisirs, environnement... Faire en sorte que tout s'adapte à chacun...

Des images terrifiantes revinrent à la surface de ma mémoire, des scènes vues ailleurs, dans un autre lieu, dans un autre temps, un possible avenir ... Une variante de notre futur. Parmi tant d'autres. Je ne pouvais pas en parler. A personne, pas même aux Lee. Je portais ce poids seul et il ne disparaitrait qu'à ma mort. A moins que je ne le transmette génétiquement à une descendance que j'avais pris soin de ne pas engendrer jusqu'à présent. Je fixai Damien sans le voir, happé que j'étais par ces images qui me hantaient, venues d'une dimension entre deux réalités, qui avait surgi au détour d'un de mes déplacements par désintégration.  Une dimension peuplée de ces personnes sans envie, sans curiosité, sans joie, sans peines, abreuvées de leur prédilection en permanence. Malades d'être éternellement satisfaits. L'envie de vivre les avait désertés, aussi mourraient-ils tous les uns après les autres, puisque tout était programmé en fonction de leur envie. Des êtres qui n'engendraient plus, puisque le désir même, en l'absence d'envie, avait fini par s'éteindre.

- Le Paradis ... ou l'Enfer ... Imaginez que nous n'ayons plus aucun effort à faire pour nous adapter, plus aucune opportunité de découvrir d'autre saveurs, d'autres personnes, d'autres lieux que ceux que nous aimons déjà... Imaginez la manipulation de masse que nous pourrions mettre en place si nous parvenions à appliquer cette propriété à d'autres objectifs. C'est de la monstruosité à l'état pur. Imaginez enfin qu'on arrive à inverser le processus et qu'on puisse faire subir aux personnes ce qu'ils détestent le plus ... au quotidien et durant toute leur vie ... Toutes les formes de tortures existant jusqu'ici passeraient pour de la prévenance à côté de cette arme horrible ...


Je me redressai dans un sursaut, comme sortant d'un songe et secouai la cendre de mon cigare dans l'énorme cendrier rouge rubis qui trônait au centre de la table basse puis m'étirai avec un air satisfait, tout à fait sinistre avant de lâcher un laconique .

- Je détiens le brevet de cette invention et de toutes les dérivées qui pourraient en découler.


Ce n'était pas une menace en direction de Damien, lequel semblait perplexe face à mes humeurs changeantes, mais plus une démonstration visant à l'informer qu'il n'était pas en train de s'associer à une sorte de barde new age qui se contentait d'envoyer des paillettes et du gros son. L'épouvantail nageait en eau profonde et ses jolies couleurs étaient trompeuses. Il avait tout du poisson coffre bardé d'épines et rempli de poison mortel, en vérité. Et si les requins essayaient de l'avaler tout cru, ils en crèveraient avec lui. Oui, Damien ne pouvait désormais plus en douter, j'avais pensé à mes détracteurs...

- J'ai également l'intention de souscrire des prêts pour financer ce vaste projet. Bien que ma fortune personnelle soit considérable et que je pense pouvoir compter sur des investisseurs privés tels que vous, cela ne suffira pas et je vais devoir m'endetter. J'ai heureusement des valeurs à hypothéquer pour m'en assurer l'octroi. Bien entendu je resterai majoritaire quoiqu'il advienne puisque je m'autofinance à hauteur de 60 %. Les 40 % restant seront distribués entre mes associés et la Banque.


En aucun cas, le Gouvernement ne devait être actionnaire majoritaire et j'avais donc préféré attendre de disposer du capital suffisant pour garder le contrôle, même face à une coalition de mes associés et du Gouvernement. Je savais ne pouvoir exclure une tentative de rachat de ma chère mère. Même si elle se payait tous mes actionnaires, elle n'aurait pas le contrôle. A moins de m'éliminer. Mais cette fois j'étais préparé.

- Impliquer toutes les plus grandes sociétés serait un risque si je ne définissais pas clairement le domaine d'action de chacune. Mais aucune n'entrera en concurrence avec l'autre puis qu'elles ignoreront qui travaille pour moi, à part elle.  Certaines même ignoreront mon implication dans le projet et penseront travailler pour vous seul. Vous êtes le seul à connaitre l'identité de quelques unes des personnes dont je vais solliciter l'appui. Prenez cela comme une marque de confiance. Mais nous n'avons pas le choix, vous êtes mon Maître d’œuvre en quelque sorte. Celui qui va coordonner les travaux de chaque entreprise engagée. Chacun des PDGs de celles-ci n'aura à connaître le nom que de celles qu'il va croiser sur le chantier. Ainsi Wright n'a pas à savoir que je travaillerai avec Hudson puisque ce n'est pas lui sera chargé de finaliser les installations technologiques. J'ai des équipes pour cela. Il me fournira simplement le matériel et les pièces détachées. Il n'a pas besoin de savoir ce que je vais en faire. Est- ce qu'un boulanger se justifie de l'usage de la farine qu'il achète au minotier ?

Deux serveurs firent leur apparition dans l'alcôve, porteur d'une fontaine en forme de rubis écarlate. Celui-ci était rempli d'un breuvage qui avait déjà fait quelques effets dans l'assemblée. L'un des employés se pencha vers moi pour m'informer que le plat principal allait bientôt être servi.

- Je crois que notre entretien touche à sa fin, mais nous nous reverrons très rapidement pour la signature des contrats, que je vous ferai porter par coursier dans la semaine afin que vous ayez le temps de les lire tranquillement. Lors de notre prochaine entrevue, je vous exposerai plus en détails quelles faveurs vous devrez solliciter pour moi, auprès de Miss Hunter. La perspective de notre association me réjouit véritablement, mon cher Damien ! Je dois à présent rejoindre une fort belle jeune femme que nous connaissons. Je partage entièrement votre opinion à son sujet. Nous aimons vous et moi, jouer avec le feu, n'est-ce pas ? Ne m'en voulez pas trop de vous l'enlever quelques temps. Pour me faire pardonner, vous avez à disposition cette alcôve et ces deux ravissantes naïades dévolues à satisfaire tous vos désirs.
poursuivis-je en désignant deux jeunes femmes vêtues de tuniques courtes et voiles bleus qui ne dissimulaient que peu leurs formes harmonieuses.

HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 653

Localisation : non loin du pouvoir
Côté coeur : Célibataire & Dominateur

Activité/Profession (du personnage) : PDG de la Stark Entreprise
avatar
Damien A. Stark
Asarien, 2e Génération
MessageSujet: Re: (Terminé)[Intrigue Deus ex Machina] Le contrat du siècle (pv Damien)   Sam 11 Juin - 17:53

Damien n’avait jamais approché la ministre de la Justice, mais comme tout en chacun en Asaria, le visage de la splendide blonde au port altier ne lui était pas inconnu. Elle figurait comme la deuxième femme la plus dangereuse après la Grande Conseillère, dans le gouvernement. Elle se glorifiait de ce surnom que les Siens lui avait donné : The Huntress, et Damien se doutait bien que ce n’était pas pour rien, qu’il y avait bien une légende derrière tout cela. La Justice était au cœur de la cité, un pouvoir qui maintenait les lois et donnait la puissance actuelle au gouvernement comme sa légitimité. Le PG de la Stark Entreprise avait toujours eu une image bien précise du gouvernement. Il était composé pour lui, d’un triangle immuable : La Dirigeante de la cité, la panthère de glace, Alianka de Nephthys, le lion de feu, ministre de la sécurité et second dans cette pyramide des Grands, Tomas Van Brënner et Victoria Hunter, la Chasseresse, ministre de la Justice qui faisait le lien entre eux et les autres ministres. Damien se demandait si Laymann avait bien conscience de la difficulté de mettre Miss Hunter dans sa poche même en l’amadouant avec des intérêts et des bénéfices dont elle pourrait jouir. Comment le chanteur était-il au courant des histoires de cul qui se tramaient entre les Anciens et l’histoire entre le ministère de la justice et celui du ministère du Développement en Technologies ? « J’ai toujours définit Miss Hunter comme une sorte de créature qui réunirait la froideur implacable de De Nephthys et le feu adent de Van Brënner. Je n’ai jamais été présenté à cette Ancienne qui suscite une certaine agitation en moi. Si vous pensez Gabriel que tout sera aussi facile, j’en doute fortement. Mais je ferai en sorte d’aller vendre et défendre le projet Mirage. Elle ne saura pas mis au courant pour notre association. Espérons qu’elle ne soit pas dotée de télépathie. Je peux suggérer à mon esprit de nombreuses idées, mais pas de cacher très longtemps mes pensées à une puissant télépathe, si c’est le cas. Miss Hunter est un requin, oui, elle est bien plus que cela. Un conseil mon cher Laymann, vous vous attaquez à des gros poissons. Les Anciens peuvent avoir tous les vices que nous possédons nous aussi, mais ils ont aussi la connaissance et l’expérience que nous n’avons pas, même si nous sommes doués dans nos domaines.»

Quant au ministre de l’urbanisme, là aussi, c’était encore un mystère pour Damien. « Le ministre Hudson a enterré de nombreux dossiers qui n’avaient pas son aval. Nous pourrions être en force face à lui avec mes architectes et les vôtres qu’il ne tomberait pas dans cette facilité. Si le projet Mirage est alléchant du point de vue économique, il demande des accords spécifiques qui n’ont jamais été déployés depuis la création des dômes et de la cité. Je ne suis pas là pour vous freiner, je veux que vous ayez à l’esprit que l’extension d’Asaria par un dôme privé à votre nom, fera grincer des dents même si vous engendrez des tonnes de bénéfices. »

Damien se lançait dans des contrats et des projets qu’il savait pertinents comme celui-ci. Mirage était un concept énorme qui ne se ferait pas en un claquement de doigts. Étendre Asaria était une excellente idée. Étendre Asaria avec un dôme privé qui ne serait pas chapeauté par le gouvernement, là était le point le plus délicat à franchir. Laymann pourrait déverser l’or et l’argent aux pieds du gouvernement que les Anciens pourraient ne pas ciller. Il goûta aux canapés qui attiraient ses papilles. Il avait vu défiler de nombreux plats, ce soir et tous ces petits mets étaient succulents. Le PDG comprenait maintenant la méfiance de sa cavalière depuis le moment où il l’avait percuté peu avant le concert jusqu’à cette soirée envers cet homme. Il contrôlait tout, surveillait tout, manipulait tout à son profit. « Je ne me soucie guère des histoires de cuisses entre les uns et les autres. Les amants des unes et les maîtresses des autres ne font pas tourner le monde, sauf si vous voulez avoir la mainmise sur chaque secret. Vous vous appropriez les murmures d’alcôves pour vous en servir, enchaîner à vous les uns et les autres. C’est un moyen que beaucoup utilisent. Je préfère l’éviter pour ma part quand je mets au point un futur partenariat. Je n’utilise que ce procédé quand on l’emploie contre moi, à vouloir connaître trop sur ma vie privée. Attention, à ce que tout cela ne se retourne pas contre vous et que Mirage n’explose pas en plein balbutiements avant d’avoir atteint la maturité. »

Cet éclaircissement mis en avant, Damien se concentra à nouveau sur le sujet délicat de la justice par rapport aux documents. « Gabriel, vous pouvez avoir l’entière propriété de toutes les terres en antarctiques. Vous savez aussi bien que moi que cela ne retiendra pas le gouvernement de refuser des travaux extérieurs de la cité si cela porte préjudice à Asaria. Logiquement, un terrain reconnut « sans maître » devient propriété de la cité. Je ne sais comment vous avez pu déjouer les lois de cette manière, je vous félicite pour ce tour que vous avez effectué sous les yeux du gouvernement. Je verrai comment Miss Hunter se comporte avec le dossier. »

Toute cette soirée était bercée par des décors légendaires et par des nymphettes aux allures de Déesses. Damien admira les courbes élégantes de la serveuse qui écoutait ses prochains ordres. Il avait entendu l’une des invités, dans l’alcôve, parler de ce breuvage : le Scarecrow. Laymann lui décrivit toute l’histoire sur cette fabrication étrange. Maintenant, tous ses invités allaient plonger leurs lèvres dans cette boisson et chacun y trouverait l’extase à sa façon. Jusqu’où cet homme s’arrêterait-il dans sa création et son contrôle ? Un homme qui venait de resservir du Chivas dans son verre et qui perçut l’hésitation dans le geste et le regard de Damien. « Possédez le meilleur plat, sentir le plus enivrant des parfums, s’enthousiasmer pour l’alcool qui coule dans nos verres. C’est très tentant de se dire que cette petite molécule s’adapte à nos goûts uniques et nous permets de rendre chaque occasion meilleure. Ce qui me modère, c’est que cela fait office d’énorme farce, d’illusions contrôlées. Le plaisir artificiel n’a plus rien d’enviable même si beaucoup le recherche. Que nous reste-t-il si tout est programmé ? Cette soif de défis, d’envies, de se battre, de posséder ? Tout cela est balayé par des chimères. Si c’est là notre futur, je n’en serai jamais dépendant. »

Damien s’arrêta dans son argument. Son interlocuteur s’était tu, les yeux rivés sur lui, Gabriel Laymann s’était absenté, happé par des pensées dont il était seul détenteur. Le PDG laissa ce petit silence passer et s’abreuva d’une gorgée de Chivas. Le Maître du projet insensé nommé Mirage se ressaisit, changeant d’attitude. Laymann était un homme complexe, aux idées aussi excentriques que fantastiques. C’était aussi un Être qui cachait une forme farfelue sous ses airs d’homme d’affaires, maniaque du petit détail. « Ce processus inverse gagnerait les faveurs de certains ministres pour leurs projets. Le processus initial rendrait une société sans vie, triste et sans intérêts. Vous avez pensé à chaque point de cette composition. Nous sommes vos cobayes, ce soir. Je n’ai pas encore goûté au Scarecrow et je ne suis pas homme à me défiler devant ce genre de chose. Gabriel vous voulez le monde à vos pieds, une partie manipulable comme des moutons qui ne vous servira à rien et l’autre à qui vous voulez appliquez le processus inverse si les personnes vous résistent ou par vengeance personnelle, car nous avons tous des ennemis en ce bas monde, mon cher ami. Vous comme moi. Comme chacun. »

S’il avait douté, Damien ne l’était plus. Gabriel Laymann, hors mis la création de Mirage, avait d’autres extensions à ajouter à un plan qui prenait une apparence gigantesque : se battre contre le gouvernement, les séduire avec des bénéfices, les manipuler pour leur faire mettre un genou à terre. Laymann n’avait pas de limites. La question financière revint dans le sujet. Damien n’était même plus surpris par les conditions que lui exposait Gabriel. Il avait pensé à tout pour ne pas être racheté et garder toujours ce contrôle qui le caractérisait. « Vous avez eu raison de garder une porte de sortie si vous futurs alliés se lient contre vous ou si le gouvernement tente de les racheter. »

Deux serveurs entrèrent dans l’alcôve et Damien définit clairement que le breuvage qui coulait ans cette fontaine était le Scarecrow. Il fit signe à l’un de ces Éphèbes de lui servir une coupe. Il se ferait lui-même un avis sur cette boisson. Il se leva au moment où son ôte fit de même pour se retirer et aller à son prochain rendez-vous. Celui avec Sélène. Il aurait aimé être présent pour cette rencontre. Il avait pu observer les gestes, les mots murmurés, leurs comportements à tous les deux devant les autres invités. Tout était en retenue, mais là, ils ne seraient plus que tous les deux. Quel beau spectacle, il manquait ! « Je vais rester un peu ici et déguster le Scarecrow et je rejoindrai les autres invités. Je prendrai rendez-vous avec Monsieur Hudson et Miss Hunter. Je vous tiendrai au courant de l’avancé de mes entrevues. Pour le rendez-vous avec le ministre Hudson, je vous communiquerai la date que son cabinet m’aura donnée. Excellent plat principal, Gabriel ! »

Il ne faisait pas allusion à toute cette nourriture qui avait été disposée durant le début de la soirée. Il faisait référence à la rose noire. Il le salua et invita les deux jeunes femmes qui étaient arrivées dans l’alcôve à venir partager … le Scarecrow avec lui.


HRP:
 




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

(Terminé)[Intrigue Deus ex Machina] Le contrat du siècle (pv Damien)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Path of Might Chapitre 4 : Deus Ex Machina [à ne pas lire, ce serait une perte de temps]
» Deus Ex Machina
» Deus ex machina [Pv Ouranos - Didon]
» Deus ex machina } Johan
» DEUS EX MACHINA | Chasse continue.

Asaria : Le monde de la Prophétie ::  :: Hôtels & Palaces :: » Le Rubis Etoilé :: • Suite Champagne de G. Laymann-